AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809441782
Éditeur : Panini France (17/09/2014)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 7 notes)
Résumé :
A la suite de ses actions indignes d'un superhéros, les Avengers se questionnent quant à l'exclusion de ce Spider-Man. Le fantôme de Peter Parker, en revanche, ne se questionne pas et tente de reprendre le contrôle de son corps.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
garrytopper9
  02 juillet 2015
Le premier tome démarrait déjà bien, mais alors celui-là est vraiment incroyable. Comment en si peu de temps, Spider-man peut devenir totalement différent et surtout si intéressant ? L'auteur Dan Slott parvient en seulement quelques numéros, à renouveler la vision que l'on se faisait de Spider-Man.
On prends beaucoup de plaisir à voir évoluer Octopus dans le costume de Spider-man, alors qu'à l'intérieur, Peter Parker, toujours coincé dans un coin, commence à avoir peu à peu un peu plu d'impact sur son corps. D'ailleurs, un combat sans égal à lieu à l'intérieur du corps partagé par Peter et Octo.
Du coté des dessins et de l'encrage, on alterne les dessinateurs et coloristes sans trop de soucis. Tout est bien rhytmé et les actions se suivent parfaitement sans aucune difficulté. Comme souvent avec Spider-Man, on se retrouve avec un personnage riche et bien construit même si je pense que dans le volume 3 on va sans doute revenir à du plus classique car je verrais bien Peter Parker récupérer son corps..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Presence
  15 décembre 2014
Ce tome contient les épisodes 6 à 10 de la série, parus initialement en 2013, tous écrits par Dan Slott. Les épisodes 6 à 8 sont dessinés par Humberto Ramos et encrés par Victor Olzaba. Les épisodes 9 & 10 sont dessinés et encrés par Ryan Stegman.
Norah Winters et Phil Urich couvrent l'allocution du maire J. Jonah Jameson sur les marches de la mairie. Alors qu'il déclare qu'il souhaite fermer la prison "The Raft" pour supercriminels, il est victime d'une blague potache. Jester et Screwball lui mettent une tarte à la crème en plein visage et lui baisse son pantalon, découvrant son caleçon. Tous les reporters présents filment et photographient l'événement et les images font le tour de la toile mondiale, faisant de Jameson la risée du monde entier à la vitesse des électrons. Jameson convoque Spider-Man dans les salons de la mairie pour lui demander d'attraper ces 2 insolents.
Par la suite, Superior Spider-Man va se retrouver à se battre contre Cardiac (Elias Wirtham) pour la possession d'une invention d'Otto Octavius, puis à se défendre de son identité devant les Avengers, et enfin l'esprit de Peter Parker sera le lieu d'une lutte à la vie à la mort entre son propriétaire légitime et l'individu qui a usurpé la place, s'emparant de sa vie privée et publique. Parker continue également d'essayer d'obtenir sa thèse malgré son inimitié avec docteur Don Lamaze, son directeur de thèse, mais avec l'aide de la séduisante Anna Maria Marconi.
Évidemment quand Dan Slott a viré l'esprit de Peter Parker pour y substituer celui d'Otto Octavius, les lecteurs les plus blasés se sont dit que cela ne durerait pas longtemps. À une ou deux reprises dans ces épisodes, il peut même avoir l'impression que Slott est déjà arrivé au bout de ses idées, resservant à plusieurs reprises la réaction horrifiée de Parker devant les actions brutales d'Octavius pour régler ses problèmes, et la manière dont il s'est emparé de sa vie. D'un autre côté, Slott ne perd pas de temps et il proscrit toute décompression.
Le chemin parcouru en seulement 5 épisodes est très impressionnant. Slott applique la maxime "Chassez le naturel, il revient au galop" : la personnalité naturelle d'Octavius reprend le dessus avec des conséquences aussi effroyables que l'on pouvait s'y attendre (pas de pitié pour les ennemis, âmes sensibles s'abstenir, Jester et Screwball en prennent pour leur grade). Pourtant cette nouvelle version de Spider-Man continue de rester supérieure à la précédente en matière d'efficacité.
Le succès rencontré par ces épisodes en parution mensuelle permet à Slott d'avoir les coudées franches et pousser la situation de départ jusqu'au bout. En particulier, le lecteur finit par se rendre compte qu'il ne sait plus très bien s'il préfère que Parker l'emporte ou que Octavius puisse profiter de la situation, pour entamer une rédemption qui semble de plus en plus possible, enfin presque. Slott réalise un numéro d'équilibriste impressionnant : au fur et à mesure qu'Octavius prend ses aises et s'installe confortablement, le lecteur ne sait plus trop s'il doit s'en offusquer ou pas.
Alors qu'il apparaît que cette série n'est plus celle de Pete Parker (sacrilège !), il reste comme un goût authentique de Spider-Man, en particulier contre les supercriminels, et dans la vie civile bien remplie, partagée entre le travail aux laboratoire Horizons, le dîner avec Tante May et les 2 Jameson, le travail sur la thèse, la relation avec Anna Maria Marconi, une ou deux rencontres fortuites avec Mary Jane Watson, etc. Si certains aspects de ces relations manquent un peu de maturité, l'ensemble emporte le lecteur dans un voyage rapide plein de sensations diverses, dans lequel les personnages évoluent de manière significative. Avec ce dispositif, Slott a trouvé le moyen d'envoyer promener l'immobilisme du statu quo, au profit de changements (même si l'on sait bien que tout reviendra au statu quo, tôt ou tard), avec une bonne implication émotionnelle du lecteur dans les situations des personnages. Cette implication prend de l'ampleur au fur et à mesure que le lecteur se rend compte qu'il finit par souhaiter que les 2 personnages en opposition puissent ressortir gagnant du combat qui les oppose. Comme dans les tomes précédents, la connaissance approfondie des personnages secondaires par Slott transparaît dans le choix des seconds rôles et leurs réactions. Seuls quelques supercriminels sont réduits à une caricature d'eux-mêmes pour servir uniquement de faire valoir au Superior Spider-Man capable de les anéantir en 2 temps, 3 mouvements, avec un bras attaché dans le dos (c'est une image).
Pour les 3 premiers épisodes, Humberto Ramos est égal à lui-même, dessins plein d'énergie, personnages parfois un peu juvéniles pour des résultats disparates (dérangeant quand il s'agit de la jeunesse de Peter habité par un Octavius âgé, ridicule quand Black Widow donne l'impression d'avoir 14 ans), avec des muscles aux formes parfois bizarres (ceux des cuisses de Spider-Man par exemple), et un langage corporel très vivant. Ramos a l'art et la manière de trouver la posture naturelle qui fera ressortir l'état d'esprit du personnage (Cardiac et Spider-Man assis sur un banc en train de papoter en sirotant leur café).
Ryan Stegman a un peu diminué la densité de son encrage pour une apparence un peu moins sombre. Il est toujours possible de distinguer certaines de ses influences (Todd McFarlane, J. Scott Campbell), sans qu'il ne s'agisse de plagiat. Là encore le résultat est très vivant, avec une bonne densité de décors. Il utilise lui aussi des visages juvéniles avec des expressions exagérées pour mieux susciter l'empathie du lecteur, avec un résultat satisfaisant.
Ramos et Stegman savent mettre en scène les personnages pour que le lecteur se sente proche d'eux, à leur côté, et qu'il puisse percevoir facilement leurs émotions. Il en va ainsi pour Ramos dessinant Cardiac, et faisant apparaître son investissement et son implication dans l'amélioration de la santé de ses patients. Stegman n'est pas en reste en dessinant une prise de bec touchante entre Jameson père et fils.
Avec ces épisodes, Dan Slott montre qu'i n'a nul intention de s'endormir sur un nouveau statu quo confortable et tiède et qu'il veut aller au bout de la logique de cette situation. Son intrigue recèle énormément de surprises (bien plus que le résumé ci-avant) dont plusieurs qu'il n'est pas possible d'anticiper. La force de son récit tient également au fait qu'il a réussi le pari osé de rendre Otto Octavius ambivalent, au point de déstabiliser le lecteur quant à l'issue qu'il souhaite pour cette confrontation. Les 2 dessinateurs disposent chacun d'une identité graphique affirmée qui colle bien à l'esprit de la série, rapide, nerveuse, refusant de jouer sur une dramatisation exacerbée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
boubously
  17 mai 2015
Spiderman pourtant n'étant pas un de mes super héros préférés, je prends énormément de plaisir à lire cette série de Marvel Now. Cette fois ci Spiderman alias Octopus mène un combat intérieur contre Parker qui essaie de reprendre le contrôle de son corps et de raisonner son actuel détenteur forcément plus violent et moins moraliste. de plus les actes violents de Spiderman inquiète les Avengers qui ne le reconnaissent plus...
Encore une fois un Marvel original, plaisant et de l'action agrémentée par un scénario solide. du bon, du très bon Spiderman !
Commenter  J’apprécie          60
yvantilleuil
  13 janvier 2017
Ce deuxième tome reprend les épisodes #6 à #10 de la série US et poursuit donc la croisade de ce Spider-Man plus radical et plus violent, dont le corps est désormais possédé par l'esprit d'Otto Octavius.
Si cette usurpation d'identité fait frémir les aficionados du personnage, le fait d'offrir le costume de Spidey à Doc' Oc permet non seulement de se débarrasser du côté boy-scout trop gentillet de Peter Parker, mais permet surtout à Dan Slott de proposer quelque chose de différent. L'attrait principal de cette saga consiste donc à comparer les méthodes de travail et la personnalité de l'ancienne version avec celles de ce Docteur Octopus qui décide de perpétuer l'oeuvre du célèbre justicier, tout en essayant de démontrer sa supériorité. le tome précédent permettait ainsi au lecteur de découvrir un Spider-Man plus méchant, plus efficace et plus calculateur, qui met de surcroît toute son intelligence au service d'une croisade mieux planifiée et plus professionnelle. Et… force est de constater que ce nouveau Spider-Man est effectivement beaucoup plus efficace que le précédent, mais beaucoup moins drôle.
Cette pirouette scénaristique ravive non seulement l'intérêt envers cet adolescent costumé, mais ouvre également de nombreuses perspectives au niveau du scénario. Dans ce deuxième tome, ce sont les Avengers qui s'intéressent d'un peu plus près aux actions plus radicales et au comportement étrange de ce Spider-Man qu'ils ont bien du mal à reconnaître. Ils iront même jusqu'à faire une série de tests afin de vérifier qu'il s'agit bien de Peter Parker. Si cet examen ouvre la porte au retour d'un Peter Parker dont l'esprit lutte toujours afin de reprendre le contrôle de son corps, il permet également à Doc' Oc de découvrir que Peter Parker n'a pas encore entièrement disparu. La lutte pour le corps de Spider-Man est donc l'enjeu principal de ce deuxième volet et ceux qui s'attendent à ce que Dan Slott profite de l'occasion pour revenir à un statu quo pourraient bien être surpris.
En attendant le résultat de cet affrontement, le lecteur peut se réjouir des interventions du fantôme de Peter qui commente non seulement les actions de son successeur à voix haute, permettant ainsi d'accentuer les différences entre les deux versions du Tisseur, mais qui tente également de reprendre le dessus sur Doc' Oc. le fait de conserver l'original sous forme d'ectoplasme permet de garder le côté fun de l'original, tout en ajoutant l'aspect plus violent de sa version supérieure. Les combats qui l'opposent tout d'abord à Jester et Screwball, qui viennent de ridiculiser le maire J.J. Jameson lors d'une conférence de presse, puis à Cardiac, qui subtilise une ancienne invention du Docteur Octopus, confirment l'aspect beaucoup plus radical du nouveau Spider-Man.
Visuellement, on retrouve Ryan Stegman sur les épisodes #9 et #10, tandis que le très talentueux Humberto Ramos s'occupe des épisodes #6 à #8. Si le premier livrait déjà des planches très convaincantes, le style de l'espagnol sied toujours à merveille au personnage de Spider-Man, même sur cette version plus sombre.
Une très bonne saga !
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
jozthethird
  31 octobre 2014
L'idée de départ de ce Superior Spider-Man me laissait septique, mais je dois bien reconnaitre que je me suis trompé. le tome 1 était très bien le tome deux est du même niveau. le dessin, la mise en page, la coloration, l'encrage et toute la partie graphique est de haute volée. L'histoire est prenante et a le mérite de nous sortir des chemins déjà parcourues par Peter Parker. Ce nouveau Superior Spider-Man tient ses promesses et je suis impatient de lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (2)
ActuaBD   20 novembre 2014
Tour à tour, Dan Slott nous présente un personnage égoïste et haineux ou profondément philanthrope et attentionné. Au point d’amener le lecteur à éprouver une surprenante et réelle sympathie pour lui, ce qui était loin d’être gagné.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   08 septembre 2014
Graphiquement, c'est toujours un plaisir de retrouver du grand Humberto Ramos et un certain Ryan Stegman et, à deux, ils réalisent du très bel ouvrage. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu d' aussi bons récits sur Spider-Man; pardon, du Superior Spider-Man !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
garrytopper9garrytopper9   02 juillet 2015
Alors que Parker ne gérait que les symptômes, moi Otto Octavius, j’élimine la maladie. Je vais sauver cette ville, la débarrasser du crime. Je serai un héros magnifique, que vous ne méritez pas !
Commenter  J’apprécie          160
jozthethirdjozthethird   31 octobre 2014
Alors que Parker ne gérait que les symptômes...Moi Otto Octavius j'élimine la maladie.
Superior Spider-Man:"Je vais sauver cette ville. La débarrasser du crime. Je serais un héros magnifique...Que vous ne méritez pas!
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de Dan Slott (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Slott
Vidéo de Dan Slott
autres livres classés : spidermanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1832 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre