AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2354086105
Éditeur : Mnémos (21/06/2018)

Note moyenne : 4.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Avec ce nouveau cycle, Clark Ashton Smith met en scène une Auvergne médiévale fantasmée, comme seul cet auteur pouvait le faire. Il nous emporte dans une contrée mystérieuse où monastères et cités aux murs crénelés ont émergé des antiques ruines romaines, où des légendes préchrétiennes s'incarnent dans la vaste forêt centrale, où l'impressionnante cathédrale de la cité de Vyones domine les esprits et où, surtout, une très ancienne famille aristocratique voit ses pou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
RosenDero
  16 novembre 2018
Pour ma 500e critique sur Babelio, je découvre un auteur dont j'avais beaucoup entendu parler mais que je n'avais encore jamais lu : Clark Ashton Smith.
Souvent rapproché du nom de Howard Phillips Lovecraft, l'auteur américain du début du XXe siècle passe pour un poète brillant et un maître de l'indicible. Avec cette intégrale « Fantasy » éditée par Mnemos sous financement participatif, le lecteur français devrait avoir accès, dans de nouvelles traductions, à toutes les nouvelles de l'auteur et même une partie de sa poésie en prose. Si je n'ai pas lu les deux premiers tomes (le numéro 1 « Zothique » et le numéro 2 « Hyperborée et Poséidonis ») le découpage est tel que ce manque ne se fait pas sentir.
Mais entrons sans tarder dans le vif du sujet, ou plutôt, en territoire d'Averoigne.
Averoigne, région largement rurale et même sylvestre comptant quelques centres urbains, pieuse mais toujours en proie à des superstitions païennes, est le théâtre de bien étranges phénomènes. Des lieux maudits semblent attirer les voyageurs, des sorciers maléfiques tentent des expériences démoniaques dans d'antiques citadelles en ruines, des apothicaires dévoyés concoctent des philtres frelatés, de sombres bibliothèques, gardées par des moines acétiques, cachent dans leur fonds des ouvrages interdits, des prêtres ou abbés défroqués utilisent leur position pour satisfaire le Malin... moines ou châtelains, roturiers ou nobliaux, charbonniers ou aubergistes, du haut-moyen-âge à la révolution, tous, en Averoigne, sont soumis à l'influence des forces qui régissent cette terre de mythes et de légendes, tous pourraient être victimes de ce qui se tapit dans l'ombre des antiques forêts traversées par de noirs sentiers, dans la noirceur des caves de leurs semblables, dans les abbayes à la gloire d'un Dieu absent, dans les venelles lugubres des villes. Car nul n'est à l'abri de l'horreur et de la folie…
C'est très lovecraftien tout ça, n'est-ce pas ?
Et même si ça me désole de forcément devoir comparer ou ne serait-ce que mentionner une autre plume pour parler de Clark Ashton Smith, il est indéniable qu'il fait partie de ces auteurs, avec notamment R. E. Howard, que l'on ne peut éviter de nommer lorsqu'on se penche sur leur production tant les références et citations intertextuelles sont nombreuses, de même que, parfois, les liens d'amitié et de respect qui les unissaient. Remember, dans l'Appel de Cthulhu, Lovecraft mentionnait son camarade par la voix de son narrateur, comme s'il s'agissait d'une référence culturelle universelle : « Il [Wilcox, le sculpteur] accédera un jour, je le crois, au panthéon des grands artistes décadents, car il a modelé dans l'argile et sculptera un jour dans le marbre les mêmes cauchemars et fantasmagories qu'Arthur Machen sait évoquer en prose, et que Clark Ashton Smith incarne dans ses tableaux et poèmes. ».
De même pour le Livre d'Eibon (inventé par Smith et qui nous viendrait d'Hyperborrée ;) Howard) ou le Necronomicon qui refont surface au gré des auteurs (et parviennent à forger ce mythe culturel aujourd'hui Hype et vendeur). le fan de Lovecraft sera ravi de retrouver ces petites touches et références chez Smith, celui d'Howard sentira dans certaines nouvelles comme « Le labyrinthe de Maal Dweb » un bon goût de Conan (j'ai beaucoup pensé à La tour de l'éléphant en lisant cette nouvelle).
Mais cessons là pour les ressemblances (la postface de S. T. Joshi, maître ès Lovecraft, le fera pour moi), car j'ai plutôt envie de m'appesantir sur les différences et les particularités de l'oeuvre de Smith présente ici, et notamment de la partie Averoigne, par rapport à ses compères et surtout à Lovecraft qui truste un peu la scène littéraire du fantastique old school.
À la manière d'un Howard Philips Lovecraft faisant intervenir dans notre monde des entités cauchemardesques avec tous les ressorts du fantastique, Clark Ashton Smith fait, également, mais dans un cadre majoritairement moyenâgeux (je précise "majoritairement" car la première nouvelle se passe en 1789 [certainement pour donner un cadre français sans jamais nommer le pays] et que d'autres se situent carrément en gaule romane ou durant la renaissance), apparaître des créatures tourmentant les hommes et donne à son lecteur une sensation oppressante, dérangeante, et une immersion totale, par le biais d'une langue riche et de descriptions détaillées, donnant l'impression de vivre les aventures à la place (ou avec) des protagonistes.
Toutefois, là où Lovecraft fait souvent frissonner avec des horreurs indicibles et une cosmogonie Ex Nihilo dans une époque récente où la science joue un rôle important (et où l'auteur doit forcément se détacher du connu, de « l'euclidien », s'il veut rester crédible), Clark Ashton Smith, en prenant pour cadre des temps reculés emplis de superstition, nous offre, outre une immersion totale, une crédibilité de haut niveau et touche à notre histoire commune.
Exit la complaisance du lecteur qui devait se forcer à oublier sa part rationnelle et scientifique, bienvenue aux légendes, histoires de sorcières et autres contes fabuleux, fabuleusement maléfiques et surtout terreau de nos mythes et fondateurs de notre culture.
En effet, dans les nouvelles constituant Averoigne, Clark Ashton Smith se plaît à revisiter les mythes populaires et le folklore païen de nos régions françaises ou simplement d'Europe occidentale. Ex Nihilo Nihil, et le lecteur prendra plaisir à rencontrer satyres, fées, vampires, loups-garous, géants, succubes, nécromanciens, fantômes, sorcières, druides, mages et bien d'autres encore dans ces contes fantastique sombres et lointains mais d'un côté bien plus proche de nous que l'Arkham des années 20. Nul dieu stellaire descendant sur Terre ou s'y réveillant pour mettre fin à l'humanité (du moins pas dans Averoigne ;) ) avant d'être contrecarré par le premier journaliste venu (bouh, le vilain troll. Je caricature, j'adore les récits de Lovecraft, mais avouons qu'ils ont souvent été dévoyés). Ici, à l'inverse de chez Lovecraft, le « mal » possède un nom connu, plusieurs même, et, la religion étant très présente, l'Homme témoin de ces phénomènes maléfiques les met sur le compte des puissances des ténèbres, de Satan, Bélial ou autres noms que l'on puisse donner à l'Antéchrist (parfois même Iog-Sotôt ^^).
Mais ce n'est pas tout, car si Smith nous présente des péons habitués au manichéisme, le fond de ses nouvelles est plus complexe et l'on pourrait voir, dans les agissements des entités prétendument maléfiques peuplant les forêts (et les récits) d'Averoigne, une vengeance ou punition envers ces humains détournés des véritables forces divines, païennes. Je m'explique : de nombreux écrits de la partie Averoigne sont des pamphlets anticléricaux ou une ode à la nature et aux paganismes. Souvent, le Dieu unique et ses fidèles sont impuissants (quand ces derniers ne sont pas tout simplement défroqués) tandis que les forces antédiluviennes habitant les forêts et les avernes sont, quant à elles, d'une efficacité redoutable et d'une ancienneté sans limite.
Smith appuie là où ça fait mal, pointe les faiblesses des dogmes religieux et n'hésite pas à rappeler que les monothéismes prennent racine dans les polythéismes, eux-mêmes issus de croyances magico-religieuses et d'un totémisme plaçant l'homme non pas au centre mais en harmonie avec la nature et l'environnement… alors, qui sont les vrais méchants, et y en a-t-il seulement ?
Voici donc pour Averoigne, dont je vais maintenant me languir.
Heureusement qu'on inventa, par la suite, le jeu de rôle (et même Dark Ages of Cthulhu ^^). J'aimerais qu'il existe, dans quelque bibliothèque reculée ou collection obscure, d'autres récits de Smith prenant ce même cadre.
Mention spéciale aux nouvelles suivantes :
Le Satyre (vous ne vous promènerez plus jamais dans les bois de la même manière)
Le faiseur de gargouilles (les vieilles pierres vous feront frissonner)
Saint Azédarac (ou la mascarade monothéiste)
Le colosse d'Ylourgne (la plus longue nouvelle d'Averoigne, en chair et en os)
Les mandragores (délicieusement nocive et cruellement ironique)
La Vénus exhumée (une raillerie envers le célibat, et une illustration parfaite du proverbe latin Balnea, vina, Venus corrumpunt corpora nostra, Sed vitam faciunt balnea, vina, Venus. ;) )
Autres différences notables, et qui font apprécier hautement plus le personnage Smith que le personnage Lovecraft, l'absence totale de sentiments haineux, racistes ou misogynes, ainsi que la présence, à de nombreuses reprises, de nouvelles forgées autour des sentiments de uns et des autres, des relations humaines ou, tout simplement, de personnages féminins ! Ces deux remarques sont valables tant pour la partie Averoigne que celle des Autres Mondes, dont je vais parler un peu maintenant, même si, je le dis tout de suite, j'ai été moins conquis que par la partir Averoigne. La faute sûrement à une lecture un peu précipitée (30 jours pour un tel recueil c'est trop peu).
Changeons donc totalement de style littéraire pour passer dans la SF ou la space-fantasy (on ne sait jamais).
D'abord, direction la planète Mars !
Colonisée par les Terriens, figurez-vous que la planète était habitée ! Pas par de petits hommes verts, mais par de puissants humanoïdes dont la civilisation, bien plus ancienne que la vie sur Terre, possède un passé tumultueux, houleux, fait d'insurrections et de génocides, de chaos et de sombres puissances enfouies n'attendant que les petits humains curieux… Avec ses satellites Phobos et Deimos (la peur et la haine, notez) Mars telle que présentée par Clark Ashton Smith a tout pour plaire et faire frissonner, crédible (d'autant que l'auteur ne s'empêtre pas dans des dates terrestres ; nous sommes dans le futur et c'est suffisant) et surtout très immersive. Préparez-vous à arpenter les rues d'Ignarh, capitale commerciale martienne, ses souterrains, à rencontre sa population, contempler ses étendues désertiques et surtout toucher du doigt son intrigante histoire… Mention spéciale à l'une des meilleurs nouvelles du recueil : Les caveaux de Yoh-Vombis, véritable chef d'oeuvre de tension et d'horreur.
J'ai toutefois trouvé quelques reproches à faire à certaines de ces nouvelles : les fins sont parfois expédiées dans une sorte de bienveillance amicale ou amoureuse où le « bien » triomphe du « mal ». Serait-ce pour sauvegarder la santé mentale et se préserver du courroux des lecteurs de pulp (?) ou bien une face éminemment optimiste de l'auteur ?
Direction maintenant le système aux trois soleils de Xiccarph, où l'auteur nous donne à rencontrer un grand sorcier maître de l'univers et plénipotentiaire, j'ai nommé Maal Dweb. Là où c'en devient étonnant (et outre le côté conanesque de Tiglari héros dans "Le dédale de Maal Dweb") c'est que la première nouvelle le pose en grand méchant, tandis que dans la seconde il se mue en sauveur de la veuve et de l'orphelin (pour caricaturer). Et ce changement d'attitude est dû à l'ennui né de l'hyper-pouvoir dont il dispose, c'est rare, si vous voulez mon avis :)
Ce troisième recueil continue avec des nouvelles éparses, de qualité diverses (et où, encore une fois, les fins sont souvent en contraste avec la dureté du reste du récit) où l'on pourra voir les différentes facettes de Clark Ahston Smith, tantôt polisson, tantôt rêveur, peut-être un peu désabusé (y aurait-il un brin d'autobiographie dans ses personnages de poètes incompris ?), toujours d'une imagination débordante, et tentant de s'affranchir des expériences terrestres ("Le monstre de la prophétie", texte très réussi (avec une fin à l'eau de rose) fait écho à "Je suis d'ailleurs" de Lovecraft, plaçant l'homme dans une position inattendue).
Enfin, ce dernier recueil de « l'intégrale fantasy » de Clark Ashton Smith nous livre quelques poèmes en prose, accompagnés de leurs versions originales. S'ils sont peu nombreux et parfois un peu abscons (à mon niveau) certains, notamment les vocatifs aux démons ou les contes rapportés, sont très beaux et permettent la rêverie et une escapade immédiate hors du temps.

En conclusion, je suis très satisfait de ma lecture. La partie Averoigne m'a conquis totalement, tandis que les Autres Mondes ont su me dépayser et m'emporter dans des univers lovecraftiens présentant une dose d'humanité non négligeable.
Une belle plume, riche en termes rares et en tournures complexes, dote les récits formant ce recueil d'un intérêt tout particulier (félicitation aux traducteurs pour leur travail et leur humilité). C'est indéniablement l'une des forces de Clark Ashton Smith, à l'aise tant du côté fantastique, que fantasy, science-fictionnel ou poétique, et ce, quelle que soit l'époque ou le lieu où il place son récit : des sombres forêts pré-romanes aux déserts sans noms de Mars en passant par le système aux trois soleils de Xiccarph, en quelques pages, le lecteur est transporté dans l'imagination débordante et magnifique de cet auteur à (re)découvrir d'urgence.
Petit bémol : j'aurais apprécié que le recueil donne les dates (même approximatives) d'écriture des nouvelles et les commentaires associés ailleurs que dans la préface ou la postface. C'est très frustrant et démoralisant de lire dans les toutes premières pages que telle nouvelle avait déçu son auteur lors de sa parution car elle avait été retouchée par un stagiaire du magazine pulp auquel il l'avait vendue, ou que dans tel récit le personnage finira comme-ci ou comme-ça… mettez ça en commentaire à la fin de chaque nouvelle, pas en préface !
Un grand merci à Babelio et aux éditions Mnémos pour leur envoi ; j'avais loupé Zothique lors d'une précédente Masse Critique, me voilà ravi avec ce tome 3 de l'intégrale « fantasy » de l'auteur américain. Je suis finalement content de ne pas avoir commencé par Zothique, car j'ai cru comprendre que c'était très lovecraftien, alors que la totale rupture apportée par Averoigne a su me transporter d'emblée en des territoires différents.
PS : le terme de « fantasy » me paraît un peu poussif dans le cas de toutes les nouvelles du recueil, ici il s'agit clairement de contes fantastique pour la partie Averoigne et de science-fiction (ou de space fantasy, si vous y tenez) pour la partie « Autres mondes », plutôt que de fantasy pure et simple (le livre est divisé en trois parties, la première, intitulée « Averoigne », la deuxième « Autres mondes » et la dernière « Poèmes »). Car nul elfe ou prophétie, quête d'artefact magique ou lanceurs de sorts, Averoigne sent la terre humide, le purin et la cire dont on fait les cierges, son sol recèle des empreintes de chevreuil, son ciel accueille le chant du rossignol, et l'ombre de ses sous-bois cache des yeux flamboyants vous regardant avec malice...
PPS : Je ne serais pas surpris d'apprendre que Gary Gygax ou Alan Dean Foster aient lu Clark Ashton Smith, tant pour le côté médieval fantasy/fantastique du premier et de son Donjons et Dragons, que pour la SF à bébètes du second et de son Alien, le 8e passager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          347
Virginy
  13 novembre 2018
Les éditions Mnémos ont fait le choix de publier les textes de Clark Ashton Smith en les regroupant selon l'univers dans lequel ils s'inscrivent. Ce troisième et dernier volume est divisé en deux parties, la première concerne Averoigne, un univers fantasy en Auvergne médiévale, la seconde est composée de textes se déroulant sur d'autres planètes, telle Mars, ainsi que quelques poèmes en prose.
Intéressons-nous tout d'abord à Averoigne. Dans ces nouvelles, on trouve un charme gothique absolument exquis! Chaque texte m'est apparu comme un conte, avec un vocabulaire soigné, recherché, parfois un peu désuet, qui accentue l'ambiance médiévale. Au fil des récits, on se retrouve face à des créatures tentatrices cachées dans l'obscurité des bois, à des histoires d'amour à l'issue parfois terrible. L'atmosphère est souvent terrifiante, le Mal est toujours présent dans les ténèbres nocturnes, le Diable se tapit dans les ombres, prêt à bondir sur les voyageurs imprudents. Et comme dans tout univers médiéval qui se respecte, la religion est présente, tentant de conjurer, de contrer les diableries qui sévissent en Averoigne. Grand ami du créateur de Cthulhu, Clark Ashton Smith fait même référence à l'univers lovecraftien dans un de ses textes (Saint Azédarac).
Dans la partie Autres Mondes, le lecteur fait escale sur Mars, Xiccarph et d'autres mondes encore. Et dans chacun de ces textes-là, l'épouvante est plus présente encore. Les créatures mises en scène accentuent l'horreur de certaines situations et le côté terrifiant des récits. Et quand on les découvre, on comprend que Smith et Lovecraft aient été amis! Ils avaient tous deux un talent certain pour faire flipper leur lectorat! Et, fait vraiment remarquable, c'est que Smith parvient à rendre une atmosphère d'épouvante, de terreur, d'horreur avec un langage recherché et poétique. Les quelques poèmes en prose qui clôturent ce recueil sont accompagnés de leur version originale, afin que le lecteur maîtrisant suffisamment l'anglais puisse voir toutes les difficultés qu'ont pu rencontrer les traducteurs afin de rendre au mieux, de conserver cette « saveur » originale, cette ambiance bien spécifique en français. Pour ma part, je trouve le résultat vraiment réussi.
Je ressors de la lecture de cet ouvrage conquise. Averoigne est un univers que j'ai trouvé intéressant, passionnant, délicieusement terrifiant, et le style de Clark Ashton Smith est vraiment agréable, charmant et délicat, et je pense me procurer les deux volumes précédents de cette intégrale afin de mieux découvrir cet auteur. Si vous aimez Lovecraft, alors vous aimerez Clark Ashton Smith!
Lien : https://deslivresdesfilsetun..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
mguy
  02 novembre 2018
Ce livre comporte des récits se déroulant dans une Auvergne médiévale et originaire. On y découvre des créatures imaginaires : vampires, monstres, loups-garous... Ce sont souvent des mondes très angoissants, et cauchemardesques.
La deuxième partie s'intitule "Autres mondes" et contient un ensemble de textes sur des mondes imaginaires, inspirés de la planète Mars, ou bien de planètes totalement inventés. On y découvre vraiment des créatures et des vies extraordinaires, plus ou moins angoissants.
Enfin, la dernière partie comprend un ensemble de poèmes en prose, qui décrivent des mondes sur le point de disparaître.
J'ai énormément aimé ce livre de fantasy. L'auteur a réellement une imagination débordante. On a vraiment l'impression, à la lecture de ces textes, d'entrer dans ces mondes surnaturels et angoissants. Pour les passionnés de ce genre, je ne peux qu'en recommander la lecture. Je remercie les éditions Mémos de cette fascinante découverte, lors d'une opération Masse critique.
Commenter  J’apprécie          30
DarknessObscura
  13 novembre 2018
Ce dernier volume de l'intégrale de Clark Ashton Smith nous donne à voir des récits se déroulant en Averoigne, dans une France médiévale fantasmée, mais également sur Mars, ainsi que d'autres mondes étranges et exotiques.
Chaque nouvelle est porteuse du style travaillé de l'auteur et possède une grande puissance évocatrice, qui lui permet de décrire des environnements et des scènes d'horreur macabres fascinantes.
Chronique complète sur le blog.
Lien : https://leschroniquesduchron..
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LeScribouillardLeScribouillard   09 décembre 2018
Pour bien des raisons, Alvor aurait préféré ne pas mourir noyé. Les eaux sales et glacées n'avaient, d'un point de vue esthétique, rien de séduisant.
Commenter  J’apprécie          20
RosenDeroRosenDero   22 octobre 2018
Tel un glacis sombre, le pouvoir du Christ a régné sur tous les bois, les champs, les rivières, les montagnes, où vivent dans la félicité les déesses immortelles et les nymphes du passé. Cependant, dans les cavernes secrètes de la Terre, dans les endroits aussi profonds que l'enfer inventé par tes prêtres, habite la beauté païenne et résonnent des cris extasiés.
Commenter  J’apprécie          200
RosenDeroRosenDero   15 novembre 2018
Le sable du désert de Yondo ne ressemble en rien au sable des autres déserts, car Yondo s'étend bien plus près du bord du monde, et d'étranges vents jaillis d'un gouffre qu'aucun astronome n'espérerait sonder ont semé sur ses dunes la poussière grise de planètes corrodées et les cendres noires de soleils éteints.
Commenter  J’apprécie          90
RosenDeroRosenDero   30 octobre 2018
La vieillesse, telle une mite sur une tapisserie aux couleurs passées, rongera bientôt mes souvenirs, comme elle ronge ceux de tous les hommes.
Commenter  J’apprécie          142
Videos de Clark Ashton Smith (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clark Ashton Smith
Le royaume des ombres, Clark Ashton Smith lu par Anne-Chantal Berger
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
681 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre