AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330053789
Éditeur : Actes Sud Junior (21/10/2015)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Eppo, dix-sept ans, fait du stop depuis les Pays-Bas pour se rendre en France. Il espère qu’il ira mieux en voyageant. En Belgique, il croise sur sa route Tabby, une jeune fille débordante d’énergie et qui lui pose un tas de questions, parfois très intimes. Mais Tabby a aussi ses secrets. Tous deux fuient quelque chose, s’apprivoisent, se découvrent peu à peu, pour faire naître une belle amitié.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
bibliothequedebracieux
  23 avril 2016
Eppo a quitté les pays-Bas, ses parents lui ont conseillé ce voyage après un évènement douloureux. Il va faire un bout de route avec Tabby, une très jeune adulte amusante et culottée. Tabby fuit aussi, mais elle ne dira pas quoi à Eppo. Peu à peu ils se dévoileront.
Un road-movie tragi-comique avec la naissance d'une belle amitié que l'on lit sans passion mais intéressant par les sujets abordés.
Commenter  J’apprécie          90
Takalirsa
  19 juin 2016
Le road-trip poignant de deux adolescents paumés.
On démarre l'histoire en sachant peu de choses sur Eppo et Tabby. Juste que le hasard a mis ces deux-là sur la même route. Elle au volant de sa vieille Golf, conduisant comme une folle, la cigarette à la bouche. Lui enfermé dans son mutisme ("Tu as arrêté de parler, tu as arrêté de vivre"), se battant contre des souvenirs si douloureux, une tristesse si tangible, qu'elle le rend littéralement malade. Mais qu'a-t-il bien pu se passer pour en arriver là ?

C'est le point de vue d'Eppo qui est adopté, et le récit principal est entrecoupé de bribes de souvenirs à travers lesquels on fait la connaissance de Maarten, son "frère du week-end". Fils d'une droguée, Maarten est interne en semaine et navigue de famille d'accueil en famille d'accueil le week-end - la dernière en date étant celle d'Eppo. Celui-ci raconte comment il s'est peu à peu lié d'amitié avec cet adolescent meurtri qui "donnait à voir le comportement qu'on attendait de lui", redoublant d'effronterie le jour pour mieux dissimuler sa peine la nuit. Jusqu'au jour où un drame surgit.

Le personnage de Tabby se dévoile aussi progressivement, mais seulement au fil des conversations, ce qui fait que le lecteur se sent moins proche d'elle. Tabby fuit un certain Rob et, si l'on devine rapidement pourquoi, la révélation ne sera lâchée qu'en deuxième partie du roman. Entre Tabby et Eppo, la cohabitation n'est pas facile, mais sans l'autre, c'est franchement insupportable : "Tout ce qui me rendait fou quand j'étais à la maison m'avait suivi sur la route". Alors les deux jeunes gens s'apprivoisent ("Je n'arrivais pas à croire que cela ne faisait que trois jours que je la connaissais"), se soutiennent, avancent ensemble ("Toi et moi, on fait la paire") même si leur destination reste inconnue et qu'ils semblent incapables de se projeter dans l'avenir. Déjà supporter la douleur, ensuite on verra. Jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus "faire comme si tout allait parfaitement bien".

Le texte est émotionnellement intense, le personnage de Eppo touchant et le récit, sans fioritures et autres descriptions parallèles, concentré sur les événements essentiels. On ressort de cette lecture comme en apnée : avec le besoin de reprendre un souffle de légèreté, mais aussi le sentiment d'avoir traversé un moment puissant. Et le soulagement d'avoir, comme Eppo, pu aspirer finalement une bouffée d'espoir.
Lien : http://www.takalirsa.fr/le-m..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
cible95
  06 mars 2016
Tabby. Eppo. Une rencontre improbable sur la route qui mène des Pays Bas au sud de la France, chacun cherchant à fuir quelques chose, à tourner la page du passé pour un avenir incertain.
Chez Eppo, il n'y a pas de télé, pas d'ordinateur et le jeune homme appelle ses parents par leur prénom. Son départ ne devrait pas surprendre ses parents qui savent que grandir c'est partir et tant qu'il ne donne pas de nouvelles, "bonnes nouvelles". Tabby ne vit déjà pus chez ses parents mais avec Rob, un marin qui part en mer plusieurs semaines d'affilée. Elle préfère ne pas être là à son retour.
Dans la voiture, c'est elle qui parle, tandis qu'Eppo aimerait bien le silence.
Le soir, ils plantent la tente d'Eppo dans des campings ou dans la nature, ils achètent de quoi manger dan sle sstations services dans de petites épiceries dans les villages qu'ils traversent
Un troisième personnage apparaît : tous les deux trois chapitres, Eppo raconte l'arrivée de Maarten chez lui. Il vit en internat et chaque weekend, il est accueilli dans une famille. Celle d'Eppo est la troisième tant il fait tout pour qu'on le déteste. Anke et Hedrick essayent à leur tour d'offrir un moment à part dans la vie de Maarten mais c'est surtout Eppo qui va changer son regard sur le monde, tandis que lui-même ne sera plus jamais le même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LauBlue
  22 septembre 2017
Un été, sur la route en direction du sud de la France. Eppo, auto-stoppeur, rencontre Tabby. Un road trip hasardeux ? Pas sûr. Ces deux là sont dans une dynamique de fuite en avant palpable même si aucun d'eux n'en parle franchement. Ils s'affrontent et s'épaulent, bouleversent le monde de l'autre et avancent entre hésitation, renoncement, entêtement.
L'écriture sensible de Marian de Smet embarque le lecteur dans un concentré d'émotions, donne aux sentiments une valeur forte. Eppo, le narrateur, est un jeune homme attachant, à l'épaisseur fragile, nous portons avec lui la douleur de l'impossible deuil, et l'écrasant tourment de la culpabilité. Tabby, sous ses airs bravaches et sa forte volonté, manifeste elle-même une certaine fragilité compréhensible.
Le monde est derrière toi, aborde de façon délicate les thèmes du deuil et de l'homosexualité où chaque pensée, chaque acte parle d'amour avec une pudeur touchante. La toute fin du récit apporte un souffle de paix inattendu. Un beau roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
melo29
  10 juin 2017
Un court roman ado que j'avais acheté au Salon du livre il y a deux ans et que je n'avais toujours pas ouvert. le monde est derrière toi raconte les histoires de deux jeunes de 17-18 ans qui fuient le temps de quelques semaines estivales, leur réalité. Ils n'avaient pas prévu de partir ensemble, ils ne se connaissaient pas, mais l'un a pris l'autre en auto-stop et comme aucun des deux n'avaient réellement de destination, ils roulent tout droit. Ils avancent comme s'ils voulaient laisser leurs vies derrière eux. Leurs vies ou le monde.
C'est Tabby qui conduit... et qui parle. Beaucoup. Tout le temps. de tout et de rien, mais surtout de rien de profond. Eppo, lui, se tait. Il ne peut pas parler de petites choses insignifiantes quand son coeur est ainsi meurtri. Mais il ne sait pas comment parler de ces choses-là. Il ne sait pas comment vivre avec. Et puis, au fil des kilomètres, au gré des envies, ils commencent à s'ouvrir. C'est une opération à coeur ouvert, ça écorche, ça fait mal et c'est difficile. Mais ça fait du bien de partager sa douleur.
C'est un roman qui aborde des thèmes importants et sensibles : le deuil, l'homosexualité, les responsabilités, la maternité. Et il le fait bien. J'ai quand même trouvé le personnage de Tabby un peu trop caricatural mais j'ai beaucoup apprécié Eppo, sa sensibilité et son mal-être sont très bien écrits et construits. de nombreux flash-back éclairent peu à peu sa situation et on souffre avec lui.
Un bon roman pour ado-jeunes adultes dès 15 ans.
Lien : http://melolit.blogspot.ch/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LauBlueLauBlue   21 septembre 2017
Il s'est levé et s'est planté sous la pluie battante. Il pensait sans doute que ça m'empêcherait de voir ses larmes. Mais c'est mouillé différent. Les yeux ne mentent jamais.
Commenter  J’apprécie          30
TakalirsaTakalirsa   19 juin 2016
Parfois, parler, ça fait tellement mal qu'on préfère se taire. Et même quand on se tait, on en crève.
Commenter  J’apprécie          40
TakalirsaTakalirsa   19 juin 2016
- Où est-ce que tu vas, en fait ?
- Nulle part en particulier. Je mets de la distance, c'est tout.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : road tripVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Marian De Smet (1) Voir plus