AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264069007
Éditeur : 10-18 (20/10/2016)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 53 notes)
Résumé :
Après le succès du Village, le nouveau roman de Dan Smith ! Une enquête palpitante dans les immensités glacées de la Russie bolchevique. 1920, Russie centrale. La terreur s'est abattue sur le pays. À la mort de son frère, Nikolaï Levitski a déserté l'Armée rouge pour aller l'enterrer dans son village. Mais lorsqu'il arrive dans la petite communauté, perdue en pleine nature, c'est la stupéfaction. Les rues sont vides et silencieuses. Les hommes ont été massacrés dans... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
AgatheDumaurier
02 janvier 2017
Bouh ! Gla gla ! Au secours, l'armée rouge ! Les tchékistes ! Ah, je ne les connaissais pas, ceux là, un corps spécial de l'armée bolchévique chargé de semer la terreur dans le peuple pour leur faire aimer la révolution...Avec des méthodes très pédagogiques, écorchage, noyage, violage, massacrage de masse, incendiage de villages...Ouh là là ça fait bien passer le message...
Dans cette joyeuse ambiance, novembre 1920 dans la plaine russe mmmmh ! Nikolaï déserte l'armée rouge et cherche à rejoindre les siens dans son village natal...Qu'il retrouve totalement vide, femme, enfants, voisins, amis disparus. Il part à leur recherche, aux trousses d'un certain Kochtcheï, personnage horrifique des contes russes qui semble s'être incarné pour semer encore plus de terreur dans le pays. La course folle de Nikolaï le mènera loin, et il fera des rencontres fort passionnantes, quoique peu rassurantes...
J'avais beaucoup aimé le Village, du même auteur, au même endroit dix ans plus tard (la situation ne s'est pas améliorée...), et j'ai encore fort goûté cet opus, qui montre le visage terrifiant d'une dictature sans merci. Je me répète, mais en lisant cela, on se rend compte que les romans d'"anticipation" type 1984 ne sont, malheureusement, pas d'anticipation, mais d'imitation de la réalité historique des régimes totalitaires du XXème siècle (voir aussi le stupéfiant "Seul dans Berlin", pour l'Allemagne nazie). Tout est déjà là, espionnage, dénonciation, impossibilité à faire confiance à qui que ce soit, destruction des liens humains, à commencer par le langage, lavage de cerveau etc...Ouh là là que ça fait peur. Ouh là là que les démocraties sont fragiles ! Ouh là là que la liberté des peuples est exceptionnelle ! Ouh là là faisons attention !! Un roman qui distrait, donc, mais qui, aussi, met sur le qui-vive, fait souffler sur le lecteur le murmure de voix d'autrefois dont le monde s'est effondré pour le pire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
spleen
05 mars 2017
On pourrait établir des listes de pays ou de périodes de l'Histoire où il vaut mieux ne pas être , elle peut être assez longue et c'est  le cas pour le cadre de ce roman de Dan Smith où on se félicite de ne pas avoir connu cette période juste après le début de la révolution soviétique en particulier dans les campagnes reculées , où non seulement sévissaient de longues périodes de famine plus ou moins programmées mais qui étaient aussi le théâtre macabre de combats, de règlements de comptes et de raids sauvages .
Nikolaï Levisky , a cru que , parce que il avait déserté avec son frère  et n était plus redevenu que Kola, la vie allait pouvoir changer et qu'il pourrait enfin rejoindre sa femme et ses fils dans leur village.
Mais on ne se débarrasse pas aussi facilement de son passé de combattant , des souvenirs des actes barbares dont il a été l'instigateur et le bras armé  d'autant plus qu'il est lui-même poursuivi par ses anciens compagnons et qu'il va découvrir , alors qu'il ne ramène que le corps sans vie de son frère, que son village a été vidé de ces occupants et que sa famille a été enlevée.
Commence alors une longue quête où Kola ne peut faire confiance à personne et où il doit en permanence surveiller ses arrières tout en tentant de devancer ceux que lui même poursuit  .
Mais le hasard permet aussi de faire un bout de route avec d'autres compagnons d'infortune qui , malgré toute la noirceur environnante peuvent devenir des êtres chers même si on n'ose plus leur dire : les mots et les gestes de tendresse ou d'amitié sont bannis, restent les actes de courage pour protéger les autres .
Un thriller qui ne laisse aucun répit, passionnant malgré les visions d'horreur et nous, pauvres lecteurs bien au chaud , on essaie de s'y retrouver entre l'armée rouge, blanche , bleue ou verte et les tchékistes , un festival de noms colorés qui n'a rien de l'image d'un paisible arc en ciel , on tremble , on frémit ... quel livre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
belette2911
22 novembre 2015
Si les Coeurs de l'Armée Rouge vous donnent des frissons de plaisir lorsqu'ils chantent, en 1920, ils vous auraient donné des frissons de trouille !
Russie, 1920, guerre civile… Nikolaï Levitski, soldat, vient de déserter avec son frère, se faisant passer tous deux pour morts dans un fossé.
Son but ? Rentrer chez lui et retrouver sa famille. Arrivé dans son village, celui-ci est vide de tous ses habitants, tous envolés… Certains partis au Paradis Blanc d'où on ne revient pas (torturés et exécutés) et d'autres fait prisonniers, apparemment.
Véritable enquête sous fond de guerre révolutionnaire, cet homme fera tout ce qui est en son pouvoir pour apprendre ce qui est arrivé aux siens et les retrouver.
Moi qui aime la Russie, je suis plus que bien servie avec les romans de Dan Smith, surtout qu'il explore les périodes troubles.
Ici, toute la violence, toute la barbarie et toute l'imbécilité de la guerre sont visibles. Ici, on se fait la guerre entre frères, entre habitants d'un même pays, on prive certains de nourriture pour la donner à d'autres, la guerre civile fait rage depuis 1917 et on ne sait plus trop contre qui on se bat…
Alors, on suspecte tout le monde et on n'accorde sa confiance à personne, tout le monde est tendu comme la corde d'un arc et les tensions sont bien palpables dans le récit grâce à la belle écriture de monsieur Smith qui m'a régalé, tout en me faisant accélérer le palpitant.
Lorsque l'on chevauche dans la neige, sous le froid glacial, il faut surveiller ses arrières et ses avants, car l'Armée Rouge n'est pas loin, la Tchéka non plus (police politique qui combattait les ennemis du nouveau régime bolchevik) et tout le monde vit dans la terreur.
Nikolaï, dit Kolia, est un personnage auquel on s'attache de suite, il a un passé de soldat de la Grande Guerre et le reste, on le découvrira au fil de la lecture.
Dans ce récit, personne n'est ni tout blanc, ni tout noir, tout est en nuance de gris et elles sont plus nombreuses que les fameuses 50 !
Tout le monde a des squelettes dans le placard, des casseroles au cul, des faits peu reluisant à masquer, des choses pas nettes à se reprocher et les pires exactions sont commises par des soldats parce que "se sont les ordres".
On doit tuer les traîtres, les mauvaises herbes… les habitants de son propre pays. Ils ont été endoctrinés et répètent cela tel un mantra.
La guerre civile change les hommes en bêtes, les innocents en meurtriers, les doux se gorgent de haine et les paisibles deviennent des vulgaires assassins. La frontière entre les gens ordinaires et les monstres qu'ils traquent (ou qu'ils subissent) est ténue. Très ténue et on la franchit très vite, cette frontière, lorsque l'on cherche sa famille.
Perdu dans cette immensité blanche et froide, juché sur sa jument fidèle, Nikolaï mènera une quête qui ne sera pas de tout repos et basculera parfois vers le côté obscur de la Force avant de se reprendre… peut-être.
Il devra accorder, ou pas, sa confiance à des inconnus, qui eux devront faire de même et je me suis souvent demandée ce que j'aurais fait à leur place et la réponse ne m'a pas plus parce que je sais que la peur nous faire accomplir des gestes inconsidérés.
Beaucoup de tensions, de peurs, de lâchetés, de dénonciations, de barbarie, de violence, d'amour et d'amitié dans ce roman époustouflant qui m'a fait chevaucher dans les steppes glacées de la Mère Russie.
On n'en sort pas indemne de ce roman coup de coeur. J'en ai encore mal au bide mais je remercie l'auteur de m'avoir donné à lire deux romans de cette trempe-là.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Cindol
15 janvier 2017
Après la petite claque que m'avait mis "Le Village", précédent roman de ce cher Dan Smith, je n'ai pu résister à l'appel de l'Hiver Rouge. Contrairement au 1er, j'y suis allé sans à priori cette fois, je savais que je n'allais pas me retrouver avec des noms imprononçables à rallonges qui ont le don de me gâcher ma lecture.
Ce 2eme roman n'a aucun lien avec le 1er, il peut donc se lire indépendamment sans que vous ratiez quoique se soit. le seul avertissement que je donnerai, car c'est la sensation que j'ai ressenti à sa lecture : laissez passez un peu de temps entre les 2 si vous avez lu un des 2. Je me suis jeté trop rapidement dessus à mon goût et, même si les histoires n'ont rien à voir l'une avec l'autre, le cadre et l'ambiance sont assez similaires, trop selon moi, c'est ce qui m'a un peu gêné au milieu de sa lecture. De ce point de vue là, c'était vraiment trop calqué et j'ai été un peu déçu.
Maintenant, si on fait abstraction de ces similitudes, c'est encore une histoire très oppressante, qui nous tient en haleine de bout en bout. Les descriptions qui y sont faites sont impressionnantes de précisions en si peu de mots, elles vous plongent complètement dans l'action que vous vivez en même temps que le personnage principal de l'histoire.
Pour ce qui est de l'histoire justement, on reprend les mêmes et on recommence : le cadre de la Russie début du XXeme siècle avec tout ce que ça implique, les valeurs de l'humain en tant que tel, et ceux de la famille. Quelles sont les priorités?, jusqu'où peut-on aller pour défendre ses valeurs?
Une petite standing ovation pour la fin de ce roman qui a juste été pour moi une petite régalade, j'ai littéralement bouffé les 200 dernières pages.
J'ai vraiment passé un très bon moment avec cette histoire. Mais je ne me jetterai pas de suite sur l'un de ses romans s'il en sort un autre dans peu de temps...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          53
Ophelien
15 janvier 2017
J'avais froid, j'avais envie de lire quelque chose de froid, aussi j'ai vu la couverture et j'ai craqué sans lire le résumé.
Nikolaï a déserté l'Armée rouge. Il veut retrouver sa famille qui lui manque cruellement. Il ne supporte plus les horreurs de la guerre et risque sa peau en désertant mais il ne peut plus, c'est tout. Sauf que dans l'hiver blanc qui l'entoure, dans ce village où il y'avait tous les siens, il n'y a plus que le silence et la mort.
Déjà, ça envoie du lourd. Dès le début on se demande qu'est-ce qui est arrivé à ce village. J'avoue, ça m'a fait rester cent pages. Sauf que je trouvais l'entrée en matière un peu longue. Les descriptions surtout. Il me tardait vraiment que d'autres personnages entrent en action. J'ai donc laissé le livre un peu de côté ... Puis deux jours plus tard je me suis remise sous ma couette, il neigeait même dehors, et j'ai repris ma lecture. Sauf que là je n'ai pas pu m'arrêter.
Nikolaï va aller de rencontres en rencontres, fuyant une peur qui augmente et l'oppresse, en voulant à tout prix retrouver sa famille. Avec son fidèle cheval il va traverser des paysages désolés, détruits, et va apercevoir plus encore les horreurs de la guerre. D'ailleurs j'ai adoré la relation si particulière qu'il avait avec son cheval tout au long du livre : c'est son meilleur ami, son confident, son donneur d'alerte.
Des descriptions à vous couper le souffle, des dialogues intelligents, et surtout des personnages attachants.
C'est sauvage, ça vous prend aux tripes, et j'ai même eu la larme à l'oeil, c'est dire combien l'histoire est sublime.
Bref un livre désarmant, à savourer en plein hiver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Les critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec26 octobre 2015
Si on a envie d’un thriller à lire toutes portes closes pour se mettre dans l’ambiance de l’Halloween, ce nouveau Dan Smith est un excellent choix.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations & extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
belette2911belette291120 novembre 2015
Aussi, lorsque les paysans avaient commencé à garder leur grain pour eux, à le cacher pour que l’armée révolutionnaire ne le trouve pas, j’avais vu en eux des traîtres.

Lorsqu’ils avaient créé leur marché noir et vendu leurs récoltes à d’autres paysans à un prix élevé, j’avais vu en eux des opportunistes qui profitaient de la situation pour se remplir les poches.

J’étais trop immergé dans la révolution, trop obnubilé par mes idéaux pour voir en eux les familles qui essayaient de se nourrir, ou les hommes qui en avaient assez de l’agitation politique et de la guerre et voulaient juste rentrer chez eux retrouver femme et enfants.

Je n’avais pas compris cela avant d’être moi aussi gagné par la lassitude et de vouloir les mêmes choses.

Tania avait raison. Je ne croyais pas vraiment ce que je disais. Je ne le croyais plus.

Les paysans de Tambov, tout agaçants qu’ils étaient aux yeux de l’Armée rouge et des barbus qui siégeaient à Moscou, étaient peut-être des dissidents, mais ce n’étaient pas des ennemis du peuple.

C’étaient simplement des gens. Des hommes et des femmes qui voulaient être libres de travailler dans leur ferme, de nourrir leurs enfants et de dormir dans leur lit sans crainte d’être traînés hors de chez eux au milieu de la nuit, ou de voir leur maison incendiée.

Cela ne changeait rien au fait que l’Armée rouge allait les écraser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
belette2911belette291120 novembre 2015
— Je n’ai jamais voulu recevoir d’ordres de lui.
– Mais vous n’avez pas eu le choix.
J’avais déjà entendu cet argument : le commandant Orlov avait été dans le même cas. Il avait obéi aux ordres parce que c’était son devoir de les suivre, et parce qu’il y avait des conséquences pour ceux qui ne le faisaient pas.
Commenter  J’apprécie          60
belette2911belette291120 novembre 2015
Par le passé, j’avais ignoré la dimension humaine de ce genre de situation, ne voyant que des révolutionnaires et des contre-révolutionnaires. J’avais été tellement plongé dans la guerre que j’avais fermé les yeux sur quoi que ce soit d’autre, et il avait fallu quelque chose d’affreux pour me forcer à les rouvrir et à voir les choses plus clairement.

— Je ne cherche pas les ennuis, dis-je en levant les mains. Tout ce que je veux, c’est soigner ma jument et continuer ma route. Je ne suis pas ici pour vous prendre vos bêtes, ou quoi que ce soit d’autre que vous pourriez avoir dans cette ferme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
belette2911belette291120 novembre 2015
Je voulais protéger les faibles de la tyrannie et de la cupidité. J’avais été un idéaliste. J’avais eu foi en la révolution et en la nouvelle Union, mais j’avais aussi cru qu’il serait nécessaire de verser le sang si nous voulions l’instaurer dans toute sa splendeur prévue. Il était crucial d’arracher les mauvaises herbes contre-révolutionnaires du champ fertile de notre nouvelle nation pour que la terre y soit la plus féconde possible et que les cultures y poussent hautes et vigoureuses.

Et il y avait un besoin constant d’entretien, pour éviter que les mauvaises herbes se réinstallent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DevianeDeviane25 décembre 2016
Le nez collé à la vitre embuée par ma respiration, je regardai le jour se lever et méditai sur l'étrangeté du monde. Le pays était en train de se retourner contre lui-même, envahi par la rage et la confusion. Les hommes s'entre-tuaient, brutalisaient femmes et enfants, cherchaient toujours plus de façons de mutiler et de détruire. Il y avait des champs où gisaient des centaines de corps gelés; et pourtant l'indifférence régnait. Le soleil continuait à se lever, le givre à se former, les rivières à couler et les bois sombres à faire le guet. Lorsque nous serions tous morts, enterrés ou brûlés, les arbres poursuivraient leur existence sans nous, regarderaient la nouvelle génération grandir là où la précédente était tombée. La rivière donnerait la vie à d'autres gens, les champs les nourriraient et le soleil les réchaufferait en été. Peu importait ce que nous faisions. Nous n'étions ici-bas que pour quelques instants, et la seule chose qui comptait était de rendre ces instants supportables; d'être là où nous avions envie d'être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Dan Smith (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Smith
Bande annonce du film Big Game
autres livres classés : révolution russeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Hiver Rouge - le quiz franco-russe

SKAZKA (сказка)

Une image
Une maison
Un conte
Un chapeau

13 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Hiver rouge de Dan SmithCréer un quiz sur ce livre
. .