AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2930702885
Éditeur : M.E.O. (19/05/2014)

Note moyenne : 2.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Noureddine est renvoyé. Comment est-ce possible ? Le discret Noureddine ? Lui qui semble sorti d'une Bible illustrée ? lui qui inspire à Elvire une curiosité certaine, à force de m'être fait auprès d'elle l'avocat de sa douce ténacité en faveur de la Palestine ? Un renvoi ! Est-ce lié à sa prise de parole lors du débat sur Fedayin ? (...) Cette décision apparaît bien comme une mesure de pure xénophobie. (...) À ce moment déboule Samuel, tout essoufflé. - Inacceptabl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
DHALLUIN
  25 août 2014
La signification même du titre n'apparaît qu'en fin de roman. Ce titre dénote la plénitude qui habite les protagonistes : ils sont entiers, idéalistes, jusqu'au-boutistes.
1971 et les séquelles de la Guerre des Six Jours, 2011 et les bombardements : deux années marquantes à Ghazza pour Anna, Samuel, Nourredine, Jean, Elvire. Il y a des juifs et des maghrébins actifs, des gens qui aspirent à la paix. Il y a la Palestine et l'état juif, mais le seul parti-pris : la cause des opprimés. Il y a Ixelles et des réunions d'étudiants qui refont le monde. Il y a aussi l'amour, mais des amours violentes. Ces personnages forts émeuvent et font réfléchir sur le problème palestinien très complexe.
De nombreux dialogues émaillent le roman et suscitent l'intérêt du lecteur. le style concis permet un maximum d'actions en un minimum de pages.
Commenter  J’apprécie          20
docabord
  21 octobre 2015
Un livre court, qui à mon sens, n'a pas de prétention historique sur le conflit israélo-palestinien. Ils 'agit plutôt pour Jean, le narrateur, de nous expliquer comment il s'est investi dans ce conflit, partagé entre deux camps: celui des palestiniens, avec son amitié pour Noureddine, et celui des israéliens, où il oscille entre l'opinion d'Anna et de sa mère Elvire (et où lui-même est embarqué dans une histoire d'amour compliquée entre mère et fille).
Je ne peux pas dire que c'est un coup de coeur, j'ai eu un peu de mal avec le style d'écriture, l'histoire d'amour entremêlée au récit et un peu décousue, mais ce fût quand même une lecture agréable.
Commenter  J’apprécie          30
milaH
  20 octobre 2015
Que dire! J'ai lu ce livre sans plaisir....Aucune profondeur, on ne s'attache pas aux personnages, l'histoire n'est pas passionnante et le style est trop superficiel. Je préfère les histoires détaillées avec des repères historiques ou des références littéraires. Ici, je n'ai rien retenu du conflit Israël- Palestine pour la simple et bonne raison que tout est flou et confus dans ce roman. Décue!
Commenter  J’apprécie          31
Elletse
  28 octobre 2015
Je n'ai pas pu franchir la moitié du livre, je l'ai survolé rapidement sur la fin. Je n'ai pas aimé, c'est ennuyeux et le style d'écriture est lourdingue, il ne m'a pas été agréable à lire en tout cas.
Le problème Israël/Palestine est esquissé à vagues traits brouillons, j'avoue que je n'ai rien compris et j'ai trouvé un peu facile de le faire intervenir via trois personnages archétypes : Anna est Israël ; Nourreddine la Palestine, et Jean est la terre neutre à modeler.
Les sentiments de l'Amour et de la Fraternité surnagent sur tout le livre mais m'ont semblé bien plats, et nouilles – trop d'adjectifs mélioratifs à tire l'arigot !
Commenter  J’apprécie          00
rougebouge
  11 août 2015
Pénible.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
meoeditionsmeoeditions   02 juin 2014
– Noureddine est renvoyé
Comment est-ce possible ? Le discret Noureddine ? Lui qui semble sorti d’une Bible illustrée ? lui qui inspire à Elvire une curiosité certaine, à force de m’être fait auprès d’elle l’avocat de sa douce ténacité en faveur de la Palestine ? Un renvoi ! Est-ce lié à sa prise de parole lors du débat sur Fedayin ? (…) Cette décision apparaît bien comme une mesure de pure xénophobie. (…) À ce moment déboule Samuel, tout essoufflé
– inacceptable, ce renvoi
– il faut tirer un tract cette nuit même, le distribuer dès la première heure devant la boîte… appeler à la grève dès la fin de la récréation, on ne monte pas en classe
Samuel énumère les tâches, les répartit – les sionistes savent y faire quand il s’agit d’agir vite et d’être efficace, on sent chez Samuel une longue pratique à l’Hashomer Hatzaïr –, il réfléchit, dirige, entraîne à l’action, bientôt deux douzaines d’élèves déboulent au studio, (…), on décapsule le coca, un tract se rédige à la hâte (…)
Abu Zeit est renvoyé. Il aurait eu une « mauvaise attitude ». Renvoyer un élève est la meilleure façon de le rejeter avec ses problèmes au lieu de l’aider, ce qui est pourtant l’objectif de l’école. Rejoignez la lutte …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
meoeditionsmeoeditions   02 juin 2014
Commenter  J’apprécie          21
autres livres classés : années 70Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre