AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782200279837
240 pages
Armand Colin (18/09/2013)
3.84/5   32 notes
Résumé :
La vie de John Fitzgerald Kennedy n’a été qu’ombres et lumières ; des lumières d’un incroyable éclat et des ombres d’une noirceur inquiétante, comme autant de signes d’une destinée tragique.
Véritable caméléon, JFK aura toute sa vie admirablement joué le rôle que d’autres lui ont attribué, et en premier lieu son père. Un père à l’ambition dévorante qui, tel un démiurge, façonne les garçons du clan en hommes de pouvoir.
Mais JFK n’est pas qu’une simple ... >Voir plus
Que lire après Kennedy : Une vie en clair-obscurVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Thomas Snegaroff, historien specialiste des États-Unis, livre une biographie de John Kennedy - Jack - sous l'angle original de la douleur et de la souffrance. Une douleur physique en premier lieu, qui ne le quittera jamais, due à la maladie d'Addison, une maladie rare, diagnostiquée tardivement, mais surtout une souffrance affective, avec des parents qui ne montraient aucune tendresse - sa mère ne l'a jamais serré dans ses bras - et une éducation à la dure dans laquelle la compétition dans la nombreuse fratrie est encouragée (avec son frère aîné Joe junior notamment) et le culte de la réussite est imposé...
Jack très jeune, admire son frère aîné, Joe, programmé pour entrer en politique et devenir le héraut de la revanche de cette famille irlandaise catholique, méprisée par la classe dirigeante protestante du Massachusetts.
Enfant fragile, conscient du poids de la réussite qu'exige de lui ses parents, et se sachant plus dissipé que son aîné, Jack prend conscience très jeune, du charisme qu'il dégage et du pouvoir de séduction qu'il exerce sur ses interlocuteurs. Il va, dès lors, utiliser ce charisme et cette adaptation émotionnelle lui permettant de se faire remarquer, cultivant intelligemment son image et soignant sa communication. Toutes les expériences et les publications, même médiocres, sont valorisées et transformées pour faire la propagande de ce jeune homme, symbole de vigueur et de renouveau alors que son corps n'est que douleur. Propulsé comme successeur de son frère, à la mort de ce dernier lors du conflit mondial en 1943, Jack va reprendre le flambeau que lui tend son père et gravir tous les échelons de la politique américaine jusqu'à devenir président.
Un portrait contrasté, entre séduction naturelle et grossièreté savamment dissimulée, respect de la famille et compromission pour arriver au pouvoir par tous les moyens, image lisse cachant un comportement de chasseur avec les femmes...
Commenter  J’apprécie          310
Cette biographie de Kennedy s'arrête sur quelques moments clefs de sa vie pour mieux faire ressortir la thèse de l'auteur : le clair obscur. Thomas Snégaroff ne mobilise pas la mythologie de l'assassinat. Par contre, il nous révèle un Kennedy maladif dont on peut penser que, même s'il n'avait pas été assassiné, il serait mort peu de temps après de la maladie d'Addison. de la même manière, il insiste sur l'addiction de Kennedy aux complexes survitaminés du Dr Feelgood (si vous voyez ce que je veux dire), les frasques sexuelles de Kennedy, son héroïsme lors de la seconde guerre mondiale. Mais il explique aussi les égards que Kennedy avait envers les minorités au détriment de sa propre réélection, sa servilité devant son père Joe, sa grande maîtrise de son image ...
Un bon livre rapidement lu qui offre un aspect de ce personnage inédit.
Commenter  J’apprécie          70
L'auteur se propose dans ce livre de mettre en parallèle deux aspects fondamentaux de la personnalité de Kennedy : une santé fragile d'un côté et une apparence de force et de puissance de l'autre. Kennedy apparaît comme une sorte de docteur Jekyll et Mister Hyde, à la fois homme malingre et faible, il est aussi un homme charismatique, volage (pour ne pas dire sordide). le mythe s'effrite dans ses orgies à la Maison Blanche et son destin tracé par son père. Plusieurs fois je me suis posé les questions suivantes : Kennedy était-il capable de penser par lui-même ? Et surtout : aurait-il réussi sans les relations et les millions de son père ? Quand on pense qu'il a dirigé une Puissance telle que les Etats-Unis d'Amérique, les réponses à ces questions font peur.

L'auteur possède des éléments assez précis de la vie de JFK. Pour autant, il manque une consistance à cette biographie. Ou bien l'auteur en dit trop, ou bien il n'en dit pas assez. Il s'étend trop dans la mesure où l'on peut s'interroger sur l'intérêt de connaître des méthodes antidouleurs de l'accouchement à cette époque et du repos de trois semaines de Rose Kennedy après avoir mis au monde le futur Président des Etats-Unis. Ou encore sur les circonstances de la perte de sa virginité par Jackie Kennedy. Quel intérêt dans un livre retraçant les différentes facettes de Kennedy ?

Le manque, lui, vient de l'éparpillement de l'auteur. Les chapitres retracent chacun une partie bien précise de la vie de JFK, tous sont dans un ordre chronologique. Mais au sein de chaque chapitre, on sent qu'il a été difficile pour l'auteur de faire s'articuler la vie publique et la vie privée. de plus, les passages politiques sont trop peu approfondis pour répondre aux exigences d'une telle biographie.

Ce livre, même s'il ne correspond pas à une biographie fournie de l'homme Président et des évènements politiques et historiques, néanmoins, fait son job. Il révèle des détails intimes et permet de percevoir que derrière la façade publique de l'homme conquérant, charismatique, fort et déterminé, se cachait en réalité un homme faible dans sa constitution, faible dans les plaisirs de la chair, sans respect de ses engagements envers son épouse, et fils à papa incapable de réussir par lui-même.

Ce livre a été reçu dans le cadre de l'opération Masse critique organisé par Babelio.

Je remercie les Editions Armand Colin pour l'envoi de cet exemplaire.
Lien : http://chroniqueslitteraires..
Commenter  J’apprécie          30
Une biographie intelligemment construite de JFK. La force et l'originalité étant de replacer les choses dans une histoire familiale, en n'occultant pas les influences de lourds problèmes de santé et d'une sexualité hyper-active.

Le tout se lit presque comme un roman policier, avec moult détails et sources détaillées et précises.

Très efficace et très instructif!
Commenter  J’apprécie          00
Et bien je suis une des heureuses élues de masse critique qui m'a permit de recevoir ce livre gratuitement. Étant donné que nous commémorons le 50eme anniversaire de l'assassinat de JFK, c'est tout naturellement que mon choix s'est porté sur ce livre. Et je n'ai pas été déçu.
La vie de John Fitzgerald Kennedy n'a été qu'ombres et lumières ; des lumières d'un incroyable éclat et des ombres d'une noirceur inquiétante, comme autant de signes d'une destinée tragique.
Véritable caméléon, JFK aura toute sa vie admirablement joué le rôle que d'autres lui ont attribué, et en premier lieu son père. Un père à l'ambition dévorante qui, tel un démiurge, façonne les garçons du clan en hommes de pouvoir.
Un livre envoutant qui se partage entre roman d'apprentissage et biographie qui nous permet d'entrer dans l'intimité de Kennedy, disons plutôt DES Kennedy, et ce, sans aucun voyeurisme ni recherche du sensationnel. Une écriture fluide et entrainante qui vous plonge dans les plus infimes secrets d'un président américain "à l'américaine" partagé entre intelligence et pulsions, élégance et vice, amour et narcissisme.
Thomas Snegaroff nous plonge intelligemment dans l'univers de Kennedy, sans chercher ni à entretenir la légende, ni à dévaluer le mythe.
Merci à Babelio et aux Editions Armand Colin pour ce bon moment de découverte
Lien : http://eleanor.over-blog.com/
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Être en forme, c’est le signe de la force, de la volonté, du courage et, surtout de l’ambition. Joe n’accepte pas les pleurs dans sa maison. A peine en entend-il, que sa voix résonne ainsi : "Pas de pleurs, pas de pleurs". Rose n’est pas en reste. Petit garçon Jack tombe, saigne du genou et vient se plaindre auprès de sa mère, qui sèchement lui intime l’ordre de se remettre sur ses pieds et repartir jouer. Mais avant cela, elle lui fait la morale : "Maintenant, tu sais comment te comporter. Sors et comporte-toi comme il faut". Pour les Kennedy, souffrir, c’est avouer sa faiblesse.
Commenter  J’apprécie          80
La mort de son frère ”semble avoir rompu l’ordre naturel des choses” écrit-t-il un peu plus loin. Le nouvel ordre s’impose à Jack. C’est désormais lui qui doit endosser les ambitions débordantes et délirantes de son père. Et quand on voit l’état de son dos, on est en droit de se demander si, cette fois-ci encore, Jack marviendra à surmonter son corps défaillant pour satisfaire ses ambitions et celles de son père.
Commenter  J’apprécie          70
Officiellement, Jack part s’entretenir avec quelques officiels du gouvernement français au sujet de la situation au Vietnam. Difficile de trouver plus éloigné de la réalité...Depuis Washington, Evelyn Lincoln, la secrétaire de Jack, a loué pour les deux amis un somptueux yacht. Pendant deux semaines, les jeunes filles se succèdent à un rythme fou à bord. Le capitaine du yacht n’en revient pas. Ce sont de véritables orgies qui s’organisent jour après jour.
Commenter  J’apprécie          60
Tout le paradoxe de Jack est résumé en cet été 1944. Deux opérations ratées, un corps faible et en souffrance, mais dans le même temps, la publication de "Survival” qui en fait un héros viril et courageux, une médaille militaire qui souligne sa bravoure et la mort de son frère aîné qui lui offre un avenir qui n’est pas le sien. C’est la fin de l’été 1944. À 27 ans, Jack entre dans la seconde partie de sa vie.
Commenter  J’apprécie          60
Elle n’a pas la beauté froide que l’on voit souvent dans les pays scandinaves. Non, Inga dégage une chaleur réconfortante, une joie de vivre communicative, et une empathie naturelle qui place celui à qui elle s’adresse dans une situation de confort total. Et à tout cela s’ajoute une intelligence remarquable. Inga parle couramment quatre langues et, à peine un an après son installation aux États-Unis, rares sont ceux qui décèlent une origine étrangère.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Thomas Snégaroff (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Snégaroff
Qu'il sera riche, ce mois de juin, de plongées historiques et documentaires.
À l'approche des jeux, vous découvrirez une biographie sublime et sublimée de Jesse Owens par Gradimir Smudja. Louison et Thomas Snégaroff se sont alliés pour adapter le roman sur Putzi, le pianiste d'Hitler. Laurent Bonneau et Alain Bujak vous feront entendre le Bruit de l'eau en enquêtant dans la vallée de la Roya. Jeff Lemire proposera la fin des Éphémères. Quant à Luc Brunschwig et Laurent Hirn, ils vont clore leur immense saga, après 35 ans : le Pouvoir des innocents se termine !
autres livres classés : john f. kennedyVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (78) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1708 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}