AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Chambon (Autre)
ISBN : 2207303667
Éditeur : Denoël (04/10/1983)

Note moyenne : 3.18/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Malgré leur peau bleue et leurs cheveux magenta, les Selespridar sont humanoïdes à 99,8 %. Ça ne les a pas empêchés de construire autour de notre système solaire un champ de force qui nous retient prisonnier et nous cache les étoiles. Qu'à cela ne tienne, il nous reste Mallworld, le centre commercial le plus fou de l'univers.
Un million de clients par jour !
Allez y copuler avec la sculpture en barbe à papa la plus géante de l'univers ! Achetez-y un bé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Foxfire
  30 septembre 2019
« Mallworld » regroupe plusieurs textes prenant tous place dans le même univers. Et quel univers ! Aussi original et atypique que l'auteur lui-même. En effet, Somtow Sucharitkul, compositeur de musique classique et romancier, propose une oeuvre dense et décalée, profonde et foutraque à la fois.
Tout le recueil prend donc place dans un même cadre. L'argument qui sert de contexte est assez génial. Une race extraterrestre très développée, les Selespridar, ont isolé l'humanité dans un champ de force autour de l'orbite de Saturne. Ils ne la libéreront que lorsqu'elle aura atteint un niveau de civilisation qu'ils jugeront suffisant. Dans le secteur dévolu à l'humanité se trouve, au milieu de l'espace, un immense centre commercial, le fameux Mallworld du titre, où tout se vend et s'achète, des bébés aux prostituées, des religions à la mort…
Autour de ce contexte délirant, les nouvelles et les interludes publicitaires situés à chaque fin de texte composent un ensemble cohérent. On peut presque parler de roman pour qualifier « Mallworld ». Si l'auteur a une imagination débridée et si son recueil ose tous les délires en multipliant les sujets, l'ensemble est toujours harmonieux. Chaque texte vient enrichir l'univers créé par l'auteur. de toute façon, avec ce point de départ, les possibilités sont infinies.
J'avoue qu'il m'a fallu un temps d'adaptation pour apprécier pleinement ma lecture. Je n'ai pas été emportée immédiatement dès les premiers textes. Tout en trouvant ça super inventif, intelligent et même si je ne m'ennuyais pas, un je-ne-sais-quoi me dérangeait dans le traitement. Et puis, petit à petit, au fur et à mesure que je découvrais l'univers créé par l'auteur, j'ai été de plus en plus happée par le récit jusqu'à devenir accro. Plus on s'immerge dans le monde de « Mallworld » plus on prend de plaisir à la lecture. D'autant plus que l'auteur sait procurer des émotions diverses. Il n'est pas rare qu'un texte commence dans un délire jouissif rigolo pour se conclure sur une note émouvante et poétique.
Derrière le divertissement drôle et déjanté, il y a bien entendu un vrai propos. La dénonciation de l'hyper-consumérisme est limpide. Les travers humains ici pointés du doigt sont bien entendu d'actualité.
Publié aux débuts des années 80, le livre de Sucharitkul n'a pas pris une ride. Dans l'édition que j'ai lue, un vieux présence du futur, il manque 2 nouvelles et des textes intermédiaires. Cette lecture m'a tellement plu que je suis très tentée de me procurer la version intégrale sortie récemment chez Folio SF.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          393
Yanoune
  01 novembre 2019
Mallworld.... Ou le bouquin plutôt sympa, mais qui quand même te laisse un sale arrière goût dans la bouche.. et c'est un peu chiant... quoi dire quand c'est autant jubilatoire en frontal que un peu beurk en arrière plan.. ce qui fait que je suis bien emmerdée pour le nombre d'étoiles, parce que d'un côté oui carrément ! et d'un autre alors là, non, non pas du tout !... On me dit que je me prends trop la tête... c'est possible.
Pitch :
Mallworld... Un vaisseaux de trente bornes de long, un vaisseau où tout s'achète et tous se vend...
Vous avez envie d'un bébé ? Faite un tour à la Trans-Cigogne. Une sortie en famille ? Bienvenue à Copuland, le parc à thème du sexe, mais familial avant tout !
Une petite faim ? Si vous avez les moyens, le Gaza Plaza est l'endroit le plus chic. Et si en guise de digestif vous avez envie de vous prendre une dose... un coup de transmat et le hall des drogues et ses salles dédiées vous accueillera.
Vous devez respecter vos rites pendant vos courses ? Par sainte Betty Crocker, ne vous inquiétez pas, tout un niveau est dévolu à toutes les religions, des Néo-amisho-bouddhico-Krishna-ologiste, les minimalistes avec somatectomies, le culte du mois a aussi sa succursale !
Un message à faire passer, le Globe des graffitis est là pour ça !
La vie n'a plus de sens, pensez à la Porte de sortie, 300 possibilités vous sont offertes, et puis la plupart sont réversibles alors, qu'est ce que vous attendez ?
Oui bien d'autres merveilles vous attendent à Mallworld...
Ok... bon... Les humains sont parqués dans un bout d'univers par des créatures venues d'ailleurs, les Selespridar, sorte de baby-sitter qui attendent que l'humanité devienne plus grande pour être mise en rapport avec toute la galaxie.. en attendant on les parque, dans ce bout minable d'univers, entouré de barrières obscures, où jusqu'à la lumière des étoiles ne passe pas, les étoiles sont devenues inaccessibles.
Seulement, ils sont peut-être irrécupérables ?... Pour en être certain, c'est l'heure de la mise en revue, de l'examen de passage, voir non pas du grand oral, mais du grand mental.. Ils en prendront neuf au hasard, neuf qui vivent, survivent, crapahutent dans ce cigare géant d'acier et de lumière, neuf au sein de Mallworld...
Nous sommes en présence de neufs nouvelles, neufs humains dont les pensées les ressentis, les désirs les aspirations sont scannées à même leur tête..
Avec aussi le temps qui défile, le temps pour un Selespridar ça ne vaut rien, un éon est un battement de cil...
De la fugueuse en passant par l'artiste, le mec riche à gazillion XII ou XIII eme du nom, le père de famille avec plein de mômes, l'ermite surfeur qui ne veut pas se mouiller, la serveuse...
Un fil conducteur pour chaque, un fil tenu.. les étoiles, étoiles qu'on leur à enlevé... ou l'espoir ?
Et puis un autre fils aussi... plus personne ne sait lire, à quoi cela peut bien servir, qu'est ce que cela peut bien apporter.. et au final, les seuls qui savent s'en sortent les mieux, tant au niveau du concret que dans leur être... leurs visions, leurs réflexions. Même s'ils sont considérés un peu comme des dinosaures. Quoi que plus personne ne sait ce qu'est un dinosaure...
Alors, il y a beaucoup d'humour dans ce bouquin, un humour noir et grinçant... les dérives de l'humain, du consumérisme, chaque chapitre est coupé par une annonce publicitaire, une réclame comme on disait avant....
les dérives de la religion, même niveau que le reste, niveau consumérisme... Ouais niveau religion qu'est ce que ça m'a fait rire... consumérisme sexe drogue et religion, consumérisme sexe drogue et suicide...
Au final qu'est ce qui fait de nous des humains. Notre rapport à l'histoire ? Notre rapport à la vie ? Au spirituel ? Nos racines ? Nos rêves ? L'amour ? La mort ?... notre rapport au corps ?...
Il y a tant et tant de chose dans ces petites nouvelles, jubilatoires à lire... tant de questions passent devant nos yeux, tant d'idées ( drôles ou non)... l'innée n'existe plus, le naturel est sale... et pourtant.
Un pamphlet bien sûr contre consumérisme à outrance, contre la marchandisation de l'humain, contre l'abêtissement culturel, contre la religion.... de la religion et tout le mercantilisme en découlant.. toute les religions ? Oh non pas toute, une seule résiste, l'islam résiste... tss. Alors là carton rouge ! Soit tu les mets toutes dans le même sac, soit on voit ta partialité auteur.. Enfin j'ai ressenti ça, même si eux aussi, ont oublié pas mal de choses... perso je les mets toutes dans le même sac... ceci explique peut-être cela aussi...
Pour certains aspects ce bouquin n'a pas pris une ride, voir est même encore plus d'actualité qu'à l'époque de la parution des nouvelles ( dans les années 80)...
En fait il y a de très bonnes choses dans ces nouvelles, mais aussi l'auteur y vas de ses sujets de prédilection ( enfin je ne sais pas vraiment si c'est le cas, c'est juste le deuxième que je lis de lui et pourtant je les ai retrouvées).. donc le sexe libéré de la part d'enfant, considérer l'enfant comme un adulte et à tous les niveaux..
Et en fait c'est chiant.. parce que autant cette lecture est jubilatoire, autant quand on se penche dessus deux secondes, elle laisse un goût plutôt nauséabond dans la bouche... cette sensation de pègue un peu dégueulasse, vous savez les trucs vaseux, qu'on trouve en dessous de la surface ondoyante et lumineuse... vraiment dégueulasse qui se mélangent à un discours construit, voir parfois intelligent sincère et presque tendre, voir mélancolique...
Mais c'est peut-être moi qui me fait des idées. C'est la sensation que j'ai pourtant... j'aime pas bien.
Avis fait sur le bouquin où toutes les nouvelles sont regroupées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LenocherdeslivresLenocherdeslivres   28 septembre 2019
Bienvenue à Mallworld...
Où tous les rêves deviennent réalité
Plus de vingt mille boutiques
Un million de clients par jour en provenance du système solaire et des étoiles.
(p.14)
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : littérature thaïlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2985 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre