AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Fausta Garavini (Préfacier, etc.)Anne Schoysman (Éditeur scientifique)Anna Lia Franchetti (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070387593
Éditeur : Gallimard (22/02/1996)

Note moyenne : 3.02/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Francion, premier roman picaresque en France, offre un tableau coloré de la société française, pendant les premières années du règne de Louis XIII. On y trouve mendiants et courtisans, écrivains, juristes et collégiens. Le héros, qui annonce Gil Blas et Figaro, ressemble à son créateur : c'est ainsi qu'il se moque de la noblesse. Dans la seconde partie du livre, Sorel décrit aussi l'existence qu'il aurait aimé avoir, avec la faveur du Roi et les faveurs des femmes, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Philon
  26 mai 2015
L'un des plus magnifiques romans qu'il m'ai été donné de lire. Je laisserai de côté l'intrigue en elle même, car elle peut être promptement vidée : Francion, petit noble, continuellement en quête de jouissance, et plus particulièrement d'amour, et qui connaît toutes les aventures liées à une telle recherche. Trame banale ( quoique singulière lorsqu'elle fut publiée ). Ce qui en fait un livre immense, pour moi j'entends, c'est l'utilisation et la maîtrise parfaite qu'a l'auteur ( Charles Sorel ) de l'esthétique baroque. Deleuze, dans son essais sur Leibniz et le Baroque, définit celui-ci comme étant un pli. C'est exactement ce qu'est ce roman. Dans son livre premier par exemple, avec le noble mystifié par Francion qui cherche à rejoindre la femme de ce malheureux, tandis que simultanément, une bande de brigand assaille la demeure de ce noble pour en dérober un trésor. Pli sur pli. Baroque, il l'est aussi dans l'exubérance, avec des digressions à n'en plus finir. C'est ce qui fait qu'il peut déplaire à une sensualité non faite pour savourer ce style bien particulier ( le baroque ), mais au contraire réjouir ses amateurs. Un livre qui n'est donc pas fait pour tous. Mais n'est ce pas le lot de tous les bons livres, qu'ils soient dans un cas non compris, dans un autre non goûtés ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LydiaB
  04 décembre 2010
Je dois avouer que je n'ai pas du tout accroché à l'histoire. J'ai dû m'y reprendre à deux fois pour finir ce livre qui, au final, m'a plus ennuyée qu'autre chose. le roman picaresque est habituellement quelque chose qui me divertit. Il se doit d'être structuré, d'avoir une trame. Avec Sorel, j'ai eu une impression de fouillis, tout me semble partir dans tous les sens. En dépit du titre, je n'ai rien trouvé de comique. Il revendiquait de se donner un style rabelaisien. Non, franchement non, c'est du Rabelais au rabais. Rien n'est vraiment comique et les scènes grivoises - très nombreuses (trop ?) - desservent, je pense, l'histoire. Si, au moins, elles étaient ponctuées d'humour ! le but de l'auteur, à travers son personnage et ses tribulations fantaisistes, était de faire passer une certaine philosophie. Malheureusement, on ne retient que les fanfaronnades.
Lien : http://livresetmanuscrits.e-..
Commenter  J’apprécie          63
MagdaB
  01 juillet 2014
Pas terrible, cet ancêtre du "Capitaine Fracasse", foisonnant, baroque et ... mal fichu. Seul intérêt : montrer qu' XVIIème siècle, il n'y avait pas que les "classiques"
Commenter  J’apprécie          50
ClioIno
  15 février 2015
Quel long récit ! Je me suis beaucoup ennuyée à la lecture de ce roman, déjà difficile du fait de la langue utilisée (français du XVIIe siècle) et de la narration plutôt complexe, voire beaucoup trop fouillis à mon goût. Ce roman qui cherche pourtant à faire rire n'a pas réussi à me captiver. On perd très vite le fil de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   04 décembre 2010
Vous riez, messieurs, de m'entendre parler de la sorte. Eh quoi ! ne sçauriez vous croire que j’aie été belle ? ne se peut- il pas faire qu’en un lieu de la terre raboteux, plein d’ornières et couvert de boue, il y ait eu autrefois un beau jardin, enrichi de toutes sortes de plantes et émaillé de diverses fleurs ? Ne peut-il pas être aussi que ce visage ridé, couvert d'une peau sèche et d’une couleur morte, ait eu en ma jeunesse un teint délicat et une peinture vive ? lgnorez-vous la puissance des ans, qui ne pardonne à rien ? Oui, oui, je puis dire qu’alors mes yeux étoient l’arsenal d’amour, et que c'étoit là qu'il mettoit l’artillerie dont il foudroie les cœurs. Si j’y eusse pensé alors, j’eusse fait faire mon portrait: il m'eût bien servi à cette heure, pour vous prouver cette vérité ; mais, las! en récompense - il me feroit plus jeter de larmes maintenant que mes amants n’en jetoient pour moi, car je regretterois bien la perte des attraits que j’ai eus. Néanmoins, ce qui me console, c’est que, tant que j’en ai été pourvue, je les ai assez bien employés, Dieu merci. ll n’y a plus personne en France qui vous en puisse parler que moi ; tous ceux de ce temps-là sont allés marquer mon logis en l’autre monde. Celle qui en sçavoit le plus y est allée presque des premières; c’est la dame Perrette, qui me vint accoster à la halle. Elle me donna autant de riches espérances qu’une fille de ma condition en pouvoit avoir, et me pria de venir chez elle tout aussitôt que j’aurois pris mon congé de ma maîtresse. Je ne faillis pas à le demander dès le jour même, sur l'occasion qui se présenta, après avoir été criée pour avoir acheté de la marée puante. Le paquet de mes hardes étant fait, j’allai trouver celle dont les promesses ne me laissoient attendre rien moins qu’un abrégé du paradis. Voyez comme j’étois simple en ce temps-là ; je lui dis: Ma bonne mère, comment est-ce que vous n’avez pas pris la bonne occasion que vous m’avez adressée ? Pourquoi est-ce que vous n’allez point servir ce monsieur, avec qui l'on fait si bonne chère, sans travailler que quand l’on en a envie ? C’est que je t’aime plus que moi- même, dit·elle en se prenant à rire. Ah ! vraiment tu n'en sçais guère : je vois bien que tu as bon besoin de venir à mon école. Ne t’ai-je pas appris qu’il t’aime, et ne vois-tu pas que pour moi je ne suis pas un morceau qui puisse chatouiller son appétit ? ll lui faut un jeune tendron comme toi, qui lui serve aussi bien au lit qu’à la table. Là-dessus, elle chassa de mon esprit la honte et la timidité, et tâcha de me représenter les délices de l’amour. Je prêtai l'oreille. En tout ce qu’elle me dit, je goûtai ses raisons et suivis ses conseils, me figurant qu'elle ne pouvoit faillir, puisque Page et l’expérience l’avoient rendue experte en toutes choses. M. de la Fontaine (ainsi s’appeloit ce galant homme à qui je plaisois) ne manqua pas de venir dès le jour même chez Perrette, d’où il ne bougeoit, tant il avoit hâte qu’elle eût accompli la charge qu’il lui avoit donnée de me débaucher. Quand il me vit, il témoigna une allégresse extrême; et, me trouvant toute résolue à faire ce qu’il voudroit, après avoir bien récompensé sa courratière, il me fit monter en une charrette, qui me porta jusqu’à un gentil logis qu’il avoit aux champs. Tout le temps que je fus là, s’il me traita pendant le jour comme sa servante, il me traita la nuit en récompense comme si j’eusse été sa femme. Alors je sçus ce que c'est que de coucher avec les hommes, et ne me fâchois que de ce que je n’avois pas plus tôt commencé à en goûter ; je m’y étois tellement accoutumée, que je ne m’en pouvois non plus passer que de manger et de boire. Le malheur pour moi fut que M. de la Fontaine devint malade. Il me fut force de souffrir la rigueur du jeûne, encore que je couchasse toujours auprès de lui, parce qu’il disoit qu'il m'aimoit tant, qu’il lui sembloit qu'en me touchant seulement un peu il trouvoit de l'allégement en son mal ; mais tout cela ne me rassasioit pas. Je fus contrainte de me laisser gagner par la poursuite du valet, qui étoit si ambitieux, qu’il désiroit être monté en pareil degré que son maître. Nous ne demeurâmes guère à forger ensemble les liens d’une amitié lubrique, et je reconnus par effet qu’il ne faut point faire état de la braverie et de la qualité, lorsque l’on veut jouir des plaisirs de l‘amour avec quelqu'un ; car celui-ci, avec ses habits de bure, me rendoit aussi satisfaite que son maître avec ses habits de satin. Enfin, M. de la Fontaine revint en convalescence, et paya tout au long les arrérages d’amour. Son serviteur occupoit aussi la place, lorsqu’il lui étoit possible, de façon que mon champ ne demeuroit point en friche, et que, s’il ne produisoit rien, ce n’étoit pas à faute de n’être bien cultivé. Je ne sçais quelle mine vous faîtes, Francion, mais il me semble que vous vous moquez de moi. Êtes-vous étonné de m’entendre parler si librement ? La sotte pudeur est-elle estimée d’un si brave chevalier comme vous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LydiaBLydiaB   29 novembre 2010
Voici le plus fort de cette besogne achevé, dit-il ; plaise à Dieu que je puisse aussi facilement m’acquitter de celle de mon mariage ; je n’ai plus qu’à faire deux ou trois conjurations à toutes les puissances du monde, et puis tout ce qu’on m’a ordonné sera accompli. Après cela, je verrai si je serai capable de goûter les douceurs dont la plupart des autres hommes jouissent. Ah ! Laurette, dit—il en se retournant vers le château, vraiment tu ne me reprocheras plus, les nuits, que je ne suis propre qu’à dormir et à ronfler. Mon corps ne sera plus dedans le lit auprès de toi comme une souche; désormais il sera si vigoureux, qu'il lassera le tien, et que tu seras contrainte de me dire, en me repoussant doucement, avec tes mains: Ah ! mon cœur, ah ! ma vie, c’est assez pour ce coup. Que je serai aise de t’entendre proférer de si douces paroles, au lieu des rudes que tu me tiens ordinairement ! En faisant ce discours, il entra dans un grand clos plein de toute sorte d’arbres, où il déploya le paquet qu’il avait apporté de son logis. Il y avait une longue soutane noire, qu’il vêtit par-dessus sa robe de chambre ; il y avait aussi un capuchon de campagne, qu’il mit sur sa tête, et il se couvrit tout le visage d’un masque de même étoffe, qui y était attaché. En cet équipage, aussi grotesque que s’il eût eu envie de jouer une farce, il recommença de se servir de son art magique, croyant que, par son moyen, il viendrait à bout de ses desseins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LutopieLutopie   03 janvier 2019
[...] Un désir me venant alors de m’en aller à la terre, je demandai le chemin à l’ermite, et lui aussitôt me fit prendre à deux mains la corde que tenoient les dieux, et je me laissai couler jusques au bas, où je me gardai bien d’entrer dans une grande ouverture où elle passoit ; car, pour éviter ce précipice, je ne sais de quelle façon l’air me soutint, dès que j’eus remué mes bras, comme si c’eussent été des ailes. Je prenois plaisir à voler en cette nouvelle façon, et ne m'arrêtai point jusques à tant que je fus las.



Je me trouvai près de deux petites fosses pleines d’eaux, ou deux jeunes hommes tout nus se plongeoient, en disant. par plusieurs fois qu’ils étoient dans les délices jusques à la gorge. Désirant de jouir d’un bonheur pareil au leur, je me déshabillai promptement, et, voyant une fosse dont l’eau me sembloit encore plus claire que celle des autres, je me voulus baigner aussi ; mais je n’y eus pas sitôt mis le pied, que je chus dans un précipice, car c’étoit une large pièce de verre qui se cassa, et m’écorcha encore toutes les jambes.



Je tombai pourtant en un lieu où je ne me froissai point du tout. La place étoit couverte de jeunes tetons collés ensemble deux à deux, qui étoient comme des ballons sur lesquels je me plus longtemps à me rouler. Enfin, m’étant couché lâchement sur le dos, une belle dame se vint agenouiller auprès de moi, et, me mettant un entonnoir en la bouche, et tenant un vase, me dit qu’elle me vouloit faire boire d’une liqueur délicieuse. J’ouvrois déjà le gosier plus large que celui de ce chantre qui avala une souris en buvant, lorsque, s’étant un peu relevée, elle pissa plus d’une pinte d’urine, mesure de Saint-Denis, qu’elle me fit engorger. Je me relevai promptement pour la punir, et ne lui eus pas sitôt baillé un soufflet que son corps tomba tout par pièces. D’un côté étoit la tête, d’un autre côté les bras, un peu plus loin étoient les cuisses : bref, tout étoit divisé; et ce qui me sembla plus merveilleux, c`est que la plupart de tous ces membres ne laissèrent pas peu après de faire leurs offices. Les jambes se promenaient par la caverne, les bras me venoient frapper, la bouche me faisoit des grimaces, et la langue me chantoit des injures. La peur que j’eus d’être accusé d’avoir fait mourir cette femme me contraignît de chercher une invention pour la faire ressusciter. Je pensai que, si toutes les parties de son corps étoient rejointes ensemble, elle reviendrait en son premier état, puisqu’elle n’avoit pas un membre qui ne fut prêt à faire toutes ses fonctions. Mes mains assemblèrent donc tout, excepté ses bras et sa tête, et, voyant son ventre en un embonpoint aimable, je commençai de prendre la hardiesse de m’y jouer, pour faire la paix avec elle ; mais sa langue s’écria que je n'avois pas pris ses tetons mêmes, et que ceux que j’avois mis à son corps étoient d’autres que j’avois ramassés emmi la caverne. Aussitôt je cherchai les siens, et, les ayant attachés au lieu où ils devoient être, la tête et les bras vinrent incontinent se mettre en leur place, voulant avoir part au plaisir, comme les autres membres. La bouche me baisa et les bras me serrèrent étroitement, jusqu’à ce qu'une douce langueur m’eût fait quitter cet exercice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
tgranductgranduc   08 octobre 2012
Cher Francion,
À qui pourrais-je dédier votre histoire qu'à vous-même ? Ce serait vous faire tort que de l'aller présenter à un autre ; car s'il est besoin d'en donner le jugement, qui est-ce qui se trouve plus capable de le faire que vous, qui savez toutes les règles qu'il faut observer pour bien écrire ?
Commenter  J’apprécie          30
TheAustenGirl33364TheAustenGirl33364   24 février 2016
Agathe, ancien prostituée devenue maquerelle, à propos d'un moine : "Ne sais-je pas bien qu'il faut que chacun fasse son métier ? Il exerce le sien en amusant le simple peuple par ses paroles et en le détournant d'aller aux débauches où se perd l'argent inutilement, et où se font les querelles et les batteries ; et moi j'exerce aussi le mien en éteignant la concupiscence des hommes par charité."(Livre II)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : roman de formationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien les contes de Perrault ?

Combien de contes Charles Perrault a-il écrit ?

6
9
11
15

17 questions
364 lecteurs ont répondu
Thèmes : conte , charles perrault , 17ème siècleCréer un quiz sur ce livre