AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Charles Guittard (Éditeur scientifique)Robert Pignarre (Traducteur)
ISBN : 2080710230
Éditeur : Flammarion (01/01/1999)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 628 notes)
Résumé :
La tragédie grecque dans toute sa splendeur

Antigone, fille d’Œdipe, s’apprête à braver l’interdit du roi de Thèbes en accomplissant les rites funéraires destinés à son frère, le paria Polynice. Pour ce geste, elle risque la mort. Mais c’est le prix à payer pour ce qu’elle estime être son devoir : envers l’amour qu’elle porte à son frère, envers les dieux. Son propre oncle, le roi Créon, ira-t-il jusqu’à la condamner en dépit des lois divines, non écr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
27 septembre 2012
C'est peu dire qu'Antigone est l'une des plus célèbres tragédies grecques (parmi celles qui nous sont parvenues, à savoir, fort peu, volontairement détruites au IIème siècle sous l'Empereur Hadrien par des autorités morales anonymes, les « pédagogues grammairiens », qui ont décidé lesquelles devaient être transmises à la postérité. de la sorte, ces éminences grises ont dégraissé Eschyle, Sophocle et Euripide, pour ne citer que ces trois-là, de 87 % de leurs productions, soit les 44 pièces survivantes sur 348 à l'origine).
Ainsi donc, parmi ces survivantes, Antigone n'est pas une tragédie canonique, mais LA tragédie canonique. Ce n'est pas pour rien qu'Hegel s'est appuyé en particulier sur celle-ci pour parler de la tragédie grecque en général.
Le poids du religieux dans la Grèce de Sophocle est difficile à appréhender de nos jours et c'est vraiment un exercice délicat que d'essayer de comprendre dans le détail les visées réelles de l'auteur. L'une des questions civiques et morales soulevée par la pièce est celle de l'obéissance à l'ordre émanant de la hiérarchie, même s'il va à l'encontre de nos convictions. Dit autrement, doit-on exécuter un ordre s'il est immoral ? Je doute que la lecture d'Antigone soit au chevet de beaucoup de nos militaires ou policiers, pourtant, c'est une vraie question. Il en va de même pour tout fonctionnaire. On sait ce que Vichy, pour ne parler que de ce régime, a été capable de faire. Les fonctionnaires de Vichy avaient-ils lu Antigone ? À méditer…
Voilà donc, Antigone, fille du célèbre Oedipe, qui vient de perdre ses deux frères bien aimés. L'un se battant pour Thèbes, l'autre contre. Thèbes obtient la victoire, et Créon, le roi de Thèbes, offre des funérailles dignes à celui qui a donné sa vie pour Thèbes, mais interdit qu'on laisse reposer l'autre frère selon les rites, car jugé comme traître, doit pourrir sur place ou être dévoré par des bêtes. Antigone, elle, refuse cette sentence et décide de braver l'interdit. Sa soeur, Ismène, elle, fait l'autre choix.
L'autre axe qui me semble majeur dans la pièce est celui de l'orgueil qui nous empêche de revenir sur une parole prononcée afin de ne pas « perdre la face ».
Je dirai simplement qu'à propos de faces perdues, Créon, se jugeant dans son bon droit, pour ne pas avoir voulu revenir sur sa décision risque d'en perdre bien d'autres de faces…
En somme, une bien belle tragédie, qu'il nous est parfois difficile de recontextualiser, mais dont certaines questions conservent toute leur raison d'être et leur verdeur, même après vingt-cinq siècles et quelques autodafés, mais cela n'est presque rien, tout juste mon minuscule avis, ma toute petite vérité, et j'aime autant laisser à Sophocle le mot de la fin :
"Ne laisse pas régner seule en ton âme l'idée que la vérité, c'est ce que tu dis, et rien d'autre. Les gens qui s'imaginent être seuls raisonnables et posséder des idées ou des mots inconnus à tout autre, ces gens-là, ouvre-les : tu ne trouveras en eux que le vide."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          571
colimasson
19 mai 2013
Dans la famille maudite, je voudrais les descendants du roi de Thèbes. On connaît tous le mythe d'Oedipe (merci Freud) mais Ismène nous le rappelle d'entrée de jeu pour rafraîchir les mémoires frivoles : « Notre père est mort réprouvé, déshonoré ; lorsqu'il s'est lui-même découvert criminel, il s'est arraché les yeux et sa femme, qui était sa mère, s'est pendue ». On ne rigole pas tous les jours avec Sophocle, surtout lorsque la malédiction semble ne jamais devoir prendre fin : « Et voici nos deux frères qui se sont entre-tués, ne partageant entre eux que la mort, les infortunés ! »

Antigone et Ismène ne sont même pas autorisées à rendre hommage à leur frère Polynice en lui accordant une cérémonie funéraire digne de ce nom. Au même moment, en effet, le roi Créon pose un décret interdisant de célébrer cet ennemi de la cité. Ismène et Antigone sont d'accord pour reconnaître que cet édit est une absurdité prétentieuse et arrogante ; toutefois Ismène s'y soumet dans les actes tandis qu'Antigone refuse d'obéir et rejette sa soeur, qu'elle considère comme une traîtresse. Créon est au service absolu des vivants contre la dignité des morts ; Antigone est totalement dévouée à ses morts contre les vivants.
L'affrontement entre ces deux volontés contradictoires paraît inéquitable, mais de nombreux personnages vont s'interposer entre Antigone et Créon pour tenter de les raisonner et de les encourager à faire preuve d'un peu plus de flexibilité. C'est surtout auprès du roi que les personnalités se succèdent : d'abord le Garde, puis Hémon, le fils de Créon, qui doit épouser Antigone, et enfin Tirésias le devin. Rien n'y fait. Créon ne flanche pas, persuadé d'avoir raison envers et contre tous, plein d'une confiance aveugle et dévouée au régime politique qu'il a mis en place pour « le bien public ». Créon fait placer Antigone et Ismène en réclusion avant de les condamner au sort fatal qui leur échoie.
L'outrage causé aux morts est grand mais une faute plus terrible encore est commise lorsque Créon refuse de croire aux mauvais présages divins adressés à Tirésias. Trop pragmatique et fier pour croire aux signes, Créon écopera du sort qu'il mérite. Encore une fois, comme dans Ajax, ce n'est que lorsque les instincts pécheurs commencent timidement à se remettre en question que la punition s'abat sur eux. La malédiction se perpétue…

Antigone est une pièce subtile qui présente des personnages nuancés, aussi divers et changeants que la multitude des relations existant entre un mort et un vivant. Aux deux extrémités du spectre, on trouve Antigone et Créon. Entre eux se succèdent Ismène, qui obéit aux lois de la cité sans renier pour autant son rapport aux morts et aux dieux ; le Coryphée, aussi versatile qu'il est dénué de jugement ; Hémon, qui respecte son père et qui exige que, par respect réciproque pour son fils, celui-ci tienne compte de son avis ; le Garde qui préfère l'obéissance divine à l'obéissance terrestre mais qui préfère avant tout sa vie à n'importe quelle autre valeur ; enfin Tirésias qui se fait l'intermédiaire censé entre Dieu et le pouvoir terrestre. Sophocle permet ainsi de lancer une réflexion mouvante sur le pouvoir politique, l'obéissance, la constance et la priorité des valeurs sur lesquelles se fondent un gouvernement et un individu. Réflexion qui ne cesse d'évoluer au cours de cette –pourtant- courte pièce car Sophocle, en passant d'un personnage à un autre, se fond avec leurs convictions et nous surprend en nous donnant l'impression de ne donner foi qu'à un seul d'entre eux, avant de faire preuve de tout autant de véhémence à défendre les convictions d'un autre. Si la morale d'Antigone n'a rien de surprenant dans sa sagesse, la façon dont Sophocle nous y fait parvenir est tumultueuse et ne cesse de capter l'entière attention de son lecteur. Agile mélange entre réflexion et sentiment, cette question de la définition politique aurait-elle pu être mieux résumée que par le désespoir de Crédon ? « Hélas ! hélas ! ô dure épreuve d'être un homme ! » C'est peut-être cette dernière dimension de l'émotion, qui manque aux réflexions politiques plus récentes, qui fait la richesse d'Antigone.

Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Bernacho
07 juin 2016
Peut-être aurait-il fallu débuter une découverte du théâtre par Eschyle, mais une autre lecture en cours m'a poussé dans les bras éplorés d'Antigone. Sophocle, c'est déjà un moderne, qui aurait inventé le deuxième acteur sur scène, et les dialogues du tac au tac comme celui-ci :
- Ne sais-tu pas que tu me blesses par tes paroles ?
- Ton oreille est-elle blessée, ou ton âme ?
- Pourquoi cherches-tu où est mon mal ?
- Celui qui a commis le crime blesse ton âme, et moi, je blesse ton oreille.
C'est plus nerveux que ce à quoi je m'attendais. Mais il y a aussi, comme je le craignais un peu, de longs monologues ampoulés, surtout de la part du choeur - probablement gâteux comme il le sous-entend lui-même -, qui est aussi enclin à rappeler des lois universelles à grands renfort d'exemples mythiques, qu'à changer d'avis comme une girouette.
J'ai aussi été surpris par la brièveté de l'oeuvre. C'est très court. Heureusement j'avais lu André Degaine avant, qui m'a éclairé sur bien des points. Les auteurs présentaient 4 pièces à la suite, dont un drame satyrique, pour montrer qu'on ne se prenait pas trop au sérieux, précision utile après toutes ces morts tragiques.
La pièce est bâtie autour d'une opposition entre Antigone, qui veut enterrer son frère (la loi "divine") et Créon le roi, qui a décrété qu'il fallait le laisser sans sépulture (la loi "de la Cité"). Ca se termine mal, comme tout ce qui concerne l'infortunée famille d'OEdipe, sur laquelle se sont acharnés d'innombrables générations de conteurs.
Je ne me risquerai pas à faire un commentaire sur la portée politique, ou féministe, ou autre, de l'oeuvre. le contenu est riche de réflexions, mais j'ai l'impression que ces vieilles histoires ont été exploitées souvent bien au-delà de leur portée initiale. J'ai du mal aussi à caractériser tant la loi divine : divine ou simplement morale ? les dieux n'intervenant pas directement, que la loi de la Cité - de la Cité ou d'un tyran ? Sophocle écrivant depuis la démocratie athénienne, où il était un homme de pouvoir, à propos d'un roi archaïque.
Selon mes critères, j'ai trouvé que Créon, qui soupçonne pour un oui ou pour un non, manque trop de qualités spirituelles. Et puis, finir une longue tirade sur les vertus de l'obéissance par " il ne faut en aucune façon céder à une femme afin qu'on ne dise pas que nous sommes au-dessous des femmes. ", c'est un argument un peu faible, non ?
Score Bernacho : 2/10 (tirade du choeur commençant par "Beaucoup de choses sont admirables, mais rien n’est plus admirable que l’homme.", etc.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
Jackiedream
05 mars 2017
Une pièce qu'on ne présente plus. Encore une fois, il me fallait la lire pour les cours. J'avais déjà lu plusieurs fois la version d'Anouilh, qui est à mon sens (et à celui de beaucoup d'autres) un chef-d'oeuvre absolu, mais jamais l'original, tristement !
Je n'avais pas de raison d'être déçue, et je ne l'ai pas été. Je suis fascinée par le mythe d'Antigone depuis bien longtemps, et il était temps de lire la pièce fondatrice et non l'une de ses réécritures. Tout est très intense. On assiste à une opposition entre la loi des dieux incarnée par Antigone et celle des humains, représentée par Créon. La jeune fille refuse de se plier aux lois de son oncle, et brave la sanction, sûre qu'elle est de respecter la volonté des dieux. Elle est forte, digne, insoumise, et c'est cela qui fait d'elle un personnage si intéressant.
Pas de surprise, j'ai beaucoup aimé mais je dois dire que la pièce d'Anouilh, même si elle est une réécriture, reste indétrônable pour moi. Mais bon, j'ai bien conscience qu'il est quelque peu stupide de comparer deux pièces que tant de siècles séparent, donc je vais me contenter de dire que l'Antigone de Sophocle devrait être lue par tous, c'est une pièce véritablement fondamentale et très riche.
Lien : http://lantredemesreves.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          238
Aela
16 février 2011
Un débat sur la nature du pouvoir politique qui reste toujours d'actualité.
Et pourtant, c'est une oeuvre très ancienne:
Sophocle (495- 406 avant JC) a vécu l'apogée du siècle de Périclès, la grande période du classicisme grec. Avec Sophocle la tragédie s'oriente vers le drame de l'individu aux prises avec des forces contraires.
Tel est le cas d'Antigone, héroïne qui a inspiré cette pièce:
Antigone, fille d'Oedipe, se dresse contre l'autorité de Créon, roi de Thèbes qui a refusé les honneurs funèbres à Polynice, frère d'Antigone. En effet Polynice et Etéocle, tous deux fils d'Oedipe, viennent de s'entretuer en se disputant le pouvoir.
C'est une tragédie qui campe un homme désarmé par la puissance d'une femme qui ose le braver et qui, lucidement, revendique la mort; ce faisant, elle fait oeuvre de résistance et impose d'autres valeurs qui rendent dérisoires les ordres de Créon.
La figure d'Antigone a inspiré d'autres créateurs comme Cocteau, Anouilh et Brecht.
Commenter  J’apprécie          160

Les critiques presse (1)
Sceneario07 février 2017
On se fait happer par cette tragédie intemporelle qui s’appuie sur une mise en image audacieuse.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations & extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson02 juin 2013
HEMON. – […] Père, ton bonheur m’est plus cher que tout : un père florissant fait l’orgueil de ses enfants comme de beaux enfants sont l’orgueil de leur père. Mais montre-toi moins absolu dans tes jugements ; ne te crois pas l’unique détenteur de la vérité. Ceux qui pensent avoir seuls reçu la sagesse en partage ou posséder une éloquence, un génie hors de pair, on découvre à l’épreuve l’inanité de leurs prétentions. Même pour un grand clerc, il n’y a pas de honte à s’instruire sans cesse et à réformer ses jugements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Nastasia-BNastasia-B14 janvier 2013
Me voilà donc ici, sans plaisir pour moi, sans plaisir pour vous, je le sais : nul n'éprouve de tendresse pour un porteur de mauvaises nouvelles.
Commenter  J’apprécie          460
ay_guadalquiviray_guadalquivir07 février 2011
"Regardez-moi, vous qui habitez la cité de la terre paternelle
C'est le dernier chemin
Que je parcours, et c'est le dernier soleil
Dont je vois la lumière :
Ce ne sera jamais plus. Oui, celui qui fait
Le lit de tous, Hadès, m'emmène vivante
Au rivage
De l'Achéron, et je n'ai pas eu ma part
Nuptiale, je n'ai pas eu devant la maison d'un fiancé
Quelqu'un pour me chanter
Le chant nuptial : non, je serai la fiancée de l'Achéron."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Virgule-MagazineVirgule-Magazine10 mars 2017
Nombreuses sont les merveilles du monde,
Mais la plus grande des merveilles reste l'homme.
À travers la mer blanchissante,
Il court, le vent du Sud en poupe,
Il va, sous les vagues gonflées,
Dont le bruit l'environne.
Et la divinité qui ne cède à personne,
La terre inépuisable et porteuse de grains,
Au soc de ses charrues chaque année ramenées,
Il l'a usée et retournée
Avec les fils de ses poulains.

Le peuple des oiseaux légers,
Il le capture et l'emprisonne ; 

Les bandes des bêtes sauvages, 

Les tribus marines des vagues, 

Dans les replis de ses filets tressés, 

Il a cent ruses pour les prendre. 

Il dompte aux lacets de ses pièges

La bête fauve des hauteurs et des espaces, 

Et sous le double joug il mène

Le cheval au col chevelu, 

Et le fier taureau des montagnes.

Et le langage et la pensée ailée, 

Et l'esprit poli des cités, 

Il a appris à les connaître. 

Il sait fuir sous son toit les coups de la gelée, 

Et ceux de la pluie importune. 

Il est l'Être aux mille ressources,
Et jamais l'avenir ne le prend au dépourvu. 

Il sait l'art d'échapper aux maux inguérissables. 

Seul le pays des morts peut arrêter sa course.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
colimassoncolimasson04 juin 2013
TIRESIAS. – […] Or je dis que la cité souffre de ton fait. Nos autels, tous les foyers où l’on sacrifie, sont pleins de lambeaux que les oiseaux et les chiens ont arrachés à la dépouille de l’infortuné fils d’Œdipe. Les dieux n’agréent plus les prières des sacrifiants ni la flambée des cuisses immolées, et les oiseaux ne font plus éclater des cris de bon augure, car ils ont dévoré le sang coagulé d’un cadavre. Réfléchis, mon fils. Tout le monde est sujet à se tromper, et l’on n’est point pour autant un insensé ni un malheureux, pourvu qu’on ne s’obstine pas dans sa faute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Sophocle (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Sophocle
Le comédien Luc-Antoine Diquéro interprète le rôle de Créon dans "Antigone" .Le comédien Luc-Antoine Diquéro interprète le rôle de Créon dans "Antigone", un texte original écrit par Stéphane Michaka d'après la tragédie de Sophocle. Une fiction enregistrée au musée Calvet d'Avignon, avec les musiciens de l'Orchestre National de France, à réécouter ici : http://bit.ly/2ulrN55
Dans la catégorie : PlatonismeVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie antique, médiévale, orientale>Platonisme (59)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Théâtre : retrouvez le bon auteur !

Cyrano de Bergerac

Jean Racine
Edmond Rostand
Jean Anouilh
Edmond Jaloux

10 questions
256 lecteurs ont répondu
Thèmes : théâtreCréer un quiz sur ce livre
. .