AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Olivier Mannoni (Traducteur)
EAN : 9782842054632
61 pages
Éditeur : 1001 Nuits (12/01/2000)
3.64/5   14 notes
Résumé :
" La domestication de l'être humain constitue le grand impensé face auquel l'humanisme a détourné les yeux depuis l'Antiquité (...) - le simple fait de s'en apercevoir suffit à se retrouver en eau profonde. " Alors que nous sommes aujourd'hui au point charnière entre un retour à la bestialité - passant entre autres par de nouveaux jeux du cirque multimédia - et son refus, le philosophe allemand Peter Sloterdijk, auteur de l'Essai d'intoxication volontaire, s'interro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
1ded6
  27 janvier 2012
Le texte intégral de ce livre est accessible ici - enfin je crois !
Lien : http://multitudes.samizdat.n..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
lrntvlrntv   17 août 2020
C’est entre 1789 et 1945 que les humanismes littéraires nationaux ont connu leur apogée. Les philologues, anciens ou nouveaux, y formaient une caste imbue de son pouvoir et satisfaite de sa réussite, consciente du devoir d’initier la génération suivante afin qu’elle rejoigne le cercle des destinataires des lettres jugées essentielles. Le pouvoir des maîtres d’école et des philologues se fondait non seulement sur leur connaissance privilégiée de la littérature, mais aussi sur leur aptitude à choisir parmi les correspondants du passé ceux qui auraient une influencé sur la création de la communauté. L’humanisme bourgeois reposait en substance sur le pouvoir d’imposer à la jeunesse les auteurs classiques afin de maintenir la valeur universelle de la lecture nationale. En conséquence, les nations bourgeoises allaient devenir, jusqu’à un certain point, des produits littéraires et postaux - fictions d’une amitié inéluctable entre compatriotes, même éloignés, et entre lecteurs enthousiastes des mêmes auteurs. Si cette époque paraît irrévocablement dépassée, la raison n’en est pas que les gens seraient aujourd’hui trop décadents pour remplir leur devoir littéraire. L’ère de l’humanisme bourgeois national a pris fin parce que l’art d’écrire des lettres propres à inspirer une nation d’amis, même exercé avec le plus grand professionnalisme, ne parvient plus à créer ce lien de communication à distance entre les membres de la société de masses moderne. À cause de l’évolution des médias dans la culture de masse à partir de 1918 (radio) et après 1945 (télévision), et plus encore aujourd’hui avec la révolution des réseaux, la coexistence dans les sociétés actuelles se construit sur de nouvelles bases. Ces bases sont, on peut sans peine le démontrer, résolument post-littéraires, post-épistolaires et, par conséquent, post-humanistes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_enkidu_   14 mai 2015
Pour Heidegger, aucun chemin ne mène de l'humanisme à cet exercice d'humilité ontologique aggravée ; il croit même au contraire voir en lui une contribution à l’histoire du réarmement de la subjectivité.

De fait, Heidegger interprète le monde historique de l'Europe comme le théâtre des humanismes militants ; ce monde est le champ sur lequel la subjectivité humaine met en scène avec une funeste cohérence sa prise de pouvoir sur tout l'étant. Dans cette perspective, l'humanisme ne peut que s'offrir comme complice naturel de toutes les horreurs qui peuvent être commises au nom du bien de l'humanité. Même dans la titanomachie tragique du milieu du siècle, entre le bolchevisme, le fascisme et I'américanisme, ce sont - du point de vue de Heidegger - uniquement trois variantes de la même violence anthropocentrique qui se faisaient face et trois candidatures à une domination du monde qui se paraient d'humanitarisme - ici, le fascisme sortait des rangs en exposant d'une manière plus ouverte que ses concurrents son mépris pour les valeurs inhibantes de la paix et de l'éducation.

En fait, le fascisme est la métaphysique de la désinhibition - peut-être aussi une figure de désinhibition de la métaphysique. Du point de vue de Heidegger, le fascisme était la synthèse entre I'humanisme et le bestialisme - c'est-à-dire la coïncidence paradoxale de I'inhibition et de la désinhibition. (pp. 29-30)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
blanchenoirblanchenoir   04 octobre 2014
Du reste, si la philosophie écrite a pu demeurer virulente jusqu'à nos jours, elle qui naquit voici plus de deux mille cinq cent ans, elle le doit à sa faculté de se faire des amis par le texte.
Commenter  J’apprécie          80
lrntvlrntv   17 août 2020
Les courriers que l’on ne distribue plus perdent leur fonction de missives à d’éventuels amis, ils se transforment en objets d’archives. Ce qui a en grande partie brisé l’élan du mouvement humaniste, c’est le fait que les livres, déterminants autrefois, ne jouent plus leur rôle de lettres adressées à des amis, ils ne se trouvent plus au chevet des lecteurs ou sur leur table de travail. Ils ont disparu dans l’éternité des archives. Les archivistes descendent de moins en moins consulter les ouvrages paléographiques pour chercher des réponses anciennes à des questions modernes. Il se pourrait que pendant ces recherches dans les caves d’une culture morte, ces lectures oubliées depuis longtemps commencent à trembloter, comme touchées par un éclair ressurgi du lointain. La cave aux archives pourrait-elle se transformer en clairière ? Tous les signes indiquent que ce sont les archives et leur personnel qui ont pris la succession des humanistes. Le petit groupe, toujours intéressé par ces écrits, prend conscience que la vie peut être la réponse sibylline à des questions dont l’origine est oubliée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lrntvlrntv   17 août 2020
L'irruption de la presse à scandale dans les pages culturelles – organisée, comme toujours, par les mêmes personnes au-dessus de tout soupçon – est un phénomène de crise révélant une tendance toute puissante à la réorientation des médias, qui passent de l'information à la production d'émotion. Au lieu d'encourager les distinctions, cette fraction de la presse considère comme une aubaine le fait de pouvoir déclencher par un journalisme de l'excitation verbale des psychoses de simplification massives.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Peter Sloterdijk (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter Sloterdijk
Pourquoi faut-il venir à Livre Paris 2019 ? Réponses en trois questions à Sébastien Fresneau, directeur de Livre Paris, et Gauthier Morax, responsable de la programmation.
Livre Paris invite l'Europe avec une scène spécialement dédiée à la culture européenne. 2019 est une année décisive pour l'avenir de l'Europe, à deux mois des élections européennes.
Erri de Luca, Orhan Pamuk, Peter Sloterdijk, Hubert Védrine ou encore Javier Cercas : de grands noms de la culture européenne nous font l'honneur de leur présence à Livre Paris 2019 !
Retrouvez également vos auteurs préférés pendant 4 jours de débats, de conférence et d'échanges sur 9 scènes différentes : Nicolas Mathieu, François Begaudeau, Olivier Guez, Raphaëlle Giordano, Jérôme Ferrari, Joann Sfar, Bernard Werber, Olivier Adam, Morgane Ortin, Blet Buckler, Antoine Jacquier et bien d'autres. Plus de 3500 auteurs présents !
https://www.livreparis.com
+ Lire la suite
>Philosophie et disciplines connexes>Les divers systèmes philosophiques>Humanisme, et systèmes et doctrines connexes (9)
autres livres classés : humanismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
372 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre