AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782846281386
212 pages
Blanche (06/04/2006)
2.95/5   21 notes
Résumé :
Bon c'est décidé, je vais faire un effort.
De toute façon j'étais au bout de ma critique des communautarismes, la colère qui se répète, ça tourne au fond de commerce, je n'allais pas devenir le Jean-Pierre Coffe du politiquement incorrect, le monsieur "c'est d'la merde" du pamphlet.
Dieu m'est témoin que déjà dans mon précédent, Misères..., j'avais fait un bon bout du chemin : donné dans le pathos, la fiction, la sodomie même, histoire de ne pas me met... >Voir plus
Que lire après Chute ! : Eloge de la disgrâceVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Dans ce livre où Robert Gros est le personnage principal, on s'aperçoit très vite des points communs qui existent entre le personnage fictif et l'auteur (enfance, métier pigiste, allusion sur la drague).

Nous pouvons également cataloguer ce livre dans le genre "essai", Chute n'étant pas un vrai roman à proprement parler, Alain Soral met en évidence ses idées (critique du communautarisme, et du féminisme) tout au long du livre. On peut apercevoir quelques idées soralienne notamment à travers le personnage "Viscard" (Robert Gros n'étant qu'un personnage évoluant dans un monde qui lui est hostile). le ton narratif est déprimant voir apocalyptique. La nostalgie des années 60 ronge l'auteur. Et le futur ne peut plus s'entrevoir dans ce monde où le mensonge règne en maitre. La fatalité accompagne chacun des personnages (femme de Robert Gros, Viscard, Robert Gros lui-même etc.).

L'écriture limpide de Soral rend la lecture du livre facile à lire, cependant je trouve que le livre s'inscrit dans un registre qui ne permet pas le développement personnel des personnages et du cadre dans lequel ils vivent. Soral ne voit qu'à travers leurs idées politiques/militantes, il oublie (à mon goût) un peu l'Être et le caractère que constitue chacun de ses personnages.
Commenter  J’apprécie          00
Le dixième livre d'Alain Soral est plus un essai, un recueil de pensées diverses qu'un roman... Certes l'auteur nous dépeins la chute sociale du personnage principal, Robert, et de certains de ses contemporains, mais il me semble que par ce biais, ce sont ses propres pensées qu'il exprime, qu'il explique, qu'il justifie ou qu'il cherche. le lecteur n'est pas dupe, mais il suit avec surprise la déchéance du protagoniste, de ceux qui l'entourent, et du milieu dans lequel il évolue, à savoir le journalisme.

Commenter  J’apprécie          10
Livre qui reprend les thèmes habituels de Soral (femmes, communautarisme, soumission à l'Empire, dégenerescence de la société, histoire personnelle, etc.) et rassemble tout ça dans une histoire déprimante mais bien écrite. Pas vraiment de nouveauté cela dit si on connaît bien le Soral, et le style trop concis ne convient pas vraiment à un roman.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Venir sur un terrain nouveau, art, politique, sport... produit toujours de la naïveté, de la fraicheur... Il en va de même avec les êtres, où l'inconnu sympathique incarne toujours pour un temps - le temps de l'approfondissement- une sorte de perfection. Preuve de notre besoin d'idéal, de notre indécrottable espoir... de côtoyer ce monde clair et pur, où le blanc serait bien séparé du noir, le beau du moche, et les bons des méchants.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Alain Soral (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Soral
Oublier les chiffres (15 000 spectateurs à Bercy) et les premières fois (il a été le premier humoriste produit par Netflix en France) pour se concentrer sur le texte, sur les mots. Car Fary ?qui donnera Hexagone, son dernier spectacle, sur les scènes des Bouffes du Nord et du Théâtre Antoine en cette rentrée avant de partir en tournée (voir les dates sur son site) et d?ouvrir son Comedy Club à Paris ?, a cette capacité rare de faire rire avec les thèmes les plus plombés de la société française actuelle : religion, identité, intégration, #MeToo. Mieux encore, il le fait avec une élégance à nul autre pareil. Une manière inclusive de s?adresser aux autres. Fary ne rit pas contre (à l?exception de ses bêtes noires Eric Zemmour ou Alain Soral) mais avec. Je l?ai découvert, très tardivement, au printemps dernier au Théâtre Libre (ex-Comedia), à Paris, avec deux préado dont un, francophone, vivant à l?étranger. Trois profils différents, donc. Et pourtant, chacun de nous s?est retrouvé dans son Hexagone, riant aux éclats, savourant ce spectacle. Une ?uvre en soi.
+ Lire la suite
autres livres classés : pamphletsVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (43) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3593 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}