AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2283028914
Éditeur : Buchet-Chastel (08/09/2016)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Claudio, exilé cubain de New York, a une seule passion : éviter les passions. Cecilia est une jeune Mexicaine mélancolique installée à Paris, vaguement étudiante, vaguement éprise de son voisin, mais complètement solitaire. Chapitre après chapitre, leurs voix singulières s’entremêlent et invitent le lecteur à les saisir dans tout ce qui fait leur être au monde : goûts, petites névroses, passé obsédant. Chacun d’eux traîne des deuils, des blessures, des ruptures. Lor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  20 décembre 2016
Déjà les premières lignes donnent le ton, un style sec et précis,comme le personnage de Claudio, un des deux narrateurs. le style est comme je l'aime, l'homme non, dont les qualificatifs vont au-delà de ces deux adjectifs, dans le négatif.
Cecilia, le second personnage, qui parle aussi à la première personne est dans la même verve, un brin plus chaleureux.
Et pourtant le récit est fascinant et la prose finit par nous rapprocher de ces personnages au départ si peu attrayants.
Claudio, l'exilé cubain mysogine qui travaille dans l'édition à New York et Cecilia, mexicaine passionnée de cimetières, étudiante à Paris, s'alternent pour raconter leur passé -pour lui à La Havane, sous la dictature de Castro, pour elle à Oaxaca, au Mexique,seule avec son père chez sa grand-mère malade - et leur présent, le temps d'un hiver. Comme on peut l'imaginer le chemin de ces deux-là vont se croiser.....Claudio le mysogine va succomber à Cecilia......mais ce n'est pas une énième histoire d'amour, l'essentiel est ailleurs.
Magnifique roman sur fond de paysages d'hiver, sur la solitude, l'amour, la maladie,la dépression,le destin, la mort,.......et la passion des livres et des bibliothèques , bref la Vie avec tous ses ingrédients. Tellement triste mais tellement beau,émouvant et profond.
C'est le premier livre de l'écrivaine mexicaine Guadalupe Sànchez Nettel que je viens de lire et ce ne sera sûrement pas le dernier.
J'ai adoré, merci Flodopas pour cette merveilleuse découverte.
"Êtres imparfaits dans un monde imparfait, nous sommes destinés à ne jamais connaître que des miettes de bonheur." ( Julio Ramon Ribeyro)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          551
Annette55
  20 mars 2017
Quel plaisir de lire mon deuxième livre d'un écrivain mexicain en quelques semaines !
Cécilia, vingt- cinq ans, mélancolique, esseulée, "exilée", à Paris pour ses études, aime et déteste Paris, car la ville est un des personnages principaux de ce roman profond: au parfum de fleurs en mai, son décor de carte postale l'été , sa bonne humeur qui envahit l'air comme un nuage bienfaisant ........
Et puis Paris l'automne : le froid, l'humidité, la boulangère odieuse, l'hostilité , l'indifférence glacée des passants, leur absence de chaleur humaine .........
Ce sentiment d'isolement enfin, tenace ,qui frappe l'étranger ne pourra plus le lâcher à moins que......
Ces sentiments ambigus nourrissent l'ouvrage, ce que l'on pourrait appeler "les saisons mentales " de l'auteur......
Claudio, exilé cubain à New-York, misogyne, cultivé, lucide se réfugie dans la totale maîtrise du quotidien afin d'éviter toute défaillance sentimentale..
Il a une maîtresse américaine plus âgée que lui, Ruth .
Au fil des chapitres , bien construits, se déroule un très beau chassé croisé des voix singulières de Claudio et Cécilia..
Leurs voix s'entremêlent et nous invitent , nous lecteurs, à partager leur intimité, goûts , névroses, ruptures, contradictions .
Ils vont se rencontrer.
Parviendront-ils à s'aimer malgré leurs blessures, deuils, ou ruptures ?
Comment vivre sans souffrir ?
Claudio, Cécilia, Tom son ami et les autres ?
L'auteur d'une manière sensible, subtile, poignante, au plus près, grâce à une écriture ciselée,travaillée nous donne à voir deux personnages, deux histoires, deux mondes très différents, solitude, amour, maladie, dépression, deuil, sur fond de culture, de la passion des livres et des bibliothèques !
Elle nourrit un attachement vrai , une proximité réelle avec ses personnages plaisants à rencontrer dans un mélange dynamique et cultivé!
Une très belle oeuvre à conseiller ! Sensible, audacieuse, singulière, profonde, au charme infini .
Je précise que je ne connais pas l'auteur, c'est son septième roman .
Une découverte bienvenue !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
diablotin0
  30 septembre 2016
Je viens de passer un moment très particulier mais très agréable grâce à la lecture de ce livre Après l'hiver.
J'ai eu un peu de difficulté à me repérer avec les personnages au début mais cela n'a en aucun cas gâcher mon plaisir de côtoyer et de vivre avec Claudio, Cécilia, Tom et les autres. Tous ont une personnalité bien particulière et c'est d'ailleurs leurs failles, leurs névroses, leurs travers qui font que je l'on s'attache à eux et que l'on a plaisir à découvrir. On fait un bout de chemin avec eux et ces tranches de vie nous accrochent. Certains passages font sourire, d'autres sont poignants et l'ensemble est émouvant. Je reprends la dernière phrase qui résume bien ce que je ressens : " Guadalupe Nettel nourrit une proximité et un attachement sans pareils à ses personnages et livre ici un grand roman, au charme subtil et poignant"
Un merci très sincère à Babelio et les éditions Buchet Chastel.
Commenter  J’apprécie          291
RebelleReader
  25 octobre 2016
L'auteur est mexicain et je n'avais pas encore découvert de style d'écriture de ce pays ! de plus, mon petit tour là-bas, j'ai la chance de l'avoir fait grâce à Babelio et à sa Masse critique. Merci aux éditions Buchet Chastel et à l'équipe de Babelio pour cette découverte.
Mexique, Cuba, Paris, New-York, Boston, Oaxaca. Des tas de lieues éparpillés dans le monde où nous parcourons pas à pas une étape de la vie de deux personnages. Claudio est unique en son genre, son caractère et sa façon très stricte de vivre peuvent s'apparenter à ceux d'un moine, mais un moine beaucoup moins tendre et distant des femmes...
Cecilia est originaire du Mexique, d'Oaxaca où son enfance a été parcheminé de tendresse et d'abandon, d'une famille joyeuse au fantôme de sa mère, de lecture enthousiaste à une immense peine à vivre. Ils ne se connaissent pas encore mais leur rencontre leur fera changer de train de vie. Beaucoup de couleurs les attendent dans le ciel de l'océan qui les sépare !
Claudio et Cecilia ne sont pas loin du couple d'étrangers qui recèle une histoire digne d'un roman. En même temps, avec deux destins si différents, on peut s'attendre à l'histoire passionnante de deux personnes que tout oppose.
Je m'attendais à un voyage coloré, très optimiste, ouvert vers la joie de vivre. Après l'hiver est un roman qui se lit tout seul, obligeant son lecteur à découvrir des chemins qu'il ne pensait pas croiser dans cette lecture.
Les émotions sont selon moi encore trop peu divergentes, j'aurai adoré voir le passé de Claudio, ou un peu plus de détails sur la progression sentimentale de Cecilia. J'ai eu l'impression que le cadre lui-même empêchait les personnages de jouer sur leur originalité.
J'ai beaucoup apprécié le voyage, l'auteur veut posséder deux personnages, deux histoires et deux mondes très différents, pour un mélange dynamique et cultivé. C'est une lecture moderne d'un style assez rustique, la démarche m'a beaucoup plu, et l'ambiance est détendue, d'une saison à l'autre les chapitres sont plus ou moins fluide.
Je recommande ce roman à ceux qui aiment les voyages à travers le quotidien de personnages plaisants à rencontrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Flodopas78
  11 décembre 2016
Belle découverte, grâce à la très intelligente revue littéraire le Matricule des Anges, de Guadalupe Nettel, écrivain mexicain cosmopolite qui partage sa vie entre Paris, Mexico et Barcelone.
Après l'hiver décline tout en nuances le thème de la solitude et de la mort. Cecilia, étudiante mexicaine installée à Paris pour poursuivre ses études, se cloître dans un petit appartement dont la fenêtre principale donne sur le cimetière du Père Lachaise. Cette vue sur l'immense tristesse des vivants entre en résonnance avec l'infinie solitude que Cecilia ressent dans cette ville si froide et si hostile en hiver. Elle rencontre Tom son voisin de palier dont la bibliothèque est constituée uniquement d'auteurs enterrés au Père-Lachaise. Avec lui, elle redécouvre les joies simples d'un repas partagé ou d'une ballade à deux dans Paris. Parallèlement se déroule à New-York la vie de Claudio, exilé cubain, se réfugiant dans la totale maîtrise du quotidien et de sa vie pour éviter toute défaillance sentimentale. Il a une maîtresse, Ruth, une américaine, dont la docilité et la complaisance le confortent dans son mode de vie routinier. Claudio et Cecilia vont se rencontrer à Paris. Pour Claudio, c'est le coup de foudre. Cecilia est sans aucun doute l'âme soeur tant attendue. Mais aimer n'est pas simple pour un homme comme Claudio qui veut contrôler sa vie dans les moindres détails. Comment vivre sans souffrir, c'est à cette éternelle question que ce beau roman tente de répondre avec sensibilité et clairvoyance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          43
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   20 décembre 2016
Et si notre existence était une sorte de moule, tel celui du sculpteur, ou du forgeron ? me suis-je demandé. Si chaque expérience que nous faisons pendant que nous sommes en vie, chaque émotion, chaque idée était à l’image d’un disque qu’on enregistre une seule fois et qu’on écoute ensuite passivement, en boucle, sans rien pouvoir y changer, perdrions-nous notre temps comme nous le faisons, à nous tourmenter avec des idées et des pensées douloureuses pour qu’elles se répètent à l’infini ?......Mais dans le cas contraire, en supposant que nous soyons informés du caractère limité de notre durée de vie et que nous puissions choisir comment passer l’éternité, que voudrions-nous faire, penser ou dire ? Quel serait notre jugement dernier ? Je n’ai pas trouvé de réponse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
BookycookyBookycooky   20 décembre 2016
On a tendance à croire que les liens qui nous attachent aux autres, en particulier l’affection, sont éternels et inamovibles. Pourtant, les gens changent beaucoup au gré des lieux et des circonstances.
Commenter  J’apprécie          300
BookycookyBookycooky   19 décembre 2016
Le XXe, (Paris)lui, est bien plus populaire et pauvre.....Tout près, il y avait une boucherie casher et,juste au coin, son équivalent halal. À cette heure, le quartier était si paisible, si familial, qu’on aurait eu bien du mal à imaginer les parents des personnes qui fréquentaient ces lieux se livrer une guerre impitoyable à quelques milliers de kilomètres de là.
Commenter  J’apprécie          130
Annette55Annette55   20 mars 2017
"Êtres imparfaits dans un monde imparfait, nous sommes destinés à ne jamais connaître que des miettes de bonheur ;"
"Quelle alternative avons - nous ?"
Commenter  J’apprécie          250
diablotin0diablotin0   28 septembre 2016
Certaines personnes préfèrent vivre dans l'ignorance afin que l'émerveillement dure le plus longtemps possible.
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Guadalupe Sánchez Nettel (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guadalupe Sánchez Nettel
Vidéo de Guadalupe Sánchez Nettel
autres livres classés : littérature mexicaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
255 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre