AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782940628698
240 pages
Éditeur : Editions des Syrtes (21/01/2021)
3.96/5   14 notes
Résumé :
La Fatigue du matériau est LE roman de la migration. Une géographie de la peur qui exhorte ses lecteurs à se mettre dans la peau d’un migrant. Ici pas de réflexion politique, économique ou jugement moral, car “c’est un livre volontairement physique, chaque phrase interpelle le lecteur, et l’oblige à vivre avec le héros”. La force du roman du prometteur écrivain tchèque, Marek Šindelka, tient dans le fait que le lecteur ne consomme pas l’histoire mais la vit profondé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 14 notes
5
2 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

SerialLecteurNyctalope
  14 février 2021
•PARTIR POUR VIVRE•
.
🦊 Migrer pour éviter le pire. Parfois galvaudée, ou clouée au pilori, la migration fait partie de notre humanité. Nos ancêtres, mes parents, mes grands-parents ont migré. Qui peut se targuer du contraire ? Nous sommes tous des migrants. Certains par envie, d'autres par nécessité. Pour fuir la guerre, un régime dictatorial ou des exactions, il fallait partir pour continuer de vivre. Écrit en 2016 au coeur d'une actualité migratoire foisonnante, mettant à mal les droits de l'Homme et libertés fondamentales, la décence des gouvernements respectifs qui traitaient le sujet comme du bétail, la fatigue du matériau est un roman aux confins de la suffocation. L'Europe, eldorado pour beaucoup d'âmes en peine, chemin de traverse où le rêve d'une vie meilleure est à portée de rames. Avec Amir vous ne ne chanterez pas « youhou hou hou » cette fois. Avec Amir vous irez dans la tête d'un homme et de son frère au plus profond du matériau•••
.
🦊 Ne mangez pas pendant une journée, ne buvez pas, passez de nombreuses heures sous le capot d'un camion et nous relativiserons nos souffrances au quotidien si futiles. Ce roman est une course d'endurance. Non seulement pour ces deux frères mais également pour le lecteur. Deux frères dont on ne connait ni le passé, ni la situation géographique, qui devront survivre. Chaque scène est extrêmement visuelle, olfactive voire sensorielle. le travail de Christine Laferrière dans sa traduction paraît phénoménale tant la langue tchèque de Marek Sindelka est riche et dense. Vous allez humer, sentir, ressentir, être en immersion totale. Dans la tête de deux frères qui veulent s'extirper de leur condition actuelle, avec une volonté qui fera endurer à leur corps et leur esprit de multiples douleurs. le rythme rapide donne du corps aux éléments, et en même temps chaque détail compte. Chaque parcelle de vie est étudiée sous ses moindres recoins. Comme si le devoir d'humaniser ceux qui migrent (vous noterez l'absence du mot migrant qui dans la bouche de certains sonneraient comme une insulte) était une nécessité absolue. Elle aurait du couler d'elle-même, eux qui échouent sur les plages, que l'on compte comme un troupeau de vaches et dont on ne prend que bien rarement la mesure de ce qu'ils sont•••
.
🦊 Plus qu'une histoire c'est d'abord une plongée quotidienne dans le destin de ces deux frères. N'attendez pas un début, un milieu et une fin, vivez. Seulement, vivez dans la peau de ces individus qu'on déclasse, par fainéantise, par peur, par désarroi ou par absurdité. Souvent à géométrie variable la migration écoeure par son absence d'humanité. Et si demain c'étaient vous les migrants ? Si une pandémie mondiale vous obligeait à vous exiler ? Quel migrant seriez-vous ? Seriez-vous assez solides mentalement et physiquement pour endurer ce qu'ils vivent actuellement ? Ce roman est aussi par de nombreux aspects le reflet de notre société et la façon dont on traite certains individus. Jusqu'où le corps humain peut-il aller pour vivre ? A quels sacrifices est-il prêt ? Et vous ....?•••


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
argali
  03 juin 2021
Marek Sindelka a 37 ans et n'en est pas à sa première publication. Poésie, nouvelles et un premier roman « L'erreur » font de lui un auteur qui compte et a déjà été primé plusieurs fois. A peine traduit, ce roman-ci, paru en 2017 dans sa version originale, a reçu en 2018 le Cutting Edge Award pour le meilleur livre traduit.
« La fatigue du matériau » est un roman ancré dans la situation géopolitique actuelle. Nous suivons deux frères, Amir et « le garçon » ; nomades et déracinés, ils tentent de survivre après avoir quitté leur communauté pour rejoindre l'Europe, où ils espèrent commencer une vie nouvelle. Nous suivons le parcours de chacun après que le plus âgé, Amir, se retrouve séparé de son frère. Après une première traversée clandestine réussie, il se prépare à une seconde qui doit le mener en Europe. Parallèlement, le plus jeune, jamais nommé, raconte son périple en plein hiver après avoir fugué d'un centre de rétention où il attendait depuis des mois.
Ces deux récits s'inscrivent dans un cadre spatiotemporel différent (et non géolocalisé) et relatent deux parcours différents. Mais on retrouve en chacun les mêmes souffrances : la peur, la fatigue, la faim, le froid, la douleur et cette angoisse lancinante et permanente de savoir de quoi sera fait demain. L'un est isolé en pleine forêt à la recherche d'une zone d'habitation où se réfugier, l'autre est en pleine mer à la merci des éléments. Deux récits de force, de volonté surhumaine pour rester en vie, deux récits qui ne peuvent que susciter l'empathie et le respect pour toutes les souffrances endurées.
L'écriture est vive, les phrases courtes, traduisant l'immédiateté, la vivacité de réaction nécessaire pour survivre. Les descriptions sont nombreuses, dans leur solitude, les frères observent ce qui les entoure. Mais ce qui m'a frappé, c'est la distance que l'auteur choisit de mettre entre ses personnages et le lecteur. J'ai eu la désagréable sensation d'être un voyeur observant deux êtres se débattant dans un monde violent et injuste sous le regard indifférent des autres, mieux nantis.
Ce roman dur décrit la crise migratoire actuelle, crise politique qui ne grandit aucun état et crise humanitaire qui voit chaque jour périr des milliers de personnes. Un sujet sensible mais ô combien indispensable à traiter en ce moment.
Merci aux éditions des Syrtes pour l'envoi de ce roman. Je ne peux que vous conseiller sa découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CineKino
  08 février 2021
(Lu dans le cadre d'une opération Masse critique, mille mercis à l'éditeur et à Babelio pour cette lecture)
Un énorme coup de coeur que cette lecture… malgré une grande déception avec cette fin qui n'en est pas une. Je peux comprendre ce choix de l'auteur, qui est d'ailleurs cohérent avec sa volonté de se concentrer sur le présent du trajet vers l'Europe sans s'étendre sur le passé et l'avenir des personnages, mais j'ai toujours beaucoup de mal avec ce genre d'histoire inachevée. Pour moi, la chute d'un récit est primordiale, c'est après tout la toute dernière chose qu'on lit avant de refermer un livre et qu'on gardera à l'esprit. Elle se doit donc de nous mener à un instant où on peut quitter ce récit en ayant l'impression d'avoir achevé quelque chose. Ca m'a d'ailleurs gâché plus d'une lecture, au point de baisser considérablement mon appréciation sur certains livres. Ici cependant, le niveau général du roman est largement assez haut pour ne pas en être trop pénalisé, et je ne peux décemment pas passer sous les 4 étoiles !
Car donc, à part ces dernières pages qui ne m'ont pas convaincu, ce récit est pleinement réussi : on est immergé dans le parcours de ces deux frères auxquels on s'attache fortement, même si on ne connaît presque rien d'eux, pas même le prénom du second. A l'image des frères Dardenne qui suivaient leur personnage caméra vissée sur la nuque dans je ne sais plus lequel de leur film, on suit ces deux jeunes dans leur périple en vivant avec eux les affres de leur migration sans jamais les lâcher.
Clairement ce livre n'est pas fait pour nous divertir, tant l'adversité s'acharne tout au long de leur parcours, et se traduit physiquement. La fatigue du matériau dont parle le titre du livre, c'est en effet celle du corps, brutalisé par les passeurs, les coups, le froid, la faim, et partout la peur. Les deux jeunes héros de l'histoire vivent ces évènements de façon viscérale, et les lecteurs sont pris aux tripes tout au long de ce court récit. Mais en fallait-il plus, après tout je n'en suis pas sûr, c'est déjà beaucoup d'émotions pour un si court livre (à peine plus de 200 pages).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Aufildeslivres
  07 février 2021
Ils ont tout perdu dans ce pays qui fut le leur, détruit par la guerre. Il faut fuir. Rejoindre l'Europe malgré le froid et la peur. Amir et son frère luttent, attachés à la vie, pas après pas, vers l'espoir d'une terre d'asile ; ils progressent bien que séparés, bravant les éléments et la laideur des hommes.
Le texte saisit comme le givre aux pieds du garçon, glace le coeur et fige l'air. On est en apnée, sidéré par tant de justesse, par l'atmosphère qui nous étreint jusqu'à l'oppression – nos pas sont ceux de ces hommes, leurs peurs nous envahissent, la tension nous submerge. Les phrases sont courtes telle une course que l'on ferait sans souffle. La scène d'Amir « voyageant » sous le capot d'une camionnette est insoutenable.
Sombre et abrupt, cet écrit raconte l'horreur et l'espoir, le courage et le chagrin. Il humanise ces hommes migrants que beaucoup (trop) déshumanisent, accrochés aux privilèges de leurs pays stables. Il raconte la douleur sans l'amoindrir et claque le bec.
Un roman fort qui bouleverse auquel je reprocherai juste quelques longueurs qui m'ont perdue un instant avant que le récit ne me ré-entraine. Une belle lecture.

Lien : https://aufildeslivresbloget..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Claire45
  03 février 2021
Amir et son jeune frère fuient la guerre. Ils paient un transport en camion pour gagner l'Europe dans des conditions inhumaines et se trouvent séparés. Plus de contact, plus de téléphone, plus de repères. On suit alors
2 parcours, 2 destinées, 2 luttes contre la mort.
Amir, intoxiqué par le dioxyde de carbone, est laissé pour mort au bord d'une route. Il s'en réchappe . Il rencontre un jeune palestinien qui a vendu une partie de son corps ( un rein ?) pour sauver sa famille de la misère puis un groupe d'ados racistes qui les tabassent et les humilient. Il continue malgré tout avec l'espoir de retrouver son frère au bout du voyage
Celui-ci s'est échappé d'un camp de rétention où il a dû passer quelques mois. Il affronte alors le froid, la faim, la soif dans un pays enneigé et venteux. Quand il aboutit dans une usine de fabrication automobile, il voit avec terreur un homme/ouvrier réduit à la machine qu'il sert. Et toujours il fuit, poursuivi par des policiers.
Dans ces 2 récits, pas de considérations psychologiques, morales ou philosophiques. Que des faits et des sensations. Comment le corps puise ses dernières forces par instinct de survie. Comment le cerveau fonctionne encore quand tout semble perdu.
Merci à Babelio et aux éditions Syrtes pour ce livre que je n'oublierai pas tant j'ai ressenti les souffrances de ces jeunes garçons.
L'absence de prénom ( le frère) de précisions géographiques, l'emploi de l'article défini ( le Palestinien) et le style tendent à généraliser le propos. Les migrants aujourd'hui ce sont eux, et demain nous peut-être ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AllilyAllily   27 janvier 2021
Il voulut crier, mais ne pouvait reprendre haleine. Il n'entendait rien, hormis son cœur, qui cognait dans ses genoux, battait dans sa gorge, dans son visage, dans la racine de son nez. Il battait contre les parois métalliques de la carrosserie. Il faut que je me calme, se disait-il, sinon je ne vais pas reprendre mon souffle. Tout bourdonnait : le sang s'accumulait dans sa tête. Il avait envie de vomir. Il serra solidement les mâchoires. Il ne fallait pas paniquer, ce n'était pas bien méchant. Il avait quand même un peu d'oxygène, se dit-il soudain. Sinon, il aurait déjà perdu connaissance. Il s'aperçut qu'il respirait. Très superficiellement, mais il respirait. Les genoux appuyés contre ses côtes, il ne sentait plus ses jambes, mais il restait quand même un peu d'espace pour reprendre son souffle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MadChickpeaMadChickpea   12 mai 2021
La chaîne de montage ressemblait à un gigantesque insecte renversé sur le dos et qui tenterai vainement de se retourner. Ses pieds mécaniques se tendaient, répétaient toujours le même mouvement, procédaient de façon précise et impeccable. Ici, la machine fabriquait la machine. Ici, la machine prenait soin d'elle-même à sa manière atrocement froide. Même les rares ouvriers vivants étaient payés pour devenir une partie du mécanisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MadChickpeaMadChickpea   05 mai 2021
Le jour où ça s'était écroulé, où deux barils d'explosifs étaient tombés sur la ville qui l'avait vu naître, il avait compris ce lien terrible, ce fanatisme avec lequel la vie s'accroche au corps. Il avait alors eu l'impression limpide et foudroyante qu'il n'y avait rien au-delà du présent pur et simple, le passé n'avait pas existé et l'avenir n'existerait pas, la vie était toujours totalement pratique, concrète, ici et maintenant. La conscience était quelque chose qui trimballait l'enveloppe charnelle, plus misérable, pour la mettre hors de danger. Le corps était une série d'instruments de survie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EtsionbouquinaitEtsionbouquinait   19 mars 2021
Jamais de sa vie il n’avait vu autant de clôtures. Autant de fil de fer. Quand on l’avait arrêté, une femme lui avait écrit un numéro sur le bras avec un gros feutre. C’était par ce numéro que les gardiens s’adressaient à lui. Ici, personne n’arrivait à prononcer son nom, donc on le lui avait entièrement retiré. Il s’était retrouvé dans un endroit qu’on appelait un centre de rétention. Comme il l’avait découvert, un centre de rétention ne se distingue en rien d’une prison. Peut-être uniquement en ceci que, en prison, la majorité des gens savent pourquoi ils sont enfermés. Tous les bâtiments étaient surpeuplés. Les deux premiers mois, il avait dormi dans une cabane en tôle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MadChickpeaMadChickpea   05 mai 2021
Ici, rien ne vivait. La vie s'était arrêtée même dans les individus. Elle s'était corrompue de l'intérieur, puis éteinte. L'apathie avait tout infiltré.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : MigrationsVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

le petit coeur brisé

qu'est-il arrivé aux parents de mélaine ?

lls ont divorcé
ils sont morts lors d'un accident de voiture
ils sont partis en voyage et ne sont jamais revenus

5 questions
45 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre