AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

jj Schleret (Préfacier, etc.) Doringe (Traducteur)
EAN : 9782258041035
978 pages
Omnibus (01/06/1995)
3.32/5   25 notes
Résumé :
Randolph Warren considère sa profession comme un sacerdoce et n'admet qu'une seule règle : le médecin, comme le chirurgien, est au service des malades. De jour et de nuit, contre honoraires ou gratuitement, il ira partout où le devoir l'appellera.
A chaque pas, il se heurte à l'égoïsme, à la vanité, à la bêtise, à l'incompétence, à l'âpreté. Il se trouve que sa femme Ann et son ami Tim partagent l'idéal dont il tient à faire une réalité quotidienne jusqu'au j... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Crazynath
  29 décembre 2014
Lu dans le cadre d'une ( vaine?) tentative de dépoussiérer ma PAL.
Le cadre de ce roman se situe dans les années 1950 aux États-Unis, avec comme personnage central Randolph Warren, brillant chirurgien.
On suit avec intérêt son évolution dans le milieu médical , avec des épidémies de maladies dont on n'entend guère plus parler dans les pays occidentaux telles que la diphtérie par exemple.
Ce médecin, intègre, aura fort à faire pour lutter contre les tentatives de corruption auxquelles il va être confronté. Il en subira d'ailleurs des conséquences non négligeables dans son parcours professionnel..
Quelques parties traitants de politique un peu indigestes à mon gout, mais un bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          180
Lamifranz
  27 avril 2022
La littérature prend parfois des chemins détournés. A côté de la littérature officielle vint se greffer, dès le début du XXème siècle, un autre type de littérature centrée non plus sur l'auteur, mais sur le lecteur, c'est ce qu'on a appelé les « best-sellers », c'est-à-dire « les livres qui se vendent le mieux » Sur le plan de l'écriture pure, cela ne changeait pas grand-chose, les bons auteurs se vendaient toujours bien et les mauvais continuaient à galérer. Mais peu à peu on vit se profiler de nouveaux auteurs qui, poussés par les éditeurs, cherchaient le « tout-public » et le meilleur tirage possible. Les oeuvres proposées, plus faciles d'accès, accusent généralement une baisse de la valeur littéraire (à part bien sûr quelques exceptions notoires) et inversement, quelques auteurs de seconde zone, peuvent, si leur livre se vend bien, accéder au statut d'écrivain.
Cela dit, chez les auteurs de best-sellers, on trouve aussi des écrivains et des oeuvres de qualité. L'exemple le plus frappant est Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell, mais on peut citer également des auteurs fort honorables – et honorés en leur temps - comme Louis Bromfield (La Mousson), Pearl Buck (La Terre chinoise) ou… Frank G. Slaughter.
Frank G. Slaughter (1908-2001) a connu une célébrité durable des années 40 aux années 70, aux Etats-Unis et plus encore dans le monde entier. Ecrivain prolifique, il laisse près d'une soixantaine de romans, répartis en deux sources d'inspiration : le roman médical (lui-même était médecin) et le roman historique. Dans ce dernier domaine, il se fit une spécialité du roman biblique, où il donnait vie aux grands personnages de l'Ancien et du nouveau Testament.
J'ai trouvé Afin que nul ne meure, parmi des dizaines d'autres romans, dans ce fameux cagibi que j'ai évoqué dans des chroniques précédentes, et où, théoriquement je n'avais pas accès. Mais allez savoir pourquoi, la clé restait toujours sur la porte… Les papas sont bizarres, des fois, non ?... Ah, papa, pourquoi es-tu parti si tôt ? Nous avions tant et tant et tant et tant de choses à partager…
J'ai tout de suite été conquis par le livre. Il est vrai que j'étais dans mon période Cronin (je suis toujours dans ma période Cronin) et le métier de médecin avait pour moi une aura extraordinaire au point que j'envisageais dans ma candide innocence d'y consacrer mon avenir. le parcours de Ran Warren n'est pas sans rappeler d'ailleurs celui d'André Manson (La Citadelle – 1937).
Ran est un jeune chirurgien fraîchement diplômé de l'Université de Baltimore. Jeune homme idéaliste et volontaire, il est un praticien hors pair, mais son caractère un peu sauvage le dessert parfois, sauf en amitié où il peut compter sur Tim Brennan (un Porthos en blouse blanche, en plus subtil) et sur Sybilla Barr (belle, énigmatique et inaccessible). Lui-même sait-être un ami fidèle et profond, au point même d'aider un de ses proches, Pee Wee Harter, condamné par la maladie, à partir dans la dignité et sans souffrance. Et puis vient Ann Trent, jolie rousse piquante et fûtée, qui devient la femme de sa vie. La vie s'écoule avec ses drames et ses joies, Ran fait l'amère expérience de la vie professionnelle : docteurs corrompus, ambitions sordides, drogue, adultère, politique (Ran prépare un projet pour l'élaboration d'un système médical nouveau pour les Etats-Unis). Mais l'amour et le courage aidant, malgré les vicissitudes, la vie reprendra ses droits, et avec elle une sorte de bonheur, somme toute bien mérité.
Il faut bien sûr tout replacer dans son contexte : l'Amérique des années 30 n'est pas celle d'aujourd'hui, et le plan Warren (très socialiste pour l'époque) n'a pas grand-chose à voir avec L'Obamacare des années 2010. A lire donc, sur ce plan-là, d'un point de vue purement documentaire. Toutefois, ne vous privez pas de déguster le roman dans toute sa plénitude romanesque, je vous garantis de passer un excellent moment.
Il n'y a pas à ma connaissance de film basé sur le roman. Tout au plus peut-on mentionner Pour que vivent les hommes, (Stanley Kramer, 1955, avec Robert Mitchum) qui reprend le cadre du roman, et certaines situations. Parler de plagiat, serait certainement abusif, mais on peut remarquer la similitude de titre (Afin que nul ne meure / Pour que vivent les hommes). « Y aurait comme un cousinage » comme dirait Lino.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33
frenchval
  18 janvier 2015
Une correction d'une critique précédente :
l'action de ce roman se situe incontestablement dans la fin des années TRENTE, pas dans les années cinquante !

Le roman a été publié en 1941, donc avant l'entrée en guerre des Etats-Unis.
De plus, même si aucune date, ni évènement historique n'est évoquée dans le roman il est quasi-certain que l'auteur le situe avant 1939 : vu l'ampleur du roman, l'absence de toute mention, même en passant, de la guerre en Europe serait extrêmement étrange si Slaughter avait voulu placer l'action après cette date.
Enfin, maints détails et l'atmosphère générale, évoquent clairement la Grande Dépression, et le milieu les Années 30.
Ainsi, le thème central du roman , la tentative de mise en place d'une médecine étatisée (qui n'a jamais eu lieu dans la réalité), est le reflet des inquiétudes qu'ont suscité parfois le mouvement d'interventionnisme de l'Etat fédéral qui a marqué la politique de Roosevelt.
Il est d'ailleurs intéressant de voir que les questions qui agitent encore aujourd'hui le débat politique autour de la santé et de la médecine (Obamacare!) étaient déjà posées a cette époque !
Pour le lecteur contemporain, le roman est très "daté" (80 ans environ !), tant dans son style que par la psychologie des personnages, mais c'est ce qui fait tout son charme !
C'est bien pourquoi, incidemment, vouloir "juger" les attitudes des personnages à l'aune des moeurs actuelles est anachronique, et à ce titre, parfaitement absurde !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
amigo
  15 avril 2010
L'émouvante épopée d'un médecin qui exerce son métier comme un véritable sacerdoce.
L'oeuvre la plus célèbre de Frank G. Slaughter.
Commenter  J’apprécie          50
allard95
  01 mars 2014
Ce Ran est un héros un peu trop parfait, bien entendu. Mais c'est du roman! Et c'est aussi une réflexion sur le mode d'organisation et d'exercice de la médecine, les questions qui se posent aux USA étant universelles.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
CrazynathCrazynath   29 décembre 2014
Mais nul homme qu'absorbe son travail ne peut être constamment malheureux. Il manque de temps pour se regarder souffrir.
Commenter  J’apprécie          180
CrazynathCrazynath   29 décembre 2014
Les petits hommes sont volontiers portés à se cambrer et à se dresser sur leurs ergots, surtout devant les femmes.
Commenter  J’apprécie          30
CrazynathCrazynath   29 décembre 2014
il va y avoir du poil roussi parmi les gros chats de la ménagerie médicale.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : médecinVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
235 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre