AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070761622
Éditeur : Gallimard (31/05/2001)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Nénette, c'est Lucienne, la fille des Sinzenelle, les domestiques de Malagar. Et Malagar, ce n'est rien d'autre que la grande propriété girondine de François Mauriac. Soixante ans après son départ du célèbre domaine, elle lit Malagar, les souvenirs d'enfance de Jean Mauriac, fils du grand écrivain, et c'est le déclic. Sa plume retrace à son tour les douze années d'enfance passées dans "son" M... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
moravia
  27 juillet 2015
La vie de Lucienne Sinzelle c'est à la fois du Hugo, du Hector Malot et du Zola. Comme situation, on peut espérer mieux. Alors que d'autres auraient enjambé le pont pour se jeter dans la Garonne ou trouver un bel arbre pour se pendre Lucienne reste stoïque. Aucun ressentiment, aucune plainte car malgré toutes ces vicissitudes un rayon de soleil brille dans son coeur.
Il a pour nom Jean Mauriac, fils de François, qui durant la période des vacances partagera avec elle ses jeux d'enfant.
Ce texte est publié dans la collection Haute Enfance de Gallimard et y trouve parfaitement sa place.
Ce sont des souvenirs, de la nostalgie, réminiscences d'une époque révolue. C'est aussi pour le lecteur l'occasion d'entrevoir la figure d'un écrivain célèbre hors du cercle littéraire.
Bien écrit alors que l'auteure n'a pas le statut d'écrivain, vite lu, c'est un livre parfait pour flâner en vacances à l'ombre des grands pins le long de la côte Atlantique.
Par exemple au "Petit Nice", du coté de Mimizan...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Malice
  09 juillet 2013
Un jolie récit autour de l'enfance dans la propriété du grand écrivain François Mauriac. Nénette (Lucienne) est une petite paysanne qui devient l'amie de Jean Mauriac. Les souvenirs de Lucienne font penser à l'univers charmant et désuet de la Comtesse de Ségur.
C'est un récit à la fois lumineux et puis remplit de douleur.
Commenter  J’apprécie          00
Comics
  29 novembre 2012
Par ceux qui l'ont servi : Mauriac. Edifiant !
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
moraviamoravia   13 juillet 2015
Quand on était en vacances et que notre mère pouvait se libérer, on allait avec elle au marché de Langon, toujours très animé. L'hiver, en période de crue de la Garonne, il nous arrivait de gagner Langon en empruntant le viaduc de la voie ferrée jusqu'à la gare. Pour tous, c'était le seul moyen de traverser les palus inondés.
Monsieur Dubourg se rendait au marché de Langon chaque semaine avec Pompon attelé au tilbury. Il emmenait Madeleine, la cuisinière, quand toute la famille Mauriac était présente au domaine. Pompon restait attaché à un anneau, sur une rive de la Garonne ; de nombreux chevaux attendait là que leur maître vienne les reprendre.
Quand nous allions à Langon, nous demandions toujours à notre mère de faire un détour pour aller les voir et les caresser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
moraviamoravia   15 mars 2018
Mon père et Jean Ducasse avaient, attaché à la ceinture, un étui - le coudey en patois et de son véritable nom, "coffin" ; il contenait de l'eau et une pierre à aiguiser. L'herbe était parfois si haute qu'on ne voyait que la tête du faucheur et la lame de la faux quand il l'affûtait.
Commenter  J’apprécie          150
moraviamoravia   09 juillet 2015
Ces confidences suggèrent une autre lecture de François Mauriac, chez qui tout était contraste. Il prit parti pour les prêtres ouvriers, pour les travailleurs basques, il s'indignait des injustices commises dans les pays lointains qu'il n'avait pas visités, mais le prolétariat misérable qui aurait pu lui être familier, il ne le connaissait pas.

(préface de José Cabanis).
Commenter  J’apprécie          90
moraviamoravia   12 juillet 2015
Un jour, Mme Mauriac, votre mère, nous a amenés, Lulu, vous et moi, dans une propriété, près de la gare de Langon. Je me souviens d'un parc, autour d'une grande demeure, où nous avons joué tout l'après-midi. On voyait Malagar, au loin, de l'autre côté de la Garonne. C'est vous qui m'avez appris récemment qu'il s'agissait de la maison de Genitrix, l'un des romans les plus connus de François Mauriac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
moraviamoravia   15 juillet 2015
Mais je revois surtout le visage de chacun des habitants de Malagar, même ceux qui étaient simplement de passage, comme votre oncle l'abbé. Il me semblait impressionnant en soutane, mais il bavardait si gentiment avec nous, sous le hangar, devant notre porte. Il complimentait notre mère sur ses yeux bleus, ses cheveux très bruns.
Commenter  J’apprécie          71
Video de Lucienne Sinzelle (1) Voir plusAjouter une vidéo

Lucienne Sinzelle : Mon Malagar
Dans les jardins du manoir d'EYRIGNAC, en Dordogne, Olivier BARROT présente le livre "Mon Malagar" de Lucienne SINZELLE, édité par Gallimard. Photographies en banc-titre, dont photo de Lucienne SINZELLE.
Dans la catégorie : Femmes célèbresVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique>Femmes célèbres (71)
autres livres classés : prolétariatVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
880 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre