AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2365776167
Éditeur : Urban Comics Editions (13/02/2015)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Il y a six ans, peu après sa première apparition, Batman dut faire face à la vague de pillage du gang de Red Hood. Mais, une fois ce féroce stratège défait, les véritables ennuis débutèrent lorsque Gotham fut plongée dans les ténèbres suite à un black-out savamment planifié. Le responsable ? Un nouveau scélérat nommé le Sphinx, bien décidé à faire plier la cité et son nouveau protecteur.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Dionysos89
  04 février 2016
Ô combien j'ai du mal avec les histoires de Batman chaperonnées par Scott Snyder, le très long laps de temps écoulé entre la lecture (à sa sortie) et cette petite critique en témoigne.
Avec ce cinquième tome, nous venons à bout de l'arc « Zero Year », l'année Zéro du personnage selon les auteurs. Si ceux-ci, Scott Snyder au scénario et Greg Capullo au dessin, connaissent leur travail et leur matériau par coeur, le lecteur régulier a le droit d'en avoir léger marre de constater la gestion désormais caricaturale des méchants avec un « twist » (si on peut appeler ça comme ça) vraiment couru d'avance. de plus, que Scott Snyder veuille réutiliser, voire calquer, toutes les plus grandes histoires du Chevalier Noir pour juste les refaire à sa sauce (ici, il réforme le « Year One » de Frank Miller), c'est son droit finalement, il utilise son indéniable qualité littéraire, il en a le pouvoir aussi et l'autorisation semble-t-il, mais qu'il se débrouille au moins pour masquer un minimum sa manie désormais récurrente de mettre en oeuvre à chaque arcla destruction massive de la ville de Gotham, sachant que le lecteur est d'ores et déjà au courant qu'elle sera souvent de justesse.
L'unique back-up, que nous devons encore à James Tynion IV et Andy Clarke, ne sert toujours à rien, et en plus on y retrouve une Harper Row bien jeune ! Certes, cet extrait est plutôt beau, mais il ne remplit pas son office, à moins d'être fan de ce personnage sans intérêt. D'ailleurs, avec cette fin de l'Année Zéro, on peut avoir l'impression de se farcir une fois de plus (et donc une deuxième fois de trop !) la saison 1 de la série télévisée Gotham. Les versions jeunes de certains personnages, emblématiques ou non, ce n'est pas vendeur du tout quand l'impression est donnée au lecteur que le tout tombe à côté de la plaque..
Une bonne pause s'impose donc pour moi dans la lecture des aventures de Batman, histoire d'apprécier ce qui fait normalement le sel des super-héros dans les comics : l'inédit, l'aventure, le plaisir de la découverte et de l'innovation. Ce n'est vraiment plus avec cet auteur-ci qu'on s'y retrouve de ce point de vue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Galah
  10 octobre 2018
(critique des deux volumes, partie 1 et 2)
J'ai tout simplement adoré ces 2 volumes. On y découvre un Batman avant qu'il ne soit réellement le Chevalier Noir qu'on connait si bien. Tout jeune, à peine la petite 20aine, il tâtonne un peu sur la voie du justicier luttant contre le crime. On le découvre imparfait, allant d'erreur en erreur, ce qui le rend profondément humain. Il est jeune et impétueux et surtout, pleins de grandes idées dans la tête et surtout la conviction de pouvoir tout faire. Il va se ramasser quelques raclées, qui seront forte heureusement "réparées" par ce très cher Alfred, qui va en baver avec ce jeune qui frôle limite l'insolence. J'ai particulièrement aimé découvrir leur relation naissante, Alfred est un personnage vraiment attachant, car si on connait le Bruce Wayne qui fait entièrement confiance et est courtois envers son majordome préféré, il n'en a pas toujours été ainsi. Il y a également d'autres personnages très connus que l'on découvre en tant que "Newbie" à savoir James Gordon, qui n'est encore qu'un simple policier, et Lucius Fox, l'équivalent d'un Q dans 007.
L'histoire est vraiment prenante et palpitante, il y a pas mal d'action, des flash-back et des retournements de situations qui parviennent à tenir en haleine jusqu'à la fin. Batman sera confronté à plusieurs ennemis, dont Red Hood mais sa plus grosse mission sera de s'occuper du fameux Homme-Mystère, qui n'est d'ailleurs jamais mentionné sous ce nom dans ce comics mais sous le nom d'Ed(ward) Nygma. Je ne pensais franchement pas que ce personnage pouvait être aussi fou et flippant, je l'avais toujours pris pour un petit guignol de bas étage qui pose des petites devinettes vite fais pour mettre des petits bâtons dans les roues de notre justicier, mais l'auteur a su en faire en méchant digne de ce nom, la confrontation est succulente.
Après une première déception lors de la lecture de mon premier Batman (The Dark Knight Returns cfr article précédent), ici les dessins sont vraiment beaux, bons, et bien clairs. C'est une BD vraiment agréable à lire et regarder, le tout servit avec un encrage et des couleurs resplendissantes. Mais c'est également là que je mettrais un petit bémol: autant les dessins sont colorés et vraiment jolis, autant c'est ce qui peut faire un peu bizarre et être paradoxal avec l'image que je me fais de l'univers de Batman. J'ai souvenir, suite au visionnage des Batman TAS, d'un univers très noir et sombre. Ce qui ne colle pas vraiment avec ces dessins aux couleurs chaudes et chatoyantes. Ceci n'est pas bien grave ceci-dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
yvantilleuil
  13 janvier 2017
Après avoir été confronté à « La Cour des Hiboux » lors des deux premiers tomes et au Joker lors d'un titre qui faisait écho à celui de la saga de Starlin et Aparo (« Un deuil dans la famille« ), le héros de Scott Snyder avait visiblement besoin d'origines plus modernes au sein de ce relaunch de l'univers DC. Revenir sur les débuts du Dark Knight après le cultissime « Batman Year One » de Frank Miller et David Mazzucchelli, tout en nommant l'arc « Zero Year », ressemble cependant plus à une mission suicide qu'à du courage. Si Scott Snyder et Greg Capullo s'en sortaient encore plutôt bien lors de la première partie, cette suite qui reprend les épisodes #25 à #27 et #29 à #33 est déjà beaucoup moins convaincante.
Après avoir affronté le gang du Red Hood, Bruce Wayne doit maintenant faire face à deux nouveaux ennemis. Si le premier se nomme Docteur La Mort et qu'il élimine des scientifiques dans d'atroces souffrances, il se révèle néanmoins vite assez anecdotique face à la seconde menace, mise en place par Edward Nygma. le Sphinx provoque en effet un black-out qui isole Gotham du reste du monde, tout en la réduisant à l'état sauvage.
En privilégiant l'action et en s'éloignant du polar à l'ambiance mafieuse, les auteurs parviennent certes à proposer quelque chose de radicalement différent de « Year One ». de plus, en transformant Gotham City en cité sauvage, ils sortent également le Dark Knight de son environnement habituel, proposant ainsi quelque chose de nouveau. le hic, c'est qu'on a du mal à croire à cet Homme-Mystère qui parvient à prendre le contrôle total de la ville et que l'idée d'un « No Man's Land » n'est pas vraiment neuve. Au fil des ennemis, on finit également par chercher où se trouve la revisite des origines, car le récit se contente surtout d'enchaîner les méchants, tout en s'éloignant du côté réaliste et sombre des histoires dont on a l'habitude.
S'il faut noter une petite baisse de régime au niveau de l'intrigue, tout n'est cependant pas à jeter. Ce récit qui invite à suivre Bruce Wayne à ses débuts, dépeint un héros qui n'est pas encore le fameux Chevalier Noir et qui se construit dans la douleur. Il manque encore cruellement d'expérience et ses actions ne sont pas encore assez réfléchies. Au fil du récit, il semble néanmoins apprendre de ses erreurs et les liens qu'il tisse avec le lieutenant Jim Gordon et Lucius Fox sont la preuve que quelque chose de solide est en train de se construire. Scott Snyder livre d'ailleurs de l'excellent boulot au niveau des personnages de Jim Gordon et d'Alfred.
Visuellement, le dessin dynamique de maître Capullo continue de faire des merveilles. La deuxième partie d'album se déroulant à Cité Sauvage délaisse les couleurs sombres des ruelles de Gotham pour faire exploser des couleurs éclatantes et plonger le lecteur dans un décor ensoleillé et inhabituellement bucolique. le costume improvisé de Batman est d'ailleurs également très réussi.
Pas mauvais, mais des nouvelles origines que j'aurais néanmoins tendance à qualifier de dispensables…
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cyan
  11 septembre 2018
Suite aux évènements du tome précédent, nous retrouvons Batman aux prises avec le Sphinx et ses énigmes. L'enjeu est de taille: Gotham est sur le point d'être détruite.
Les 2 thèmes essentiels abordés ici sont la confiance et la folie. Les 2 sont inextricablement liées et le récit entremêle les visions du passé et les actions du présent. S'y ajoute la notion très intéressante de punition, de châtiment, et pas seulement en ce qui concerne les méchants. L'intrigue repose en grande partie sur l'évolution de Batman et son incapacité à s'appuyer sur les autres. Il y a donc beaucoup d'introspection et de questionnements, la psychologie du personnage est assez fouillée.
Heureusement, il y a également beaucoup d'action: bastons, explosions, destructions. Mais face à un ennemi comme le Sphinx, il faut aussi se servir de sa cervelle. Les auteurs ont su trouver l'équilibre entre les 2, ce qui donne un album assez palpitant. On ne s'ennuie pas, même dans les phases d'introspection.
Les dessins sont très chouettes. Les traits des personnages sont plutôt fins et il y a un souci du détail appréciable s'agissant des décors. La ville de Gotham est à l'honneur et reste un personnage à part entière de l'intrigue. le jeu des couleurs est subtil et change selon l'ambiance, les époques et les personnages dont il est question.
Un très bon tome 2, qui conclut l'histoire en beauté.
Lien : https://bienvenueducotedeche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Yradon4774
  17 décembre 2018
#CycleBatman #N4 : "Batman Tome 5 : l'An Zéro" de Scott Snyder et Greg Capullo chez @UrbanComics
Synopsis Tome 5 :
"Il y a six ans, peu après sa première apparition, Batman dut faire face à la vague de pillage du gang de Red Hood. Mais, une fois ce féroce stratège défait, les véritables ennuis débutèrent lorsque Gotham fut plongée dans les ténèbres suite à un black-out savamment planifié. le responsable ? Un nouveau scélérat nommé le Sphinx, bien décidé à faire plier la cité et son nouveau protecteur."
La suite et fin de "l'An Zéro" qui marqua les débuts de #Batman, du #Joker mais également du #Spinx. Eh oui ce petit gars va organiser une soirée spéciale #BlackOut et inviter tout #Gotham à participer. #Batman est également de la partie. Sphinx aka Ed Nygma nous fait sa crise de jalousie car Red Hood à attirer l'attention de notre héros avant lui. Ce qui a pour conséquence une surenchère afin de bien débuter sa carrière de malfaiteur. du pur bonheur pour nous mais une grosse galère pour #Bat.
Qu'es-ce que j'en pense de ce tome ? : 
Un finish de toute beauté pour ce run sur les débuts de #Batman, du #Joker et du #Sphinx dans notre bonne vieille ville de #Gotham. le #Sphinx fait une entrée tonitruante qui a énormément ravi votre serviteur et qui lui a donné également quelque sueur froide. Encore une précision, le #SDC est toujours aussi plaisant et le duo Snyder - Capullo match à chaque fois.
Note : 18/20.
Comme toujours suivez-moi sur les réseaux sociaux ou directement sur ce blog, pour échanger avec votre serviteur et/ou être les premiers avertis lorsque paraît une nouvelle #chronique. Je viens également d'ouvrir un #insta pour ce blog à retrouver sous le #nametag : yradon4774
See you soon sur les ondes...
Lien : https://wordpress.com/post/y..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (2)
BDGest   25 février 2015
Les origines sont finalement peu traitées, mis à part la relation de Bruce avec ses parents et Alfred. Le cycle du Joker ne produisait pas un grand final, mais il avait le mérite d’ébranler le mental de Batman, le laissant avec des cicatrices morales qui pourraient le redéfinir. Sympathique, ce tome 2 confirme que l’année zéro n’était pas forcément nécessaire, et que Scott Snyder avait surement besoin d’une pause pour pouvoir écrire avec soin ce qui compte vraiment : l’après-Joker.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   19 février 2015
Un bel ouvrage, graphiquement irréprochable et étonnant, qui ne commet pas la maladresse de transposer vingt ans après une histoire désormais culte, mais qui, au contraire, ose amorcer quelque chose qui s’accorde davantage avec son temps.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   10 septembre 2015
C’est ce qu’il voulait nous faire croire au sujet de Gotham, qu’elle touchait à sa fin, que le monde était au bord de l’anéantissement. Mais voyez notre ville : elle n’a rien de commun avec ce qu’elle fut il y a vingt ans, ou même dix ans.
Voilà ce qu’il y a d’effrayant… et de merveilleux aussi, avec Gotham. Elle ne cesse de changer. L’image que nous nous en faisons est éphémère, fluctuante. Nous voyons ses quartiers, ses communautés, les espoirs et les peurs qui l’animent. Et pouf, en un instant, tout a changé. Une nouvelle ville apparaît sous nos yeux.
En cet instant présent, Gotham est une ruine magnifique… qui n’appartient qu’à nous. Et ses peurs sont aussi les nôtres. La peur des ouragans, des cataclysmes, des idéologues fous aux armes meurtrières qui surgissent sans prévenir. Voilà les craintes qui hantent notre cité.
Mais vous pouvez me croire ; ces peurs, nous y ferons face ensemble, car la Gotham de l’instant présent n’est pas celle de nos pères, ni celle de nos fils, c’est la nôtre, celle de notre génération, et si nos peurs sont grandes, nos espoirs le sont aussi. Nos espoirs, et nos ambitions, et notre résistance, nous sommes prêts à mener ce combat.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
laulauttelaulautte   19 mars 2015
Peut-être que Batman n'est pas fait pour la victoire. Il est fait pour subir mille et un échecs, sans pour autant renoncer. Il est fait pour se relever de ses chutes [...] c'est folie de mener un combat que l'on sait perdu d'avance, au long terme. Tout ce que j'espère c'est que [...] c'est le genre de folie que cette ville récompense ! Qui sait ?
Commenter  J’apprécie          40
laulauttelaulautte   16 mars 2015
Bien sûr que cela fait peur l’obscurité parce qu’on ignore ce qui s’y cache. Et on a vite fait d’imaginer les pires choses […] Mais il y a aussi des gens pas comme les autres […] des gens qui ont choisi d’agir, de lutter contre la peur et contre les mauvaises choses et même si on ne les voit pas, il faut savoir qu’eux aussi sont là dans le noir.
Commenter  J’apprécie          40
laulauttelaulautte   18 mars 2015
Batman/Edward Nygma
- J'ai une dernière question pour toi, Edward. [...] et cela se résume à ça : "c'est tout ?!?"
[...]
- Par chance, non, Batman, ce n'est pas tout. J'ai des tonnes d'autres énigmes pour toi. Par exemple...
... je suis à tomber, j'attire tout le monde. Chacun m'est soumis y compris toi, Batman. Qui suis-je ?
Commenter  J’apprécie          42
laulauttelaulautte   18 mars 2015
Qu’un héros se dresse parmi vous ! Celui qui apparaît dans toutes les cultures du monde, celui qui résout les énigmes afin de prouver sa valeur et sauver son peuple. Alors où es-tu héros ?
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Scott Snyder (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Scott Snyder
Vidéo de Scott Snyder
autres livres classés : comicsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Batman - Sombre Quiz - 1/2

Qui Incarne le chevalier noir dans Sombre reflet ?

Bruce Wayne
Jim Gordon
Tim Drake
Dick Grayson

8 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Batman : Sombre reflet, tome 1 de Scott SnyderCréer un quiz sur ce livre