AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2869599102
Éditeur : Arléa (19/08/2010)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 91 notes)
Résumé :
Que fait cette femme seule sur la plage d’une petite station balnéaire de Bretagne ? Elle est si discrète qu’elle se fond dans le paysage. Elle observe les gens autour d’elle, semble attendre, mais quoi ? C’est un homme qu’elle attend. Il doit venir la rejoindre ; il le lui a promis. À la fin de la semaine, il sera là. Il est son amant. Il est marié. Elle veut voir dans sa prochaine venue un choix qu’il assume. Alors elle l’attend et trompe son ennui en jouant à la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  21 mars 2019
Seule sur la plage, le nez dans l'eau, ce n'est pas Hélène qui partira à cent mille lieues de toi, mais Anne. Une jeune femme éperdue et heureuse sur le sable fin. Elle est en vacances en Bretagne et elle attend que son amant arrive. Son amant François est un homme marié, il est professeur de philosophie au lycée Montaigne. Tous deux se sont rencontrés dans la bibliothèque où travaille Marie. Un lecteur sous le charme de sa bibliothécaire, n'est-ce pas romantique à souhait...
Là-bas, sur cette plage, Anne décompte les jours en observant ce qui se passe autour d'elle sur cette plage. Elle s'attache aux couples de passage, aux enfants qui font des châteaux de sable et elle part loin dans ses souvenirs. Que ce soient ceux de son enfance ou ceux qu'elle partage en commun avec son amoureux.
Une histoire d'attente, un roman-photo sur une seule image : l'attente. Il aurait d'ailleurs très bien s'appeler ainsi ce roman. Mais c'est la plage qui permet à Anne d'attendre avec un fervent amour un signe de son amant. Comme ces vagues qui s'en vont et reviennent inlassablement, ce sable sur lequel les pieds avancent sans un but précis. Beaucoup de nostalgie dans ce roman et beaucoup de patience pour supporter l'attente, encore et toujours elle.
Suite à la très belle critique de latina sur un autre livre de Marie Sizun, c'était le seul roman disponible de cette auteure dans ma bibliothèque attitrée.
Qu'en dire ? Mes impressions sont assez mitigées car il y a eu pas mal d'ennui dans cette lecture. L'attente édulcorée aux souvenirs m'a semblé terne... J'avais cette impression d'une pluie incessante sur cette plage de Bretagne. Mais je lirai à charge de revanche La femme de l'Allemand qui devrait davantage me plaire. Je n'étais certainement pas réceptive en ce moment à cette latence contemplative trop linéaire dans la plage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9215
nadejda
  19 avril 2012
Epigraphe
«C'est une chose étrange que l'absence. Elle contient tout autant d'infini que la présence. J'ai appris cela dans l'attente.»
Christian Bobin - Lettres d'or
Cet épigraphe est vraiment le reflet du beau livre de Marie Sizun «Plage»
Un livre tout en nuances de bleu et gris, où le vent fait courir les nuages et alterner lumière et ombre.
Anne, bibliothécaire dans le VIè arrondissement à Paris, vit solitaire dans un petit studio rue Christine. Elle attend sur une plage bretonne François dont elle est la maîtresse, prof de philo au lycée Montaigne, qui doit la rejoindre en fin de semaine.
Le premier chapitre débute un dimanche, le 26 juillet fête de Sainte Anne,
et chacun des chapitres suivants sera la relation d'un jour de la semaine qui sépare Anne de celui qu'elle attend.
Ce premier jour, elle prend plaisir au contraste entre elle et le monde qui l'entoure et qu'elle observe avidement, amusée, tentant de deviner les vies qu'elles croisent sur la plage, à l'hôtel. Elle se remémore sa rencontre avec celui qu'elle attend avec un plaisir gourmand. Cela fait six mois qu'elle le connait. Elle se sent bien dans le cocon de son attente.
«Autour de moi les gens vont et viennent. Parlent. Rient. Ils ne savent pas que c'est à toi que je pense, couchée sur le sable, les yeux clos, absente, partie. le bruit des conversations, la rumeur de la plage, le petit bruit des vagues, le claquement au vent des fanions fixés aux mats des bateaux échoués, tout cela comme une musique protectrice qui m'enveloppe, m'isole, m'emmène près de toi.» p 35
«Ici, je suis celle qui t'attend. Et uniquement celle-là. Ici je suis ton attente»
Tout ce qu'elle fait, elle le fait à travers l'absence, elle fait corps avec cet absent qu'elle rêve et recrée pour elle seule.
 Elle songe à des rencontres manquées, revit des scènes de son enfance, «Comme elle est étrange, cette plage où le passé affleure dans un présent incertain. Cette plage où le temps réel n'existe plus.» p 61
Elle est bercée par la mélodie des voix tantôt lointaines ou plus rapprochées «apportées par le vent, déposées par ceux qui passent»
Dans une alternance de joie et de malaise, elle envie la liberté des autres, leur vie après avoir savouré la spécificité de la sienne.
Ces vies qu'elle observe la ramènent alternativement vers son enfance ou vers celui qu'elle attend, elle revoit son père qu'elle admirait et aimait, sa mère détestée, rivale qu'elle avait détrônée dans le coeur du père volage. Vis à vis de la mère, fermée sur son chagrin de femme trompée, aucune excuse. le père, lui, à ses yeux représente, la liberté l'aventure, le rêve
Elle souhaite être la maîtresse, «la maîtresse d'amour», celle qui est aimée, mystérieuse, pas comme celle que fut sa mère.
Tout est à fleur d'eau, de ciel, de peau. L'humeur d'Anne est changeante comme la meteo, comme la mer, le vent qui fait courir les nuages
Marie Sizun avec son don d'observation aigüe des êtres et des choses qu'elle sait effleurer de sa plume avec douceur mais aussi en les égratignant, nous fait partager chaque jour de cette semaine d'attente dans sa légèreté et sa pesanteur. Une semaine qui réserve quelques belles surprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
isabiblio
  25 février 2012
Anne est en vacances en Bretagne, dans l'attente de la venue de son amant François qui doit venir la rejoindre en fin de semaine. Elle l'a rencontré dans la bibliothèque où elle travaille sur Paris, il est professeur de philosophie, marié et père de deux enfants. Comme l'arrière- pays semble sans intérêt d'après la patronne de l'hôtel, elle se contente de rester sur la plage, elle a apporté une provision de romans, elle pense à lui, elle est si heureuse de l'aimer. D'un certain côté cette attente solitaire sur la plage l'amuse, elle qui est si curieuse de la vie des autres. Souvent cachée derrière un livre, elle observe les gens de la plage, comment ils arrivent, comment ils s'installent, elle devine leur vie jusqu'à ce que certains comportements lui rappellent la sienne de vie. Son adolescence déçue, son père tant aimé disparu, sa mère aigrie qu'elle déteste. Au fil des jours sa voix à lui se fait plus rare, elle doute de plus en plus de sa venue, elle en arrive même à être partagée quant à l'avenir de leur liaison. Quand elle fait la rencontre De Claire et de ses enfants, le non sens de cette semaine s'éclaire enfin ! La réalité reprend ses droits laissant place à l'absence de sentiments, à une autre Anne prête à prolonger ses vacances pour profiter de la vie. Un roman d'une douce pudeur qui évoque la passion d'une femme pour un homme marié et l'ambiguïté des sentiments qui en découle. Un portrait de femme passionnée mais lucide !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
infini
  01 août 2014
Plage....
un monologue d'une femme dans l'attende de son amant....
J'ai été bercè par la tristesse de ses mots...comme le vagues...
j'ai été optimiste avec elle quand le soleil lui brulait le corps...
j'ai ressenti la profondeur de son écriture poétique et délicate..
Tous les sentiments ,surtout l'angoisse de l'abandon , de l'attente et cette espoir...cette lueur d'espoir qui maintient l'illusion d'etre heureux...
J'ai aimé la description qu'elle donne de la plage se rencontre , avec ses yeux , avec sa solitude , ces rencontres le temps de vacances, ces personnes que l'on ne rencontrerai surement pas...leur histoire , leur masque...
le temps d'un bain de soleil.....
Commenter  J’apprécie          250
myriampele
  21 décembre 2018
Entre la plage et l'hôtel de la Plage, en Bretagne, Anne vit une semaine au rythme des marées , de ses souvenirs d'enfance et de son amour.
Son amant, un homme marié que l'on devine tiraillé entre elle et sa famille, doit arriver samedi.
Anne rêve, et observe la vie autour d'elle.
C'est une histoire qui oscille entre la mélancolie et la colère, mais ne va jamais au désespoir.
Un court roman pour une si longue attente...
Commenter  J’apprécie          210
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
LadybirdyLadybirdy   21 mars 2019
Ils sont beaux ces nuages, ces gros nuages que les gens regardent avec mauvaise humeur sous prétexte qu’ils cachent le soleil… Je les trouve bien plus intéressants qu’un ciel d’azur, bien plus mystérieux. J’aime leur manière si particulière de défiler, de lentement passer, couchés sur le dos, indifférents, souverains ; et, pourtant, secrètement protecteurs, me semble-t-il. Fraternels. On est jamais seul quand on regarde les nuages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          326
nadejdanadejda   18 avril 2012
... au loin, quelqu’un était assis dans un fauteuil de plage, au milieu de ce désert, à l’endroit où la mer, en se retirant, laisse imprimé sur le sable le beau plissé de la trace des vagues. En m’approchant j’ai vu que c’était une vieille dame, silhouette un peu frêle en robe de toile bleue, un pull bleu plus foncé jeté sur les épaules. Elle était là, toute seule, face à la mer, lisant au soleil, ce joli soleil fantasque du matin, qui s’en allait soudain et revenait dans un brusque éclat de lumière... C’est en passant à côté d’elle que je me suis aperçue qu’elle souriait en lisant. Qu’elle souriait à sa lecture. Au soleil. A ce matin tranquille. Et elle avait l’air si heureuse, cette vieille dame, si rayonnante dans sa solitude, que j’aurais voulu lui dire qu’elle était belle, et rassurante, et la remercier d’être ce qu’elle est. p 56 57 (Arléa poche)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
nadejdanadejda   18 avril 2012
Je vais tâcher de lire : mais je ne suis plus capable de rien, même pas de lire... Ou bien je vais relire Le Ravissement de Lol V. Stein ?... C’est peut-être cette lumière-là, cette musique-là qu’il me faut. Parce qu’elle donne de la beauté à ce qui n’en a plus. Et, pour faire plus vite venir le soir, je vais tirer les rideaux rouges...p 138
Commenter  J’apprécie          200
tessgeffroytessgeffroy   12 avril 2012
Ma mère, prévisible jusqu'au moindre de ses mots, la plus légère intonation, ma mère et son odieuse inquiétude pour "sa grande fille", ma mère dont le regard me renvoie si bien l'image de mes ratages et de ma solitude.
Commenter  J’apprécie          130
BibliorozBiblioroz   29 mai 2018
Aujourd’hui, il ne fait pas très beau : c’est une autre gamme de couleurs qui se révèle, camaïeux de gris, blancs indéterminés… Sous cette lumière changeante, on dirait que la vie hésite, que le ciel s’amuse en variations infinies. J’aime beaucoup ce matin aux couleurs indécises, qu’illumine soudain l’apparition du soleil entre deux nuages… C’est chaque fois une surprise, une petite grâce…
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Marie Sizun (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Sizun
Samedi 25 Mai nous avons eu la chance d'accueillir dans notre librairie Marie Sizun, venu nous parler de son dernier titre "Les s?urs aux yeux bleus" publié aux éditions Arléa ! Voici un extrait de cette rencontre !
Site : https://www.librairieravy.fr/ page Facebook : https://www.facebook.com/Librairie-RAVY-175491889157470/ instagram : https://www.instagram.com/librairieravy/?hl=fr
A bientôt dans votre librairie !
autres livres classés : solitudeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2235 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre