AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2363080297
Éditeur : Editions Arléa (29/08/2013)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 65 notes)
Résumé :
Qu’est-ce qui pousse Sabine, petite élève de 5e, solitaire et rêveuse, à ne pas se rendre en classe, ce matin de printemps ?

Pourquoi décide-t-elle ce jour-là de faire l’école buissonnière, et d’aller à la découverte d’un Paris qu’elle ne connaît pas très bien et qui l’a toujours fascinée ?

Ce n’est pas seulement pour échapper au rendez-vous que la prof de français, excédée par son désintérêt, a fixé à sa mère. La fuite de Sabine parl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  16 février 2017
Je viens de découvrir tout récemment l'écriture et l'univers original de Marie Sizun, avec "La Gouvernante suédoise"...qui m'a enthousiasmée...
Dans mon élan , je poursuis avec deux écrits antérieurs... dont ce roman tout à fait pathétique, prenant ... qui met en scène une petite fille vivant dans son quotidien et sa tête un véritable séisme: d'une élève tout à fait prometteuse, sans histoires dans le primaire, se retrouve littéralement au bord du gouffre... les difficultés familiales surgissent, la violence d'un papa adoré, le divorce des parents, une maman aimante, mais se laissant aller...
La maman, simple femme de ménage, veut le meilleur pour sa "merveille", sa petite fille, la change d'école et l'inscrit dans un lycée plus "chic" près de la Porte de Vincennes, où Sabine ne parvient pas à s'habituer, où elle est en manque de ses anciens camarades de Montreuil, issus du même milieu populaire...Un nouveau professeur de français , une femme trop rigide, méprisant plus ou moins volontairement ses élèves,par son incompréhension pour les enfants de milieu dit "défavorisé"
Entre les chagrins familiaux... cette petite fille, Sabine n'écoute plus les cours, s'évade dans ses songes, dans la contemplation de la nature; elle ne se sent bien qu'en cours de dessin , où elle se montre douée et encouragée par son professeur, Mlle Senlis....qui est la seule à lui manifester "écoute et gentillesse"; un einième incident avec la rébarbative prof de français, à propos d'un poème de Victor Hugo, qu'elle connaît et aime... Mais en classe, elle perd tous "ses moyens", se sent paralysée et en panique...
Cette prof... exige de voir au plus vite la mère de Sabine pour exprimer son mécontentement et songe même à une réorientation de cette élève... sans vouloir comprendre plus avant !
L'enfant, tétanisée, est terrifiée par cette convocation: à la fois, car elle éprouve quelque honte vis à vis de l'apparence négligée de sa mère ainsi que son travail peu valorisant... sans oublier son propre sentiment d'infériorité, sa conviction d'être différente et bête !!!
"Ce long trajet à pied du lycée à la maison, d'habitude, Sabine l'aime bien. Elle aime ce moment de solitude, de retrait, où elle a le sentiment, loin du collège et pas encore dans l'appartement, d'être libre, de n'avoir à rendre de comptes à personne. Et puis, c'est un peu, chaque fois, comme un voyage: dans la rue, on regarde, on voit ce qu'on ne voit ni à la maison, ni à l'école.
On voit la vraie vie. On devine déjà un peu du monde. (...)
Et alors on pense, on se demande un tas de choses, on a l'impression qu'on est intelligente, tandis qu'en classe on est l'imbécile..."(p. 42)
Et voilà , l'exclusion sociale, et la mise en échec scolaire, mises en place dans toute sa gravité et sa tragédie...
Sabine se ronge les sangs toute la nuit; et le lendemain, où la convocation maternelle par la prof doit avoir lieu le soir, décide de fuguer et de ne pas se rendre à l'école... elle débutera ses heures buissonnières par la forêt... puis se rendra en métro à Paris, pour revoir Notre-Dame, dont elle avait un heureux souvenir....
Adviendra une rencontre "miraculeuse" avec un jeune couple de touristes anglais, qui sentira spontanément le désarroi et chagrin absolus de cette petite fille...
Quelques heures de lumière , de gentillesse, d'écoute, de dialogues...de découvertes, dont une immersion au marché de la Poésie... où cette jeune lycéenne, dite "mauvaise élève, avec des moyens limités"....se révèle
d'une attention, d'une sensibilité extrêmes quant aux couleurs, à la magie des mots...ainsi qu'à tout ce qui l'entoure...
Quelques heures qui vont lui montrer combien la Vie peut être belle, et qu'APPRENDRE , est un des trésors des plus précieux dans cette existence...et que cela lui permettra de construire sa toute jeune vie, en début de devenir...
Je n'en dis pas plus...si ce n'est que ce roman est bouleversant, enveloppant, par le style, la finesse psychologique de l'auteure décrivant le désespoir total d'une enfant , en perdition, qui se sent rejetée du système scolaire, où elle ne trouve pas sa place, qui en arrive à songer même à disparaître...
Heureusement, Sabine se rebelle, fugue une journée... et des mains tendues... vont la remettre dans le chemin de l'espoir et surtout avec enfin ,l'envie de retrouver sa mère, sans honte et la faim d'APPRENDRE... de vivre et grandir !
"S'ils pouvaient deviner, tous ces professeurs, combien elle a maintenant envie d'apprendre. Envie d'apprendre ! C'était ce dont, avant, elle n'avait pas même idée." (p. 266)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
sabine59
  20 février 2017
Comme j'ai aimé ce livre! Un très gros coup de coeur! Il m'a fallu attendre un peu avant d'en parler, tellement l'émotion qu'il provoque reste imprimée en moi après la lecture...
Sabine a onze ans; petite blonde effacée, elle est en 5ème, ses résultats sont désastreux, alors qu'elle était brillante à l'école primaire. Elle rêve en classe et n'arrive pas à s'intéresser aux cours.Sabine s'envole, voit la beauté du monde dans chaque rai de soleil, loin , loin de sa prof de français, de ce poème qu'elle n'écoute pas.
Elle ose se montrer rebelle face aux réprimandes de la prof, et voilà que celle-ci décide de convoquer sa mère. Pour Sabine, c'est inconcevable. Sa grosse mère déjà usée par son travail de femme de ménage , elle l'aime mais elle en a honte.Elle appartient à un autre monde, incompatible avec celui de ce collège où sa mère a voulu qu'elle aille, où Sabine ne se sent pas à sa place...Sabine s'angoisse, pense aux choses qui font mal, comme ce père disparu, qui l'a abandonnée, comme cette satanée culture dont les profs se gargarisent et dont elle se sent exclue.
Alors, le lendemain, Sabine décide de faire l'école buissonnière. de cette journée particulière, que je préfère ne pas raconter, j'aimerais que vous la découvriez vous-mêmes, émanera , jaillira une autre Sabine,plus forte, plus confiante en elle, plus mûre aussi.
Une journée magique, pleine de surprises, de joies de chagrins, d'échanges et de découvertes. Une journée révélatrice, unique et déterminante.
Une journée que j'ai passée avec elle, les yeux embués, la gorgé serrée, où la poésie joue un grand rôle, illuminant tout, révélant Sabine aux merveilles des mots et du monde .
Une écriture limpide, tout en nuances et en douceur accompagne ce parcours initiatique, cette traversée inoubliable.
"Forêt. Comme dans le dessin de ses lettres, le mot se charge de mystère. de parfums, d'ombre et de lumière. de murmures. Oui, c'est comme une musique." La musique de Marie Sizun , celle de la petite Sabine, se sont glissées en moi et chantent doucement dans mon coeur bouleversé.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
Symphonie
  14 janvier 2015
- " Ca ne va pas du tout Sabine. Vos résultats sont trop faibles. Vous avez vu le dernier bulletin : " Elève en danger ! Aucune note au dessus de la moyenne sauf en dessin. Il va falloir que je rencontre votre mère."
Sabine sent la panique s'emparer d'elle en songeant à cette rencontre imminente entre sa professeure et sa mère. Parceque la mère de Sabine n'est pas une femme comme il faut. Sa mère est justement une femme comme il ne faut pas! Une mère obèse, informe, parlant mal, vêtue chichement. Aussi Sabine a honte, tellement honte de cette mère immonde, pas montrable. Honte aussi des deux pièces minables qu'elles occupent, respirant autant de pauvreté que d'insalubrité.
Le lendemain, jour de l'entretien, la fillette n'a trouvé qu'une seule issue: S'absenter des cours. Durant cette journée d'école buissonnière qu'elle s'octroie, arpentant les rues de la capitale, sa rencontre avec un jeune couple britannique, feru de poésies et de peintures va lui ouvrir les portes d'un savoir insoupçonné. Grâce à eux, Sabine apprend à penser et à voir différemmnent, à s'épanouir malgré ses blessures, à porter un nouveau regard sur le monde qui l'entoure.
En voilà une belle découverte. Je ne connaissais pas Marie Sizun et J'ai adoré cette histoire fluide, aérienne, dans laquelle on devine combien la poésie tient une grande place dans la vie de l'auteure. Un roman court mais riche émotionnellement. Les mots glissent subtils et délicats et qui, mine de rien apportent au lecteur une belle leçon de sagesse et d'humanité à se livrer et se libérer grâce à la poésie et la peinture nous permettant de voyager, de penser et de voir différemment, de nous rendre sensible aux êtres et aux choses de la vie, tout comme le décrit si bien Marie sizun dans Un jour par la forêt.
Autant dire que je compte bien me pencher sur ses autres écrits dont une partie patiente sagement en attendant de me séduire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
diablotin0
  15 avril 2019
Avec Marie Sizun je sais que je ne serai pas déçue, elle nous emmène toujours dans un univers, rude certes, où il y a beaucoup d'émotions, beaucoup de tristesse, de difficultés à se faire une place, sa place mais, elle nous enveloppe aussi, avec sa plume, d'amour, de tendresse et de douceur. Dans "Un jour par la forêt" j'ai toutefois été, au début, un peu décontenancée, il y avait beaucoup de similitudes avec Annie Ernaux, ainsi lorsque la petite se retrouve en décalage dans sa classe et qu'elle a honte d'être ce qu'elle est, d'avoir une mère comme la sienne, j'avais vraiment l'impression de lire "la place" ou " les armoires vides". Mais après ces quelques pages, Marie Sizun ne nous lâche plus.
Être à sa place, avoir sa place, faire sa place, voilà tout le sujet de ce roman. Sabine est issue d'un milieu pauvre et se retrouve dans un lycée "bourgeois" dans une classe peuplée d'enfants d'une autre classe sociale que la sienne. Elle le ressent, ça se voit, ça se sent, son enseignante de français est dérangée par ces différences qu'elle ne sait pas appréhender. Sabine le vit inévitablement mal, elle décide de faire l'école buissonnière. On se retrouve au côté de cette petite dans cette journée de "fugue", au côté mais aussi dans sa tête. Et il s'en passe des choses dans une petite tête de 11 ans. Malgré les chagrins, ce roman est résolument optimiste et comme avec tous les romans de Marie Sizun, je ressors émue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
isabelleisapure
  17 avril 2014
« Elle pleure pour tout le malheur du monde, pour sa grosse maman pas montrable, pour son père parti, pour ses amis qui vont s'en aller. Elle pleure pour sa solitude et pour le mal d'être petite dans un monde incompréhensible ».
Sabine, n'en peut plus de tout ce malheur pour ces frêles épaules.
Marre de cette école et de ces profs qui ne la comprennent pas et disent qu'elle a des « moyens limités ».
Marre de cette maman obèse et moche qui lui fait honte et qui dit tout le temps : « on n'a pas les moyens ».
Marre de ce papa parti vers une autre vie.
Marre de ces poésies de Victor Hugo qu'elle ne comprend pas.
Marre de sa solitude au milieu des autres écoliers qui sont si différents.
Un beau jour, elle dit stop et au lieu du chemin de l'école, elle choisit de prendre le métro et part à l'aventure dans Paris.
Au grès de belles rencontres, et avec l'aide d'amis de passage elle prendra conscience que pour peu que l'on s'en donne la peine, il y a plein de belles choses dans la vie.
La poésie peut-être et surtout l'amour d'une maman qui est toujours la plus belle du monde.
Comme à chacun de ses romans, Marie Sizun sait trouver les mots justes pour raconter des histoires simples comme le bonheur.
J'ai adoré cette petite Sabine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   12 février 2017
Ce long trajet à pied du lycée à la maison, d'habitude, Sabine l'aime bien. Elle aime ce moment de solitude, de retrait, où elle a le sentiment, loin du collège et pas encore dans l'appartement, d'être libre, de n'avoir à rendre de comptes à personne. Et puis, c'est un peu, chaque fois, comme un voyage: dans la rue, on regarde, on voit ce qu'on ne voit ni à la maison, ni à l'école. On voit la vraie vie. On devine déjà un peu du monde. (...)
Et alors on pense, on se demande un tas de choses, on a l'impression qu'on est intelligente, tandis qu'en classe on est l'imbécile...(p. 42)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
diablotin0diablotin0   09 avril 2019
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne...
(...) elle aime l'usage de la première personne le je, ça parle à tout le monde, c'est chacun. Ce qui lui plaît aussi, c'est l'emploi du futur. Le futur, ça fait espérer. On peut toujours rêver qu'un jour on ira par la forêt... J'irai par la forêt... J'irai par la forêt j'irai par la montagne, pense-t-elle, ça rend heureux. C'est peut-être ça, la poésie ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
fanfanouche24fanfanouche24   15 février 2017
-Il fait la manche, mais c'est un monsieur. Ce sera toujours un monsieur, aussi fauché qu'il soit. Tu vois bien qu'il n'est pas comme les autres clochards.
-Pourquoi ? ose Sabine;
-La poésie, ma chérie. La culture. Tu comprendras un jour, j'espère.

Elle sourit. N'en dit pas plus. La petite remue dans sa tête le mot détesté, qui, décidément, la poursuit. Mais, la poésie, il lui semble que c'est tout autre chose que la culture. (p. 196-197)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
diablotin0diablotin0   11 avril 2019
ça doit bien exister, des poèmes comme ça, qui disent ce qui la rend doucement triste à l'intérieur et en même temps heureuse ? Des poèmes avec des mots comme des images? Ce sont les mot qui font les images. Les simples mots. Les mots tout nus. Plus ils sont seuls, plus les mots sont magiques, pense la petite.
Commenter  J’apprécie          140
sabine59sabine59   21 février 2017
Elle pleure du trop de choses vécues aujourd'hui ; du trop de chagrin, du trop de tendresse, du trop de beauté. Elle pleure de l'excès de pensées en elle, du non-dit accumulé, nié, refusé, et qui maintenant s'impose, déborde. Elle pleure sa petite vie informe, en miettes. Elle pleure sa colère et ses espoirs, son silence et l'impuissance de ses mots.
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Marie Sizun (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Sizun
Samedi 25 Mai nous avons eu la chance d'accueillir dans notre librairie Marie Sizun, venu nous parler de son dernier titre "Les s?urs aux yeux bleus" publié aux éditions Arléa ! Voici un extrait de cette rencontre !
Site : https://www.librairieravy.fr/ page Facebook : https://www.facebook.com/Librairie-RAVY-175491889157470/ instagram : https://www.instagram.com/librairieravy/?hl=fr
A bientôt dans votre librairie !
autres livres classés : école buissonièreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
725 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre
.. ..