AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de LunaPsylle


LunaPsylle
  15 février 2015
Ayant déjà commenté l'univers dans ma critique du premier tome, je vais, ici, uniquement m'intéresser à ce qui change de tome en tome, c'est à dire les personnages principaux.
Et, là, on change de style avec deux protagonistes qui n'ont pas à apprendre à se connaître, mais plutôt à se redécouvrir.
Talin est une femme très peu sûre d'elle, traumatisée. Et je pense que le plus dérangeant dans la lecture, c'est de se rendre compte qu'on n'a pas vraiment affaire à une femme accomplie, mais plutôt à une enfant bloquée dans un corps d'adulte, qui essaye de faire comme une adulte, mais qui finalement n'arrive pas à donner le change face à Clay.
Clay, lui, est un félin plus solitaire que la norme, du fait de son passé. Il n'essaye pas vraiment de cacher qui il est, mais en même temps, il tente de garder ses distances de cette notion de famille surprotectrice qui règne dans la meute.
Les interactions avec certains personnages (surtout Sasha) finissent par nous faire comprendre, nous qui sommes extérieurs à cette relation comment elle fonctionne.
Là encore, l'intrigue, et surtout son dénouement, dévoile un peu plus ce qui se trame dans les profondeurs de l'univers Psi, cette face cachée déjà présente dans le tome 3.
Personnellement, ce tome reste, jusqu'ici, mon préféré. Je m'intéresse à cette série pour l'intrigue, certes, mais surtout pour l'évolution relationnelle entre tous les personnages et, ici, on ne part pas de rien en ce qui concerne la relation des deux protagonistes, mais tout est à reconstruire, ce qui est parfois dur, au vu de l'état des fondations.
De plus, c'est la première fois qu'il existe des tensions lors de la rencontre entre deux personnages. Dans les autres tomes, Sasha et Faith arrivait comme un cheveu sur la soupe et tout le monde se montrait distant, puis cordial, mais on ne sentait pas vraiment d'accrochage personnel. Ici, c'est le cas ("je t'ai traité de toute sorte de noms d'oiseaux dans ma tête").
Après, c'est vrai que ça fait bizarre d'entendre Clay sortir des petits surnoms mignons, mais presque tout aussi bizarre que Vaughn avec ses "mon p'tit écureuil".
Commenter  J’apprécie          00



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox