AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Krief (Traducteur)
EAN : 9782075142137
576 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (05/03/2020)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 153 notes)
Résumé :

Cassandra ! un prénom romanesque, à l'image du château perdu au fin fond de l'Angleterre on vit la jeune fille et toute sa famille pour le moins excentrique.

Un père écrivain qui se refuse à écrire, la merveilleuse Topaz, belle-mère fantasque, Rose, la soeur aînée rêvant au grand amour, sans parler du jeune jardinier qui n'a d'yeux que pour Cassandra. Au fil de ses cahiers, elle relate les événements qui jalonnent leur existence, avec autant d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  05 juin 2019
Quand j'ai terminé ce roman hier soir vers 1h du matin… j'ai pensé : sublime !
Sublime parce qu'il revisite l'histoire de la littérature anglaise, sublime pour le ton , à la fois émouvant, drôle, et romanesque. Et sublime parce que novateur pour l'époque .
C'est en 1949, que Dodie Smith ( anglaise, exilée à Hollywood pour y écrire des scénarios dont celui ,futur , des " 101 Dalmatiens" ), publie ce roman : journal intime d'une adolescente dans les années 30 .
Le père de Cassandra est un écrivain de génie qui n'a publié qu'un seul livre . Cela fait longtemps que l'agent gagné a été dépensé, et s'ils habitent dans un château, celui- ci est complétement délabré. Tout part à vaux l'eau , presque tous les meubles ont étés vendus et la nourriture est rare.
Cela n'a pas l'air de préoccuper le père , monstre d 'égoïsme, qui s'isole dans sa tour et ne communique pas. Seule la belle-mère ( ancienne modèle pour peintre) et le fils d'une domestique décédée, essaient tant bien que mal, d'assurer le quotidien. C'est alors que les héritiers du château et d'une demeure voisine, débarquent d'Amérique et vont bouleverser la vie de cette famille d' excentriques.
Dés le départ, le ton est donné, Cassandra compare la situation d'elle et sa soeur, avec celle des filles Bennet d'Orgueil et Préjugés qui " ne pensent en fait, qu'au moyen de mettre le grappin sur les jeunes gens de Netherfield Park". Dodie Smith, bien avant les réécritures actuelles , réinvente "Orgueil et Préjugés" en lui ajoutant une pincée des soeurs Brontë , (ainsi que quelques références à des poètes anglais ..). On est dans le clin d'oeil, dans l'hommage, l 'emprunt, le pastiche , et c'est jubilatoire pour qui connait ces oeuvres.
Le prénom Cassandra, n'est autre que celui de la grande soeur de Jane Austen, confidente et gardienne du "temple Austen "et ce n'est pas un hasard …
Bien sur , on peut être agacée par le début du roman , dans lequel Dodie Smith présente la pauvreté comme une sorte d'aventure romantique mais il faut remettre cela dans le contexte anglais , "... Never complain" (ne jamais se plaindre) : tout prendre au second degré, avec de l'humour, du détachement , cela fait partie de leur ADN , cette espèce de distance, d' excentricité aristocratique… Et réduire ce roman à cette seule observation serait dommage car le reste est tellement irrésistible.
Journal intime, roman d'apprentissage, romantisme ( mâtiné de modernisme et réalisme ), Cassandra est tout ça.
C'est la voix d'une adolescente qui découvre la vie, qui s' interroge ( Dieu, l'amour, le désir, la création…). l'arrivée de cette famille américaine agit comme une bouffée d'air frais . Soudain tout est possible, le monde devient plus riche (dans tous les sens du therme…), l'avenir s'ouvre, incertain mais riche de possibles…
Mais cette histoire ne serait rien sans le style de l'auteur, vif et plein d'esprit et si drôle...D'une telle fluidité qu'il en parait si simple… Un petit bijou !
La littérature n'est qu'une suite de filiation : Jane Austen... le journal de Cassandra, puis celui de Bridget Jones et celui de Georgia Nicholson. Dieu que les Anglaises sont douées !
Ce roman fait partie des 100 romans préférés des Anglais.
"Cassandra est un des personnages les plus charismatiques que j'aie jamais rencontrés" J.K. Rowling
Un régal !
(adapté au cinéma en 2003)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          572
Crazynath
  25 juillet 2019
Dodie Smith, vous connaissez ? Non ? Je vous assure qu'elle est à l'origine d'un des dessins animés les plus célèbres de Walt Disney : Les 101 dalmatiens. En effet, cette auteure anglaise a écrit un livre catégorisé jeunesse mettant en scène ses chiens préférés : des dalmatiens. Et rajoutons que Pongo a réellement existé et était un des chiens préférés de Dodie Smith.
Cependant, outre-manche, cette auteur est aussi célèbre pour une autre oeuvre intitulée le château de Cassandra.
Je me suis plongée dans cette oeuvre d'un peu plus de 500 pages avec curiosité et sans aucun à priori, vu que je n'avais jamais rien lu de cet auteur.
Je me suis retrouvée plongée dans l'Angleterre des années 1930.
Imaginez un château quasi abandonné, mais occupé par une famille qu'il faut bien qualifier d'originale. le père, écrivain, ou presque : auteur d'une oeuvre unique qui a eu un certain succès il y a des années, il est à la recherche de l'inspiration qui lui permettra d'écrire à nouveau. Son épouse Topaz, qui est en réalité sa seconde femme, semble être la muse idéale pour ce genre de personnage. Ils vivent avec les trois enfants de son premier mariage : Thomas, et ses deux soeurs Rose et Cassandra. Si Thomas est un jeune adolescent, ses soeurs sont des jeunes femmes qui rêvent de sortir de leur situation de précarité. C'est Cassandra qui est la narratrice de cette histoire. Elle plante le décor dès le début en décrivant le dénuement et la quasi misère dans laquelle ils vivent vu qu'ils n'ont aucune rentrée d'argent. Leur vie va cependant changer quand les nouveaux propriétaires du château vont apparaitre dans leur vie.
J'ai beaucoup aimé les aventures de cette famille pittoresque, surtout dans cet endroit plus qu'original qu'est ce château tombant quasi en ruine.
Les personnages sont pour la plupart très attachant comme évidemment Cassandra. J'avoue cependant que je n'ai pas éprouvé la même sympathie pour sa soeur Rose, que j'ai trouvé très superficielle et vénale… Après, il faut reconnaitre qu'elle a des circonstances atténuantes…
Une belle découverte…

Challenge Pavés 2019
Challenge BBC
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Zazaboum
  08 mars 2020
Charmant roman qui se passe dans les années 30, écrit par l'auteure des 101 dalmatiens.
Cassandra est une jeune adolescente qui écrit sans cesse ! Elle tient son journal et raconte le quotidien de sa famille, ses rêves et ses désirs.
La famille s'est installée dans un château, amalgame de plusieurs époques et assez délabré, à l'époque où le père était un écrivain reconnu pour son premier livre. Depuis la mère est morte, le père est remarié avec Topaze, qui pose pour des peintres. Il est incapable d'écrire de nouveau et la pauvreté est leur quotidien !
Sa soeur aînée Rose est en âge de se marier et rêve de rencontrer celui qui la sortira de cette misère, mais comment faire quand on est au fin fond de la campagne anglaise ?
Le propriétaire du château et du domaine alentour vient de décéder et son héritier arrive avec son frère et sa mère, riche famille américaine…
C'est un roman parfois drôle, parfois émouvant et romantique voire romanesque ! La famille de Cassandra est cultivée et un peu loufoque, enfin je trouve le père vraiment imbuvable, irresponsable et égoïste !
Des allusions sont faites à Jane Austen, aux soeurs Brontë ainsi qu'à d'autres poètes et écrivains des XVIIIè et XIXè siècles et le cadre du château (qui existe réellement) s'y prête énormément.
Dans l'ensemble j'ai beaucoup aimé mais le long moment d'auto apitoiement de Cassandra m'a un peu démotivée. Il reste malgré tout un roman d'une lecture aisée et agréable.
CHALLENGE MULTI-DEFIS 2020
CHALLENGE PAVES 2020
CHALLENGE BBC
CHALLENGE PLUMES FEMININES 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
AgatheDumaurier
  06 août 2016
Un peu artificiel, tout ça. Si c'est le roman préféré de J.K. Rowlings, il faut qu'elle sache qu'elle a fait beaucoup beaucoup mieux.
Dans un château en ruine mais follement "romantique" (je voudrais des italiques), la jeune Cassandra et sa famille de foufous vivent de rien en ne se prenant pas pour n'importe qui. le père est un écrivain au génie en grève, et violent par-dessus le marché, la mère est morte mais tout le monde s'en fiche, la belle-mère est un mélange de Nana Lantier, d'Ophélie sur le retour et de nounou dévouée, la soeur Rose ne pense qu'à l'argent, le frère est plus humain, mais on ne le verra pas beaucoup, et Stephen, le fils de la domestique décédée, beau comme un astre, continue de "servir" la famille, sans gages, tellement il aime Cassandra...Arrivent deux frères américains, héritiers, entre autre, du château de Cassandra, que son père a loué pour 40 ans (mais dont bien sûr il ne paie jamais jamais le loyer, faut pas pousser ! ). Deux frères aux poches pleines de dollars. Les antennes de Rose se relèvent et frétillent. Il faut par tous les moyens qu'elle épouse l'aîné, Simon.
Franchement, la même histoire, écrite par Maupassant ou Zola, ça pourrait vraiment donner un truc sordide. Car si on réfléchit bien, ils ne sont vraiment pas sympas, dans cette famille. J'ai été très souvent choquée par l'égoïsme qui se dégage des personnages. A commencer par Cassandra, qui parle de sa mère morte avec une légèreté éprouvante pour le lecteur : " ensuite, nous avons mangé du gâteau, et j'étais bien contente de pouvoir en prendre deux morceaux, ce qu'elle n'aurait pas permis." Orphelins, réjouissez-vous, vous aurez du gâteau ! Et puis cette terrible pauvreté : "bizarrement, je ne nous ai jamais considérés comme pauvres-je veux dire que je ne nous ai jamais plaints comme les chômeurs ou les mendiants- quoique notre situation ait été bien plus dramatique, car nous étions incapables de travailler et n'avions personne à qui demander de l'argent." Des claques pour Cassandra !!!! Ah c'est sûr que pas un instant elle ne s'imagine faire un vrai travail, ben voui, quand on habite un château, on se salit pas les mains. Quant à demander de l'argent, heureusement, les Américains arrivent pour se faire dépouiller. Ensuite, la même charmante petite tombe amoureuse du promis de sa soeur chérie, et ne songe plus qu'à le lui piquer !!! Mais tout cela est enrobé dans un style primesautier, gentil, en fleurs, alors ...
Quant à la soeur, c'est une chipie vénale épouvantable.
Le père, un égocentrique complet. Mais bon, il leur fiche une paix royale. Il faut cependant veiller à planquer les couteaux. Il peut s'énerver, papa.
Topaz, la belle-mère féline, est aussi crédible que mon chat en string affairé aux fourneaux et à racommoder mes chaussettes.
Bon, en fait, en rédigeant cette critique, je me rends compte que ça ne m'a vraiment pas plu.
Ajoutez à cela que, pour que la morale soit sauve, ça se termine (enfin, dès le milieu du roman) en coulis de mièvrerie avec les atermoiements de Cassandra qui découvre l'amoûûûûr grâce à un baiser oh là là au secours.
J.K.!! Tu planais quand tu as lu ça !!! Harry Potter versus Cassandra, c'est un pâté sur la plage contre le Canigou !! Oui, je termine par un métatexte canin, car le seul personnage supportable de toute cette affaire, c'est Héloïse, le fox-terrier. Dodie Smith a eu raison de se consacrer par la suite aux dalmatiens...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
juliette2a
  01 mai 2012
Quel magnifique livre ! Même si je l'ai terminé, je reste encore subjuguée par ce roman absolument charmant...Dodie Smith est décidément un grand écrivain ! "Le Château de Cassandra" est en fait un journal, le journal de Cassandra, héroïne tout à fait merveilleuse, vivant dans un château en ruine au fin fond de la campagne anglaise avec sa famille singulière : Rose, sa soeur, une jeune fille romantique attendant désespérément l'amour de sa vie ; Topaz, sa belle-mère, une femme très belle posant pour de nombreux peintres à Londres ; Thomas, son petit frère, étiudiant au collège de la ville voisine ; son père, extravagant, tout bonnement appelé "M.Mortmain" par sa nouvelle épouse, ancien écrivain arrêté après un accident particulier ; Stephen, l'homme à tout faire de la maison, épris depuis toujours de Cassandra et enfin les deux animaux adorables : Héloïse (la chienne) et Abélard (le chat) ! Mais la vie de la famille Mortmain et surtout celle des deux jeunes filles sera bouleversée par l'arrivée dans le voisinage de deux Américains, Simon et Neil Cotton...
Mais quelle joie éprouvée en commençant ce livre ! J'ai tout de suite été éblouie par le style de l'auteure : les aventures, la pauvre vie de Cassandra, ses premiers émois puis ses doutes et ses tristesses m'ont marqués jusqu"à la fin ! J'avoue avoir un coup de coeur pour certains personnages, Cassandra (bien sûr !), Stephen (je l'ai toujours bien aimé), M. Mortmain, Topaz et Neil (Rose était un peu insignifiante pour moi tout comme Simon qui ne m'a jamais plu...) ! En tout cas, je garderai un magnifique souvenir de ce superbe livre que je me permets de considérer comme un chef d'oeuvre !
A lire absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
CarosandCarosand   18 septembre 2014
Eh bien, ce n'est toujours pas ça que je veux. Oh, certes, je veux bien des vêtements et du mariage, mais je ne suis pas certaine d'avoir envie des choses de la vie qui vont avec. Ce qui ne plairait pas du tout, c'est ce sentiment figé une fois pour toutes, avec le bonheur pour seule et unique perspective. Naturellement, aucune vie n'est parfaitement heureuse, les enfants de Rose seront probablement malades, ses domestiques lui causeront des problèmes. Des centaines de soucis et de chagrins peuvent advenir, mais... ce que je veux dire, c'est que Rose n'aura même plus envie de rien. Elle voudra simplement que rien ne change. Elle n'aura même plus le plaisir d'espérer que survienne quelque chose de vraiment fantastique et merveilleux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
JumaxJumax   13 novembre 2015
- Voyez-vous, elles sont prêtes à considérer Dieu comme une machine à sous. Si rien ne tombe, elles disent : "Je savais bien qu'il n'y avait rien là-dedans", alors que tout le secret de la prière c'est de savoir que la machine est pleine.
- Mais comment peut-on le savoir ?
- En la remplissant soi-même.
- Avec de la foi ?
- Avec de la foi.
Commenter  J’apprécie          180
iris29iris29   04 juin 2019
Il a plu comme rarement, durant le repas. Je n'ai jamais aimé que les éléments se déchainent, ce n'est pas tant que cela me fasse peur, mais j'imagine tellement la pauvre campagne malmenée qu'à la fin il me semble que c'est moi que l'on maltraite.
Commenter  J’apprécie          220
mathilde08mathilde08   28 juillet 2012
J'écris ces mots assise dans l'évier de la cuisine. Ou plutôt, les pieds dans l'évier ; car le reste de mon corps est sur l'égouttoir où j'ai posé la couverture du chien et le couvre-théière. Je ne peux pas dire que ce soit très confortable, surtout avec cette odeur déprimante de savon au phénol, mais c'est le seul endroit de la cuisine qui bénéficie d'un peu de lumière naturelle. Et puis je me suis aperçue qu'écrire dans un lieu inhabituel peut se révéler fort productif : j'ai écrit mon meilleur poème perchée sur le toit du poulailler. Même si ce n'est pas un très bon poème. Je suis arrivée à la conclusion que ma poésie était si mauvaise que désormais je ferais mieux de m'abstenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LornaricLornaric   05 novembre 2019
Après le petit déjeuner, je suis allée à l'église. Le pasteur m'a aperçue de la chaire et a eu l'air particulièrement étonné de me voir. Il est venu me parler après la messe, alors que je tirais Héloïse de son petit somme sur l'une des plus anciennes tombes du cimetière.
- Cette délicieuse surprise signifie-t-elle que vous avez un requête personnelle à adresser à Dieu ?
Non, évidemment, mais j'en ai quand même profité pour faire une prière pour Rose ; non que je croie en l'efficacité des prières, mais quitte à se faire mal aux genoux, autant que ça serve à quelque chose.
- Non, je passais juste par là, ai-je répondu assez bêtement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Video de Dodie Smith (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dodie Smith
Rose and Cassandra
autres livres classés : châteauxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
784 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

.. ..