AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Alice Seelow (Traducteur)
EAN : 9782246775317
140 pages
Grasset (20/10/2010)
3.33/5   24 notes
Résumé :

Jacques est instituteur dans l'école du petit village de Contulmo, au Chili et traducteur pour le journal local.

Il a hérité de cette passion pour la langue française de son père, Pierre, qui, un an plus tôt et du jour au lendemain, est parti retrouver son pays d'origine, la France.Jacques et sa mère s'interrogent sur le départ de Pierre et attendent inexorablement des nouvelles. Qui n'arrivent jamais. Même l'attirance que Jacques éprouve... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique

J'adore ces romans, comme Un père lointain, où le protagoniste est partagé entre deux identités. Ce type de personnages à part, spécial (pour ne pas dire en marge) réussit toujours à jeter un regard unique sur le monde qui l'entoure. Dans tous les cas, il peut mieux en percevoir les apports, les bénéfices et les limites de chacunes. Et, quand l'une de ces identités est française, il apporte avec lui un bagage estimable. Paris et la France dégagent habituellement une aura enviable, rappelant la culture, l'art et la littérature.

C'est le cas de Jacques, né d'un père français immigrant et d'une mère chilienne. Il a grandi dans un village de province, quelque part au fin fond des Andes (c'est tellement reculé qu'on s'attend à ce que le train ne passe plus bientôt). Ce jeune homme revient, brevet d'enseignement en poche, au moment où son père les abandonne, lui et sa mère. Il essaie de ne pas trop y penser en ce concentrant sur travail (ses élèves), en traduisant des oeuvres françaises pour le journal local, ou en rêvant de serrer enfin une femme contre lui. Il y a bien cette Teresa…

Pas besoin de beaucoup plus pour me plaire. Et c'est exactement ce que propose l'auteur Antonio Skarmeta. Il ne se passe pas beaucoup d'action dans ce court roman, à part cette excursion dans la ville voisine. L'histoire toute entière repose sur ce jeune homme à la santé fragile mais passioné par la langue française. Il n'est plus un enfant mais l'absence du père pèse lourdement sur ses épaules. Malgré cela (ou peut-être en est-ce la cause), il s'intéresse grandement au sort des jeunes qui lui sont confiés, dont Augusto.

Un père lointain est un de ces petits bijoux de la littérature. Tous les éléments mentionnés plus haut, et d'autres encore, finissent tous par s'entremêler et ne former qu'une seule et unique trame. C'est tellement intelligent. J'aime ces personnages avares de paroles, qui racontent beaucoup plus avec leurs gestes et leurs silences. J'aime cette évocation de la vie campagnarde, de ces gens pauvres et simples qui espèrent mieux sans vriament y croire, qui vont au village voisin écouter des films au cinéma ou voir les putes.

Ce roman m'a tout de suite fait penser à un autre du même auteur, Une ardence patience (aussi connue sous le titre le facteur). C'est écrit dans le même style, j'y ai retrouvé la même poésie, la même sensibilité. Un bonheur de lecture !

Commenter  J’apprécie          400

Un petit trésor de poésie et d'émotions....sur l'amour d'un fils pour son père...et sur l'irrémédiable solitude des

êtres !...

En fouinant ,sans idée précise, à la médiathèque j'ai emprunté ce petit texte d'Antonin Skarmeta dont je n'ai lu jusqu'à présent qu' "Une ardente patience"...un court récit qui met en scène un jeune homme qui revient dans son village,ayant été admis comme instituteur ; il descend du train alors que dans un même temps, son père adoré monte dans le même train,part pour toujours !

Le fils unique et la maman sont catastrophés, désespérés...ils attendent des nouvelles de France,qui n'arrivent jamais. Jacques,le fils débute sa carrière d'instituteur...avec plaisir; sinon, il va rendre visite au meunier, grand ami de son père, qui sait des choses ! Il essaye de le faire parler....

Il y aura des surprises et une "chute" fort inattendue !

Une histoire touchante aux phrases faussement naïves....Comme une sorte de conte au langage à la simplicité confondante...suggèrant avec une grande sensibilité...des questions ,émotions, chagrins universels....

"-Que sais-tu de Papa que j'ignore,

Maman ?

-Il est en France

-pourquoi est-il parti ?

- Tous les hommes sont un peu marins dans l'âme. La curiosité pour d'autres lieux.Et puis sa patrie tu ne penses pas ?"

(p.80)

Commenter  J’apprécie          410

Ce petit roman a un côté surrané agréable et nostalgique à la fois. Jacques, tout jeune diplômé revient dans son village alors que son père monte dans le même train pour partir. J'ai retrouvé chez ce jeune instituteur , à peine sorti de l'adolescence, la même profondeur que Mario dans "le facteur" également d'Antonio Skarmeta. Jacques ne tarde pas à découvrir le secret du départ de son père. Il va orchestrer, comme si cela allait de soi, un scénario pour être acteur d'un nouveau chapître de l'histoire familiale...

Commenter  J’apprécie          220

Un long trajet de métro à l'aller et un autre au retour vous suffiront pour parcourir Un père lointain d'Antonio Skármeta, celui à qui on doit l'inoubliable roman Une ardente patience. Un long trajet durant lequel vous ne verrez et n'entendrez rien, tant la lecture de ce court roman vous absorbera. Dès les premières lignes, l'auteur vise juste en nous relatant sans force détails une rencontre qui n'a pas lieu, celle entre un fils qui rentre à la maison ses études terminées et un père qui la quitte au même moment : l'un descend du train, l'autre y monte.

Les pages suivantes nous donneront à en apprendre un peu sur Jacques, le fils, né d'un père français et d'une mère chilienne, sur sa vie d'enseignant et de traducteur (entre autres de Queneau), sur sa vie sentimentale, sur son amitié avec celui qui était la personne la plus proche de son père et qui, seul, sait pourquoi il est supposément rentré en France. Elles nous livreront aussi en filigrane, presque en demi-teintes, avec pudeur, ce que le jeune homme éprouve face à ce qui est pour lui un abandon et qui ne cessera jamais de l'être, même lorsqu'il finira par savoir ce qui a poussé son père à partir.

Il restera au jeune homme d'agir afin de changer le cours de l'histoire. C'est par un acte étonnant qu'il le fera, ce qui donne à ce roman déjà si tendre et tissé à même les grands sentiments du coeur une profondeur, une gravité et une justesse bouleversantes.

Un père lointain. Un roman inoubliable.


Lien : http://lalitoutsimplement.co..
Commenter  J’apprécie          90

Un très court roman, mais très émouvant et ayant le ton juste pour nous narrer la quête et l'amour d'un fils pour un

père disparu du jour au lendemain. Après s'être imaginé que ce père était parti très loin, le fils saura qu'il n'était pas loin physiquement.

Le sud du Chili est très bien esquissé ainsi que l'immense solitude des êtres.

Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation

-Que sais-tu de Papa que j'ignore,

Maman ?

-Il est en France

-pourquoi est-il parti ?

- Tous les hommes sont un peu marins dans l'âme. La curiosité pour d'autres lieux.Et puis sa patrie tu ne penses pas ?

(p.80)

Commenter  J’apprécie          80

Mène ta vie comme tu le veux. Il y aura toujours quelqu'un pour t'imposer des limites. Ne t'en donne pas toi même.

Commenter  J’apprécie          141

J'ai donc choisi un livre de Raymond Queneau, que le directeur du journal publiera en feuilleton,chapitre après chapitre. La prose est plus facile à comprendre que la poésie, mais on s'embrouille avec les destins des personnages.Ce doit être parce qu'ici il se passe très peu de choses.Nous sommes des personnages secondaires, pas des héros. (p.34)

Commenter  J’apprécie          20

Le message dit: "A propos de ton père, aujourd'hui j'ai reçu de lui cette carte postale de Paris.J'ai également regardé le sol d'en haut,et je peux à présent répondre avec certitude à ta question.Si quelqu'un se jette des ailes du moulin, il s'écrabouillera par terre. Ça ne vaut pas le coup, surtout si Dieu lui a prévu des chemins plus longs. Le meilleur de tous : finir grand-père avec une famille nombreuse à ton chevet,un curé et l'extrême-onction.C'est un solitaire qui te le dit."(p.78)

Commenter  J’apprécie          10

- Ton père t'aimait et pourtant il t'a abandonné. Tu enseignes, Jacques! Tu devrais savoir que les choses sont compliquées dan sua vie.

Commenter  J’apprécie          60

Video de Antonio Skármeta (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonio Skármeta
Il Postino (1994), trailer
autres livres classés : littérature chilienneVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

As-tu bien lu "La rédaction"?

Quelle est la grande préoccupation de Pedro au début du livre?

rendre à temps sa rédaction
trouver comment avoir un ballon en cuir blanc et noir
être gentil avec ses parents
trouver comment avoir plus d'argent de poche

10 questions
63 lecteurs ont répondu
Thème : La rédaction de Antonio SkármetaCréer un quiz sur ce livre