AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de MademoiselleBergamote


MademoiselleBergamote
  30 mai 2013
Après la légère déception du précédent tome, j'étais un peu inquiète en entamant la lecture de ce sixième épisode de la série Psi-Changeling. Marques de feu m'a réconciliée avec la saga et est pour moi l'un des meilleurs tomes publiés jusqu'à présent !

Cette fois, on suit Mercy, une des sentinelles impitoyables de DarkRiver en plein période de doute : il n'est en effet pas facile d'être une femelle dominante et elle désespère trouver un compagnon à qui elle pourra se lier sans perdre son caractère indépendant. Pour ajouter à son désarroi, elle est très attirée par Riley Kincaid, une des sentinelles SnowDancer. Mais un loup et une panthère, deux dominants qui plus est ? le mélange risque d'être détonnant !

Riley de son côté est tout aussi désemparé par la situation : irrésistiblement attiré par la jeune femme, il a du mal à se défaire de son instinct de protection, surtout depuis l'enlèvement de sa petite soeur Brenna, qui continue à le hanter bien que cette dernière ait été sauvée et ait recommencé à prendre goût à la vie grâce à Judd. Cependant, il est prêt à faire des concessions pour séduire Mercy, quitte à revenir sur ses promesses quand deux sentinelles envoyées par la grand-mère de la sentinelle tentent de s'attirer les faveurs de la jeune femme.

Au-delà de l'aspect paranormal romance, toujours aussi présent dans la série puisqu'il est un des éléments-clés de la série depuis le premier tome, on continue à assister à la montée en puissance de l'Alliance humaine, prête à n'importe quoi pour faire comprendre aux communautés Psi et Changeling que les hommes ont aussi leur place dans la société, quitte à utiliser la violence. Cependant, des conflits internes viennent ébranler l'unité de l'Alliance, permettant aux Changelings et aux Psis de résister à la menace. Les Psis, quant à eux, font face à l'effondrement progressif du Psi-Net, caractérisé par l'augmentation des actes de violence et des suicides au sein de leur communauté. On en apprend un peu plus sur le fonctionnement de leur réseau et on partage l'inquiétude du Fantôme (de retour dans ce tome !) sur une possible extinction des Psis au cas où le protocole Silence éclatait en morceaux.

Ce sixième tome a beaucoup de qualités. Tout d'abord, on change du traditionnel schéma romance entre un(e) Changeling et un(e) Psi/humain(e) où l'un des deux amants est en situation de faiblesse. Dans Marques de feu, Riley et Mercy sont tous les deux des combattants hors pair, à la personnalité flamboyante et jaloux de leur indépendance. Au départ, ni l'un ni l'autre n'est prêt à lâcher de terrain sur ce point et leur relation est explosive ! Cela se ressent dans leurs "joutes" verbales, qui donnent à l'histoire une touche d'humour bien agréable, mais également dans leurs ébats, très nombreux (je crois qu'on n'a jamais eu autant de scènes de sexe que dans ce tome depuis le début de la série !), qui est peut-être le seul bémol que je trouverais à Marques de feu - ces scènes ont tendance à me lasser voir m'agacer quand elles sont trop présentes. Un autre petit point négatif, la traduction de qualité moyenne ajoute un peu de lourdeur à l'ensemble, ce qui est dommage mais ne porte heureusement pas préjudice à la série.

Pour revenir aux qualités de ce tome, l'intrigue à plusieurs échelles est très bien menée et est renforcée par le découpage des chapitres. On alterne entre plusieurs points de vue, des trois communautés, ce qui donne beaucoup de dynamisme à l'ensemble ! Je suis contente d'en savoir un peu plus sur les différentes menaces qui se profilent à l'horizon et j'avoue être impatiente de lire le prochain tome pour savoir ou Nalini Singh nous emmène !

Psi-Changeling est décidément une série bit-lit de grande qualité, à mettre en les mains de tous les fans du genre !
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (1)voir plus