AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Laure Bataillon (Autre)
EAN : 9782020062237
87 pages
Seuil (01/06/1982)
3.57/5   27 notes
Résumé :
Lucas, un petit Chilien arrive en France avec sa famille. Pour lui, les difficultés d'intégration - notamment dues à l'apprentissage de la langue - s'accumulent. En revanche, dans le même temps, le jeune homme découvre la France des années soixante, tombe amoureux, se bat, puis finit par se faire de vrais amis.
Que lire après T'es pas mort !Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Lucas, 14 ans, est arrivé en France, à Paris, avec ses parents et son jeune frère suite au coup d'état militaire au Chili du 11 septembre 1973.

L'auteur arrive a raconter cette intégration avec beaucoup d'humour et de légèreté, tout en traitant un sujet assez difficile.

J'ai beaucoup aimé son écriture limpide et suffisamment documentée, pour un bon livre jeunesse.

Autobiographie, sans doute, où il revisite son adolescence, ses premiers émois amoureux et aussi ses amitiés naissantes durement gagnées.

Auteur que j'apprécie particulièrement, et qui m'avait marqué par son livre "Une ardente patience".
Commenter  J’apprécie          173
C'est l'histoire de Lucas, un jeune exilé chilien qui nous raconte des histoires d'ados, les difficultés qu'il rencontre dans ce nouveau pays qu'est la France. Ce qui est particulièrement remarquable dans ce court roman, c'est la facilité qu'a l'auteur à nous communiquer la manière de parler et de penser d'un ado de 14 ans, dans une prose pleine d'humour. J'ai découvert ce livre lors de ma dernière année de collège, grâce à un prof de français (merci à lui), alors que je ne lisais pas grand chose en dehors de la SF, c'est après cette lecture que je commence à faire pas mal d'infidélités à mon genre de prédilection en littérature. Mais la découverte essentielle que j'ai faite grâce à cet enseignant c'est de ne plus faire de hiérarchie entre un roman "classique", un roman de SF ou un policier... Si on a plaisir à lire un livre c'est qu'il est bon, point final.
Commenter  J’apprécie          50
C'est un court roman qui raconte l'arrivée et les premières années à Paris d'un adolescent chilien qui a fui son pays avec ses parents et son petit frère suite au putsch où Pinochet a renversé Allende.
J'ai bien aimé l'aspect initiatique de l'apprentissage de la langue française et des codes de cette nouvelle société. La belle amitié avec les frères grecs qui avaient aussi fui un régime autoritaire liberticide.
Mais j'ai moins accroché à la relation duelle avec Marcel contre le frère duquel s'est battu le héros narrateur.
Commenter  J’apprécie          50
T'es pas mort (1980) est la traduction au français de No pasó nada, un court roman d'à peine 120 pages, très-très drôle et "très chilien" sur le vécu d'une famille chilienne exilée en Allemagne lors du coup d'État de 1973; sur comment cette famille vit l'exil en pensant à la Patrie si lointaine chaque jour, avec quelle nostalgie les parents vivent chaque journée, mais comment les enfants arrivent à s'intégrer dans un milieu si différent et parfois terriblement hostile.
Un régal de lecture.
Commenter  J’apprécie          40
C'est avec ce roman que j'ai découvert l'écriture d'Antonio Skarmeta et que j'ai eu envie d'en lire plus.

J'ai beaucoup aimé le ton employé pour aborder des thèmes tels que l'intégration, la fuite d'un pays, etc. Les personnages sont attachants, l'histoire passionnante et le récit rapide.

Un livre à lire et relire.

Relu en janvier 2024. Toujours aussi agréable de suivre le personnage et sa vie de réfugié politique.
Un livre toujours d'actualité, à partager sans limite.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Moi, au début, à Paris, je me sentais comme un vieux crouton derrière une malle. Pour tout arranger, on nous avait mis au sec, mon frère et moi, à l'école du quartier. Quand on nous disait "bonjour", comme les gens sourient pas beaucoup ici, je croyais qu'on nous disait "tire-toi de là". Les types de l'école étaient gentils au fond et ils venaient nous poser des questions, mais nous, la seule chose qu'on pouvait faire c'était de sourire comme des débiles.
Commenter  J’apprécie          52
J'aime que tu ne dises rien, que tu sois comme absente,
Tu m'entends de très loin, ma voix ne t'atteint pas,
On dirait que tes yeux viennent de s'envoler,
On dirait qu'un baiser t'a refermé la bouche.

(Pablo Neruda)
Commenter  J’apprécie          60
Ici les types de ma classe ne savent pas ce que c'est un pays pauvre, ce qui s'appelle pauvre.
Ils n'ont jamais vu de maisons faites avec du carton et des boîtes de conserve.
Ils ne veulent pas me croire quand je leur dis qu'elles s'écroulaient quand il y avait trop de vent ou de pluie.
Commenter  J’apprécie          40
M. Berger nous a fait discuter sur une oeuvre de Brecht que la classe était allée voir la semaine d'avant et qui s'appelle "l'Exception de la Règle".
Moi, je l'avais trouvée formidable parce qu'on y voit que les riches achètent les juges et que la justice est pas du tout impartiale. ça m'intéresse parce que là-bas, au Chili, les juges condamnent les gens pauvres pour un oui, pour un non, tandis que les riches ils peuvent même tuer en toute tranquillité.
Là-bas, au Chili, les juges sont de vrais pantins.
En France, je ne sais pas.
Commenter  J’apprécie          10
A Santiago, les nuits sont courtes et il y a cent fois plus de soleil qu'à Paris et mille fois plus d'oiseaux, et puis il y a aussi une chaîne de montagne très belle à l'horizon, la Cordillère, qui a toujours de la neige au sommet.
Il y a aussi beaucoup d'insectes, des chiens en vadrouille et des mouches.
Ici, à Paris, il n'y a pratiquement pas de mouches, ça doit être à cause de l'hygiène.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Antonio Skármeta (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonio Skármeta
Il Postino (1994), trailer
autres livres classés : chiliVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (57) Voir plus



Quiz Voir plus

As-tu bien lu "La rédaction"?

Quelle est la grande préoccupation de Pedro au début du livre?

rendre à temps sa rédaction
trouver comment avoir un ballon en cuir blanc et noir
être gentil avec ses parents
trouver comment avoir plus d'argent de poche

10 questions
79 lecteurs ont répondu
Thème : La rédaction de Antonio SkármetaCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..