AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290207462
Éditeur : J'ai Lu (01/05/2019)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 8 notes)
Résumé :
L'Europe vieillit et( se dépeuple.L'Afrique déborde de jeunes et de vie.Une migration de masse va se produire.Son ampleur et ses conditions constituent l'un des grands défis du xx ème siècle.
L'Union Européenne compte aujourd'hui 510 millions d'habitants vieillissants;l'Afrique 1'25 milliard,dont 40 pour cent on moins de 15 ans .En 2050,450millions d'Européens feront face à 2'5 milliards d'Africains.D'ici à 2100, 3 personnes venant au monde naîtront au sud d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
belcantoeu
  02 août 2019
Ce livre bouleversant, qui a reçu plusieurs prix, donne un éclairage essentiel sur le problème des migrations actuelles, mais rappelle aussi qu'entre 1850 et 1914, près de 60 millions d'Européens ont quitté leur continent, surtout pour les deux Amériques, l'Australie et l'Afrique du sud. Pourquoi l'Afrique n'aurait-elle pas les mêmes droits (p. 179)?
Impossible de résumer ce livre. Je me contente de quelques données qui interpellent et je renvoie le lecteur à ce livre qui mérite d'être lu en entier par tous.
En 1885, au sortir de la conférence de Berlin, l'Europe (sans la Russie) comptait 275 millions d'habitants. L'Afrique, 6,5 fois plus vaste, environ 100 millions. de 1960, année de l'indépendance de nombreux pays d'Afrique, à 2015, la population sud-saharienne est passée de 230 millions, grâce notamment à l'amélioration des conditions sanitaires apportées de l'extérieur. C'est la plus forte croissance démographique de l'histoire de l'humanité (p. 36): entre 1930 et 2050, multiplication par 16 contre multiplication par 1,7 en France, avec 7,6 enfants par femme dans certains pays du Sahel (p. 142), région où la hausse des températures (3 à 5° d'ici à 2050) devrait encore faire chuter la production agricole, jusqu'à 50% au Niger, au Tchad et au Soudan alors que la population va tripler (pp. 143-144). le lac Tchad ne couvre plus que 10% de sa superficie de 1960 et pourrait disparaitre dans 20 ans. Qui s'en émeut?
En Afrique sub-saharienne, 80% des écoles publiques n'ont pas d'eau potable et 75% pas de toilettes. Faute d'écoles publiques, des millions de jeunes illettrés fréquentent des madrasa financées par les pays du Golfe, où ils apprennent à mémoriser des versets du Coran, notamment dans les régions de Boko Haram.
Conclusion inévitable (p. 14) : «la jeune Afrique va se ruer vers le Vieux Continent». Cela rappelle la migration des Mexicains qui représentent aujourd'hui 10% de la population des Etats-Unis. D'ici à 30 ans, entre 1/5 et 1/4 de l'Europe pourrait être peuplée de 150 à 200 millions d'Afro-Européens, contre 9 millions aujourd'hui. Les mieux instruits, en Afrique, ne croient pas à l'avenir sur place. Ils se sauvent, mais ne fuit pas qui veut: il faut un pactole de départ venant de la famille, voire s'endetter, pour payer les passeurs entre 1500 et 2000 euros, une somme énorme, plusieurs fois le revenu annuel (p. 137). Donc une élévation du niveau de vie augmentera la migration (p. 141). La part du Maghreb dans les flux migratoires diminue au contraire avec l'élévation du niveau de vie dans cette région.
En 2015, 1.015.000 migrants ont atteint le littoral européen mais 3.771 sont perdus en mer (0,37%). La même année, le risque de mourir en couches était de 1,7% au Sud-Soudan (p. 164). Les passeurs prennent de moins en moins de risques (mais pas moins d'argent). Ils chargent l'un des passagers de l'appel au secours dès l'entrée dans les eaux internationales et emmènent les migrants à la lisière des eaux internationales avant de repartir avec le moteur et de laisser leurs clients dériver... à charge pour les humanitaires... (p. 166). Les migrants prennent un risque semblable aux risques qu'ils prennent dans la vie qu'ils laissent derrière eux (p. 166). Une rencontre migratoire à grande échelle se prépare donc entre l'Afrique et l'Europe (p. 169) du fait de la démographie (nonchalance par rapport à la planification des naissances, contrairement à la Chine qui a pris des mesures radicales dans l'autre sens, mais aussi le Bangladesh et la Jamaïque), de la pauvreté et du manque de perspectives offertes par les dirigeants africains qui ne se soucient pas de leur peuple. Cette planification des naissances serait le moyen le plus efficace pour augmenter la richesse par tête d'habitant, mais rien de cela n'est entrepris en Afrique (p. 180).
La diaspora du Cap Vert (700.000 personnes) est plus importante que ceux qui sont restés au pays (600.000). Un bon tiers des médecins africains restent dans les pays de l'OCDE et tout le monde s'accommode de cette fuite des cerveaux (p. 203).
En 1900, un quart de la population mondiale était européenne. En 2050, il n'y en aura plus que 7%, et près d'un tiers d'entre eux aura plus de 65 ans. Entre 2000 et 2050, de 4 actifs pour un dépendant, on passera à 2. Au Niger, ce sera 19 en 2050. Il faut donc en Europe rester actif plus longtemps (p. 197).
La consolidation démocratique n'est pas pour demain. du fait de la corruption et du manque d'avenir, 42% des Africains âgés de 15 à 24 ans et 32% des diplômés du supérieur souhaitent émigrer (p. 22). Selon l'ONU, l'UE devrait accueillir un million d'immigrés par an d'ici à 2050, pour stabiliser sa population, mais avec de moins en moins d'actifs pour supporter le poids des vieilles générations. Pour maintenait le rapport actuel, il faudrait 1,6 millions d'immigrés par an, et donc un nombre accru de mineurs à scolariser. Merkel l'a compris, mais pas ceux qui veulent maintenir un Etat «ethniquement pur». Ce besoin de main d'oeuvre immigrée n'est pas nouveau: l'Europe a déjà fait venir en masse la main d'oeuvre qui lui faisait défaut, Italiens et Marocains notamment. Aux Etats-Unis, plus de la moitié des techniciens de la Silicon Valley sont d'origine asiatique, contribuant à la prospérité du pays, n'en déplaise à D. Trump, lui-même descendant d'immigré ayant épousé une... immigrée illégale. Depuis 1990 et le début de la révolution numérique, le quart des entreprises américaines ayant enregistré la plus forte croissance ont été créées par des étrangers (p. 187). Mais «la diversité a besoin d'un ancrage dans la similitude, autant que l'inverse. À défaut, la confiance interpersonnelle s'érode» (p. 191), mais l'auteur n'en dit pas beaucoup plus à ce sujet.
Il demande aussi comment l'Amérique ou l'Australie auraient pu bâtir leur prospérité sans un afflux massif d'immigrants.
Au sud du Sahara, des gratte-ciels se construisent en même temps que des huttes en torchis; la 4G coexiste avec les «tambours parleurs». Les temps se télescopent. On peut naitre au Sahel et devenir astrophysicien à la NASA, puis premier ministre du Mali comme Modibo Diara, mais combien d'autres meurent avant cinq ans dans ce continent, archipel des adultes en échec, en attente d'une vie pleine qui se refuse à eux.
En 2100, sur une population mondiale de 11 milliards d'habitants, 40% seront africains. Les taux de croissance les plus élevés sont le Burundi, l'Angola, le Malawi, le Mali, la Somalie, l'Ouganda, la Tanzanie, la Zambie et le Niger. D'ici à 2100, 3 naissances sur 4 auront lieu au sud du Sahara (p. 50). Abidjan a multiplié sa population par 40 depuis 1960. Kinshasa, la ville francophone la plus peuplée du monde, par 30, N'Djamena par 55, et ce ne sont que des exemples (p. 55). «Il y a peu de chances que cette multitude attende patiemment son tour au guichet de la prospérité... un grand nombre d'Africains poussera les portes vers le monde entier, à commencer par l'Europe» (p. 117). Selon l'ONU, entre 2015 et 2050, 91 millions de personnes originaires du sud vont s'établir dans les pays riches de l'OCDE dont 82% de la croissance démographique viendrait de l'immigration (p. 132).
Les 10% les plus riches de la terre possèdent la moitié du patrimoine mondial. Combien de temps cela peut-il durer, « d'autant qu'en même temps, les télévisions satellitaires du Nord arrosent la salle d'attente planétaire d'un flot d'images de leur prospérité » (p. 133)? On apprend à se débrouiller, avec «des savoir-faire toujours susceptibles d'être utilisé dans l'avenir à d'autres fins» (p. 159).
En Asie et en Amérique latine, au contraire, des centaines de milliers de personne sont sortis de la pauvreté absolue. L'Afrique n'y arrive pas.
Exemple des conséquences de l'emballement démographique en Afrique: avec une croissance démographique de 3% par an, il faut un taux de croissance de l'économie de 7% pendant 18 ans pour doubler le PNB. On en est loin. le PNB de la République Démocratique du Congo est à peu près le même qu'en 1960, année de l'indépendance, mais avec un quadruplement de la population, le revenu par habitant n'est plus que le quart de ce qu'il était, et cela dans un pays potentiellement très riche (hydroélectricité, minerais, tourisme, agriculture, sylviculture,...). L'euphorie des indépendances a fait long feu. L'aptitude des dirigeants à accélérer le développement aussi (p. 111). le clientélisme et l'incompétence empêche le développement. Les pays vivent essentiellement des droits de douane, des matières premières et de l'aide extérieure qui les dispense de plus d'efforts. L'Etat ne fait rien, et s'offre à des partenaires extérieurs. En Centrafrique, la douane a un moment été confiée à un ancien mercenaire français qui partageait les gains avec l'Etat (p. 112). En République Démocratique du Congo et en Ouganda, 71% des écoles sont privées. En 2015, la production d'électricité de toute l'Afrique égalait celle de l'Espagne ou de l'Argentine, bien inférieure à la consommation de la seule ville de New York (p. 115).
La production alimentaire est très faible. Exemple: au Sahel, une tonne de céréales à l'hectare contre 9 en France. Moins d'1/2 litre de lait par vache et par jour contre 25 en France. Sur 1000 exploitants, il n'y a que 2 tracteurs (p. 70).
Le livre parle aussi des déportations massives d'esclaves entre le 7ème et le 19ème siècle, surtout par la Grande Bretagne et le Portugal (pp. 37-38), et de bien d'autres sujets que je vous laisse découvrir, dont les éléments de conclusion.
Merci à Masse critique et à l'éditeur qui m'ont permis de vous livrer ces quelques premières indications.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
thegoodgirl
  27 juillet 2019
Coup de coeur pour cet ouvrage remarquable.
Je ne regrette pas ma participation à la Masse Critique Babelio. Merci beaucoup Babelio et les éditions J'ai lu.
L'Afrique est un continent riche d'une histoire passionnante. L'Afrique c'est aussi une population qui ne demande qu'à vivre.
Stephen Smith explique avec beaucoup de simplicité ce qui a constitué ce continent et sa population toujours croissante et jeune.
Stephen Smith prend le temps de revenir sur la traite et la colonisation qui ont profondément modifié la structure de la population africaine.
Une bonne partie du livre est consacré à un état des lieux avec des exemples tirés du cinéma ou de la littérature. Stephen Smith s'attarde sur le Nigeria, le Laos, les clivages blancs/noirs, religieux, jeunes/vieux C'est très bien écrit, facile à lire. Je l'ai lu d'une traite.
J'aurais aimé entrer plus vite dans le vif du sujet annoncé: la migration vers le Nord et ses conséquences.
Ce livre fait réfléchir, léve certaines idées reçues et permet d'ouvrir les yeux sur une réalité trop souvent mal traitée dans les médias. Les situations collectives et individuelles sont plus subtiles que les images racoleuses des migrants traversant la mer Méditerranée. Stephen Smith nous présente sans misérabilisme une situation complexe et tendue entre les deux continents.
Je le recommande à tous ceux qui veulent en savoir plus sur le sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Beffroi
  19 mai 2018
Il s'agit d'un documentaire de géographie humaine. Stephen Smith est un spécialiste de l'Afrique. Ancien journaliste, il enseigne les études africaines dans une université américaine. Son ouvrage est très documenté. Il s'appuie sur de nombreuses sources…
L'auteur aborde les situations de l'Europe vieillissante et de l'Afrique au boom démographique. Effectivement la population de l'Afrique ne fait qu'augmenter. Entre 1830 et 2050, il est prévu qu'elle sera multipliée par 16 alors que celle de la France, sur la même période a été multipliée par 1,7 ! Les Africains bougent : des villages vers les villes, puis des villes vers l'Europe de l'autre côté de la Méditerranée. L'Europe s'africanise rapidement et le processus va s'amplifier : 42% des Africains de 15 à 25 ans déclarent vouloir partir.
Le livre est parfois étonnant : Les migrations ne concernent pas les plus pauvres (il faut environ 2000 euros pour financer le voyage). Ce sont plus des classes moyennes qui partent, souvent des personnes qui ont tiré profit de l'aide au développement versée par l'Europe !
Il s'agit d'un livre sérieux…à recommander aux lecteurs motivés. J'ai parfois été dérouté par l'avalanche de chiffres, par le thème de la démographie qui revient sans cesse. Cependant, j'ai appris beaucoup d'éléments pour mieux comprendre le monde d'aujourd'hui et les flux migratoires que nous connaissons actuellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bougnadour
  29 juillet 2019
L'immigration ne se prête pas au débat mais à l'invective : pour on est idéaliste inconséquent, contre on est raciste obtus. Stephen Smith essaie de trouver le chemin de la rationalité et comme il a été attaqué par les biens pensants il mérite que l'on s'arrête sur ses réflexions.
Il pose la question de fond : pourquoi tant d'africains veulent venir en Europe ? D'abord la démographie galopante sature les sociétés, les anciens préemptent le pouvoir selon la tradition, les élites confisquent l'argent, l'envie de bouger est atavique et comme "la vie des blancs" semble idéale voilà le cocktail détonant.
Il remet aussi les faits à leur place : Non ce ne sont pas les pauvres qui quittent l'Afrique mais ceux capables de payer plusieurs années de salaires africains aux passeurs. Non l'aide au développement ne retient pas les candidats mais les finance. Non l'immigration de masse ne contribuera pas au maintien du modèle européen par un apport de main d'oeuvre jeune car son coût social sera trop élevé (et oui il faudra éduquer, former et soigner ces nouvelles familles). Non l'Afrique ne s'en sortira pas si les plus formés et les plus dynamiques s'en vont. Non les arrivants ne souhaitent pas s'intégrer (Qui veut abandonner ses racines ?) et restent influencés par leur pays via Internet.
Pour éviter la submersion S.Smith préconise d'ouvrir les frontières mais de façon très ciblée et utile à l'Europe, de laisser du temps aux sociétés pour digérer ses arrivées inévitables. Il contourne toutefois la question clé de la démographie africaine, que faire pour qu'une femme du subsahara ait moins de 7 enfants sans des mesures contraignantes qui feront hurler les amis du genre humain dans les beaux arrondissements ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Scipion95
  19 juillet 2019
J'en suis, laborieusement et avec beaucoup de courage et de ténacité aux 2/3 de ce livre reçu dans une opération "Masse critique".
Il y a une bonne dizaine d'années, je n'avais pas réussi à terminer un précédent ouvrage " Négrologie , pourquoi l'Afrique meurt".
L'auteur , ancien journaliste a une grande connaissance de l'Afrique, c'est indéniable. Ses livres sont primés, ce qui m'étonne car il écrit mal. L'accompagnement de son éditeur est mauvais. C'est brouillon, il y a de multiples répétitions, il y a plein de contradictions et quel pédantisme à nous inonder de citations à n'en plus finir et de chiffres et statistiques remplissant des pages et des pages alors que lui même en dénie les valeurs faute de recensements et de statistiques fiables. Bien sûr on y apprend 2/3 trucs par ci par là, mais que c'est pénible à lire. Et aux 2/3 du livre, plusieurs fois, je suis revenu relire le titre "la ruée sur l'Europe" tellement nombre de ses divagations sont hors sujet ou hors de propos avec ce qu'on en attendrait. Pour un livre écrit en 2018, pourquoi plus de 3 pages à nous parler du film "Out of Africa" (datant de 1986 et relatant la vie de Karen Blixen et ses écrits de 1937, suivi d'un autre "Allo ciné" de plus d'une page pour je ne sais plus quel autre film.
Certaines informations sont certes intéressantes, ce qui est la moindre des choses de la part d'un spécialiste, mais c'est fichtrement mal fichu dans ce livre brouillon au possible.
Peut-être qu'on y voit plus clair dans le dernier 1/3 du livre, mais aurais-je la force et le courage d'aller au bout? pas sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11

critiques presse (2)
LaViedesIdees   05 octobre 2018
Après la démonstration, par F. Héran, de l’inconsistance scientifique des échafaudages de Stephen Smith autour des migrations africaines, J. Brachet met en évidence ce qui se joue réellement dans son livre partout célébré : l’appel ouvert à des politiques xénophobes et racistes.
Lire la critique sur le site : LaViedesIdees
NonFiction   06 septembre 2018
Stephen Smith traite dans cet ouvrage, avec audace et de manière frontale, un phénomène qualifié hâtivement par les mass medias et les commentateurs politiques de « crise » des migrants ou des réfugiés.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
thegoodgirlthegoodgirl   29 juillet 2019
En aval, si certaines parties de l'Afrique - notamment le bassin du Congo - peuvent miser sur une rente verte dans le futur, d'autres vont être les principales victimes du changement climatique. Parmi les dix pays les plus vulnérables au réchauffement, sept sont africains : la Centrafrique, l'Érythrée, l'Éthiopie, le Nigeria, la Sierra Leone, le Tchad et le Soudan. La montée du niveau marin menace 250 millions d'habitants sur les côtes africaines, notamment en Afrique de l'Ouest où le littoral entre la capitale ghanéenne, Acra, et Lagos est en train de fusionner en une conurbation de 500 kilomètres susceptible d'abriter quelque 50 millions d'habitants en 2035.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
oreeoree   18 avril 2019
Jamais dans l'histoire, les habitants d'une partie du monde n'ont été aussi jeunes que les Africains subsahariens aujourd'hui-- dans le prochain chapitre nous allons explorer cette île-continent de Peter Pan. Tant de jeunes constitueraient une belle promesse d'avenir si un nombre important d'entre eux ne mourait pas à la naissance ou ensuite de malnutrition, de maladies facilement soignables ou d'épidémies, dans des massacres et des guerres; si tant de jeunes sans emploi n'étaient pas empêchés de grandir et de réaliser leur projet de vie. Certes, depuis un siècle, l'Afrique a fait des progrès himalayens -- nous allons également y revenir. Mais ces progrès ont été relativisés, et souvent laminés , par la loi des grands nombres. P 69
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
thegoodgirlthegoodgirl   30 juillet 2019
Même si le risque est heureusement limité, on se demande évidemment pourquoi il ne cesse d'augmenter alors que les yeux du monde sont braqués sur la Méditerranée et que les secours devraient se perfectionner. La réponse : l'humanitaire est trop bon !
Commenter  J’apprécie          30
thegoodgirlthegoodgirl   29 juillet 2019
Nous voilà prêts pour un départ en cascade. Il nous mènera du village à la ville la plus proche, de la ville de province à la capitale, de la capitale nationale à une métropole régionale et, enfin, à l'étranger par-delà les mers, le plus souvent en Europe. [•••]
Pour reprendre les mots d'Aimé Césaire, "la jeunesse noire tourne le dos à la tribu des Vieux". Il fit ce constat en 1935, quand l'Afrique - démographiquement parlant - commençait à se mettre en route. Il ajouta : "Que veut la jeunesse noire? Vivre. Mais pour vivre vraiment, il faut rester soi." Ce n'est pas facile quand on part sans cesse pour se "refaire" ailleurs. Pour le migrant africain plus que pour tout autre, "l'enfant est le père de l'homme".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
thegoodgirlthegoodgirl   30 juillet 2019
La photo du petit garçon syrien de trois ans, Alan Kurdi, retrouvé noyé
sur une plage turque, le 2 septembre 2015, n'a laissé personne indifférent. Cependant, pour situer le drame, n'aurait-on pas dû préciser que le risque de périr en traversant la Méditerranée dans une embarcation de fortune était, cette année-là, de 0,37%? C'est un simple calcul de règle de trois: en 2015, 1015078 migrants ont atteint le littoral européen, alors que 3771 autres ont été recensés comme "perdus en mer ou portés disparus".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Stephen Smith (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen Smith
Stephen Smith : "On ne peut plus parler comme si l'Europe était au centre du monde... .L'invité des Matins de France Culture.Comprendre le monde c'est déjà le transformer(07h40 - 08h00 - 21 Février 2018)Retrouvez tous les invités de Guillaume Erner sur www.franceculture.fr
autres livres classés : démographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox