AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2748506448
Éditeur : Syros (16/01/2008)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Un roman de mémoire en trois temps sur la vie de Paula Karlinsky, une jeune fille juive sous l'Occupation, de sa fuite en zone libre après avoir échappé de justesse à la rafle du Vél d'Hiv jusqu'à son arrestation par la police allemande en janvier 1943. En juillet 1997, une annonce sur un site Internet lance un appel : qui se souvient de Paula Karlinsky ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Biancabiblio
  08 mai 2013
Le roman s'ouvre sur un prologue qui reprend intégralement la circulaire n°173-42 du 13 juillet 1942, destinée aux commissaires divisionnaires et de voie publique de Paris et sa banlieue. Il s'agit de les prévenir de la rafle du Vel' d'hiv', de les informer des décisions logistiques (heures, transports…) et du nombre d'arrestations prévues : 27 391 ! Dès le prologue, Romain Slocombe nous met dans l'ambiance de cette exécrable chasse aux juifs, même ceux naturalisés français ou nés en France seront embarqués, la police fera beaucoup de zèle pendant la guerre, il faut dire que l'exemple vient d'en haut et que les autorités françaises devancent même les attentes de l'occupant allemand. Rien que le prologue est un choc, cette circulaire fait froid dans le dos et on se demande comment un être humain a pu l'écrire !
L'héroïne de ce roman a bien du courage du haut de ses 21 ans. Naturalisée française, Paula Karlinski (Paule Carlin en version française) est la fille d'un peintre célèbre de l'entre-deux-guerres, Chaïm Karlinski. Elle est une élève brillante en lettres et amoureuse d'un autre étudiant en lettres, Jacques Masaran, qui sera arrêté pour avoir porté une étoile jaune, réservée aux juifs. Son seul acte de bravoure, ce qu'il regrettera ensuite, pas de l'avoir porté, mais de ne pas avoir fait plus, puisque ses parents et lui-même, trouveront très vite refuge à Londres.
Le roman est ensuite découpé en 3 parties : la première, la lettre, est une longue lettre d'amour, d'insouciance et de bonheur de Paula à Jacques, datée du 3 octobre 1942. La jeune fille raconte à son amoureux, comment elle a échappé à la rafle, grâce à une voisine, Melle Pons, qui les a cachés lors de la fouille de son immeuble, et a pu passer en zone libre, grâce à des passeurs, afin de rejoindre sa mère et son petit frère déjà réfugiés en zone libre, à Lyon. Son père a tenu à aider le réseau et repartit à Paris avec les passeurs. La seconde, le retour, émane d'un narrateur externe et anonyme et se déroule en janvier 1943, lorsque Paula retourne à Paris car elle est sans nouvelles de son père. Elle retourne à l'appartement familial mais celui-ci est sous scellés, elle préfère ne pas entrer et sonne directement à la porte de Melle Pons, mais ce n'est pas elle qui lui ouvre mais son cousin. Celle-ci a en effet été arrêtée deux jours auparavant, dénoncée par un voisin antisémite et collabo, qui l'accuse de cacher des juifs. Paula est désemparée, elle laisse une valise au cousin et repart la mort dans l'âme. Elle décide d'aller sonner chez sa meilleure amie, une famille bourgeoise bon chic bon teint qui bien sûr lui ferme la porte au nez. C'est ensuite qu'elle rencontre un zazou, Jérôme Naudet, un ancien camarade d'école qu'elle n'aime pas, et qui a préféré ne pas choisir entre collaborateurs et résistants. Il ménage la chèvre et le chou en faisant croire aux collaborateurs qu'il est avec eux et aux résistants qu'il est avec eux aussi, forcément un jour ou l'autre ça finira mal pour lui. Dans ce Paris de l'occupation, ses habitants sont hantés par la peur, l'indifférence, la cupidité ou l'opportunisme. La troisième partie, le lac, a lieu en 1997. Jacques Masaran tombe sur une petite annonce « qui se souvient de Paula ? » et qui le mène tout droit à Melle Pons et qui trouvera le dénouement de l'histoire, je ne vous en dis pas plus, il faut ménager le suspens, comme a su si bien le faire l'auteur.
Lire la suite...
Lien : http://deslivresdeslivres.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
IreneAdler
  26 janvier 2013
Roman en 2 parties, Paris 1942-43, Paris 1997. Il s'ouvre sur une lettre de Paula à Jacques Masaran. Elle vient de passer en zone sud, chez sa mère. Elles ont echappé aux rafles du Vel d'Hiv. Mais Paula retournera à Paris, à la recherche de son père. La chance va tourner.
Retour sur ces années noires parisiennes, où la trahison est partout, la mort à chaque coin de rue. Années que Romain Slocombe restitue à merveille dans son roman. C'est la partie que j'ai trouvé la plus convaincante. Celle qui se déroule en 1997, plus courte, nous rapporte la quête de Jacques Masaran, qui n'a hjamais perdu un petit espoir fou de revoir Paula. Puis sa rencontre avec le dénonciateur.
La 4è de couverture laissait entrevoir une autre histoire ; j'ai donc été déçue de ce coteront de vue. Mais c'est un roman tout à d'air honnête, même s'il n'est pas très original dans son histoire et son traitement.
Commenter  J’apprécie          80
argali
  27 avril 2013
Cela fait longtemps que j'ai envie de découvrir la plume de Romain Slocombe. C'est donc avec un grand plaisir que j'ai reçu ce roman des Editions Syros. D'autant qu'il se déroule sous la Seconde Guerre mondiale.

En guise de prologue, nous découvrons la circulaire 173-42 du 13 juillet 1942, qui prescrit l'arrestation froide et massive des juifs de Paris et en précise le déroulement dans les moindres détails. Premier choc passé, on se rend compte que de nombreux policiers français ont en plus fait du zèle !!

Le récit se découpe ensuite en trois parties. D'abord une lettre que Paula envoie de Lyon, en 1942, à son ami Jacques parti à Londres avec sa famille. Lettre d'une jeune fille amoureuse et insouciante malgré l'humiliation et la peur qu'elle côtoie tous les jours. Ensuite vient le récit du retour de Paula à Paris. Un narrateur externe prend le relais. Là encore, sa jeunesse, sa naïveté crèvent les yeux. Enfin, le dénouement nous est offert, un éclairage sur les faits passés, cinquante ans plus tard.

Cette construction originale nous offre différents points de vue, tout en apportant des explications à des interrogations que l'on a pu se poser au fil de la narration. le récit se met en place tel un puzzle qui se dévoile pièce par pièce. C'est assez bien vu.

J'ai apprécié ce livre qui nous plonge dans l'atmosphère de l'époque et dans ce climat antisémite qui avait gangrené la société toute entière. Malgré l'horreur, peu de Français osaient montrer leur désapprobation, pire, beaucoup applaudissaient ! Quelques-uns heureusement se sont montrés courageux et certains l'ont chèrement payé.
J'ai particulièrement apprécié la deuxième partie du roman qui décrit la vie dans la France occupée, notamment à Paris. L'auteur nous entraine à travers les rues et les quartiers. Nous ressentons la peur des uns, l'indifférence des autres, l'opportunisme des pires. le rendu est criant de vérité. On se rend compte aussi que l'auteur est bien documenté, les faits rapportés sont rigoureux et exacts, de même que les noms cités (comme Chamberlin dit Henri Lafont, chef de la Gestapo française et sa maitresse, Mara Tchernycheff, ou encore l'abominable Dr Petiot). Et au milieu de toute cette horreur, de toutes ces magouilles et luttes d'influence, Paula semble bien fragile et innocente. On tremble pour elle à chaque ligne.

C'est une histoire dure mais vraie, écrite à la mémoire de toutes les Paula de l'époque, de toutes les familles décimées. Un roman sur la guerre et la lâcheté mais aussi sur la possibilité du pardon. Un récit qui s'inscrit dans l'indispensable devoir de mémoire et que tous les jeunes devraient lire.

Lien : http://argali.eklablog.fr/qu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
radebib
  01 avril 2014
L'histoire : Paris, 1942. Jacques et Paula ont vingt ans. Il sont étudiants et ils s'aiment. Mais la judéité de Paula complique tout. Pour avoir apporter son soutien à la communauté juive, Jacques est incarcéré. Peu après, Paula échappe de justesse à la rafle du Vel'hiv et parvint à gagner la zone sud. En octobre, Jacques reçoit d'elle une dernière lettre, plus plus rien. 1997, Jacques tombe par hasard sur une annonce lui laissant penser que Paula est vivante...
Roman noir, très noir qui explore de manière efficace des sentiments tels que la peur, la haine et les pires bassesses dont l'homme est capable. La structure en trois parties
(1942, 1943, 1997) est intéressante, de même que la variété des genres narratifs et des points de vues utilisés. La partie historique est bien documentée et aborde des questions souvent peu connue ou sous-traités (la spoliation des bien juifs, la"filière" du docteur Petiot...). C'est un roman facile à lire, fluide et prenant même s'il y a parfois quelques longueurs (la seconde partie est pour moi la meilleure). Par ailleurs, la troisième partie peut dérouter et même peut-être décevoir le lecteur au regard de ce qu'on peut s'imaginer en lisant la 4ème de couverture ). A noter également, le stéréotype de certains personnages (la concierge de Paula, l'étudiant Jérôme Noguet notamment).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
agilmo
  14 avril 2010
Un roman à l'écriture fluide et efficace. La partie historique est très bien documentée, le récit commence à la veille de la rafle du Vel d'Hiv et qui s'achève dans les années 2000.
J'ai beaucoup pensé au journal d'Anne Franck, puisque le personnage Paula écrit également un journal. Elle s'enfuit avec sa mère mais revient à Paris à la recherche de son père... Que lui arrive-t-il ? Qui se souviendra d'elle ?
J'ai aimé la construction du roman en trois parties, avec des points de vue
différents à des époques différentes. On bascule peu à peu dans le roman noir, et c'est ce qui fait que ce n'est pas uniquement un récit à valeur de témoignage historique. Les personnages ont une profondeur à laquelle on ne s'attend pas.
Une lecture à conseiller aux jeunes sans hésitation !
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Lecturejeune   01 juin 2008
Lecture jeune, n°126 - 1942 : Paula, jeune fille juive, vit à Paris avec son père. Ayant échappé de justesse à la rafle du Vélodrome d’Hiver, elle raconte sa fuite vers le sud dans une lettre qu’elle adresse à son fiancé, Jacques. 1997 : Jacques découvre sur Internet un mystérieux message : « Qui se souvient de Paula Karlinski ? » Une simple question qui le bouleverse : il part alors sur les traces de celle qu’il a aimée.

L’auteur construit son roman en trois temps et utilise différents modes narratifs : Paula, son père, et Jacques prennent ainsi tour à tour la parole, reconstituant le puzzle. On peut regretter que ce roman soit classé dans la collection « Rat noir », car bien plus qu’un simple roman policier, il s’agit ici d’un « roman de l’Histoire » avec une héroïne lumineuse, courageuse, déterminée, à laquelle de nombreux adolescents pourront s’identifier.

Laurence Guillaume
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
IreneAdlerIreneAdler   30 janvier 2013
Et si... Et si le piège qu'elle redoute, le piège tendu par les Boches ou les policiers français aux Juifs remontant vers le nord, fonctionnait au départ et non à l'arrivée ?
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Romain Slocombe (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Romain Slocombe
La Débâcle de Romain Slocombe aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/1011871-romans-historiques-la-debacle.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
autres livres classés : shoahVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Bienvenue chez Slocombe

Je ne suis pas né de la dernière pluie, j'ai tout de suite vu que j'avais affaire à un .....?..... détective, il s'appelait Jo Bical, et n'avait que 12 ans !

Vrai
Faux

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Romain SlocombeCréer un quiz sur ce livre