AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070387281
681 pages
Gallimard (02/04/1993)
3.9/5   124 notes
Résumé :
Août 1790 ... "La Terre vibrait sous elle comme un être assoupi, nourri d'on ne sait quel rêve. Cette terre d’Égypte dont Schéhérazade, treize ans, savait toutes les senteurs, les moindres frémissements..." Schéhérazade c'est l’Égyptienne. Autour d'elle tente de survivre une Égypte exsangue, province ottomane que se déchirent depuis des siècles les pachas turcs et les beys mamelouks. Juillet 1798... Un certain général Bonaparte, aveuglé par son "rêve oriental", déba... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  22 juillet 2018
Avec L'Égyptienne, Gilbert Sinoué mêle de manière heureuse saga familiale et contexte historique foisonnant.
Tout commence en 1790 avec Shéhérazade, treize ans et un caractère déjà bien trempé : l'Égyptienne du titre. du fait de son prénom, j'ai eu peur au départ de me retrouver dans une série de clichés orientalistes. Très vite, Gilbert Sinoué m'a rassurée en inscrivant la destinée de la jeune fille dans celle de l'Égypte, alors sous domination de l'Empire ottoman.
Au fil des chapitres, l'auteur nous donne à voir la campagne d'Égypte de Bonaparte comme si on y était, les mesures politiques Méhémet Ali, gouverneur du pays et vassal d'Istanbul dont il essaie de desserrer le joug.
Guerres, violences politiques ou religieuses, intrigues européennes en vue d'un écartèlement de l'Empire ottoman à leur profit, particulièrement la France et l'Angleterre. C'est surtout cette densité du contexte historique que j'ai retenu de ma lecture. Gilbert Sinoué se fait peintre avec ses superbes descriptions d'un pays fort de contrastes et fantasmatique pour l'esprit européen. le poids de l'Histoire depuis la plus haute Antiquité y pèse de tout ses millénaires le long d'un fleuve devenu mythique.
L'histoire de Shéhérazade et des siens est loin d'être inintéressante, ancrée qu'elle est dans ces prémices du XIXème siècle égyptien. L'aspect romanesque de la famille est toutefois un peu trop exacerbé à mon goût, parfois.
Il n'empêche qu'une fois arrivée à la dernière page, je n'avais plus qu'une hâte : poursuivre l'aventure avec La fille du Nil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
soleil23
  21 décembre 2019
Je pensais que c'était ma dernière lecture de 2019 car j'aime prendre mon temps mais la passion transmise par ce roman a fait que les 700 pages ont été dévorées. Je me réveillais la nuit pour reprendre l'aventure de l'Égyptienne.
Shéhérazade de Sinoué a le coeur empli de rêves et de secrets comme seules les femmes peuvent en avoir.
Avec finesse, l'auteur raconte une femme et un pays convoités l'une et l'autre. Une Egypte transpercée par les assaults étrangers. Blessée, violée et pillée par les uns et les autres. Laissant des villes sans vie et sans espoir. Bonaparte prônait la renaissance et n'a ramené que la mort et la destruction.
Je lis et j'ai mal pour ce peuple qui ne demandait que de vivre en paix.
J'ai mal de cette cruauté qui pousse les hommes à s'entretuer.
J'ai mal quand la ville phare de l'islam tombe et avec elle des siècles de lumière reduient au néant.
Et j'ai vraiment mal de cette inhumanité fracassante et odieuse.
Plus j'avance dans ma lecture plus j'apprends sur le passé tumultueux de la terre du Nil et des Pharaons.
J'en ai beaucoup dis alors j'invite tous les Babeliotes à découvrir cette magnifique fresque.
Bonne lecture et bonne et heureuse nouvelle année 2020. On y est enfin....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
miriam
  27 janvier 2020
La Saga Égyptienne se compose de deux  gros livres : L'Egyptienne (688p.)  et La Fille du Nil (456p) Cette saga au long cours se déroule pendant un siècle : de 1790, à la veille de l'Expédition en Egypte de Bonaparte  (2 juillet 1798) elle se termine par l'inauguration du Canal de Suez (15 Août 1869) , l'épilogue final est le bombardement d'Alexandrie par les Anglais (11 juin 1882). C'est un roman historique très bien documenté. Gilbert Sinoué a écrit la biographie de Méhémet-Ali (1770- 1849) : le dernier pharaon  que j'ai lu et relu avec toujours autant de plaisir que d'intérêt. 
Cette saga familiale met en scène une famille de riches propriétaires terriens : les Chédid   dans leurs domaines, Sabah à Guizeh et la Ferme des Roses dans le Fayoum. Chrétiens, ils sont proches des Mamelouks qui règnent sur l'Egypte et fréquentent les négociants européens. Youssef et Nadia, les parents sont exemplaires, mais ils rejettent Samira leur fille aînée, qui s'éprend d'un officier turc donc musulman. Nabil est actif dans les cercles d'étudiants nationalistes qui prennent exemple dans la Révolution française. L'Egyptienne, l'héroïne qui a donné son nom au livre et que nous suivrons pendant toute la saga, c'est Shéhérazade, flamboyante, passionnée, intelligente. Amoureuse de Karim,  fils du jardinier, mais musulman, ,elle épousera, Michel Chalhoub, chrétien à qui elle était promise qui lui donnera un fils Youssef. Son grand amour de maturité sera Ricardo, vénitien, proche de Mohamed-Ali....La Fille du Nil, Giovanna, fille de Shéhérazade et de Ricardo, est forte personnalité qui épousera le fils du Vice-roi, Saïd (une liberté que l'auteur a pris avec la grande histoire). Les grandes passions, les histoires d'amour, ne m'intéressent pas tellement  celle-ci tient la route et porte le roman historique sans trop l'envahir
Le roman historique, est passionnant et tout à fait précis (il ne faut pas sauter les notes de bas de pages, très documentées). Nous comprenons comment les mamelouks règnent sur l'Egypte, presque indépendamment de la Sublime Porte, souveraine en titre. L'expédition de Bonaparte est racontée par le menu. Abounaparte, aussi surnommé le joueur est décrit comme un conquérant sanguinaire peu soucieux de mission civilisatrice que parfois on lui attribue. Il n'en est pas de même pour Kléber  qui apparaît plus sympathique . Et les savants de l'expédition, ceux qui ont décrit l'Egypte? On retiendra ici plutôt les ingénieurs. Bonaparte aura une influence indirecte : il servira d'inspiration à un autre conquérant : Mohamed-Ali , macédonien comme Alexandre le Grand, qui conservera au cours de son règne sa francophilie.
Le héros de la saga est Mohamed-Ali . Sa conquête du pouvoir est cruelle, machiavélique. Il ne se contente pas de régner, il veut moderniser l'Egypte : "nationalise" les terres pour rationaliser l'agriculture, se préoccupe d'irrigation, de canaux, barrages. Il fait venir des experts européens. 
Arrivent les Saint-Simoniens les invités surprises du roman avec leurs idéaux progressistes, abolition de la corvée, féminisme, leur folklore et aussi leur quête un peu délirante de la Mère ou de l'Épouse.
On en arrive à Ferdinand de Lesseps et enfin au Canal de Suez dont le projet occupe la deuxième partie de la Saga. Mais ce n'est plus Mohamed -Ali qui verra sa réalisation mais le Khedive IsmaÏl , son petit-fils qui l'inaugurera en présence de l'impératrice Eugénie. 
En revanche, le rêve de Mohamed-Ali : l'indépendance de l'Egypte ne pourra pas être réalisé. le jeu diplomatique des grandes puissances européennes hostile au démembrement de l'Empire ottoman mettra en échec tous les efforts, les guerres en Grèce, en Turquie des armées égyptiennes, même victorieuses.  L'intervention britannique de 1882 fera de l'Egypte une colonie britannique.
Lien : https://netsdevoyages.car.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
joelle58
  11 janvier 2020
J'ai suivi avec beaucoup d'intérêt la vie de Shéhérazade de 13 à 50 ans. L'auteur nous retrace le parcours d'une femme volontaire, passionnée, entière dans ses amours comme dans ses haines. C'est avec plaisir que je la suivrai dans le 2ème tome « La fille du Nil ». Par contre que de rappels historiques ! J'ai été submergée par toutes ces pages retraçant l'histoire de l'Egypte avec comme trame de fond : les Turcs, les Mamelouks, les Anglais, les Français….. et bien plus encore. Très indigeste pour ma part ! Quant à notre « grand » Napoléon je l'avais côtoyé sur les bancs de l'école en tant que consul et empereur près à tous les sacrifices d'hommes pour prix de sa propre gloire, mais je l'ai découvert dans ce livre à l'époque du général Bonaparte et je dois dire que j'ai été choquée. Toutes ces horreurs, ces tueries inutiles et à certains moments je parlerai même d'assassinats puisqu'il s'agit de plusieurs milliers de combattants qui se sont rendus dans les règles de la guerre et qu'ensuite il a fait passer par les armes. Je ne peux même pas me dire que c'est de la fiction puisqu'en fond de page il y a des références historiques. Dur à lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Nodib29
  06 janvier 2018
Dans ce « roman historique », la partie historique très bien traitée est gâchée par une romance trop rocambolesque à mon goût.
Gilbert Sinoué parvient à nous faire revivre l'expédition de Bonaparte en Egypte de façon très claire et vivante et nous rappelle qu'il s'agit d'une guerre avec son lot d'atrocités et pas seulement d'une expédition scientifique. Il cite ses sources dans de nombreuses notes en bas de pages, ce que j'apprécie particulièrement.
Par contre, l'histoire d'amour impossible entre Shéhérazade, riche chrétienne attachée à sa terre, et Karim, le fils du jardinier musulman, attiré par les bateaux ne pas convaincue. L'héroïne est une vraie tête-à-claque, des péripéties invraisemblables s'enchaînent et le style est parfois à la limite de la mièvrerie. le summum du kitsch étant atteint lors de l'escapade vénitienne complètement surréaliste et hors de propos.
L'idée de montrer les événements par le regard de ces deux personnages n'était pourtant pas mauvaise. Il aurait fallu que l'auteur garde la même sobriété dans tout le roman pour que je ne sois pas tentée à plusieurs reprises d'en abandonner la lecture.
Quand à Méhémet-Ali, une des personnalité historique forte de « l'Egyptienne », Gilbert Sinoué lui a consacré une biographie « le dernier pharaon : Méhémet-Ali (1770-1849) ». J'ai tout de même bien envie de la lire, ayant apprécié « Avicenne ou la route d'Ispahan » de l'auteur sur le célèbre médecin et philosophe persan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   26 mars 2018
L'EGYPTE EN I7OO
Au VIIème siècle, l'invasion arabe avait submergé la vieille terre des Pharaons et mis en servitude le pays. Au XIIème siècle, le général kurde Saladin, champion de la lutte contre les croisés, et surtout le sultan el-Ayoud commirent l'imprudence d'introduire en Egypte douze mille esclaves géorgiens ou circassiens. ces hommes avaient pour nom les Mamelouks — celui qui appartient. Ils devinrent les seigneurs de la vallée du Nil et fondèrent leur propre dynastie. Puis vint l'inévitable décadence. Au début du xvii e siècle, la Sublime Porte, autrement dit la Turquie, conquiert l'Egypte, mais en laissant toutefois aux Mamelouks une partie de leur autorité. Aussi leurs chefs, au nombre de vingt-quatre, continuèrent-ils à gérer les provinces avec le titre de beys à la seule condition de payer un tribut annuel à Istanbul. Au moment où s'ouvre ce récit, l'autorité de la Porte est tombée en quenouille depuis un demi-siècle. Et les Mamelouks — dix à douze mille hommes — demeurent les véritables maîtres du pays.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
soleil23soleil23   21 décembre 2019
Je préfère de loin la haine à l'indifférence. Elle a ceci de favorable qu'elle laisse entrevoir des chances de dialogue.
Commenter  J’apprécie          90
DUBERRYDUBERRY   25 août 2013
Il n'existe pas de rêve fou. Seulement des fous qui ne tentent pas de réaliser leur rêve.


A une nation riche et civilisée, mais triste, je préfère un pays qui trouve dans sa misère la force de danser.
Commenter  J’apprécie          40
pattypp7pattypp7   11 mai 2011
L'Egyptien naît avec un papyrus dans le coeur, où il est écrit en lettres d'or que la dérision sauve du désespoir ...
Commenter  J’apprécie          70
soleil23soleil23   21 décembre 2019
Dès le lendemain de cette boucherie, le destin se vengea en prenant le masque hideux de la peste.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Gilbert Sinoué (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilbert Sinoué
Le libraire Gérard Collard recevait sur la scène de la Griffe Noire l'auteur Gilbert Sinoué lors de la dixième éditions du salon international du livre de poche Saint-Maur En Poche.
Retrouvez vos livres dans notre librairie en ligne ! :
Inch' Allah : Intégrale : le souffle du jasmin ; le cri des pierres de Gilbert Sinoué aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/3148-romans-inch-allah-le-souffle-du-jasmin-le-cri-des-pierres.html
Averroès ou le secrétaire du diable de Gilbert Sinoué aux éditions Fayard https://www.lagriffenoire.com/96650-romans-averroes-ou-le-secretaire-du-diable.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coups-de-coeur-gerard-coll? https://www.lagriffenoire.com/
#soutenezpartagezcommentezlgn
Merci pour votre soutien et votre fidélité qui nous sont inestimables. Gerard collard? Jean-Edgar Casel
#soutenezpartagezcommentezlgn #librairie #livres #livre #lecture #culture #passiondulivre #lirepourleplaisir #lirerendheureux #bookstagram #livrestagram #instaculture #instalecture #instalire #romans #roman
+ Lire la suite
autres livres classés : egypteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Gandhi en Afrique du Sud : La Nuit de Maritzburg de Gilbert Sinoué

En quelle année Mohandas Karamchand est-il venu en Afrique du Sud pour défendre les intérêts d'une entreprise indienne ?

1885
1893
1896
1914

8 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : La nuit de Maritzburg de Gilbert SinouéCréer un quiz sur ce livre

.. ..