AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2823600396
Éditeur : Editions de l'Olivier (02/01/2014)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 13 notes)
Résumé :
"Trisha ne reconnaît plus le ciel de sa ville. En plein jour la lumière lui semble estompée, tachetée de noir." La jeune femme sait depuis toujours qu'il faut se méfier de l'obscurité. Cette ville, dans laquelle elle revient pour assister à la crémation de son père, c'est Calcutta. Elle y retrouve le quartier, la maison, les meubles et les objets de son enfance, et tout la bouleverse. Elle se souvient que l'huile d'hibiscus était un remède pour adoucir la folie de s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
bookaure
  24 septembre 2014
Le décès de son père est l'occasion pour Trisha d'effectuer un retour dans sa ville natale Calcutta. La nuit passée dans la maison familiale vide, les funérailles, vont provoquer un voyage dans le passé par violent, profondément marqué par l'histoire du Bengale.
Les premières pages sont un peu difficiles d'accès et on a un peu de mal à entrer dans l'histoire. Cependant une fois qu'on y est, on se laisse rapidement emporter par un fleuve d'émotions: angoisse, tristesse, compassion... L'auteur réussit finalement à créer une telle intimité, qu'on a alors le sentiment de partager toute sa nostalgie et cette incroyable douleur qui parait l'habiter.
Calcutta est un roman court mais puissant que je conseille à tous. Il a en outre l'avantage de nous faire découvrir une région et une partie de son histoire fort méconnues.
Commenter  J’apprécie          40
Atasi
  30 décembre 2015
Trisha a quitté Paris pour revenir à Calcutta après une longue absence, afin d'effectuer les rites funéraires de son père décédé, étant fille unique.
Depuis le hublot de l'avion, elle ne reconnaît plus la ville de sa jeunesse. Une nouvelle ville est entrain d'absorber celle de ses souvenirs et depuis le plancher des vaches les changements sont encore plus impressionnants. Mais il n'y a pas que la ville qui a changé mais également la vie de Trisha.
Après la crémation de son père, Trisha retrouve la maison de son enfance et chaque fissure, chaque tâche, chaque rebord de fenêtres, ... lui rappellent sa jeunesse et sa famille. Elle se souvient de son père qui avait été professeur de sciences à l'université mais il a été avant tout militant au Parti Communiste et qui a échappé aux tortures ou d'être tué à l'époque où l'état d'urgence faisait trembler le pays. Elle se souvient aussi de sa mère et sa grand-mère.
"Calcutta" est un véritable bond dans l'histoire indienne grâce aux souvenirs de Trisha. Ce roman est empreint de nostalgie, presque intimiste et bouleversant.
Lien : http://atasi.over-blog.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bel-Ami
  21 juin 2016
Envie de retourner aux origines, de calmer mes préjugés le temps d'une lecture... Comment dire ? Pour un premier roman sur quelque chose que je méconnais autant et qui pourtant coule dans mes veines; je fus très agréablement entraînée par le récit... Une justesse qui effleure chaque mot ainsi qu'une excessive délicatesse ... Comme nous pouvons être bête parfois !
Commenter  J’apprécie          30
JOE5
  07 décembre 2015
Tourniquet des souvenirs qui s'égrainent au rythme d'une ritournelle désordonnée débordante de parfums suaves et épicés, de bruits criards, de berceuses, du chant de la nature et de silences étouffés. Destins perdus dans les circonvolutions du temps et de l'histoire mouvementée de l'Inde transcrits dans un langage riche et poétique même aux heures les plus noires.
Commenter  J’apprécie          20
Florel
  19 février 2014
Trisha revient à la mort de son père Shankhya dans la maison de son enfance. Anonyme parmi les anonymes, seulement accompagné de ses souvenirs, elle se remémore la famille un peu étrange qui est la sienne et des évènements politiques qui ont plus ou moins marqué sa famille en même temps que son pays ; le communisme, le fanatisme religieux, Indira Gandhi…
Bien que tout cela soient seulement effleurés, Trisha va nous emmener loin dans son histoire familiale pour nous faire découvrir ; la folie de sa mère et sa dépression sans fond qui connait des périodes de temps calme, son père communiste, anti-religieux et qui vit tant bien que mal avec la maladie de sa femme, ainsi que sa grand-mère Annapurna, veuve exemplaire, devenue infirme suite à un accident.
A travers le décor qui se trouve loin des clichés de l’Inde ; nous allons découvrir les incompréhensions, les peurs, les inquiétudes, les attentes, les doutes, de cette famille. Des personnages qui vivent dans une certaine pudeur, un certain éloignement, qui les empêche de véritablement se comprendre.
D’une plume simple où perce la nostalgie, l’affection, l’éloignement, Shumona Sinha nous transporte dans une autre époque où présent et passé se confondent, et d’autres habitudes où rien ne ressemble à ici. A lire pour l'errance de l'âme humaine et la découverte.
Lien : http://voyagelivresque.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (5)
Bibliobs   13 mars 2014
En français, sa langue d'adoption, la jeune auteur d'"Assommons les pauvres!" fait revivre, dans un roman d'enfance, la ville de Calcutta où elle est née.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LesEchos   05 mars 2014
A l’évidence, Calcutta vaut le détour. Ce qui est vrai de la foisonnante métropole bengalie l’est aussi du roman éponyme, non moins foisonnant, de Shumona Sinha.
Lire la critique sur le site : LesEchos
LaLibreBelgique   25 février 2014
Un roman puzzle, écrit dans un style inspiré, qui surplombe cette Inde où le père pensait que tous les humains réunis ne suffiraient pas "à sécher les larmes, à effacer les cris des zones frontalières, dont les chemins tortueux glissaient, dont les passerelles en cordes vacillaient au-dessus d’un pays qui tombait en lambeaux à chaque effritement de falaise, devenant inaccessible, secret, oublié".
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Lexpress   17 février 2014
En romancière avertie, Shumona Sinha alterne, dans un français plus que parfait, les allers-retours entre hier et aujourd'hui, bouleversements publics et histoire privée.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   22 janvier 2014
Tensions issues du passé, modernité déroutante, la narratrice fouille les cendres puis rôde dans « les fatras du rêve ». Elle réussit une œuvre intimiste, nostalgique et grave, un voyage vers sa ville natale, sa langue abandonnée, sa famille, tout en racontant l'histoire politique de son pays.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
balto-at77balto-at77   22 août 2015
depuis toujours Shankhya zigzaguait parmi les millions de croyants de son pays, cherchant a introduire en eux un doute, une question, mais cela s était tout le temps réduit a un monologue, a un chemin frayé dans le silence, ses paroles étaient aussitôt refoulées, anéanties.
Plus d une fois il s était heurté a la pierre tombale de la foi sous laquelle toute pensée rationnelle et tout raisonnement scientifique étaient ensevelis depuis bien longtemps.
Son parti avait échoué et il commençait a penser que l idéologie révolutionnaire n était que un tapis magique qui volait tout seul au dessus du continent indien tandis que des milliards de gens en dessous n avaient rien a faire, ils survivaient, misérables, des racines poussaient sous leurs pieds et leur rêve tenait dans le talisman suspendu autour de leur cou, insignifiant, ridicule et surtout inoffensif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
patouchpatouch   06 août 2014
"Elle comptait chaque jour de chacun de ses mois comme la possibilité des choses, comme s'il devait aller vers un destin resserré en une graine qui boirait l'eau lumineuse de son ventre pour éclore et grandir, et qui deviendrait un arbre géant faisant craqueler son ventre avec ses racines avant de se transformer en plein jour en secouant son immense tête frissonnante de feuillage."
Commenter  J’apprécie          30
AtasiAtasi   30 décembre 2015
La mort de mon père m'a arraché à ce tunnel sans fin et je vois à nouveau le monde autour de moi. La maison vide me fait du bien, chaque meuble est un tombeau de silence où je devine, dans les infimes fissures, les bestioles surprises par mes pas, qui s'enfuient ensuite.
Commenter  J’apprécie          30
balto-at77balto-at77   31 juillet 2015
Les livres sont des glaciers où nos rêves insensés se trouvent piégés et fossilisés. Et nous rodons autour.
Commenter  J’apprécie          50
KanelbulleKanelbulle   01 mai 2014
Annapurna aimait Calcutta, son trafic, son air pollué, son odeur de diesel, ses gratte-ciel et ses trottoirs cabossés, Annapurna aimait Calcutta parce qu'elle y vivait seule avec son fils, parce qu'elle y vivait les temps modernes avec son fils.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Shumona Sinha (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Shumona Sinha
Shumona Sinha - Assommons les pauvres
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

En quelle année ce premier roman de Jonas Jonasson a-t-il été édité en France ?

2009
2010
2011

10 questions
503 lecteurs ont répondu
Thème : Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas JonassonCréer un quiz sur ce livre