AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709636654
Éditeur : J.-C. Lattès (01/09/2013)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 22 notes)
Résumé :
180 jours, c'est le temps qui sépare la naissance d'un porc de sa mort à l'abattoir. Ce sont aussi les six mois qui font basculer la vie d'un homme.

Quand Martin Enders accepte de se rendre dans un élevage industriel pour les besoins de son travail universitaire, il n'imagine pas que le cours de sa vie va s'en trouver bouleversé. Par les secrets que lui révèle Camélia, le porcher. Et par les quinze mille bêtes enfermées dans les différents bâtiments.<... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Lutvic
  03 avril 2018
Suite au conseil d'un ami babeliot, je copie-colle un article initialement publié ici : https://blog.l214.com/2014/02/25/l-inconvenient-d-etre-ne-pour-180-jours

« Un porc à ton avis, c'est quelqu'un ou quelque chose ? »
180 jours est la durée de vie d'un être sensible venu au monde par insémination artificielle, sevré, engraissé, sacrifié et découpé pour devenir « de la viande » : du jambon, du lardon, du boudin, des côtes grillées, de la saucisse, du museau au vinaigre, de la gélatine pour les bonbons. Se figurer – en regardant le jambon, le lardon, le boudin, les côtes grillées, la saucisse, le museau au vinaigre, les bonbons – le trajet en sens inverse, prendre conscience que tous ces « produits » ont été, d'abord et avant tout, les morceaux du corps d'un être ayant respiré, vécu et tissé des liens sociaux dont il a été arraché, cela tient, aujourd'hui, d'une difficulté entretenue par tous les moyens dans notre société.
De nos jours, les élevages et les abattoirs sont des lieux industrialisés, normés, hygiénisés, aseptisés. Les derniers sont situés généralement bien loin des yeux et des consciences des consommateurs. Ce sont des entreprises où la mise à mort des bêtes fait oublier, par sa cadence infernale, « la matière » qui s'y trouve, où les maladies professionnelles pullulent, les cauchemars « de la découpe » et les cris entendus sans arrêt hantant les vies des employés en dehors de ces murs ensanglantés. L'opacité sert le commerce : une telle incapacité à voir des évidences, soigneusement cultivée, fait que le consommateur peut continuer à acheter et à manger, sans se poser trop de questions, du jambon, du lardon, des côtes grillées, de la saucisse, du museau au vinaigre, des bonbons gélatineux.
Être et savoir
Martin Enders, le narrateur de 180 jours, à la quarantaine tiède et raisonnable, semble assez confortablement installé dans sa vie partagée entre être et savoir. Mais il a la (mal)chance de se poser des questions. Il le fait par vocation et avec de la méthode, en tant que professeur de philosophie dans une université parisienne. Quand il sera chargé de préparer un séminaire sur un sujet qui lui demeure peu connu – « l'animal » –, il partira donc visiter une porcherie industrielle afin d'y puiser les idées nécessaires. A partir de là, toute sa vie va changer. Profondément.
« Son » roman s'ouvre par un sursaut nocturne et finit dans un spasme cérébral : voici la trajectoire habituelle des « rescapés ». Entre ces deux moments, Martin Enders passe du temps à la Source, « exploitation » abritant 15 000 porcs et six employés, et connaît la métamorphose que toute descente en enfer procure. Son regard s'en saisit dès le premier instant : « Les sept bâtiments parallèles attendaient derrière la colline, de loin, ils rassemblaient aux centres commerciaux en bordure d'autoroute avec leurs magasins de pièces détachées ou de meubles en kit. Sauf que les pièces étaient vivantes » (p. 137). Ces bâtiments délimitent les étapes de l'existence d'un cochon vivant 180 jours, passant de la conception par l'engraissement, pour être enfin prêt pour « l'embarquement » auquel il avait été destiné avant qu'il ne soit né.
Le roman d'Isabelle Sorente, 180 jours (Éditions Jean-Claude Lattès, Paris, 2013), nous livre, à la première personne, le récit d'une plongée dans une révélation des plus déconvenables : Martin Enders comprend comment se produit, de nos jours, ce que l'on appelle « la viande ». (Est-ce un hasard ? En était-il « prédestiné » par les échos fragilisants de son adolescence brimée ? Avait-il connu, de par ses expériences, des mises en situation d'empathie ? La fille de son supérieur universitaire, Tico, qui refuse la viande et se montre douée à irriter les adultes bienséants, lui a-t-elle instillé un doute initial ?) le choc cognitif et émotionnel de Martin Enders est aussi simple et aussi torturant que cela. Il en sortira laminé.
L'enfer
La découverte dont Martin Enders est sujet brûle l'intellect, perturbe la sensibilité, dérègle le corps et trouble les sens. Sa vie sociale et intime sera, elle aussi, tourmentée jusqu'aux dernières conséquences. le savoir qu'il acquiert à la Source fissure, brise et finit par dévorer son être, au propre et au figuré.
L'intercesseur de sa descente en enfer est, pour le philosophe de la capitale, un jeune porcher à bout de souffle, aux poumons chargés des toxines et au sobriquet romantique à la Dumas fils : Camélia. Une amitié atypique se lie entre Enders et cet homme qui a l'insomnie tenace et les joues creuses, qui se montre rongé par des questions, tenaillé par des doutes et sait tenir un drôle de discours : « ...ces femelles qu'on insémine à peine elles ont mis bas, si tu voyais comme elles te regardent quand leurs petits partent pour le bâtiment Post-Sevrage. Certaines chialent, elles deviennent folles. Et sept jours plus tard, elles sont de nouveau en chaleur. le stress les inonde d'hormones qui donnent envie de remettre ça. La nature est une salope, ce qui arrange bien la production. Elles accouchent en même temps, elles stressent en même temps, elles sont chaudes en même temps et leurs petits partent par le même camion. Et ça recommence. Toute cette vie qui n'arrête pas, c'est comme une lumière toujours allumée qui supplierait qu'on la laisse s'éteindre. Comme si je forçais quelqu'un à ne jamais dormir » (p. 152).
Le désordre commence, comme dans toute histoire initiatique, par un interdit transgressé : Camélia donne un nom à un animal assigné à la « production » chiffrée. Il appelle Marina une femelle mettant bas sans cesse, « la truie numéro 1000788 » (p. 246). Or, reconnaître une identité à un être vivant dans cet univers concentrationnaire représente un scandale, la faille qui ouvre les consciences et permet à la tragédie des humains et des bêtes de s'y propager comme un vent de folie.
En proie à une consternation fascinée, Enders retourne plusieurs fois à la porcherie de la Source. Immergé dans le milieu « des paquets de chair rose qui gigotent » (p. 67), confronté aux limites de son être et de son savoir, guetté par l'angoisse et des épisodes d'hypervigilance, pour Enders, le porc devient son « autre » viscéralement proche, son double inavouable, son reflet meurtri, voire meurtrier (un épisode d'une grande force épique raconte l'infanticide de Marina, la truie « clairvoyante » à l'oeil bordé de noir, qui a l'air de supprimer consciemment ses porcelets destinés à l'abattoir). Enders se découvre un ressenti solidaire avec le porc, et le porc, à son tour, semble le regarder d'un oeil philosophe et médusant. On assiste à l'animalisation de l'humain et à l'humanisation de l'animal, à une fonte d'identités magistralement et minutieusement décrite.
Parmi tous les « symptômes » étranges de la porcherie, le plus intéressant – en ordre humain et romanesque – est sans doute le jet-lag, contretemps provoquant l'hypertrophie d'une sensibilité générique, tant humaine qu'animale :
« le décalage entre la porcherie et le monde extérieur ne se manifestait pas seulement par de la nervosité ou des troubles de sommeil, il modifiait le rapport entre les individus, décalait les uns par rapport aux autres. Ce qui m'avait réveillé était la sensation qu'à cet instant même, Camélia se réveillait. Soudain quelqu'un se retrouve à la place de quelqu'un d'autre, une truie apparaît dans le champ de vision, là où ne devrait apparaître personne. Comme si ceux qui souffraient de jet-lag gagnaient un degré de liberté supplémentaire, une mobilité qui leur permettait de s'échanger les uns contre les autres. Il semble que le centre de gravité soit décalé, le coeur bat plus fort, mais pas dans la poitrine : tout l'espace palpite. Sensation angoissante de frôler la trame de la réalité, comme un poisson qui glisse entre les mailles du filet, un fugitif qui échappe au réseau de caméras, un porc qui passe un pied dans le caillebotis. Des milliers d'yeux semblaient braqués sur moi, comme si les animaux pris dans le filet espéraient tous ensemble que l'un d'entre eux s'en sortirait.
J'étais nu et j'étais seul.
D'abord le sentiment d'être relié à des vies inconnues me réchauffa le coeur. Et aussitôt vint la certitude que j'allais faire du mal à quelqu'un que je ne connaissais pas encore. Que ce mal, à défaut d'être fait, était déjà tissé, comme mon corps à la vie entière » (pp. 175-176).
Son regard impitoyable sur la condition humaine reflétée dans la condition animale fait que tout retour en arrière, pour regagner l'ignorance et revenir à la vie ordinaire, s'avère impossible pour Martin Enders. Il finira par porter le fardeau de la lucidité et, dans sa chair, les stigmates de cette expérience : pour son gain d'humanité, il subit une perte corporelle (un sacrifice de plus), devenant boiteux suite à un accident dans l'élevage. (« Le boiteux » était aussi le nom du seul porcelet survivant de la portée que Marina avait tuée. Le jeu des miroirs et d'identifications multiples ne cesse de nous surprendre.) Il écrit son récit, on l'apprend à la fin, en attendant un enfant.
L'indicible vérité
Les nuances de la stupeur et du malaise, le décalage infiltré entre des consciences jadis apparentées, l'effondrement des certitudes et l'air invraisemblable dont le monde, vu d'une porcherie, s'imprègne sont brillamment restitués par Isabelle Sorente. Mais le plus remarquable, dans son roman, c'est qu'il advient également un hymne étrange et douloureux à la vie pas encore conçue, pas encore née, mais déjà morte : un paradoxe et une performance d'ordre non pas philosophique, mais littéraire – l'un des bénéfices secondaires d'un sujet fort traité par un écrivain plein de finesse.
Puisque la brutale prise de conscience de Martin Enders détermine une remise en cause intégrale, happant – comme dans tout roman qui porte bien son nom – la raison, le langage même et ses fonctions : ce qu'il vit et ce qu'il éprouve, le philosophe atterri dans la porcherie, tient par excellence de l'indicible lourd, de l'incommunicable, des vérités faites pour être vécues en solitaire. Ainsi, tout son récit se nourrit de la décomposition : processus propre à la viande au premier abord, dirait-on, mais que l'on découvre contaminant aussi le verbe et l'affect. Parler, c'est trahir. le contenu des mots simples change jusqu'à l'incompréhension parmi les siens. Comment survivre, quand on devient le vecteur d'une vérité indicible ? Comment garder la raison au milieu d'une poussière rappelant les particules de vie amenées au monde pour se faire tuer à la chaîne ? Comment se résigner à enfanter, quand procréer signifie perpétuer la souffrance du monde souffrant ? A l'aide de quelles ruses revenir dans la société des humains quand on s'y sent irrévocablement étranger ?
Dans une chronique automnale, le roman d'Isabelle Sorente a été vu comme « la claque de la rentrée ». Je confirme : j'ai lu ce livre époustouflant avec un vif intérêt, en me réjouissant que le sujet de la condition animale soit traité sous l'angle de la fiction avec une telle maîtrise, et l'expérience de son protagoniste a résonné, pour moi aussi, comme une bonne gifle. Mais je savais que c'est incontournable : ouvrir les yeux sur les élevages et les abattoirs ne peut être qu'une plongée dans une lucidité inévitablement inconfortable. Et ce n'est peut-être pas par hasard : « s'il entre dans la lucidité tant d'ambiguïté et de trouble, c'est qu'elle est le résultat du mauvais usage que nous avons fait de nos veilles » (Emil M. Cioran).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114
zabeth55
  03 septembre 2013
A la lecture de la quatrième de couverture, je ne me sentais pas motivée. La naissance et la mort d'un porc dans un élevage, voilà un sujet qui ne m'emballait guère.
Et puis me voilà embarquée dans cette porcherie, et, contre toute attente, ça se révèle passionnant.
Surtout avec ces deux hommes, Martin, professeur de philosophie et Camelia, chef d'élevage dans une porcherie industrielle à la sensibilité exacerbée, qui se sont reconnus dès la première rencontre alors que cette rencontre était improbable.
Leur véritable amitié est finement dépeinte.
Tant les sentiments que les situations ou les descriptions sont analysés par une plume précise et incisive.
Outre la prise de conscience de l'atrocité de ces élevages industriels, les conséquences sur le comportement humain y sont mises en exergue.
La lecture file, page après page sans que rien ne vienne distraire l'attention, et le temps passe très vite sans la moindre trace d'ennui. Signe d'une véritable écriture et d'un bon roman.
Un livre dans lequel on plonge en immersion totale, qui nous fait lâcher prise avec notre quotidien, qui pose des questions fondamentales et ne nous laisse pas indemne.
Les progrès de l'industrialisation font jouer l'homme à l'apprenti sorcier. Mais où et comment cela finira-t-il ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
lolomito
  25 mars 2015
Je crois que tout est dit dans la présentation éditeur.
Un roman qui m'a laissé sans voix.
Superbement bien écrit, terriblement instructif, « 180 jours » est un roman qui pose questions et qui donne à réfléchir.
Écrit sous forme de roman, c'est surtout une réflexion philosophique sur la considération que porte l'espèce humaine envers les animaux.
Jusqu'où l'homme est-il prêt à aller pour produire et fabriquer.
Fabriquer, car c'est bien de cela dont il s'agit. Dans les élevages industriels d'aujourd'hui, on fabrique de l'animal. Ici en l'occurrence, il s'agit de fabriquer du porc.
180 jours, c'est le temps qui conduit un porc depuis l'insémination artificielle jusqu'à l'abattoir, en passant par l'engraissement dans des conditions abominables.
En entrant dans les entrepôts de « l'élevage de la source », disons plutôt « usine de la source »,nous entrons dans un monde technicisé, où chaque étape de conception de l'animal est mécanisée.
Il paraît même que dans quelques années, on fabriquera directement la viande à partir de cellules souches ….!
L'histoire est ici contée à travers deux personnages principaux, Camélia le porcher et Martin, professeur philosophe chargé de mener une enquête pour une conférence universitaire.
Une amitié sans faille va lier les deux hommes.
Comment vivent-ils leurs rôles respectifs au sein de l'usine ?
Et les porcs ? Sont -ils des objets de production alimentaire ou bien sont-ils des êtres vivants ?
C'est là tout le questionnement de ce roman et c'est dans ce questionnement que le livre d'Isabelle Sorente prend toute sa profondeur.
De par des descriptions limpides, Elle arrive même à « humaniser » l'animal, nous décrivant le propre ressenti du cochon à travers le regard qu'il porte.
Un très très bon roman que je recommande de lire.
Attention, dés que vous ouvrez ce livre, vous plongez directement dans les couloirs des désastres de notre modernité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
EymericM
  12 décembre 2014
Le sujet du livre, l'envers du décor d'un élevage industriel de porc, aurait pu être abordé de façon unilatérale, en dénonçant les conditions de vie des animaux et des humains qui y travaillent. le tout aurait donné un très bon livre, puisque l'auteure semble être très documentée sur le sujet. Autant d'un point de vue technique - le fonctionnement de la chaîne de production est décrit de façon détaillée - que social - les conséquences du travail à la chaîne et de la façon dont la vie et la mort d'êtres sensibles est régie de façon productive sur les hommes sont très présentes.
Mais l'auteure est allée plus loin, et c'est ce qui nous permet de tenir sur 450 pages : elle immerge le héros du roman, un universitaire chargé d'enquêter sur un élevage industriel, dans le décor, lui faisant transgresser toutes les barrières, et observe ce que cela suscite en lui, toutes les conséquences que cette immersion ont sur sa vie. Découverte de sentiments forts, reflux de souvenirs, notamment au travers de sa relation avec Camélia, le porcher chargé de l'accompagner dans son "initiation", et avec qui il va nouer une amitié profonde. On sent le héros grandir à chaque page dans la douleur, non sans s'isoler du reste de son entourage.
On traverse également avec lui, au travers d'images récurrentes du quotidien des porcs de batterie, une crise de conscience : faut-il se laisser entraîner par la mécanique de la porcherie, ne plus poser un regard sensible sur les animaux, au risque de perdre une partie d'humanité, ou faut-il garder cet oeil sensible au risque de se faire broyer par la même mécanique?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Jaklek
  14 octobre 2013

Plaidoyer pour la cause animale, ce roman ? Pas seulement, à mon avis, mais aussi, mais plutôt, réflexion sur la position de l'Homme par rapport à l'animal, voire responsabilité de cet Homme en tant que gestionnaire des biens terrestres, et plus exactement adéquation (ou non) de sa consommation et de ces biens.
Des personnages singuliers et singulièrement intéressants habitent ce roman et sont au coeur de situations plus ou moins tragiques ou burlesques qui nous prennent « aux tripes » ( !) Certaines descriptions particulièrement « gores » sont là, je crois, pour nous faire réagir face à l'inacceptable, cet inacceptable qui mène quand même la société de consommation dans laquelle nous nous perdons.
Je dois avouer que j'ai cru, jusqu'à la page 155, abandonner la lecture de ce roman que je trouvais dur, jusqu'à la limite de l'écoeurement… et si j'avais cédé à ce premier sentiment, j'aurais manqué l'essentiel. Au milieu de cette fange « notre amitié venait de naître au–dessus de la tourbe du dimanche. »(p.165), l'auteure sait nous faire partager les beaux et grands sentiments des « acteurs » - bipèdes et quadrupèdes confondus- de cette « descente en enfer porcin » !
Ce roman que j'ai donc trouvé d'abord très dur, voire à la limite du supportable, est par ailleurs, fort bien documenté, plus que correctement écrit et en dit long du comportement de l'animal le plus élaboré (selon notre genèse judéo-chrétienne). Je le conseillerais à tout esprit curieux, attentif à son rôle de gestionnaire de la Terre ; je glisserais juste un petit bémol pour les âmes sensibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (1)
LaLibreBelgique   26 novembre 2013
Toute l’originalité du roman est d’étudier, avant tout, l’impact de ces élevages qu’on nous cache sur ceux qui y travaillent [...] L’écrivaine suggère aussi que les plus cochons sont les hommes, quand elle décrit le philosophe respecté comme un grave obsédé sexuel. Ce mini-trip dans l’enfer des porcs s’avère être un voyage détonant dans l’âme humaine.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   14 juillet 2017
Les porchers l’avaient surnommé Camélia à cause d’une quinte de toux spectaculaire, comme celle de la Dame aux camélias. Le surnom était d’abord un hommage, il n’y a qu’aux durs qu’on donne des noms de femmes. Camélia avait vite compris qu’il valait mieux dresser un barrage entre travail et vie privée s’il voulait continuer à sortir le soir, faire rire Nathalie et quelques autres, passer le week-end à écouter ACDC, Bach, Mozart et Hadouk Trio, tout en arrivant à l’heure le lundi matin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JaklekJaklek   14 octobre 2013
« Les choses ordinaires sont précieuses comme la peau,…on méprise d’autant plus les couleurs ordinaires qu’on sait bien qu’elles cachent autre chose, alors on les arrache, alors on les déchire et quand on se rend compte qu’elles sont la peau du monde, il est déjà trop tard, on est écorché vif. »
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   14 juillet 2017
Ils cherchaient des fermes avec de la nourriture à voler, des poules à attaquer, des œufs à manger et des chiens de garde à tromper. Les renards cherchaient une ferme pour jouer les renards et ils ne trouvaient rien. Ils finissaient par faire les poubelles dans les rues d’Ombres. Ils n’avaient pas compris que les choses avaient changé.
Commenter  J’apprécie          10
patriciajobepatriciajobe   17 août 2017
Elle aimerait lui dire que son ventre est plein d'espace, c'est la première fois qu'elle sent une chose pareille, malgré les quinze lardons repliés sur eux-même comme de petits haricots, malgré leur poids, malgré ses entrailles fatiguées, ses urines douloureuses, son ventre est plein d'espace.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   14 juillet 2017
Une moitié du monde s’imagine que les gens sans compassion se réincarnent en porcs, personnellement je ne crois pas en ce genre de fables mais vous devriez y penser, une vie, c’est vite passé, ensuite la truie peut toujours gueuler, direction l’abattoir, personne ne va pleurer.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Isabelle Sorente (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Sorente
Interview de Isabelle Sorente à propos de " La Faille" - Rentrée littéraire 2015
autres livres classés : élevage industrielVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1743 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre