AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782846280815
192 pages
Éditeur : Blanche (29/04/2004)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 30 notes)
Résumé :

Misères du désir, c'est un beau titre. Quand on pense à tout les emmerdes que vous attire l'entreprise de conquête sexuelle : humiliation du "non", frais de table, maladies vénériennes, mariage, divorce et pension, prison pour pédophilie, voire pire... on se dit, comme Bertrand Cantat, que s'abstenir eût été préférable. Qu'on se contente seulement d'écrire sur le plaisir, comme certain pucea... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
GaelM
  19 avril 2014
Pamphlet contre la séduction et le calcul dans l'amour, dans un style toujours aussi viril. Se lit d'une traite, et même s'il ne donne pas vraiment de solution, il fait bien passer l'envie du paraître, de l'inauthentique et de la séduction par narcissisme.
Commenter  J’apprécie          20
hanamita
  18 novembre 2013
Une écriture cinglante, un style cru mais une analyse toujours aussi juste de l'auteur. Toutefois,âmes sensibles s'abstenir...les récits de certains ébats/déboires sont archi détaillés et pas toujours très glamours!
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AdrasteAdraste   24 octobre 2015
La révolution en baisant !
Imaginez l’impact sur ces éternels branleurs que sont les étudiants en sciences molles : lettres, psycho, socio… ; le formidable alibi. Le droit, mieux, le devoir moral de renoncer à l’engagement politique au côté des travailleurs exploités, pour retourner faire ce que les ados nantis ont toujours fait pendant que leurs parents s’échinent à faire bosser les pauvres : baiser. Baiser plus seulement pour passer le temps et se faire plaisir, non ! La révolution la queue à la main allongé sur le plumard à papa, Cohn-Bendit, sacré bandard, sacré veinard, vit là-dessus depuis quarante ans ! Quelle rigolade, quelle somptueuse arnaque !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
AdrasteAdraste   24 octobre 2015
À ceux qui verraient dans l’apologie de l’abstinence un choix existentiel, un sujet de conversation, je rappellerai la Nature, le corps impérieux. Comme disait Kant : « Les filles tombent amoureuses parce qu’il faut qu’elles aient des enfants », et sans vouloir rivaliser avec le philosophe, la vie m’a appris que – Madonna ou caissière – si à vingt ans les filles font les malignes, à trente elles finissent toujours par pondre des gosses. C’est même à nous de payer pour ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
AdrasteAdraste   24 octobre 2015
Si le pouvoir des marchands nous présente le laisser-aller à ses pulsions désirantes, jouisseuses, individualistes, irresponsables comme un acte de liberté transgressive, c’est donc bien que la liberté et la subversion sont à chercher de l’autre côté de cette entreprise de démolition de la conscience de soi et du respect de l’autre (ou de la conscience de l’autre et du respect de soi, c’est selon).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
AdrasteAdraste   30 août 2016
Ça va mieux ? Vous redescendez sur terre ?
Le gros désavantage de la violence masculine – un de plus -, c'est qu'elle est simple et qu'elle se voit. La violence féminine est beaucoup plus retorse, toute en verbe, déléguée, triangulaire… […] Face à cette arme psychologique, la violence physique du mâle est surtout son aveu d'impuissance. Devant tant d'habilité, de rouerie, il arrive que ces âmes anguleuses et simples, tout en émotivité, soient comme les résistants du Hamas confrontés aux manipulations sionistes ; elles explosent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          43
AdrasteAdraste   23 octobre 2015
Quelques mots sur ces fameux nouveaux réactionnaires : dès qu’il y a "nouveau" dans le titre : beaujolais, philosophe… et que les médias en parlent un peu trop, on peut être sûr que c’est de la merde.
Commenter  J’apprécie          92

Lire un extrait
Videos de Alain Soral (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Soral
Oublier les chiffres (15 000 spectateurs à Bercy) et les premières fois (il a été le premier humoriste produit par Netflix en France) pour se concentrer sur le texte, sur les mots. Car Fary ?qui donnera Hexagone, son dernier spectacle, sur les scènes des Bouffes du Nord et du Théâtre Antoine en cette rentrée avant de partir en tournée (voir les dates sur son site) et d?ouvrir son Comedy Club à Paris ?, a cette capacité rare de faire rire avec les thèmes les plus plombés de la société française actuelle : religion, identité, intégration, #MeToo. Mieux encore, il le fait avec une élégance à nul autre pareil. Une manière inclusive de s?adresser aux autres. Fary ne rit pas contre (à l?exception de ses bêtes noires Eric Zemmour ou Alain Soral) mais avec. Je l?ai découvert, très tardivement, au printemps dernier au Théâtre Libre (ex-Comedia), à Paris, avec deux préado dont un, francophone, vivant à l?étranger. Trois profils différents, donc. Et pourtant, chacun de nous s?est retrouvé dans son Hexagone, riant aux éclats, savourant ce spectacle. Une ?uvre en soi.
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
49 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre