AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2730401350
Éditeur : Nouvelles Editions Oswald (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Luj Inferman' et La Cloducque, les deux "sympathiques" rebuts de la société bien connus des lecteurs de Pierre Siniac ont, cette fois, choisi la voie du travail honnête et se sont transformés en d'authentiques "demandeurs d'emploi", une situation dans le vent... Le pire est qu'ils en trouvent, des emplois, mais il faut voir lesquels ! Vite dégoûtés de l'honnêteté, ils retrouvent très vite leurs mauvaises habitudes : subtiliser le portefeuille d'un noctambule fortuné... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
koalas
  19 janvier 2017
C'est la dernière virée de Luj et de la Cloducque.
Les deux traînes savates de Pierre Siniac
ont une folle envie de bosser
d'enfiler la panoplie du demandeur d'emploi décomplexé
ouvert à toutes propositions honnêtes.. ou pas.
Un manchot cul de jatte barbu
leur refile des bombes à lourder chez Vochon,
un laboratoire expérimental des médocs contre la
constipation à tester...
une maternité, des couches à nettoyer...
Bref, des boulots de niveau zéro
qui leur donnent envie de retourner à leurs larcins
quand un acte de bravoure leur offre une place d'envergure,
un job de grands patrons d'entreprise...
Les voilà propulsés à la tête d'une usine
qui ne connaît pas encore la crise et les grèves...
La grande vie pour nos deux anarchistes
pas encore dégoûté du grand capital...
Le septième et dernier des romans
de la série Luj inferman' et la Cloducque
finit en apothéose pour les deux anti-héros
Ils auront tous connus lors de leurs road movies
les alcoolo test, les rades et les filles de Pigalle,
Les tables de chez Maxim's, les divagations sur les champs...
Du Siniac en grande forme, la verve fleurie à la boutonnière qui lâche hilare deux bombes humaines dans l'industrie.
Un sacré bazar en perspective !
Luj inferman et Macadam clodo...bordélique à souhait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
gloubik
  04 août 2017
J'ai déjà lu de Pierre Siniac : Carton blême. Je ne sais pourquoi j'ai gardé le souvenir d'un auteur que j'appréciais. Ça avait été une déception. Cette fois-ci j'ai retenté ma chance avec le 7e et dernier volet des aventures de Luj Inferman' et La Cloducque. Je ne l'aurais sans doute pas pris s'il n'avait été publié par NéO et que son prix n'avait pas été de seulement 1€ dans une foire aux livres de l'une ou l'autre association qui organise ce genre d'événement.
Rebelote. Encore une déception. Mais pas pour les mêmes raisons.
Ici, nous avons à faire à un duo façon des souris et des hommes mais avec des aventures qui ne dépareilleraient pas dans un album des Pieds Nickelés. Les deux héros vont de Charybde en Scylla, se trouvant dans des situations toujours plus invraisemblables et s'en sortant toujours... jusqu'à la dernière page. Mais, là, Siniac ne pouvait décemment pas rattraper le coup et relancer l'aventure.
Soyons honnête, c'est facile à lire, pas prise de tête pour deux sous, écrit en gros caractères. Bref, idéal pour lire dans le train... et c'est ce que j'ai fait. Il faut le dire : c'est certainement parce que j'étais dans le train avec rien d'autre à lire que je suis aller au bout de l'histoire. Je l'ai lu en un après-midi entre Cherbourg et Lyon. Lirais-je les premiers volumes ? Non. Vais-je retenter la lecture d'un roman de Pierre Siniac ? Non. Sauf peut-être l'un de ses recueils de nouvelles car j'avais apprécié sa nouvelle publiée dans une anthologie publiée par le Monde en 1982.
En bref : Je passe mon tour, j'ai bien d'autres choses à lire.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
koalaskoalas   19 janvier 2017
- Allô ? lâche une voix anémiée, lasse, déjà une voix de fantôme.
- C'est bien vous, monsieur, qui voulez sauter de votre balcon ?
- Parfaitement, monsieur. Et c'est mon droit. Vous êtes qui ? S.O.S amitié ?
- Pas le moins du monde cher monsieur.
- Si vous êtes le commissaire de police ou les pompiers, inutile de me faire changer d'avis, vous perdriez votre temps.
- Non...Je vous demanderai seulement de quitter votre appartement du sixième et de monter au huitième où il y a un excellent balcon. L'appartement du huitième m'appartient, je dois emménager dans quelques jours car j'ai vendu mon affaire de Montauban. Les clés sont sur la porte. Vous entrez, vous allez au fond et vous enjambez la rambarde du balcon, exactement comme chez vous, sauf que vous pourrez tomber d'un peu plus haut.
- Mais je ne comprend pas votre raisonnement, monsieur. Le sixième, c'est amplement suffisant. On se croirait à Etretat.
- J'entends bien, cher ami, mais voyez-vous, en ce moment, au septième, chez des amis, nous donnons une petite réception pour les dix-huit ans de ma nièce, et il y a des enfants...Ils font la vie depuis une heure pour vous voir passer devant nos fenêtres. Les Chubelin, qui sont au cintième, nous ont invités à descendre chez eux mais nous n'aimons pas déranger, surtout que nous ne les connaissons que très peu, et puis il paraît que leur gendre est syphilitique. Vous m'entendez ?
Et je raccroche aussi sec. Merde alors. Un autre godet derrière le col - un blanquinet de Savoie - puis, de mon pas extrêmement rapide, je change de quartier à la recherche d'un autre spectacle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
koalaskoalas   18 janvier 2017
Je m'appelle toujours Luj Inferman'. Si je ne vous sonne pas c'est qu'y a rien de changé.
La Cloqueducque s'appelle toujours la Cloqueducque et son sexe est toujours en poste restante.
Faites pas chier. Ou j'appelle les vigiles.
On traîne nos pieds râpeux das les rues d'une affreuse petite ville.
On attaque un type genre majorité silencieuse qui vient de sortir de sa banque. On lui vole son porte-feuille, sa bagnole et sa femme.
La bonne femme, on la largue cent mètres plus loin car elle est moche.
La bagnole quatre cents mètres plus loin car elle est cloche.
Le porcif six cents mètres plus loin car il est toc.
Et je me frotte les mains. heurrrque ! L'impression d'avoir touché à des choses sales.
On continue à pied car on est jamais si bien servi par que soi-même.
On poursuit notre route, droit sur la ville lumière, ses mystères, ses scandales, ses petites femmes à poil, sa grisaille et son jmenfoutisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
autres livres classés : humour noirVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
13168 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre