AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253017302
Éditeur : Le Livre de Poche (17/02/2016)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 14 notes)
Résumé :
À l’aube du xixe siècle dans une communauté hassidique de Galicie, Nahum, à peine âgé de quinze ans, a dû épouser la fille de Rabbi Melech, Sourele, pour laquelle il n’a aucune attirance. Dans l’univers clos et frénétique de la cour rabbinique, Nahum vit en marge et se réfugie dans l’étude du Talmud jusqu’au jour où il croise le regard de Malka, la très jeune femme de son beau-père. C’est aussitôt la passion qui embrase tout. Les deux jeunes gens ne résisteront ni a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  28 février 2016
C'est l'effervescence dans la communauté hassidique de Nyesheve : le Rabbi Melech marie sa plus jeune fille, Sourele, avec Nahum, le fils d'un autre Rabbi. Mais le fiancé a à peine quinze ans et il n'éprouve aucune attirance pour sa lourde et lente promise. le mariage n'est pas heureux et Nahum se consacre entièrement à l'étude du Talmud. Un jour, il croise le regard de braise de Malka, la très jeune et très jolie troisième épouse de son beau-père. Pauvre Rabbi Melech ! « Que lui restait-il au monde en dehors de… de sa femme ? Ses enfants étaient ses ennemis. Ils attardaient le jour de sa mort pour se partager l'héritage de son empire rabbinique. Aucune n'avait d'affection à lui donner. Mais elle… elle était si jeune, si belle. » (p. 79) Malka se livre tout entière à sa passion pour le jeune époux de sa belle-fille. Nahum tente de résister, mais comment repousser l'amour vrai quand il se présente ? Évidemment, les conséquences seront dramatiques et Nahum disparaît. Quinze ans plus tard, Yoshe arrive à Bialogora. Tout le monde le trouve bizarre, mais on le respecte quand même. « Yoshe ne disait rien. Ses lèvres remuaient, mais pour entonner des Psaumes. Jamais il n'arrêtait de dire des Psaumes, ni quand il allait en courses, ni quand il entretenait le poêle, ni quand il balayait la synagogue. » (p. 179) Voilà que la peste s'abat sur Bialogora : Yoshe est-il coupable ? Il reprend la route et son chemin s'achève à Nyesheve : est-ce Nahum qui est de retour ? Mais qui est Yoshe ? Qui est Nahum ? « Qui êtes-vous ? / Je ne sais pas. / Vous ne savez pas ? […] / Aucun homme ne sait qui il est, répondit l'étranger. » (p. 320)
Ce roman paru en 1933 est terriblement moderne, porté par un style fluide et riche. le mariage n'est pas présenté comme un sacrement heureux et fertile, mais comme l'enchaînement de deux êtres pris au piège d'un serment presque arraché sous la contrainte. L'amour ne s'épanouit pas dans les liens maritaux, mais il survit coûte que coûte au temps et aux séparations. Il y a quelque chose du conte fantastique et de l'épisode biblique dans la disparition et le retour de Nahum/Yoshe. le questionnement identitaire s'étend à la communauté juive dont les visages sont multiples, mélangés, superposés. La lecture de Yoshe le fou nourrit et fait exploser mon intérêt pour la culture juive et sa littérature. À suivre, donc, M. Singer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
topocl
  27 juin 2017
Le grand rabbin hassidique de Nyesheve, tout puissant, richissime, mais plutôt rustre, marie sa plus jeune fille et Nahum, tous deux âgés de 14 ans.Le jeune homme est délicat, raffiné, cultivé. Si la jeune femme, qui n'a pas appris autre chose, se dévoue pleinement à son époux, celui-ci entre dans une neurasthénie délétère. Mais le vieux rabbin épouse à son tour en quatrième noce une toute jeune femme. Celle-ci et le jeune marié tombent amoureux au premier coup d'oeil. Dans ce contexte de règles, de convenances et de paraître, le jeune homme s'enferme dans sa religiosité et sa culpabilité, et devient peu à peu Yoshe le fou. Et des années après, le destin fera de cette dérive, résultat de la folie des hommes et de leurs vertus hypocrites, la perte de la cour hassidique.
Mi-conte philosophique, mi-récit picaresque, Yoshe le fou est une critique acerbe des milieux hassidiques de l'Europe de l'Est au XXème siècle. La verve de l'auteur n'exclue pas quelques longueurs , mais Israël Joshua Singer, à travers une galerie de portraits souvent truculents, arrive à décrire avec précisions et humour les codes et dérives de ce milieu, infatué de lui-même, bardé de certitudes et fausses croyances.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
julienleclerc45
  26 août 2016
A l'aube du XIXème siècle dans une communauté hassidique de Galicie, Rabbi Melech arrange le mariage de sa fille avec Nahum. Leur jeunesse ne facilite pas leur union. Ils sont impressionnés l'un par l'autre. Une fois toutes ses filles mariées, Rabbi Melech peut s'unir à nouveau. Il jette son dévolu sur une jeune femme, Malka. Nahum qui plonge dans l'étude du Talmud pour fuir son épouse tombe fou d'amour pour Malka. Au sein d'une société codifiée et rigide, naît une passion dévorante et folle. Quelques années après, apparaît Yoshe le Fou. Cet homme bouleverse et questionne.
Ce roman écrit en 1932 est un exemple du classicisme des grandes épopées. Les descriptions sont très précises. L'auteur prend un plaisir à faire exister tous ces personnages. le moindre détail a son importance car il révèle les codes qui régissent cet univers hassidique. C'est donc une plongée très documentée dans cette cour religieuse. le rythme, les habitudes et les rapports de force sont essentiels pour comprendre les personnages. Quand Nahum et Malka tombent amoureux, c'est une véritable passion qui les dévore et commence à consumer la rigidité de la cour. Cet amour est bouleversant par les sentiments et apporte un souffle de liberté incroyable. En étirant le temps grâce à des ellipses, l'auteur base la dramaturgie de son histoire sur la persistance de la passion et des secrets. Derrière l'histoire d'amour, il décrit une société qui refuse les sentiments car ils représentent un vrai danger de déstabilisation. Les transitions elliptiques coupent un peu le rythme mais la proximité avec les personnages est telle qu'on ne lâche pas le roman.
Lien : https://tourneurdepages.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ChezVolodia
  15 septembre 2018
En lisant ce livre, je n'ai pu manquer de faire un rapprochement avec "le Dybbuk". Je n'ai eu aucun mal à reconstituer l'univers de ces cours rabbiniques d'Autriche et de Galicie que ce soit ou au XVIIIème siècle au 20ème ou au 21ème siècle, le hassidisme reste fidèle à ses principes et traditions d'autant que maintenant (et malgré leur négation d'un Etat qui ne leur a pas été donné par Dieu) ils ne sont plus mis à l'index par les juifs orthodoxe....
La différence d'éducation et de raffinement entre le Juif Autrichien plus ouvert sur le monde et le juif criaillant, mendiant et crasseux du schtetl, souvent l'esprit borné et passant sa vie en bigoterie et en lamentations pour tout et rien avec un air de martyr désigné fait que l'on prend (du moins moi je prends) fait et cause pour ce jeune homme obligé par tradition et pour une alliance entre cours rabbiniques de se marier, alors qu'il n'était pas prêt, avec une fille qu'il n'a pas choisi et avec qui il est sans conteste mal assorti.
Ce livre vous fait pénétrer dans un mode clos avec ses propres lois, ses traditions, ses peurs, ses supertitions ou la méfiance ancestrale du"goï " perdure de génération en génération.
Lien : http://adighee.canalblog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Mline1
  10 décembre 2017
J'ai été un peu déçue par ce roman, cela commençait bien, et puis tout paraît rocambolesque et en même temps ennuyeux, je ne le recommanderai pas.
J'ai largement préféré l'autre roman du même auteur "les frères Ashkenazi"...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AntigoneStrangeAntigoneStrange   15 juillet 2016
Un seul lieu était encore éveillé –la synagogue. Le rabbi et ses disciples disaient les prières du premier soir de Shavouot. Une faible lumière éclairait les fenêtres. Malka n’écouta pas les voix des fidèles, elle ne vit pas la lueur de leurs bougies. Elle voyait seulement la nuit, elle entendait les voix muettes de la forêt. Chuchotements secrets, senteurs mystérieuses, évocatrices. S’éloignant de la cour, elle approcha des bois, distinguant l’odeur de chaque arbre. Ses narines frémissaient comme celles d’un animal en chasse. Ses yeux grands ouverts, avides, suivaient le tracé des sentiers, parfois attirés par un ver luisant. Elle percevait l’éclat phosphorescent du bois en décomposition. Autour d’elle la nuit prenait vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LiliGalipetteLiliGalipette   28 février 2016
« Yoshe ne disait rien. Ses lèvres remuaient, mais pour entonner des Psaumes. Jamais il n’arrêtait de dire des Psaumes, ni quand il allait en courses, ni quand il entretenait le poêle, ni quand il balayait la synagogue. » (p. 179)
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   28 février 2016
« Que lui restait-il au monde en dehors de… de sa femme ? Ses enfants étaient ses ennemis. Ils attardaient le jour de sa mort pour se partager l’héritage de son empire rabbinique. Aucune n’avait d’affection à lui donner. Mais elle… elle était si jeune, si belle. » (p. 79)
Commenter  J’apprécie          10
AntigoneStrangeAntigoneStrange   15 juillet 2016
Elle songeait à lui tantôt avec une nostalgie insupportable, tantôt avec haine. Quel droit avait-il de partir ainsi, l'abandonnant dans cet horrible désert sans amis, sans espoir ? Elle serrait les poings, se disant qu'elle aurait aimé le battre, le griffer pour le punir de sa cruauté. Puis la colère passait, et son désir pour lui, tel un doux poison coulait dans toutes les veines de son corps.
Commenter  J’apprécie          00
LiliGalipetteLiliGalipette   28 février 2016
« Qui êtes-vous ? / Je ne sais pas. / Vous ne savez pas ? […] / Aucun homme ne sait qui il est, répondit l’étranger. » (p. 320)
Commenter  J’apprécie          20
Video de Israël Joshua Singer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Israël Joshua Singer

Erri de Luca La Fabrique de l'ombre
Erri de Luca --La Fabrique de l'ombre -- Où Erri de Luca, après la projection du film de Robert Bober : "A Mi-Mots : Erri de Luca", parle de son histoire avec Naples -"je dois t'apprendre, après je dois te perdre"-, des arbres qui fabriquent de l'ombre, de la surface, de la profondeur et de Hofmannsthal, de la compagnie des livres, de l'écriture et de la lecture, des langues, le Grec et le Latin, le Français, de l'Anglais et de Harry de Luca, de l'Hébreu ancien et du Yiddish, de Israël Joshua Singer et du Russe, à l'occasion de "Paris en Toutes lettres", au Centquatre à Paris - 7 mai 2011 - Erri de Luca -La Fabbrica dell'ombra - Dove Erri de Luca, dopo la proiezione del film di Robert Bober: "A Mi-Mots : Erri de Luca", parla della sua storia con Napoli, degli alberi che fabbricano dell'ombra, della superficie, della profondità e di Hofmannsthal, della compagnia dei libri, della scrittura e della lettura, delle lingue, del Greco e del Latino, del Francese, del Inglese e di Harry de Luca, del Ebraico antico e del Yiddish, di Israele Joshua Singe e del Russo, in occasione di "Paris en Toutes Lettres", al Centquatre a Parigi - 7 maggio 2011
+ Lire la suite
autres livres classés : galicieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
il était Zen
Catholique

10 questions
1122 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre