AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782377352753
360 pages
Éditeur : Archipoche (03/04/2019)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Le roman retrouvé de la "quatrième soeur Brontë" ! Mary, Gwendolen et Alice sont les filles de James Cartaret, pasteur du village de Garth, dans le High Moor. Ce père rigide et macho leur impose une discipline de fer. Les trois soeurs étouffent sous cette chape puritaine, génératrice de frustrations. Quand le docteur Stephen Rowcliffe s'installe en ville, il apparaît comme la lueur d'espoir qui pourrait sortir les jeunes femmes de leur torpeur.
Cet homme expé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Marple
  09 avril 2019
A elles trois réunies, les soeurs Carteret m'ont donnée une sacrée claque ! Je sors de ma lecture à la fois enchantée et un peu déprimée par le destin tragique de ma soeur préférée.
Mary, Gwenda et Alice sont donc soeurs, et filles d'un pasteur un peu mesquin, assez tyrannique et pas du tout lucide. Elles se retrouvent dans la toute petite ville de Garth suite au déshonneur de l'une d'elles. Là, il n'y a qu'un homme qui constitue un parti convenable... et elles sont trois !
A partir de ce quatuor amoureux improbable, l'auteure nous fait découvrir les méandres de la psychologie humaine. Tout y passe : l'hypocrisie ordinaire et les manoeuvres subtiles menées sous des airs bons et doux; les regrets éternels de ceux qui se fient trop à eux-mêmes, à la vie ou aux autres; la victoire pernicieuse de la respectabilité apathique...
Même si le décor pittoresque est très présent et que l'histoire ne pourrait pas être exactement la même aujourd'hui, j'y ai retrouvé beaucoup de thèmes qui me parlent : le devoir, la droiture, l'impossibilité de se regarder dans une glace après des 'goujateries' qui est l'apanage de certains, l'injustice tragique de la vie, les apparences trompeuses...
La fin m'a profondément attristée et révoltée, mais elle est réaliste et malheureusement très probable. J'aurais juste aimé que l'auteure écrive une postface en forme de film d'horreur pour les garces (de Garth) et de happy end pour les autres.
Merci aux Editions Archipoche pour ce partenariat.
Challenge Multi-Défis
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          576
LadyRomance
  29 avril 2019
Les trois soeurs est un classique du début du XXème siècle que je suis ravie d'avoir découvert. Il est évident que May Sinclair, autrice de talent que je ne connaissais pas, s'est inspirée du courant de la psychanalyse de l'époque pour l'écrire. Elle explore les mobiles inconscients du comportement humain et la sublimation du désir.
L'autrice venait de se consacrer à une étude pointilleuse des soeurs Brontë dont elle s'est également inspirée pour les personnages principaux du roman. Ainsi, on retrouve trois soeurs de 23 à 27 ans (Alice, Gwenda et Mary) dont le père, James Carteret, est un vicaire despotique venu les "cloisonner" dans un petit village de la Haute-Lande anglaise. le cadre idéal pour mettre en scène les frustrations des membres de cette famille et de leur entourage dans le contexte puritain de la société victorien. A commencer par le vicaire lui-même dont la troisième femme s'est enfuie. Il ne veut pas divorcer car sa qualité d'ecclésiastique le lui défend. Condamner au célibat car sinon il serait infidèle, il vit un véritable supplice qu'il fait peser sur ses filles. Ainsi, chacune des trois femmes appréhendent une interdiction latente de se marier selon son caractère et la capacité à défier cet homme rigide. Car lorsque débarque dans la paroisse le jeune et beau docteur Rowcliffe, celui-ci apparaît comme le sauveur qui pourrait bien les sortir de leur désolation déclenchant une passion décuplée par une sensualité bridée.
Le déroulement de l'intrigue m'a étonnée et surprise plus d'une fois car le récit se veut réaliste et motivé par la psychologie des personnages. Je n'ai pas toujours totalement adhéré à la tournure des événements mais cela m'a paru très intéressant et original. J'ai beaucoup apprécié le style avec lequel l'autrice relate ce qui se passe en chacun des personnages, les tumultes qui les agitent et l'interprétation qu'ils font de ce qui les traverse ou de ce qu'ils ressentent et la compréhension qu'ils peuvent avoir des actions ou de ce qui se passe pour les autres.
May Sinclair ne s'embarrassant pas d'appartenir à un courant littéraire quelconque écrit selon ses inspirations et ses convictions se laissant influencer volontiers par la psychanalyse. Et que pouvait mieux l'inspirer suite à ses recherches que la famille Brontë pour écrire un roman touchant et poignant sur le désir et les mystères de la psyché féminine au tournant du xxème siècle...
Un autrice classique à découvrir si cela n'est déjà fait !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
Aliseya
  03 avril 2019
Et me voilà du retour du côté historique avec une auteure quasi-inconnue par chez nous et que je viens de découvrir avec l'un de ses derniers textes avant que la maladie de Parkinson ne l'empêche de continuer. Je peux vous dire que je suis assise entre deux chaises.
D'un côté, j'ai beaucoup aimé le réalisme de la vie des personnages dans cette campagne reculée où tout ce sait rapidement. Mais je suis également frustrée et triste de la façon donc ce récit se fini même si cela se rapproche plus de la vérité que de celle raconté dans les romances.
Premièrement, prenez ce livre comme un documentaire sur la vie du début du XXème siècle, sur la culture et les événements que peut vivre un village de campagne. J'avoue qu'aucun personnage n'a vraiment eu ma sympathie entière. Gwenda et Essy ont réussi à avoir ma compassion mais pas plus. Leurs choix, leurs décisions font que l'on sait ce qui va arriver et j'ai eu l'impression que l'auteure nous faisait passer un message à travers les actions de ses personnages, de ce qui se déroule si l'on hésite trop, si l'on pense faire le mieux pour autrui au lieu de penser à soi-même, d'être un peu égoïste. le vicaire et Mary méritent la palme de mon indifférence surtout cette dernière quand elle est en présence de sa soeur Gwenda. Pour Alice, c'est plus compliqué. Au départ, je ne pouvais pas la voir en peinture, mais dans la deuxième partie du livre cela s'améliore un peu.
Quant à l'histoire, elle vous serre le coeur. J'avoue que j'ai failli pleurer devant le dénouement. J'ai trouvé dans un sens le récit cruel mais tellement criant de vérité qu'au final, je retourne toutes les situations dans ma tête pour mieux comprendre cette histoire, comprendre pourquoi cela se finit ainsi. Bref, ce livre est à prendre comme un livre d'apprentissage de soi. Un livre qui vous donne à réfléchir aussi bien sur les choix et la vie des personnages et de leur époque que de la notre et de nous.
Pour conclure, cela a été une lecture singulière et enrichissante où l'on se pose beaucoup de questions qui ne trouvent pas forcément de réponses dans l'immédiat. Ce fut une bonne découverte et mon petit coeur en tout cas va devoir s'en remettre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Cricri08
  08 janvier 2020
Au fin fond de la campagne anglaise, au village de Garth qui « se tapit dans le mystère et la terreur de sa solitude, comme un être battu » … le ton est donné : les trois soeurs qui vivent là s'ennuient à mourir !
Mary (ou Molly), Gwendolen (ou Gwenda) et Alice (ou Ally) sont les filles du vicaire James Carteret. Elles sont là depuis cinq mois, enterrées dans cet endroit horrible, punies collectivement pour la conduite amorale de la plus jeune Alice qui s'était amourachée d'un jeune homme, se rendant ridicule aux yeux des habitants de leur ancienne paroisse dans le sud de l'Angleterre.
Le vicaire est un homme dur et autoritaire : sa première femme est morte car il a insisté pour avoir un troisième enfant, la seconde est décédée également, la troisième s'est enfuit car elle avait peur de lui. Condamné à un célibat insupportable, il est totalement hostile à l'idée d'un mariage éventuel pour ses filles et n'hésite pas à les monter les unes contre les autres afin d'imposer son opinion.
Le jeune docteur Stephen Rowcliffe est une bouffée d'oxygène pour les filles … mais hélas il est la cible des trois !
Je ne dévoilerai rien de plus sur l'intrigue car ce serait vous gâcher la découverte de ce roman : sachez simplement qu'il ne se résume pas à une simple romance avec obstacles entre les filles et le docteur. le dénouement est pour moi plutôt tragique.
J'ai beaucoup apprécié le style de cette autrice même si le début avec la description de la lande m'a fait très peur : une copie des Hauts de Hurlevent ? Heureusement non, un très bon moment de lecture et un style bien personnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
soleil
  15 novembre 2020
N'y allons pas par 4 chemins, j'ai adoré ma lecture ! ❤️❤️❤️❤️J'ai été très émue en quittant ces soeurs et leur univers.
L'histoire de ces trois jeunes femmes, filles de Mr Carteret, ce pasteur taciturne et rigide, m'a conquise. Rien de facile à cette époque dans cette famille et dans ce village du Yorkshire pour ces demoiselles. Pourtant, chacune essaye de tirer le mieux de chaque situation (amoureuse, familiale, sociale) et bien évidemment, si des sacrifices, résignations, manoeuvres sont à vivre pour certaines, j'ai aimé à la fois Mary, Alice et Gwenda.
J'ai apprécié que May Sinclair fasse évoluer chacune d'elle, que ce soit dans son caractère ou d'un point de vue personnel et familial, même si j'en ai été étonnée. En effet, je ne m'attendais pas à certains revirements...
Les personnages masculins avec leurs défauts sont tout aussi touchants.
Quant à la nature, elle joue un rôle essentiel tant dans l'histoire personnelle de certains protagonistes que dans mon intérêt pour ce texte.
Cette lecture fut une merveilleuse parenthèse temporelle et paysagère. Une excellente pioche
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LadyRomanceLadyRomance   28 avril 2019
La lune était cachée dans la brume là où le jour gris et la nuit blanche se confondaient. Dans le creux du vallon, sur le vert indistinct de la pente orientale des collines, les épines fleurissaient. L'air chaud ressemblait à une eau tranquille qui, vibrant invisiblement, détachait leur parfum, l'éparpillant. Et tout à coup Gwenda les distingua comme dans le lointain, où elles se dressaient dans l'enchantement d'une grande paix, d'une grande clarté et d'une beauté poignante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LadyRomanceLadyRomance   28 avril 2019
Elle la détestait. Elle détestait toute la maison qui était bâtie de telle façon qu'il n'y avait pas un coin où on pouvait échapper à papa. Le bureau de papa avait une porte qui s'ouvrait sur le corridor et une autre sur la salle à manger. La fenêtre près de laquelle il s’asseyait dominait le jardin. La fenêtre de sa chambre dominait la façade : sa porte commandait l'entrée de l'escalier. Il savait tout ce que vous faisiez et tout ce que vous ne faisiez pas. Il vous entendait dans la salle à manger; il vous entendait en haut; il vous entendait monter et descendre l’escalier. Il vous entendait positivement respirer, et il savait toujours si vous étiez couchée ou non. Alice retint sa respiration, de crainte qu'il ne l'entendit à ce moment même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LadyRomanceLadyRomance   28 avril 2019
Le bonheur ne consiste pas dans les choses qu'on a. Il est en soi, ou il n'est pas.
Commenter  J’apprécie          70
AmandinegranaAmandinegrana   14 mai 2020
Sa passion ne trouva pas de débouchés dans des sons violents ou volumineux. Elle était plutôt passive et attentive de nature. Privée de tous les contacts de la chair, elle se tournait vers le lointain, vers le non encore rêvé.
Commenter  J’apprécie          10
Cyrielle1703Cyrielle1703   02 juin 2019
C'est absurde de dire que j'ai ces choses. Elles sont moi. Le bonheur ne consiste pas dans les choses qu'on a. Il est en soi ou il n'est pas.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : campagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz No et moi de Delphine de Vigan

Quel est le nom de la narratrice?

No
Nolwenn
Lou

9 questions
105 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre