AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782330067717
366 pages
Actes Sud (01/06/2016)
3.97/5   62 notes
Résumé :
République Eusistocratique de Finlande, 2013. La nation a pris en compte ses erreurs historiques. La stabilité sociale et la santé publique sont désormais les valeurs prédominantes. Tout ce qui procure du plaisir ou est susceptible de causer une quelconque dépendance est formellement interdit, y compris le café. À une exception près, le sexe. Dans la République Eusistocratique de Finlande, la distribution de sexe, un produit de consommation essentiel, doit être auss... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 62 notes
5
9 avis
4
16 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Lornaric
  30 janvier 2021
Une couverture bien intrigante pour ce roman dystopique, hommage à H.G. Wells.
Nous sommes en 2013, la République Eusistocratique de Finlande s'est repliée sur elle-même. Tout ce qui pourrait procurer un quelconque plaisir ou une dépendance est devenu totalement interdit à l'exception du sexe. le mot femme n'existe plus depuis que le corps scientifique gouvernemental est parvenu à créer une nouvelle sous-espèce humaine : les éloïs. Des bimbos blondes, soumises, dont le seul but est de se vouer corps et âme au bien-être de leur mari. A l'inverse, les morlocks, espèce féminine indépendante et intelligente, en voie de disparition, sont stérilisées dès leur plus jeune âge et uniquement destinées à des travaux lourds et répétitifs.
Suite au décès de ses parents, Vanna, une morlock à l'apparence d'éloï rejoint sa grand-mère avec sa soeur Manna, une pure éloï.
Vive et curieuse Vanna a bien du mal à cacher sa véritable nature ...
Histoire pleine de surprises et bien pimentée ! L'auteure a l'imagination débordante et l'humour subtil. Disparition et drogue sont aussi de la partie. A découvrir.
Challenge multi-auteures SFFF 2021
Challenge féminin - Item 16. Premier livre que tu lis de cet.te auteur.e
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
traversay
  29 juin 2016
Dans son roman Les assoiffées, Bernard Quiriny imaginait la Belgique sous une dictature féministe avec la population mâle reléguée a l'état de sous-citoyens. A l'opposé, la dystopie eugéniste de Johanna Sinisalo, intitulée Avec joie et docilité, décrit une société où le terme même de "femme" a disparu, ne subsistant que des eloïs ("domestiquées" et soumises depuis l'enfance) et des morlocks (indépendantes et stérilisées). Dans cette Finlande, les "Virilos" ont tous les pouvoirs et toute la considération. Sur un thème proche de la servante écarlate de Margaret Atwood, le livre de Johanna Sinisalo ne fait pas de la dentelle pour montrer un pays ravagé par l'obscurantisme et isolé du monde comme une vulgaire Corée du Nord. Son héroïne est une Morlock déguisée en Eloï qui, au-delà de son combat individuel, cherche à retrouver la trace de sa soeur disparue. Avec son compagnon, elle évolue dans un milieu secret qui cultive le piment, denrée qui n'est pas recherché pour ses vertus médicinales ou gustatives, mais parce qu'il est devenu une drogue bannie sous sa forme de capsaïcine. Avec joie et docilité est un thriller redoutable et excessif comme tout roman prenant pour cadre un état totalitaire. Sa forme, déroutante au début, est assez remarquable en conjuguant les carnets de ses deux protagonistes avec des extraits de la nouvelle constitution finlandaise qui expliquent comment la "domestication" de la femme s'est opérée au fil des années. Johanna Sinisalo, dont a pu apprécier la plume avec trois traductions ces dernières années chez Actes Sud, démontre une puissance d'évocation et une fluidité narrative impressionnantes. Avec joie et docilité est un roman brillant, inquiétant et haletant jusqu'à sa dernière ligne.


Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
VALENTYNE
  21 mars 2020
Dystopie
Finlande de nos jours
Vanna nous raconte tout d'abord son enfance. A l'âge de 4 ans,ses parents meurent dans un accident de la route et elle et sa soeur sont recueillies par leur grand-mère en Finlande. On apprend les réalités de la vie de ce pays par les yeux d'enfants. Les petites filles sont élevées pour devenir de parfaites ménagères et il existe une « cérémonie » qui détermine le sexe des filles : une fille peut devenir soit une Eloï, soit une Morlock. Etre une Eloï signifie devenir domestiquée mais avec une vie relativement facile (avec mari, enfants,sécurité) ; être désignée Morlock revient à être « déclassée », utilisée pour du travail physique très pénible, être stérilisée et devenir une esclave. La grand-mère, consciente du danger, élève les deux filles pour qu'elles soient « reconnues » comme Eloïs , c'est le cas sans doute pour Manna, la plus jeune soeur, mais pas pour Vanna l'aînée, celle ci devient donc officiellement Eloï même si elle se sait Morlock à l'intérieur. Les hommes eux sont partagés également en deux groupes , les virilos à qui tout est permis et les infras réduits en esclavage.
Au delà de l'histoire passionnante de Vanna qui recherche sa soeur disparue un an après son mariage, c'est tout une société de faux semblants et de mensonges qui est décrite. Côté personnages masculins, Jare gagne peu à peu la confiance de Vanna.
Le roman alterne l'histoire vue pr Vanna, quelques témoignages de Jare, et des extraits de pseudo- encyclopédie démontrant l'infériorité de la femme (juste bonne à faire des enfants et tenir le foyer)
Cette dystopie où les femmes sont réduites en esclavage (que ce soit les Eloïs ou les Morlocks, cela reste de l'esclavage) est aussi intéressante que la servante écarlate de Margaret Atwood.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Sallyrose
  28 avril 2020

En Finlande dans les années 2010.
Les femmes sont programmées pour être frivoles et au service des hommes dans le but de maintenir une paix sociale et d'assurer la reproduction de l'espèce.
Aucune technologie ne vient distraire la population de la joie saine d'une existence simple.
Aucune drogue (enfin presque) ne permet d'oublier cette dictature mielleuse.
Issues de H.G. Wells, les femmes sont réparties entre Morlocks et Elois et ainsi que dans le meilleur des mondes, chacune a sa fonction sociale même si la tendance est à éradiquer les Morlocks.
Très loin d'un quelconque plagiat, ce roman est un bijou d'humour qui fait froid dans le dos.
Extraits de textes scientifiques, de loi, alternance de narrateurs, tout concoure à enseigner au lecteur les codes de cette société qui ressemble tant à la nôtre.
Quand la soeur de Vera disparaît, la dystopie devient thriller pour le plus grand plaisir du lecteur.
A ne pas manquer
Commenter  J’apprécie          172
Foufoubella
  09 mai 2019
Bienvenue en République Eusistocratique de Finlande !
Bienvenue dans ce pays idyllique où les femmes sont fortes, riches et respectées. Où le bonheur de certains n'empiète pas sur celui des autres, où l'épanouissement personnel est de mise, voire encouragé.
Bienvenue en République Eusistocratique de Finlande, pays où il fait bon vivre et dans lequel la liberté de parole est la même pour tous. Et toutes.
Enfin, on peut toujours rêver.
Ce roman dystopique nous emmène dans ce froid pays devenu, au lendemain de la guerre, un état où toute forme de jouissance et de plaisir est bannie, sauf le sexe car il faut certainement bien se tenir chaud les longues nuits d'hiver... et il ne faudrait pas non plus que ces messieurs dépriment.
Car, une fois encore, ce sont surtout les femmes qui pâtissent des nouvelles lois en vigueur. Considérées comme appartenant à une sous-catégorie, les femmes sont, au mieux, de parfaites idiotes ; au pire, dangereuses car indomptables puisqu'elles savent faire fonctionner leur cerveau.
Les premières deviennent des éloïs, soit de parfaites petites ménagères dont le seul rôle est de satisfaire aux besoins du mari et de pondre des gosses, tandis que les secondes, les morlocks, sont stérilisées dès le plus jeune âge – il ne faudrait pas qu'elles se reproduisent non plus – et sont employées dans des travaux subalternes.
Johanna Sinisalo raconte l'histoire de Vanna, une morlock dissimulée sous les traits d'une éloï.
Vanna a une soeur, Manna, qu'elle cherche désespérément et nous conte alors leur enfance, leur adolescence, leurs différences. Vanna appartient aussi à la résistance, ou ce qui s'apparente à une forme de résistance, en participant à un réseau clandestin qui fait entrer dans le pays de la marchandise prohibée, dont le fameux piment bourré de capsaïcine.
J'ai été attirée vers ce roman par sa couverture (une belle femme blonde, très distinguée, très bon chic bon genre, mais avec un balai-brosse – un balai à chiottes, appelons un chat un chat – en guise de couvre chef), puis par son résumé qui m'a donné envie.
Ce roman alterne les points de vue, particulièrement celui de Vanna, et est parsemé d'extraits de la nouvelle constitution finlandaise, des manuels scolaires, d'études réalisées pour expliquer – justifier ! - la mise au ban de certaines catégories de la population. Et quand on sait que certaines de ces études sont véridiques... Cela fait froid dans le dos.
Ce roman s'inscrit dans la lignée de La Servante écarlate de Margaret Atwood, roman revenu à la mode ces derniers temps grâce à la série tirée dudit roman et à l'avènement de Trump en tant que Président des États-Unis (donc du Monde). Comme beaucoup de dystopies, ce roman est perturbant, même si captivant, car nous montre ce que notre société pourrait devenir – voire est déjà.
La plume de Johanna Sinisalo est agréable et j'ai tourné les pages avec plaisir.
Mais, comme presque à chaque fois que je lis un roman d'anticipation, je suis restée quelque peu sur ma faim, beaucoup trop de choses restent inexpliquées. Pour moi, ce genre ne devrait pas se contenter d'un seul tome mais appartenir à une série de romans afin d'expliquer comment chaque partie de la population vit la chose. C'est une très bonne base pour un scénariste.

Challenge Trivial Reading II
Challenge multi-défis 2019
Challenge Monopoly
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
LornaricLornaric   27 janvier 2021
La distribution de sexe - un produit de consommation essentiel à la paix sociale - doit être aussi efficace que possible. A cet effet, le corps scientifique gouvernemental a généré une nouvelle sous-espèce humaine - les éloïs. De type blond, réceptive et soumise, l'éloï est jugée apte pour le marché de l’accouplement et sera vouée à favoriser par tous les moyens le bien-être de son époux. Les morlocks, en revanche, éléments de la population féminine jugés trop indépendants et difficilement domesticables, sont une espèce en voie de disparition. Stérilisées depuis leur plus jeune âge, elles constituent un réservoir de main-d’œuvre affectée à des tâches répétitives.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   26 juillet 2016
“Vanna. Si l’enfant, à cause de coliques ou d’une otite, par exemple, pleure sans discontinuer, que fais-tu ?”
La question du professeur me fait sursauter. C’est un virilo, père de famille, déjà âgé d’une quarantaine d’années. Il aime son travail, c’est pour lui une victoire personnelle chaque fois qu’une éloï quitte le lycée pour se marier.
Qu’est-ce qu’il a bien pu dire avant ça ? Je n’ai pas écouté un mot.
Je jette le bébé par la fenêtre ?
“Eh bien, euh, j’essaie de protéger mon conjoint du bruit.
- Plus précisément ?
- Eh bien, j’emmène le bébé loin de l’endroit où il dort. Ou je donne à mon mari des bouchons d’oreilles.”
Le professeur me regarde, surpris. “Tiens, tiens, Vanna, tu as quand même écouté.”
Je n’ai pas écouté. Mais réfléchi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LornaricLornaric   28 janvier 2021
Les robes à volants rose criard des six demoiselles d'honneur étaient conformes à la tradition : nous devions être aussi peu à notre avantage que possible afin de rehausser la beauté de la mariée. La couturière avait fait un bon travail, nous avions toutes l'air de petits cochons luisants, râblés, venant de se rouler dans un tas de feuilles roses.
Commenter  J’apprécie          110
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   26 juillet 2016
Nous savons que chez la fémine, les caractéristiques physiques et psychologiques de l’enfance propres à provoquer l’attendrissement et susciter un désir de protection persistent également, de nos jours, jusqu’à la maturité sexuelle et même au-delà. Ces caractéristiques, telles que le besoin de plaire, la sociabilité, la recherche d’un soutien et d’une sécurité auprès du sexe masculin et la naïveté espiègle, sont, comme nous en convenons maintenant tous, intrinsèquement féminines. Or elles étaient, avant la domestication, en voie d’affaiblissement ou même de disparition, du fait d’une sélection naturelle faussée (qualifiée d’émancipation).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   26 juillet 2016
Hanna, Janna, Sanna et Leanna écarquillent leurs yeux maquillés pour m’interroger, la bouche en cœur, sur mon futur mariage.
Comment est-ce qu’il a fait sa demande ?
- C’était plutôt romantique. Il m’a demandé combien d’années de cours de gestion domestique j’avais à mon actif, et j’ai dit deux.
- Mais c’est presque vrai ! Tu es à l’institut depuis plus d’un an.
- Avec comme matières cuisine, budgétisation des achats, hygiène domestique, puériculture, entretien du corps et bien sûr agilité sexuelle.
- Et comme options ?
- Couture, organisation de réceptions et décoration intérieure. Quand j’en ai parlé à Jare, il a dit que je serais bientôt une épouse accomplie.”
Toutes soupirent, c’est si merveilleusement virilo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : finlandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
128 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre