AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782365770415
176 pages
Éditeur : Urban Comics Editions (25/05/2012)

Note moyenne : 4.31/5 (sur 153 notes)
Résumé :
Scénario: Scott Snyder – Dessin: Greg Capullo

Après une longue période d’absence, Bruce Wayne est de retour sous le masque de Batman, à la poursuite d’un mystérieux tueur en série aux allures de hibou, et dont la prochaine cible n’est autre que… Bruce Wayne. Plus il progresse dans son enquête, plus le Chevalier Noir rassemble d’éléments sur les motivations de son ennemi. Il découvre alors une sombre vérité mêlant la famille Wayne aux fondations troubl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
BazaR
  03 février 2016
On peut dire en toute certitude que Batman a réussi sa « DC Renaissance ».
Tout commence dans un Gotham dont Batman est persuadé d'être le plus fin connaisseur, le protecteur, le maître. C'est « sa » ville.
Les évènements vont petit à petit se charger de lui signifier à quel point il a tort, à quel point les véritables et obscurs détenteurs du pouvoir lui sont inconnus, et combien il est insensé de croire qu'une chauve-souris n'a rien à redouter de son prédateur principal : le hibou.
Scott Snyder nous offre une plongée dans une ville aux ambiances sombres et envoûtantes. Parfois l'on se croirait dans un L.A. Confidential ou un Mike Hammer, écoutant le cheminement de pensée du héros, alimenté par des plans nocturnes centrés sur la cigarette qu'allume le commissaire, saupoudré du gore que seule la médecine légale crue peut proposer. Parfois l'on sombre dans le psychédélique, alors que la drogue absorbée par notre héros déforme et renverse les cases et les pages du livre même.
L'auteur s'appuie à fond sur les capacités de détective de Batman, mais aussi sur ses connaissances scientifiques qui lui permettent d'embarquer dans son costume tout un attirail qui rendrait jaloux Tony Stark. Il n'épargne pas son personnage qui en bave des ronds de chapeau sans pour autant voir sa résolution se briser. La dernière fois que j'ai vu un héros en si mauvaise posture, c'était dans les aventures de Black Panther de ma jeunesse. On souffre pour lui.
Greg Capullo nous gâte avec un dessin qui emprunte des ténèbres de Frank Miller (le maître des cités nocturnes) ou de l'angularité d'Andreas (champion de l'ésotérisme). Un regret cependant : les traits des visages se ressemblent tous. Hommes bruns, coupe courte, yeux clairs, on aurait du mal à différencier Bruce Wayne, Lincoln March, Dick Grayson ou même Damian Wayne s'ils n'avaient pas des tailles ou des carrures différentes.
Avec Aquaman, le meilleur lancement de DC Renaissance parmi ceux que j'ai lus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Torellion
  12 juillet 2016
Les auteurs ont des idées. C'est même à ça qu'on les reconnaît, diront certains. Et après le très remarqué sombre reflet, Scott Snyder (aucun lien) nous offre le récit extraordinaire de la lutte séculaire entre hiboux et chauves-souris.
Bruce Wayne, alias Batman, est confronté à un tueur en série insaisissable déguisé en hibou. Peu à peu, l'enquête du chevalier noir révélera de sombres mystères de la famille Wayne.
Le scénario est tout simplement génial. L'intrigue est oppressante et sombre à souhait, le suspens monte bien au fil des pages. L'aspect psychologique du chapitre 5 est excellemment mené, le travail de Snyder est abouti, pas de raccourci, pas de fausse note.
Ce nouvel ennemi, crée ex nihilo, dénote une grande maîtrise de la part de l'auteur tant il est crédible.
Les qualités graphiques de cet album ne sont plus à démontrer. Greg Capullo s'améliore au fil des pages, et crée une ambiance digne de l'univers sombre de notre héros.
Notons enfin, le parti pris des pages expérimentales qui, effectivement, nous plonge un peu plus dans le tourment de Batman et dans l'oeuvre.
Un régal et un must-have pour les fans du Dark Knight.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
Presence
  10 décembre 2014
Ce tome contient les épisodes 1 à 7 de la série Batman, parus en 2011/2012, avec un scénario de Scott Snyder, des dessins de Greg Capulo et un encrage de Jonathan Glapion. Il s'agit du redémarrage de la série Batman après les événements de Flashpoint, dans le cadre de la relance globale de l'univers partagé DC, opération baptisée The new 52 (recueil des 52 numéros 1 de cette relance, en anglais). Dans les faits, la continuité de Batman est malgré tout globalement conservée inchangée.
Plusieurs prisonniers se sont échappés de leur cellule à Arkham et Batman doit calmer leurs ardeurs avant qu'ils ne s'échappent de l'asile. Heureusement il bénéficie de l'aide du Joker (?). de retour à la Batcave, il effectue un débriefing avec Dick Grayson et lui fait la démonstration d'un nouveau système informatique embarqué qu'il compte utiliser dans ses missions. Ils rejoignent, en civil, Tim Drake et Damian Wayne pour se rendre à une soirée mondaine où Bruce Wayne annonce son intention de faire construire plusieurs immeubles à Gotham. Peu de temps après, Batman intervient sur les lieux d'un meurtre dont le cadavre résiste à toute tentative d'identification. Il trouve sur place un message annonçant la mort de Bruce Wayne pour le lendemain. Un indice trouvé sur le cadavre évoque une vieille comptine spécifique à Gotham faisant référence à une cour des hiboux, ainsi que l'histoire de Gotham.
En 2010, Scott Snyder a le vent en poupe avec sa série American Vampire (lancée avec la participation de Stephen King). Pour la relance de l'univers DC, les éditeurs ont choisi de lui confier 2 séries dans le cadre de New 52 : Batman et Swamp Thing (à commencer par de sève et de cendres). La théorie veut que ces nouvelles séries soient plus accessibles aux nouveaux lecteurs. En ce qui concerne Batman (un personnage avec un bon taux de reconnaissance par le public), la réalité est plus nuancée puisque Snyder reprend là où il avait laissé le récit dans Sombre reflet. Il n'effectue donc pas de présentation complète de Bruce Wayne, de l'assassinat de ses parents et des différents membres de la confrérie de superhéros portant l'emblème de la chauve-souris. le récit commence directement, sans préambule.
Dans son récit, Snyder introduit donc une mystérieuse association baptisée "congrès des hiboux" qui serait séculaire et aurait fortement influé sur le destin d'Alan Wayne, un ascendant de Bruce ayant vécu au dix-neuvième siècle. Il introduit quelques éléments sur le développement urbanistique de Gotham, reprenant une ou deux idées qu'il avait développées avec Kyle Higgins dans Gates of Gotham. Il n'est toutefois pas indispensable d'avoir lu cette histoire pour saisir les tenants et les aboutissants du présent récit. L'évolution de Gotham en tant que ville lui confère un caractère plus développé que d'habitude, en particulier avec l'utilisation intéressante du mythe urbain concernant le treizième étage.
Au-delà de cette augmentation du rôle de Gotham dans la narration, Scott Snyder a choisi de focaliser son récit sur les actions de Batman. Bruce Wayne n'est qu'une identité qu'il utilise pour ses apparitions en société. Batman travaille essentiellement seul et ses relations avec les autres superhéros chauve-souris sont restreintes à des échanges avec Dick Grayson. le lecteur est donc amené à suivre Batman dans sa recherche d'indices, sa mise à jour de ce qui peut ou non prouver l'existence de ce groupe de hiboux. Cette partie bénéficie d'un rythme soutenu sans être épileptique. Les illustrations de Greg Capullo sont énergétiques et légèrement stylisées en ce qui concerne les visages (les mentons sont vraiment carrés, et les lèvres inexistantes, extrémités de doigts carrés pour Batman). Son Batman est très agréable à regarder, musclé sans être hypertrophié, jeune sans être adolescent, vif et agile. Les scènes d'action se lisent toutes seules. Les effets de style diminuent parfois un peu l'impact du récit en préférant des détails simplifiés, à un réalisme plus affirmé. Il y a par exemple Batman à moto sautant des rails sur le toit d'une rame dans une scène absolument impossible à croire au vu de sa représentation simplifiée.
Évidemment, le suspense n'est pas très intense puisque rien qu'avec le titre le lecteur a déjà bien compris que la Cour des Hiboux est bien réel, et non un fantasme. Mais arrivé au milieu, Batman est donc détenu prisonnier dans une sorte de labyrinthe où sa seule source pour se désaltérer contient vraisemblablement une drogue hallucinogène indéterminée. Et là Snyder décide d'infliger 2 épisodes de scènes plus ou moins déformées par la perception altérée de Batman dans ce labyrinthe. Au bout de quelques pages, ces différentes échauffourées finissent par perdre tout intérêt. Tout ce que découvre Batman est sujet à caution (délire ou réalité ?) et les événements prennent des dimensions impossibles à accepter. À un moment il a le corps transpercé par une épée, sans que cela ne semble vraiment le gêner plus que cela. Faute de repère clair, le lecteur ne peut qu'en déduire que les hallucinations se succèdent sans conséquence concrète. Les pages de Capullo oscillent entre des images mémorables, et des combats dans un décor générique inintéressant. Et comme souvent il est impossible de comprendre pourquoi les ennemis n'achèvent pas Batman alors qu'il est à leur merci, ou même comment il arrive à reprendre le dessus sur leur homme de main.
Le dernier épisode comporte une pleine page magnifique d'un hibou : quelle force dans sa posture, et quelle minutie dans l'encrage ! Puis Capullo repart pour 7 pages de dialogues sans décor, pour une scène où Batman repart dans sa paranoïa chronique, pour un face à face avec Dick absolument impossible à avaler. Et c'est déjà fini.
Ce tome commence bien avec un Batman convaincant, intelligent et fort, sans être invincible, avec des pages intéressantes visuellement. Et puis au fil des épisodes, Scott Snyder ramène le Batman paranoïaque et asocial, peu crédible par rapport aux personnes qui l'entourent (à commencer par Dick Grayson, mais aussi Damian Wayne, Tim Drake et même Alfred). Batman recommence à faire preuve d'une résistance à la douleur et d'une capacité d'ignorer les blessures démesurées (finalement ça ne fait pas si mal que ça un coup d'épée à travers le corps). Greg Capulo réussit des planches magnifiques, puis parfois pour plusieurs pages se désintéresse totalement des décors, ou choisit d'insérer une composante graphique enfantine qui rompt le charme de la lecture. Et à la fin du tome, le lecteur ne peut que s'interroger sur les motivations de la Cour des Hiboux qui restent trop superficielles pour leur donner une identité propre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Dionysos89
  13 juillet 2012
À l'occasion du « Relaunch » de chez DC Comics, Urban Comics a le cran de nous proposer entre la presse et la librairie, en parallèle, des publications qui se chevauchent. Ainsi, La Cour des Hiboux est l'addition des premiers numéros de la nouvelle série Batman, présente dans la revue Batman Saga.
Peut-être ne connais-je pas assez les comics Batman pour avoir un avis justifié sur la question, mais je trouve cette première partie d'aventure (car c'est un tome 1 et la Nuit des Hiboux va bientôt suivre) parfaitement menée. En effet, Scott Snyder (connu jusque là avant tout pour son travail sur American Vampire, autre référence) enchaîne des éléments narratifs très importants pour l'histoire de Batman, des éléments contextuels qui renforcent véritablement notre immersion dans cet univers urbain inimitable et des éléments scénaristiques qui laissent filer notre temps à la suite de Batman en pleine enquête : ainsi, il redéfinit les origines des ancêtres du héros masqué, il personnifie de remarquable manière la ténébreuse ville de Gotham et il offre, par des procédés de style différents à chaque chapitre, une progression très intéressante dans le récit (chaque chapitre est ainsi traité de manière différente, dans une singularité qui étonne mais qui dénote du talent de Scott Snyder, le tout se liant pourtant très bien finalement). On peut dire que les genres du roman noir, du roman policier et de l'oeuvre super-héroïque se conjuguent à la perfection ici.
Ajoutons à cela, pour finir, de nombreuses références, habituelles pour certains, nouvelles pour d'autres, des nouveautés à noter comme de nouveaux adversaires, ainsi que des apparitions particulièrement notables et appréciables de Nightwing : l'ensemble est véritablement divertissant à souhait avec une alternance soignée entre respect de la matière et esprit d'innovation.
Le cliffhanger final est évidemment frustrant, mais reconnaissons-lui de très (très très) belles promesses en perspective. On attend donc désormais avec patience la suite, La Nuit des Hiboux, qui promet de forts renouvellements pour ce Batman relaunché…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Colibrille
  22 novembre 2014
Batman croyait connaître la ville de Gotham mieux que quiconque. La mystérieuse Cour des hiboux va lui prouver le contraire… le justicier masqué quitte les airs pour s'enfoncer sous terre, sur la trace de ces hiboux qui l'ont condamné à mort...
C'est la première fois que je me lance dans la lecture de comics consacrés à Batman. Je dois dire que je ne suis pas déçue, loin de là ! J'ai été bluffée par "La cour des hiboux". Dès les premières pages, on est visuellement plongé dans Gotham. La ville de tous les vices nous est montrée dans toute sa décadence et sa brutalité. Malgré toute la noirceur de Gotham, une lueur d'espoir continue de briller grâce à son protecteur, Batman. L'espoir d'une vie meilleure persiste également à travers l'investissement de Bruce Wayne pour la ville et ses citoyens.
A combattre sur tous les fronts, de jour comme de nuit, notre milliardaire et super-héros risque cependant d'y laisser quelques plumes... Dans ce premier volume, les auteurs donnent une véritable densité au personnage de Bruce/Batman. Ils nous le montrent dominant, plein de verve et d'assurance. Mais ils nous le montrent aussi hanté par ses souvenirs d'enfance, torturé physiquement et mentalement, poussé aux limites de la folie (comme en témoigne de manière originale ces quelques pages dont le sens est inversé, montrant ainsi que l'esprit de Batman vacille). Si Batman est un super-héros, il n'en reste pas moins un être faillible, un humain. Les auteurs ont fait le choix de mettre en scène le super-héros, mais surtout l'homme, vulnérable, qui se cache derrière le costume. Cela ne nous rend que plus admiratif de ses actions, son engagement pour la justice ainsi que pour Gotham et ses habitants.
Dans les premiers chapitres, les auteurs mettent en évidence la dualité du personnage principal. le jour appartient à Bruce Wayne, tandis que la nuit est le terrain de chasse de Batman. A mesure que l'on avance dans l'histoire, il y a de moins en moins de scènes de jour. On a l'impression que Gotham est prisonnière de la nuit. Bruce Wayne disparaît pour ne plus laisser place qu'à Batman. Cela renforce l'intensité du récit. On sent que Batman ne vit plus que pour résoudre cette enquête où des dizaines, des centaines de vies sont en jeu.
Cette trilogie de Greg Capullo et Scott Snyder débute de très belle manière. Je suis impatiente de lire la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (7)
Sceneario   12 juin 2020
Scott Snyder s'imprègne parfaitement du monde de Batman. On a pu s'en rendre compte dans la mini série Sombres reflets ou encore dans Gates of Gotham. Le scénariste d'America Vampire insuffle ses idées, avec de la noirceur et de la violence. Il rajoute du rythme et une atmosphère assez particulière qui nous prend dès les premières pages.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BulledEncre   19 juillet 2012
Une merveille portée par des auteurs au sommet de leur art !
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Sceneario   25 juin 2012
Même si on trouve un côté assez rapide à certaines pages de ce récit, on reste captivé par le récit.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   25 juin 2012
Ponctuée d’un cliffhanger insoutenable, la première partie de cet arc de La Cour des Hiboux est un must-have pour les fans du Chevalier Noir et une merveilleuse opportunité pour ceux qui veulent goûter aux aventures du célèbre milliardaire de Gotham City sans risquer un «bat-achat».
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   21 juin 2012
Snyder redéfinit le mythe de la famille Wayne, revoit tous les membres de la bat-family et offre surtout un Batman plus humain que la sempiternelle machine à broyer du bandit, en proie à ses doutes et à la peur.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   20 juin 2012
On y retrouve toute ce qui fait l’intérêt de Batman : un homme sombre et torturé (et donc têtu et légèrement tête à claques), une ville hyper personnifiée, des méchants parfaitement dingues, un ton idéal, perché comme un funambule entre carnaval horrifique et polar terrifiant.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   11 juin 2012
Le scénariste d'America Vampire a su insuffler ses idées, de la noirceur et de la violence dans ces pages. Il risque bien de devenir, au vu de ses premiers épisodes, le scénariste de Batman le plus doué de ces dernières années.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   31 janvier 2016
A priori, le pire qu'une bombe puisse faire, c'est exploser.
Mais il y a pire que l'explosion.
Le moment qui la suit.
Un attentat à la bombe n'est pas fait pour détruire, mais pour faire peur.
Pour un nombre limité de morts ou de blessés, des dizaines de passants indemnes seront déstabilisés, secoués par le bruit, le choc... Par l'idée que leur quotidien, leur territoire, est envahi par un ennemi qui peut fondre sur eux à tout moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
OlivOliv   21 septembre 2018
Tous les samedis, dans le quotidien Gotham Gazette, on trouve une rubrique intitulée "Le visage de Gotham". Les journalistes interrogent "l'homme de la rue" pour lui demander de décrire Gotham en trois mots, ou moins. Cette rubrique existait déjà quand j'étais enfant. Certaines des personnes interrogées n'utilisent qu'un seul mot pour décrire la ville. En voici quelques exemples : "Maudite".  "Damnée". "Souillée". "Monstrueuse". Gotham est "le chaos". Gotham est "l'enfer". Gotham est "le désespoir".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TorellionTorellion   09 juillet 2016
Je vous demande juste d'oublier ce que Gotham a été, ce qu'elle est...pour imaginer avec moi, juste un instant, ce que Gotham sera.
Commenter  J’apprécie          140
Dionysos89Dionysos89   12 juillet 2012
Gare à la cour des hiboux, qui d’en haut scrute Gotham,
Au tribunal des chouettes, qui sait tout de nos âmes,
Car par-delà les murs, il entend chaque mot,
Gare à son bras armé, gare à son émissaire dont le nom est l’ergot.
Commenter  J’apprécie          70
Dionysos89Dionysos89   10 juillet 2012
Batman : Alfred, vous allez ouvrir la crypte d'Alan Wayne.
Alfred : La... ?
Batman : Il avait raison.
Alfred : À quel sujet, monsieur ?
Batman : Au sujet des hiboux.
Alfred : Les hiboux, monsieur ?
Batman : Ils font leur nid chez nous.
Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Scott Snyder (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Scott Snyder
Vidéo de Scott Snyder
autres livres classés : batmanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Batman Quiz I - la cour des hiboux

Qui semble aidé Batman au début du livre, quand celui ci est prix au piège par les détenues de l'asile d'Arkham ?

KillerCroc
batgirl
Le joker
Une autre personne

10 questions
21 lecteurs ont répondu
Thème : Batman, tome 1 : La cour des hiboux de Scott SnyderCréer un quiz sur ce livre