AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Lucia Cathala-Galinskaïa (Autre)Jean Cathala (Autre)
EAN : 9782264000705
10-18 (30/11/-1)
  Existe en édition audio
4.09/5   998 notes
Résumé :
En 1962, pour qu'Une joumée d'Ivan Denissovitch pût être publiée en URSS, Soljenitsyne avait dû consentir à des coupures et, par endroits, remanier le texte original. Voici la version intégrale de ce roman si profondément, si tragiquement russe et qui, cependant, fait maintenant partie du patrimoine mondial de la culture. Vingt ans ont passé depuis qu'il a vu le jour. Des oeuvres monumentales ont succédé à ce joyau : le Premier Cercle, le Pavillon des cancéreux, Aoû... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (127) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 998 notes
5
44 avis
4
50 avis
3
20 avis
2
4 avis
1
0 avis

Ptitgateau
  06 avril 2021
Mars 1953, Staline mourrait. Nikita Kroutchev divulgua un rapport secret dénonçant les abus du stalinisme. C'est dans ce contexte qu'Alexandre Soljénistsyne écrit ce court roman qu'il laissa de côté. Puis il confia le texte à Tvardovski, alors directeur de la revue Novy Mir qui obtient de Nikita Kroutchev la publication du texte. C'est là une réponse à la question que je me suis posée tout au long de cette lecture : comment avait-il pu éditer un tel écrit même en dehors du stalinisme et pendant la période d'un régime communiste s'opposant à toute liberté.
Il est vrai que le texte paraît blanchi et auto-censuré, le héros, Choukhov, semblant s'être accommodé de la vie imposée dans ce goulag par -27°C, sans aucune plainte, obligé à travailler dans de mauvais vêtements, dépendant de ses pairs réunis en brigade à des fins d'autodiscipline, car un zek qui ne respecterait pas le règlement conduirait toute la brigade à la punition, privée de repas ou mise au mitard. Peu de violence physique dans ce roman, à part justement à l'égard d'un moldave qui met l'ensemble des prisonniers en retard avant le retour vers le camp où ils pourront enfin se reposer, violence qui se libère de la part des prisonniers. Les autres scènes plus violentes concernent une violence verbale des gardes envers les zeks.
La violence de cette captivité, l'auteur nous la laisse deviner : réveil à l'aube, rassemblement, fouille, obligation de se dévêtir partiellement en s'exposant aux rigueurs du froid, travail de l'aube au soir, dans des conditions inhumaines, tant du point de vue du matériel, que de la charge de travail, nourriture insuffisante...
La journée du prisonnier apparaît longue, très longue, parce que Soljénitsyne fait durer chaque moment de la journée en y introduisant, par soucis de vérité autant que pour mettre en évidence la longueur du travail quotidien, d'éternelles négociations : sur l'entente durant les travaux, sur la nourriture, sur la fouille des colis envoyés aux zek, sur l'histoire individuelle des prisonniers, sur le vécu et le ressenti de chacun à divers moments de la journée.
Si le texte fut en partie censurée par le régime et par l'auteur lui-même, on perçoit aisément les abus du régime communiste : prisonniers arrivés là pour trahison car ils ont été faits prisonniers par les allemands et se voient attribuer la mention « espion » dans leur dossier, mais aucune possibilité de révolte ne s'offre à eux.
Un écrit intéressant d'un point de vue historique, qui m'a permis de découvrir un auteur de renommée internationale que je ne connaissais pas.
Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          822
HORUSFONCK
  27 août 2020
Mais qu'elle fut longue, cette journée passée en compagnie d'Ivan Denisssovitch.
Longue, après une préface qu'il est fort utile de lire.
Ce jour d'hiver de froid cruel (presque moins 40 degrés sous zéro) est comme un chronogramme sans indication des heures... Au reste, à quoi servirait-il d'une montre ou d'une horloge aux pauvres zeks de ce bagne?
Cette journée n'en finit pas, dans cette peine infinie d'Ivan Denissovitch et ses compagnons d'infortune.
Un digne (sic) héritier d'Ivan le terrible et sa bande de dégénérés ont envoyé Ivan Denissovitch se perdre au goulag. Seule, la mort du tyran rouge leur permettra d'en sortir, à ces triples matriculés... Ces matricules dont les numéros sont repeints périodiquement, que la garde te les compte et les recompte, ces fantômes d'une autre vie! Que l'escorte, armée de mitraillettes, emmène et remmène la cohorte, par rangs de cinq, des zeks des baraques au chantier et vice-versa.
Pour Ivan Denissovitch Choukhov, qui n'a pas perdu son âme, la journée démarre plutôt mal avec des douleurs que la nuit n'a pas écartées. La nuit aussi courte que la journée est longue, semée d'embûche et marquée par la peur d'être envoyé au cachot pour dix infernales journées.
Pourtant, dans cet enfer, l'ex-commandant de flotte donne toujours de la voix, et le croyant conserve une foi indestructible... Manière à eux de survivre?
Ce livre m'a étreint, presque éreinté tant j'avais froid avec Ivan Denissovitch... Mais il m'a éclairé, comme ce soleil rare tel le poisson dans la soupe du zek, ou cette cigarette d'un tabac chichement mesuré.
Mais quelle journée!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          777
Luniver
  06 janvier 2013
Ivan Denissovitch Choukhov a été condamné à dix ans de camp de travail pour « trahison envers la patrie ». En réalité, il a simplement été fait prisonnier par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale avant de parvenir à s'enfuir, pensant, naïvement, qu'il serait accueilli à bras ouvert à son retour. Bien qu'ayant déjà effectué la majeure partie de sa peine, il sait pertinemment qu'elle sera prolongée encore et encore, et qu'il ne sortira probablement du camp que les pieds devant.
Choukhov supporte pourtant chaque journée avec une résignation qu'approuveraient les stoïciens de l'antiquité. Toutes les petites combines sont bonnes pour améliorer un peu son existence : ne pas manger toute sa miche de pain le matin pour la faire durer et avoir l'illusion d'avoir de plus grandes rations ; rendre de menus services à ceux qui peuvent recevoir des colis pour recevoir quelque chose en retour ; embrouiller les comptes du cuisinier pour obtenir une part de soupe supplémentaire ; cacher la meilleure truelle du chantier pour s'assurer de la garder tous les jours ; …
Dès les premières pages, on s'identifie à Choukhov : on sent le froid mordant qui essaie de se frayer un chemin jusqu'à lui, son creux à l'estomac, on partage sa crainte que le morceau de pain qu'il a caché soit dérobé pendant son absence, on tremble qu'un autre prisonnier ne le trahisse pour y gagner un petit avantage.
Une œuvre puissante, qui nous fait comprendre à travers un témoignage minimaliste tout l'envers du décor : un système totalitaire qui nie l'individu, lui enlève tout espoir et toute possibilité de réintégrer la vie normale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          721
Archie
  06 août 2019
Ce livre occupe une place à part dans la littérature. Ecrit dans les années cinquante, sa publication est autorisée en Union Soviétique en 1962, au cours d'un moment éphémère d'assouplissement du régime. Une journée d'Yvan Denissovitch révèle alors au monde l'existence du goulag, un système concentrationnaire à grande échelle, administré secrètement par la police politique aux ordres du pouvoir soviétique et du parti communiste. L'existence de camps de concentration, où étaient déportés les opposants et les dissidents au même titre que les condamnés de droit commun, était jusqu'alors subodorée sans preuve dans le monde libre et formellement démentie dans les pays de l'Est, ainsi que par leurs sympathisants en Occident.
L'auteur, Alexandre Soljenitsyne, un ancien officier, avait lui-même été déporté pendant huit ans, à la suite de critiques émises dans une correspondance privée sur la politique militaire de Staline pendant la seconde guerre mondiale. La publication d'Une journée d'Yvan Denissovitch le fait connaître à la fois pour sa détermination de dissident au régime et pour son talent d'écrivain, qui lui vaudra le Prix Nobel de littérature en 1970.
Pour faire connaître la vie quotidienne des prisonniers – les zeks – d'un camp du goulag, Soljenitstyne choisit de circonscrire sa narration à une journée et à un détenu, Ivan Denissovich Choukhov, un brave paysan, condamné à dix ans de travaux forcés de maçonnerie huit ans plus tôt, en 1941, parce qu'après avoir été fait prisonnier par les Allemands, il avait réussi à s'évader quelques jours plus tard. Lors d'un simulacre de procès, la justice soviétique en avait conclu qu'il était un traître et un espion.
La journée s'ouvre sur le réveil des prisonniers. Il est 5 heures. C'est en tout cas l'évaluation des zeks, car ils n'ont ni montre ni horloge auxquelles se référer. A quoi leur servirait de connaître l'heure, ont pensé leurs geôliers, si ce n'est pour comptabiliser le temps de travail qu'on leur impose ?
Les camps sont situés loin de tout, dans des zones désertiques, la plupart en Sibérie du Nord, où les températures peuvent descendre jusqu'à 40 degrés en dessous de zéro. Les zeks sont logés dans des baraques rudimentaires non isolées, à peine chauffées, où des structures de couchettes collectives superposées sont installées. Pour leur vie quotidienne, comme pour le travail qui leur est assigné, ils sont organisés en brigades, sous l'autorité d'un des leurs, le brigadier, un zek « expérimenté » chargé de négocier leurs intérêts, face aux surveillants et aux autres personnels de l'administration du camp.
Les conditions de détention sont très dures. le froid est terrible, la nourriture inconsistante et insuffisante. La surveillance est à chaque instant un prétexte de maltraitance physique ou mentale : appels, contre-appels, ordres, contrordres, fouilles, récriminations, brimades, sanctions, chantage… tout est fait pour détruire l'homme derrière le zek. Seul point non négatif, au regard de ce que l'on sait sur d'autres camps de concentration, il ne s'y trouve ni chambre à gaz ni four crématoire. Mais cela, Choukhov et les autres zeks n'en ont pas la moindre idée.
Certains zeks décomptent les jours qu'il leur reste à tirer. Pas Choukhov ! Il a constaté qu'une fois la peine purgée, les condamnations sont systématiquement reconduites, sans même qu'on en donne la raison. Il sait donc qu'il est inutile d'espérer, qu'il ne rentrera jamais chez lui, qu'il ne reverra jamais sa femme et ses enfants.
En l'absence d'espérance, la seule façon de survivre est de s'adapter avec pragmatisme. Éviter de se faire sanctionner par les surveillants, de se faire spolier par les autres zeks. Collectionner les tous petits plaisirs : du rab de pain, la chaleur d'une soupe, une bouffée de cigarette, un échange de sourires, quelques minutes de répit près du poêle, un instant à soi emmitouflé sur sa paillasse… La journée qui fait l'objet du livre aura été bonne pour Ivan Denissovitch Choukhov. Il s'endort heureux.
Le livre est écrit dans le langage parlé d'un homme fruste et madré. La traduction est plutôt réussie. A ma grande honte, j'avoue avoir trouvé le livre un peu ennuyeux. Peut-être est-ce dû au fait que les révélations de Soljenitsyne sont aujourd'hui archi-connues.

Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          643
bidule62
  13 janvier 2021
Etonnamment je pense que ce qu'il me restera de ce livre c'est la fraternité qui résonne dans ses pages. Certes pas toujours désintéressée, mais présente.
Ce livre retrace une journée de vie dans un goulag soviétique. Ivan Denissovitch Choukhov a été condamné à 10 ans de camp car il a été fait prisonnier par les Allemands pendant la 2de Guerre Mondiale. C'aurait pu être tant d'autres raisons....
On suit le personnage central sur une journée, du lever au coucher, en passant par les comptages, les travaux forcés....
Choukhov est un personnage incroyablement doux, parfaitement intégré à la vie du camp, trouvant par tout moyen (mais toujours honnête) la façon de survivre à cette horreur carcérale. Presque optimiste.... Presque heureux.... Heureux de finir la journée toujours en vie....
Glaçant du début à la fin par les différentes petites touches qui décrivent la vie dans un goulag.
Commenter  J’apprécie          634

Citations et extraits (133) Voir plus Ajouter une citation
cvd64cvd64   10 mai 2022
Dans les camps et dans les prisons, Ivan Denissovitch s'était deshabitué de prévoir : pour aujourd'hui comme pour dans un an, et comme aussi pour faire vivre les siens
Les chefs s'en occupent à votre place ; autant de soucis en moins
Commenter  J’apprécie          80
LuniverLuniver   23 décembre 2012
— Pour sûr, fit Choukhov : le soleil est d'aplomb.
— Si le soleil est d'aplomb, fit le commandant, il n'est pas midi, mais une heure.
Ça épata Choukhov :
— Pourquoi ? Tous les vieux te le diront : c'est à l'heure de midi que le soleil est à son plus haut.
— Oui, fit le commandant, c'était vrai de leur temps. Mais, depuis, il y a eu un décret : le soleil, maintenant, atteint sa hauteur maximum à une heure.
— Pas possible ? De qui qu'il est ce décret ?
— Du pouvoir soviétique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          511
HulotHulot   02 février 2021
Quand le bourane se met à souffler, c'est pas seulement qu'ils ne vous envoient pas au travail : ils ont même peur de vous sortir de la baraque. Parce que, de la baraque au réfectoire, si on ne tend pas une corde, vous ne retrouverez pas le chemin. Le détenu qui tombe dans la neige, faut plus compter le revoir vivant.

La neige de bourane, c'est fin comme poussière, mais ça donne des congères qui enterrent les barbelés, des types se sont évadés. Pas loin, bien sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
LuniverLuniver   22 décembre 2012
À cause qu'il ne fait pas chaud dans le réfectoire, la plupart mangent le bonnet sur la tête, mais posément, en cherchant, sous les feuilles de chou noir, la bouillie de petits poissons pourrissants dont on recrache les arêtes sur la table. Lorsque ça fait un gros tas et que la brigade suivante va s'attabler, on les balaie d'un revers de sa main, et elles s'en vont craquer sous les bottes.

Mais on ne crache jamais les arêtes directement sur le plancher : c'est malpoli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
araucariaaraucaria   29 juillet 2016
Faire son lit, ici, c'est pas compliqué : on détache la couverture gris crasse bordée sous la paillasse, on s'allonge à même la paillasse (les draps, Choukhov n'a pas dormi dedans depuis - mais oui! - depuis 1941 qu'il est parti de la maison : même qu'il trouve drôle, à présent, que les femmes se donnent, en lessives, tant de tintouin pour une chose qui sert à rien), on met sous sa tête l'oreiller (garni, lui, en copeaux), on s'enfile les jambes dans la veste, on déploie le caban par-dessus la couverture...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Alexandre Soljenitsyne (71) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Soljenitsyne
Le 9 décembre 1983, Bernard PIVOT consacre un "Apostrophes" spécial à Alexandre Soljenitsyne qui a accueilli l'équipe de l'émission chez lui, aux Etats Unis, dans sa propriété du Vermont, à Cavendish. Citant un passage du dernier roman de l’écrivain "La Roue rouge : premier nœud : août 14" où l’un des personnages aborde Léon Tolstoï, Bernard Pivot interroge Soljenitsyne sur la finalité de l’existence humaine sur terre
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : goulagVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
371 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre