AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Citations sur Une journée d'Ivan Denissovitch (141)

PiertyM
PiertyM   14 décembre 2014
Quand on travaille pour des hommes, on en met un coup ; quand c'est pour des cons, on fait semblant.
Commenter  J’apprécie          850
Luniver
Luniver   23 décembre 2012
— Pour sûr, fit Choukhov : le soleil est d'aplomb.
— Si le soleil est d'aplomb, fit le commandant, il n'est pas midi, mais une heure.
Ça épata Choukhov :
— Pourquoi ? Tous les vieux te le diront : c'est à l'heure de midi que le soleil est à son plus haut.
— Oui, fit le commandant, c'était vrai de leur temps. Mais, depuis, il y a eu un décret : le soleil, maintenant, atteint sa hauteur maximum à une heure.
— Pas possible ? De qui qu'il est ce décret ?
— Du pouvoir soviétique.
Commenter  J’apprécie          521
Hulot
Hulot   02 février 2021
Quand le bourane se met à souffler, c'est pas seulement qu'ils ne vous envoient pas au travail : ils ont même peur de vous sortir de la baraque. Parce que, de la baraque au réfectoire, si on ne tend pas une corde, vous ne retrouverez pas le chemin. Le détenu qui tombe dans la neige, faut plus compter le revoir vivant.

La neige de bourane, c'est fin comme poussière, mais ça donne des congères qui enterrent les barbelés, des types se sont évadés. Pas loin, bien sûr.
Commenter  J’apprécie          290
Luniver
Luniver   22 décembre 2012
À cause qu'il ne fait pas chaud dans le réfectoire, la plupart mangent le bonnet sur la tête, mais posément, en cherchant, sous les feuilles de chou noir, la bouillie de petits poissons pourrissants dont on recrache les arêtes sur la table. Lorsque ça fait un gros tas et que la brigade suivante va s'attabler, on les balaie d'un revers de sa main, et elles s'en vont craquer sous les bottes.

Mais on ne crache jamais les arêtes directement sur le plancher : c'est malpoli.
Commenter  J’apprécie          280

Hulot
Hulot   04 février 2021
Choukov avait rongé sa miche jusqu'aux doigts, mais en prenant soin de laisser un morceau de croûte, le demi-rond de la croûte d'en haut, parce qu'il n'y a pas cuiller au monde qui vaille un bout de pain pour vous nettoyer proprement une écuelle de kacha.
Commenter  J’apprécie          240
araucaria
araucaria   29 juillet 2016
Pour le réfectoire, le commandant du camp avait encore fait une autre loi bien sévère : comme quoi les brigades devaient y aller chacune en colonne par deux, et comme quoi, encore, une fois arrivées devant le réfectoire, sans monter les marches, elles devaient se reformer en colonne par cinq et attendre de pied ferme, d'ici que le préposé les laisse entrer.
Commenter  J’apprécie          240
Hulot
Hulot   03 février 2021
Quand il était jeune, Choukhov, qui sait les brassées d'avoine qu'il a portées aux chevaux ! Jamais il ne se serait figuré qu'un jour, ça lui donnerait à rêver, une poignée d'avoine.
Commenter  J’apprécie          220
araucaria
araucaria   29 juillet 2016
Faire son lit, ici, c'est pas compliqué : on détache la couverture gris crasse bordée sous la paillasse, on s'allonge à même la paillasse (les draps, Choukhov n'a pas dormi dedans depuis - mais oui! - depuis 1941 qu'il est parti de la maison : même qu'il trouve drôle, à présent, que les femmes se donnent, en lessives, tant de tintouin pour une chose qui sert à rien), on met sous sa tête l'oreiller (garni, lui, en copeaux), on s'enfile les jambes dans la veste, on déploie le caban par-dessus la couverture...
Commenter  J’apprécie          210
gouelan
gouelan   21 juillet 2022
Soumettre, comme de règle, le manuscrit à la censure, c'était en effet aller au devant d'un refus assuré, refus dont il eût été à peu près impossible de la faire démordre, même sur intervention des hautes instances, la seule liberté vraiment respectée en U.R.S.S. étant celle d'interdire.

p.11 Préface
Commenter  J’apprécie          190
gouelan
gouelan   27 juillet 2022
Le soleil du loup (c'est le nom que, par moquerie, on donnait, dans son village, à la lune), il avait drôlement monté. À mi-chemin de son haut qu'il avait grimpé déjà. Dans un ciel quasiment blanc, avec une espèce de verdure et guère d'étoiles, mais qui reluisaient. La neige avait l'air astiquée. Les murs des baraques étaient pareillement blancs de givre. Les phares se fatiguaient pour rien.

p.179
Commenter  J’apprécie          160




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    La littérature russe

    Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

    Tolstoï
    Pouchkine
    Dostoïevski

    10 questions
    378 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre