AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Victor-Henry Debidour (Traducteur)Francis Goyet (Éditeur scientifique)Albin Lesky (Préfacier, etc.)
EAN : 9782253067139
137 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/1994)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.75/5 (sur 1140 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture - Cruauté du sort qui amène Œdipe à commettre à son insu l'acte criminel prédit par l'oracle !
Averti par un oracle qu'il tuerait son père et épouserait sa mère, Œdipe fuit les lieux de son enfance, espérant ainsi préserver Polype et Mérope, ses parents présumés. Que ne lui a-t-on dit, hélas, qu'il était en réalité le fils de Laïos ! Cette cruauté du sort l'amène à commettre à son insu un acte criminel.
Ignorant du drame qui se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  12 avril 2013
Voici donc la tragédie " so folk " de Sophocle. Mais pourquoi est-elle si populaire ?
Pourquoi tellement elle et si peu Ajax, par exemple, dont la finalité profonde me semble si comparable ?
C'est vrai qu'elle est très bien écrite et que définitivement, Sophocle est LE grand tragédien grec, selon moi, devant tout autre. Mais ça ne suffit probablement pas pour expliquer un tel succès.
Le sujet alors ? Pourquoi pas, mais je le répète, Ajax n'est pas si différente de cette pièce à cet égard.
Alors je vais avancer ma théorie (au sens que j'ai indiqué une fois, c'était dans ma remarque sur Terre Des Hommes, il me semble), qui vaut ce qu'elle vaut, mais que je vais essayer d'étayer, tant bien que mal.
Et bien, selon moi, si Oedipe Roi est si populaire et fonctionne si bien encore de nos jours, c'est probablement parce que c'est l'une des seules tragédies grecques qui nous replace à peu près dans le même bain culturel que les spectateurs de l'Antiquité auxquels elles étaient toutes destinées.
Je m'explique. Il n'était pas un spectateur des pièces d'Eschyle, Sophocle ou Euripide qui ne connaissait sur le bout des doigts les subtilités de la mythologie ainsi que les archi-classiques (même pour l'époque) Iliade et Odyssée.
Donc, aucun point du scénario de ces pièces n'était une découverte pour les spectateurs, seuls comptaient la qualité de la langue dans laquelle était énoncée les tirades et la morale sous-jacente à chacune.
De nos jours, peu nombreux sont encore les fervents connaisseurs de ces moindres détails mythologiques. le scénario est donc une découverte et nécessite même souvent des explications pour le néophyte.
Qu'en est-il d'Oedipe ? Qui ne connaît pas le fameux " complexe " ? Et est-il faux d'affirmer que, peu ou prou, parmi les lecteurs, tout le monde sait plus ou moins qu'Oedipe a tué son père et épousé sa mère ?
Voilà donc un point très important : pour ainsi dire, chaque lecteur moderne de cette tragédie en connaît par avance le scénario, exactement comme nos aînés de l'Antiquité.
Voilà pourquoi l'empathie fonctionne si bien, voilà pourquoi l'on peut encore être bouleversé, car on voit, sous nos yeux, s'accomplir un destin que chacun de nous connaît, sait inéluctable, fatal, implacable et pathétique.
On se met à la place du pauvre diable, qui est un homme bien sous tous points de vue, honorable, héroïque, magnanime... et qui, pourtant, sous l'angle de la morale, pour qui connaît le fin mot, est le dernier des derniers.
Il n'a pourtant jamais voulu se rendre coupable de quoi que ce soit. Mais c'était plus fort que lui, c'était au-dessus de lui que cela se jouait, c'était de l'ordre de la destinée, du divin. Et un simple mortel n'est rien, dans l'esprit de l'époque, face au divin, face aux oracles et toutes les choses de ce genre.
La finalité civique de cette pièce est donc exactement la même que pour Ajax, édifier le public et lui montrer qu'il n'est point de salut sans allégeance aux dieux.
C'est pourtant le volet psychologique qui nous intéresse le plus aujourd'hui. C'est donc un curieux hasard qui fait qu'on s'intéresse, de nos jours, plus à cette pièce qu'à beaucoup de ces petites soeurs. Pour Sophocle, parricide et inceste étaient probablement parmi les pires maux qui soient et avaient pour vocation de faire vibrer la corde sensible du trémolo de notre âme, agitant pitié, empathie et commisération.
Pour nous c'est autre chose et papa Freud y joue un grand rôle, mais peu importe, grâce à notre connaissance préalable du mythe, nous entrons mieux dans la tragédie et elle fonctionne donc à ravir.
Le mot de la fin sera donc, me concernant, si vous n'en choisissez qu'une, parmi tout l'héritage classique, optez plutôt pour celle-ci qu'une autre, car il y a plus de chance qu'elle fonctionne avec vous que toute autre. Mais bien évidemment, ceci n'est que mon avis, c'est-à-dire, bien peu de chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          762
gonewiththegreen
  14 décembre 2020
Ça craint à Thèbes . La peste s'est abattue sur la ville et la ville s'en remet à son roi, Oedipe, qui l'a déjà libérée du Sphinx. le roi a envoyé son beauf , Créeon , demander conseils aux Dieux. Tant que les assassins de Laïos, l'an roi, ne seront pas retrouvés, point de salut...
Qu'est ce que c'est bien quand même . Digne d'un bon polar, avec des héros pour qui l'honneur prévaut sur la vie . Et quelle énigme. Pauvre Oedipe, ce n'est pas bien cool comme situation tout ça. Coucher avec sa mère, tuer son père, tout cela sans le savoir, on ne le souhaite pas à son pire ennemi...
J'ai trouvé le texte très moderne, très facile à lire , et vraiment contemporain dans les idées. A part pour l'honneur des dirigeants. Quand dans la Grèce antique on est prêt à mourir pour un écart de langage , nous on a des politiciens qui nous mentent "les yeux dans les yeux "(quel champion celui là mais la déontologie qui m'habite me fera taire son nom).
C'est une heure de lecture , du suspens quand on ne connait pas l'énigme (il vaut mieux quand même entamer la lecture avec deux trois notions chronologiques ) mais aussi un plaisir de lectures avec des tirades magnifiques .
Sophocle, so folk !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335
aaahhh
  30 novembre 2012
Génial ! Moi qui raffole de romans policiers et qui ne jure que par la psychanalyse, je ne sais pas comment j'ai pu vivre jusqu'à 31 ans sans lire "Oedipe roi" ! Bien entendu on en connait tous plus ou moins les tenants et les aboutissants et c'est pourquoi je n'avais jamais jugé utile de lire le texte avant, mais vraiment vraiment vraiment, même si d'Oedipe on nous a déjà rabâché les oreilles, la pièce de Sophocle vaut quand-même la lecture et je me sens personnellement grandie d'avoir côtoyé enfin personnellement ce roi au destin plus que funeste. En effet, je connaissais son histoire mais pas tellement l'homme en lui-même me suis-je rendue compte. A vrai dire j'ai eu la surprise de le découvrir naïf et archi-arrogant ce cher Oedipe, mais ces grises facettes de sa personnalités ne m'ont pas empêché de m'attacher à lui et surtout de vibrer au rythme de son histoire. le mythe d'Oedipe est d'une richesse rare et l'écriture étonnamment moderne de Sophocle le rend vivant et très entrainant, aussi je ne peux qu'en recommander chaudement la lecture! C'est une petite pièce et une heure ou deux vous suffiront amplement pour en venir à bout et il est à parier que comme moi vous en sortirez grandis ou tout du moins instruits, éveillés ou titillés, ce qui est déjà pas mal...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
colimasson
  20 juin 2013
Qui est donc cet Oedipe dont le nom a fini par devenir celui d'un complexe ? Cité à tout bout de champ, à tort ou à raison, on se persuaderait presque de le connaître sans en avoir lu la légende. Sophocle nous apprendra-t-il quelque chose de plus que nous ne savions pas encore ?

Le plus grand défaut d'Oedipe Roi est peut-être son succès. Tout le monde connaît la conclusion de l'histoire : Oedipe a tué son père, épousé sa mère, il se percera les yeux et sera banni de la cité. En revanche, on connaît moins l'histoire qui précède ces révélations. C'est sur ce point précisément que l'Oedipe Roi de Sophocle est intrigant.

La peste s'est abattue sur Thèbes. En cette époque où tous les maux ont une origine divine, un prêtre et des enfants viennent supplier le roi Oedipe de combattre le coupable de ce châtiment, comme il avait auparavant su vaincre Sphinx. Oedipe envoie son beau-frère Créon consulter l'Oracle de Delphes pour en apprendre davantage. le verdict tombe : les dieux sont courroucés par la mort de Laïos et ne seront pas en paix tant que son meurtrier ne sera pas découvert. A cette étape-là de l'intrigue, nous avons déjà tous deviné la nature du coupable. Tirésias le devin intervient alors pour suggérer à Oedipe, à demi-mot, qu'il serait peut-être bien responsable de la colère des dieux… Malheur au devin ! Oedipe s'insurge, pense à une machination de Créon pour s'emparer du trône, et refuse de croire aux prédictions. Jocaste, la femme d'Oedipe, en rajoute et lui conseille de ne pas accorder trop de crédit à ces oiseaux de mauvais augure. Pour le rassurer, elle prend en exemple un oracle reçu jadis par son ancien époux Laïos : il devait mourir assassiné par un enfant né de leur union, mais il fut finalement tué par des étrangers au cours d'un déplacement, et le seul enfant né de Laïos et Jocaste avait été abandonné sur le mont Cithéron dès sa naissance. Rassuré, mon petit Oedipe ? Plus tellement…

Oedipe se souvient que jadis, l'Oracle de Delphes lui avait révélé qu'il n'était pas le vrai fils de Polybe et de Mérope, et qu'il serait un jour coupable de parricide et d'inceste. Ne réfléchissant pas à la contradiction, Oedipe avait alors décidé de fuir ses parents pour ne pas accomplir les deux dernières prédictions. Chemin faisant, il avait subi une altercation avec une troupe d'hommes de laquelle il était sorti victorieux, massacrant toute âme qui vive. La vérité continue de cheminer avec les témoignages d'un messager puis d'un berger. Ce dernier finira par avouer qu'il a récupéré l'enfant abandonné par Jocaste et Laïos, et que cet enfant n'est autre qu'Oedipe. Grand fracas ! A présent, nous connaissons tous la suite de l'histoire : Oedipe n'est pas le fils de Polybe et de Mérope. Il est l'enfant de Laïos, qu'il a assassiné au cours de sa fuite, et l'enfant de Jocaste, qu'il a épousée et dont il a eu deux filles. Là où Oedipe et Jocaste, en bons précurseurs de Freud, auraient simplement pu tomber dans la névrose, ils préfèrent avoir recours aux expédients les plus extrêmes : Jocaste se pend et Oedipe se perce les yeux avec les épingles des vêtements de Jocaste.

Pour mieux apprécier cette histoire, il faut encore une fois se projeter loin dans le temps et imaginer être un spectateur qui découvre pour la première fois Oedipe Roi. On imagine que l'intérêt pris pour la progression de l'intrigue doit être beaucoup plus grand que le nôtre, puisque nous connaissons déjà sa résolution. Est-ce un plaisir pour Sophocle de mettre en scène des rois qui doivent à chaque fois apprendre l'humilité et la soumission à des forces qui leur sont supérieures ? Il se permet ainsi de nous glisser une petite leçon de morale qui fait toutefois pâle figure face aux détournements sordides empruntés par son esprit créateur.

Prise en elle-même, cette pièce n'est intrigante que pour ceux qui ne connaissent pas le mythe d'Oedipe. Elle est distrayante car sans cesse rythmée par les sentiments et les impulsions démesurés de ses personnages, mais ralentie par des complications dramatiques qui semblent parfois gratuites. Si Oedipe Roi n'était inventé qu'aujourd'hui, nous n'en dirions sans doute pas grand-chose, mais si cette pièce n'avait pas été créée plus tôt, notre héritage culturel serait radicalement différent. Peut-être parce que je louche un peu trop, il me semble reconnaître dans cette pièce tous les fondements qui ont permis à de nombreux auteurs postérieurs de fonder ou de contester leurs hypothèses concernant le destin, et c'est pourquoi Oedipe Roi est finalement le plus fascinant.
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          235
majero
  22 novembre 2020
Alors que Thèbes souffre les pires calamités, Créon, beau-frère d'Oedipe révèle l'oracle salvateur: punir l'assassin de Laïos, ancien gouverneur de Thèbes.
Tragique enquête d'Oedipe voyant se refermer sur lui les pires soupçons, acculé à s'aveugler et quitter la ville .
Et ce qui me frappe, c'est qu'il ose, malheureusement désespérément, défier la prophétie divine annonçant qu'il tuerait son père et tomberait dans le lit de sa mère.
Commenter  J’apprécie          292


critiques presse (1)
LeMonde   28 août 2018
C’est donc lui, l’homme en marche vers la connaissance, l’homme sur terre allant de l’obscurité à la lumière, l’homme qui du monstre fait naître l’humain : l’Homme. Il porte en lui tous les âges de la vie et nous rappelle notre condition, sous le soleil de la tragédie que Sophocle éclaire à son zénith, et prolonge, avec Œdipe à ­Colonne.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   15 avril 2013
Ne va pas, sur un simple soupçon, m'incriminer sans m'avoir entendu. Il n'est pas équitable de prendre à la légère les méchants pour les bons, les bons pour les méchants. Rejeter un ami loyal, c'est en fait se priver d'une part de sa propre vie, autant dire de ce qu'on chérit plus que tout. Mais cela, il faut du temps pour l'apprendre de façon sûre. Le temps seul est capable de montrer l'honnête homme, tandis qu'il suffit d'un jour pour dévoiler un félon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Nastasia-BNastasia-B   12 avril 2013
Subitement, il poussa un cri terrible et, comme mené par un guide, le voilà qui se précipite sur les deux vantaux de la porte, fait fléchir le verrou qui saute de la gâche, se rue enfin au milieu de la pièce... La femme est pendue ! Elle est là, devant nous, étranglée par le nœud qui se balance au toit... Le malheureux à ce spectacle pousse un gémissement affreux. Il détache la corde qui pend, et le pauvre corps tombe à terre... C'est un spectacle alors atroce à voir. Arrachant les agrafes d'or qui servaient à draper ses vêtements sur elle, il les lève en l'air et il se met à en frapper ses deux yeux dans leurs orbites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
MusardiseMusardise   01 mai 2020
Œdipe. Eh bien, ce mystère, je remonterai à sa source, moi, et je l'éclaircirai. Phœbos a pleinement raison, et toi aussi tu as raison, Créon, de prendre en main la cause du mort. Et mon intervention n'est pas moins légitime, lorsque ce pays et le dieu réclament réparation. Ce n'est pas dans l'intérêt d'amis éloignés, c'est dans mon propre intérêt que j'abolirai cette souillure : quel qu'il soit, l’assassin de Laïos m'a déjà condamné ; prêter assistance au défunt, c'est donc me défendre moi-même. Allons, vite, mes enfants, debout ; et emportez ces rameaux suppliants. Que l'un de vous assemble le peuple de Cadmos : je prends en main l'affaire. Avec l'aide du dieu, vous me verrez réussir ; sinon, je ne m'en relèverais pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
WolandWoland   26 février 2016

LE DOMESTIQUE

Pour être bref et t'instruire vite,
la divine et chère Jocaste est morte.

LE CORYPHEE

La malheureuse ! Qui en est cause ?

LE DOMESTIQUE

Elle-même. Et le plus affligeant t'échappe
car tu n'as pas vu. Mais tu sauras
autant que le permet ma mémoire,
ce qu'a souffert la malheureuse.
Dès le vestibule passé, prise de fureur,
elle courait vers le lit nuptial,
elle s'arrachait à deux mains les cheveux.
Elle entre, elle claque les portes derrière elle.
Et elle appelle Laïos, mort depuis longtemps,
elle évoque les enfants qu'elle en eut jadis
et par qui il mourut, la laissant leur enfanter
une abominable descendance. Elle gémit
sur la couche où, misérable, elle enfanta
son époux de son époux, ses enfants de son enfant.
Je ne sais comment elle a péri - nous n'avons pu
voir ce malheur car Oedipe s'est précipité
en hurlant et nous l'avons regarder tourner.
Il allait et venait, il nous demandait
une épée, et sa femme qui n'était pas sa femme
mais, glèbe doublement fertile,
sa mère et celle de ses enfants. Dans cette rage
un dieu sans doute l'a renseigné mais en tout cas
aucun de nous qui étions là. Avec un cri
terrible et comme guidé par quelqu'un, il se rue
sur les deux battants de la porte, il fait sauter
les pentures des gonds, il se jette dans la pièce.
Nous y aperçûmes la femme pendue
au lien qui l'étranglait. Le malheureux, à cette vue,
pousse un rugissement terrible et rompt le lien.
Le pauvre corps tombe sur le sol
et nous vîmes alors une horrible scène.
Il lui arrache les agrafes d'or dont elle attachait ses vêtements ; il les lève
et s'en frappe le creux de yeux en disant :
"Ils ne verront plus le mal que j'ai subi
ni celui que j'ai fait. Dans les ténèbres
ils ne verront plus ceux qu'ils ne devaient pas voir,
ne connaîtront plus ceux que je voulais connaître."
Il répétait ce cri et ne cessait de frapper
sous ses paupières. Le sang de ses prunelles
ruisselait de ses joues, non pas
un suintement de sang mais une sombre averse,
une grêle de sang qui ruisselait.
Ce n'était pas le malheur d'un seul, mais d'eux deux,
le malheur conjoint de l'homme et de la femme.
L'ancien bonheur était vraiment jusque là
un bonheur, mais n'est plus aujourd'hui
que gémissement, malédiction, mort et honte,
tout ce qu'on peut nommer de pire sans exception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nastasia-BNastasia-B   18 avril 2013
Personne dans sa ville ne pouvait contempler son destin sans envie. Aujourd'hui, dans quel flot d'effrayante misère est-il précipité ! C'est donc ce dernier jour qu'il faut, pour un mortel, toujours considérer. Gardons-nous d'appeler jamais un homme heureux, avant qu'il ait franchi le terme de sa vie sans avoir subi un chagrin.
Commenter  J’apprécie          220

Videos de Sophocle (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Sophocle
Sophocle (-495/-406), l'avant-garde tragique (Toute une vie / France Culture). Diffusion sur France Culture le 10 avril 2021. Un documentaire d’Alexandre Breton et Yvon Croizier. Archives INA, Christelle Rousseau. Photographie : Sophocle, copie romaine d'un original grec. Musée Ny Carlsberg Glyptothek, Copenhague. • Crédits : Wikimedia Commons - Wolfgang Sauber. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France. Alors qu’il approche l’âge exceptionnel de 90 ans et compose l’une de ses toute dernières œuvres, Sophocle fait revivre le lieu de son enfance : Colone. Le vieil Œdipe aveugle et réprouvé, escorté par sa fille Antigone, vient y chercher asile, s’attirer la grâce des dieux et y mourir en paix. "Œdipe à Colone", mise en scène à titre posthume en -401, c’est alors Sophocle lui-même retournant dans son pays natal pour lui rendre hommage, au crépuscule de sa vie, après les vicissitudes innombrables d’une vie mouvementée, emportée dans les remous de l’Histoire qui frappa la brillante cité d’Athènes dont il fut l’une des figures éminentes. Sophocle, à la différence de ses rivaux Eschyle et Euripide, ne fut pas seulement cet homme de théâtre de modeste origine dont la carrière triomphale commença en -468, et dont l’œuvre connut le plus grand nombre de victoires aux concours annuels des Dionysies. Si sa vie, assez mal documentée, fut ponctuée par la rédaction d’au moins 123 pièces dont 7 seulement nous sont parvenues, on sait moins que Sophocle fut aussi un citoyen engagé dans la vie politique et intellectuelle de son époque, mais aussi dans les moments les plus symboliques de l’histoire d’Athènes, de son apogée à sa disgrâce, en l’espace d’à peine un siècle – le siècle de ce qu’on appela le miracle grec, celui du grand Périclès. En effet, il avait déjà atteint la cinquantaine lorsqu’il exerça sa première charge publique : "hélletomane", c’est-à-dire trésorier des Grecs, charge délicate créée lors de la formation de l’empire athénien à l’issue de la victoire massive de Salamine, en -480. Qu’est-ce qui le propulse à cette fonction si ingrate ? Cinq ans plus tard, en -441, alors qu’il a déjà composé "Ajax" et "Antigone", Périclès le désigne comme son premier stratège lors de l’expédition d’Athènes contre la puissante île de Samos révoltée. Pourquoi lui ? On raconte que ce sont ses connaissances des stratégies de l’amour qui dictèrent ce choix... De même, en -431, année de la mise en scène d’"Œdipe roi", la terrible Guerre du Péloponnèse est engagée, Sophocle en établit la stratégie. Quelques années plus tard, c’est au milieu des ravages causés par la terrible peste qui frappe Athènes – épidémie évoquée dans "Œdipe roi" – qu’il compose son "Électre". Par ailleurs, en -411, pourquoi ce fervent défenseur de la démocratie participe-t-il à l’établissement du régime oligarchique, dit des "Quatre-Cent" ? Et pourquoi soutient-il le retour du fougueux Alcibiade, ennemi juré de son mentor Périclès ? Parallèlement, on sait qu’il était au fait des controverses qui agitaient le monde intellectuel, qu’il battit le fer avec les Sophistes, s’engagea opiniâtrement dans les débats sur le droit, la justice, la famille, la religion. Ne fut-il pas, d’ailleurs, à l’origine aussi de l’instauration d’un nouveau culte dédié à Asclépios ? Aussi, en tant que dramaturge triomphant, quelle est sa particularité à l’égard de ce genre récent qu’est la tragédie ? Qu’est-ce qui le distingue de ses contemporains connus, en quoi compte-t-il ?
Intervenants :
Cléo Carastro, anthropologue Florence Dupont, helléniste Pierre Judet de la Combe, philologue André Wilms, acteur et metteur en scène
Merci à Vincent Azoulay, Sandrine Clauzure, Julien Gaillard, Jacques Jouanna et William Marx.
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtreVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
766 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre

.. ..