AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Boys, boys, boys (14)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
cicou45
  29 août 2014
Bof, je reste méditative suite à cette lecture, ne sachant pas trop si j'ai vraiment adoré ou complètement détesté alors je vais donc dire que je me situe entre les deux. Devant prochainement rencontrer cette auteure lors du prochain club-lecture organisée par ma vile au mois d'octobre, j'ai donc décidé de lire tous les livres que cette dernière a écrit jusqu'à présent.

Ici, il est question de féminisme (en opposition au titre qui pourrait laisser supposer le contraire). La narratrice est une femme des années '70 et fière de l'être. Elle arrive sur ses trente ans lorsqu'elle décide qu'elle ne veut pas être ce que son corps lui indique d'être, à savoir une gentille jeune femme qui a des goûts de femmes et tout ce qui va avec. Non, elle, ce qu'elle veut, c'est s'intégrer dans la peau d'un mec, un vrai. Faire la fête toute la nuit, boire, danser mais surtout parler. Parler de quoi ? Eh bien justement, non pas du régime qu'elle envisage de faire avant l'été mais de politique, de questions de société et de sport aussi...un vrai mec quoi. C'est d'ailleurs la raison elle traîne tout le temps avec quatre hommes et tente de se faire accepter dans leur bande, non pas pour se faire draguer mais pour être Virile...

Un ouvrage court, qui se lit très vite mais avec des phrases qui partent parfois un peu dans tous les sens et qui n'en finissent pas. Une écriture hachée mais avec cependant quelques bons sujets de réflexion à la clé. A découvrir pour les plus curieux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          348
yo
  15 mai 2009
Mi-roman mi-essai, Boys, boys boys raconte la tentative d'une femme pour échapper à son sexe. Pas pour changer de sexe, mais pour s'affranchir de l'image sociale qui colle à toute femme. Mais aussi pour se rapprocher des groupes qu'elle n'est pas habituée à côtoyer : celui des hommes. On suit donc cette trentenaire qui se cherche, qui tente de briser les conventions sexuées. Cela ne se fera pas sans mal, et bien entendu, aucune réponse ne sera livrée en fin d'ouvrage. Ce serait trop facile !

Dès l'entrée en matière, le lecteur ne comprend pas trop le statut de cet ouvrage, notamment par le flou qui règne sur le narrateur. Femme trentenaire, oui, mais parfois présentée comme « elle » ou « la femme », parfois introduite par un « je ». Mélange entre autobiographie et fiction qui permet à cet exercice de ne pas constituer un simple témoignage, mais de tenter une réflexion plus approfondie sur les relations masculines et féminines, et sur ce qui fixe les codes de chaque groupe.

Agacée de la prévenance de ses amies qui tentent de la protéger, elle décide de se tourner vers des groupes masculins, des hommes qui n'hésitent pas à parler de politique, à refaire autour de liqueurs ou autres breuvages, quand les dames discutent chiffons, font attention à leur ligne et à ce qu'elles boivent, et se séparent sagement à minuit. Plus généralement, elle préfère les discussions générales et sans tabous des hommes aux réflexions intimes et psychologiques des femmes. Femme dans un monde d'hommes, elle ne s'impose pas, mais tente d'apprendre les codes, même si elle sent qu'elle est toujours renvoyée à son statut féminin. Pour ses amies, en revanche, elle devient une sorte d'ovni, qui s'éloigne d'elles.

La seconde partie du livre s'attarde sur la notion de couple, et sur la confrontation des sexes au sein de celui-ci. Plutôt que se renverser les références sexuées du couple (l'homme à la cuisine, la femme devant la télé), elle a pour objectif de brouiller les repères sexués, de faire en sorte que cette séparation des tâches soit abolie. le couple est pour elle le moyen d'exprimer dans l'intimité ce que qu'on doit cacher en public. Un couple ouvert, où chacun apprend de l'autre.
Lien : http://livres-et-cin.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Ova
  27 mars 2014
"C'est une fille qui rêve d'être virile et amoureuse." Comment trouver sa place dans notre société d'origine patriarcale ? Prôner l'égalité ? le féminisme ? comment éviter les extrêmes et surtout se trouver ? Les années passent pour l'héroïne qui cherche sa place entre les hommes et les femmes qui l'entourent. Ce roman marque par sa sincérité, sa beauté d'écriture, le rythme est rapide, on est happé par les mots et on se cherche à notre tour.
Commenter  J’apprécie          50
Liyah
  09 août 2008
Oh mon Dieu ! Que dire de se livre ! Je ne sais meme pas par ou commencer !
Tout d'abord, il faut savoir que malgre sa maigre epaisseur, je n'ai pas reussi a aller au bout ! J'aime pas ne pas lire jusqu'a la fin un livre commence, mais la j'en pouvais plus !
J'ai achete ce livre sans mettre renseigne avant sur le net. Je l'ai pris car c'etait un "coup de coeur du libraire" a la Fnac, et il ne coutait pas trop cher.
Apres avoir lu les premieres pages, ce qui m'a marque ce sont les tournures de phrases de l'auteur. Elle fait des des phrases d'enumerations a rallonges qui n'en finissent pas, et ce toutes les deux phrases ! Ca donne un ton lourd, une lecture pesante !
A la page 40, je n'en pouvais plus du style de cette auteur ! Et j'ai la furieuse envie d'arreter ce bouquin ! J'ai l'impression de perdre mon temps. Ces phrases a rallonges continuent et elles n'ont ni queues ni tetes ! Je ne vois pas du tout ou l'auteur veut aller avec son livre, et ni meme ou elle pourra bien aller !
Elle utilise aussi un procede, qui pour moi n'arrange rien a son style auquel je n'adhere pas. Parfois elle utilise le pronom "elle', et d'un coup le "je" ! Au final, on s'y perd et en lisant, mon esprit pensait a tous ces livres qui m'attendaient bien gentillement ! J'ai essaye de finir le chapitre deux, mais en vain ! Ce livre avait le don de m'enerver plutot qu'autre chose !
Donc voila j'ai arrete la lecture a la page 40 a peu pres ! C'est une tres grosse deception pour moi, vous l'aurez compris ! Il me semble pourtant que ce livre a eu un prix donc certains ont du y trouver leur compte.
Je serai curieuse de savoir si d'autres personnes ont lu ce bouquin et connaitre votre avis dessus !

Note : 2 /10
Je n'aime pas note un livre non fini, c'est pour ca que je le précise, mais la vraiment il ne vaut pas mieux pour moi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
paulinearr
  10 mai 2013
Boys, boys, boys, de Joy Sorman, bref roman au titre tape-à-l'oeil et lauréat du Prix de Flore 2005, déverse un machisme et une détestation des femmes nauséabonds. L'auteur veut être "féministe autrement". Une façon de dénigrer le féminisme actuel.. et d'en proposer un autre, essentialiste et qui hait les femmes autant que le machisme.

La narratrice, appelons-la Joy, puisqu'elle semble faire corps avec l'auteur, est “née dans les années 1970”. Ses parents et grands-parents ont fait la guerre pour qu'elle vive en paix, ils ont fui la Pologne pour qu'elle naisse dans une démocratie, son père a fait une heure de trajet par jour pour aller à Sciences Po pour qu'elle soit une fille de diplômé de Sciences Po.

“A présent c'est la paix”, les origines juives polonaises sont enterrées avec les grands-parents et l'ascension sociale n'est plus à faire. A présent “ce qui lui importe c'est de régler ses problèmes avec les hommes”. Une façon maladroite de dire qu'elle découvre le féminisme. Qui n'est pas une méthode pour régler ses problèmes personnels avec son père et ses ex, mais une réflexion sur la société qui dénonce un rapport de domination entre deux catégories sociales.

Joy découvre la cause des femmes une fois tous les autres problèmes réglés. Plus de guerre, plus de totalitarisme communiste, plus d'antisémitisme et plus de pauvreté. Tout va bien, il ne manque plus que l'égalité des sexes comme la jolie cerise sur le gâteau.

Elle glisse du conflit avec ses parents à un conflit général et politisé, celui mené par un genre contre l'autre. Il faut choisir son camp, “ta mère ou ton père? Il n'y a que deux possibilités : fille ou garçon. Deux aires de jeux, deux territoires, l'un plutôt dominé, l'autre plutôt oppresseur”.

L'adolescence de Joy est marquée par les groupes de copines, dont elle parle avec un mépris non dissimulé : “Des vraies filles, comme celles qu'on voit dans le RER”, tout en déballant les stéréotypes sur la féminité vue comme un calvaire, nécessairement, “L'idée de la pénétration, c'était une terreur”. “Elle n'avait pas d'autre choix que d'être du côté des filles, à l'époque, par peur, par ignorance”.

A la fin de l'adolescence, elle rejette les filles : “elle s'en est servie comme de poubelles”. “Elle les a jetées”. Les filles étaient une protection contre la virilité qui “porte en elle injure et violences”. Les groupes de filles sont l'uterus, qu'il convient de quitter pour commencer à vivre, à savoir rejoindre les garçons. Pas la mixité, les garçons. Les fréquenter exclusivement et en devenir un.

Joy Sorman a-t-elle oublié les humiliations, la rivalité cruelle et les rapports de domination qu'il existe entre filles? Etre une adolescente au milieu d'adolescentes, c'est être observée, comparée à la fille la plus jolie et populaire, voir sa féminité scrutée et détaillée. Joy Sorman tente de faire croire en une “solidarité féminine” qui disparaît même parmi les amitiés les plus fortes, dès lors qu'un garçon est en jeu. Les groupes de filles sont en fait souvent un lieu de compétition et de course à la soumission au modèle féminin imposé.

Les groupes de filles sont un “gynécée stérile”, une “protection”, “le pays du confort et de l'insouciance” . Quitter le sein maternel des groupes de filles, devenir adulte implique devenir un homme. Joy voit deux camps irréconciliable, non pas les femmes et les hommes, mais : la féminité et la virilité, et elle choisira le camp de la virilité. En reprenant le vieux schéma essentialiste, elle nous explique que certaines valeurs sont inhérentes à la nature masculine ou féminine. Une femme qui s'affirme et qui parle fort a renié son sexe.

La domination masculine décrite par Joy est la plus diffuse, c'est la domination du discours. Une domination qui passe inaperçue, qui s'installe paisiblement dans les familles et les salles de classe pour perdurer, s'amplifier, se matérialiser. Comment mettre des chiffres ou émettre des lois sur des prises de parole intempestives, une voix tonitruante qui couvre celle de sa voisine, qu'on a de toute façon habituée à se taire, à être attentive et placide plutôt qu'à parler pour ne rien dire. Ce n'est pas un fantasme, des études ont montré que les instituteurs et institutrices accordaient plus d'importance aux intervention des élèves masculins. Une crèche suédoise a relevé, grâce à des caméras, que le personnel accordait beaucoup plus de temps et d'attention aux garçons qu'aux filles (in Nordiques n°21 : Filles intrépides et garçons tendres).

Joy Sorman a pour ambition d'être “féministe autrement”. Et son féminisme déteste les femmes, selon la même logique que le machisme. Si une femme est nécessairement une victime qui se perd en bavardage, que les hommes “prennent”, autant devenir un homme : “Etre généreux, prendre le monde, prendre le monde comme on prend le maquis, comme on prend une fille.”

Au lieu de supprimer le rapport de domination, Joy Sorman propose que les femmes fassent l'effort de devenir dominante. On imagine facilement qu'elles devront mépriser les hommes timides, les gringalets, les homos et les femmes qui n'y arrivent pas.

“Il ne reste plus qu'à faire en sorte que les filles soient des garçons, que les garçons soient un peu des lesbiennes ; brouiller les camps, les croiser, en attendant mieux, en attendant l'annonce de la mort des sexes - tambours et trompettes - et l'avènement de la virilité pour tous.”

“En attendant mieux”.. Pourquoi un tel manque d'ambition? Travaillons-y tout de suite à cet avènement du “mieux” !
Lien : http://fleurfurieuse.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Scrat
  17 juin 2010
J'ai détesté ce livre.

Le féminisme selon Joy Sorman c'est l'anéantissement des femmes ! Youpi !
Le style est lourds, et les phrases impératives. L'auteur nous agresse avec sa théorie. BREF . Une énorme déception au vu du quatrième de couverture que je trouvais superbe. Normal : C'est le seul beau passage du livre.

Dieu merci, le roman est court...
Commenter  J’apprécie          30
nrisovics
  28 mai 2018
Tout d'abord la narratrice est née dans les années 70 et ne semble pas comblée par la place occupée par les femmes.De ce fait elle traînera beaucoup dans les bars, adoptera un style jean rt fuira une forme de féminité. Car pour elle l'homme a la parole, la puissance, l'affirmation passe par la parole politique.
Elle remets donc en cause le diptyque du couple en trouvant une nouvelle tactique du couple.
Les sooirées se passent au bar à discuter lors de la sad hour des nuits entières avec des bandes d'amis.
Elle trouvera aussi une chance d'être en couple et expliquera sa vision des soirées entre filles.
Pour moi cet écrit n'est pas clairement un roman mais une forme d'essai sur une nouvelle dialectique du couple et une autre vision des rapports-hommes femmes.
Pour moi le style est très bon, coup de poing, pas dénué d'humour et un foisonnement d'idées.
Pour moi un must, un vrai témoignage d'une époque.
Commenter  J’apprécie          10
Wyoming
  06 mars 2018
Un roman féministe lu il y a six mois et complètement oublié... aujourd'hui.
Donc, cette critique juste pour dire sans prétention que s'il ne m'en reste rien en aussi peu de temps, c'est qu'il ne contenait pas grand-chose.
Commenter  J’apprécie          10
CharlesEdouard
  05 mars 2018
Un roman féministe, qui aurait pu être très bien écrit pas une adolescente rebelle et en recherche.
Je pars du principe que si une personne a aimé un roman alors je me dois de trouver pourquoi, en étant le plus ouvert d'esprit, d'autant plus que ce roman a obtenu le prix Flore 2005.
Mais là au vu des critiques peu de membre Babelio ont aimé.
Je pense (je méjuge peut-être), que ce roman a été récompensé pour son féminisme "coup de poing"

Commenter  J’apprécie          10
paolinna
  20 juin 2015
Boys, boys, boys c'est un court récit que l'on pourrait qualifier de féministe, même si je ne suis pas sûre que ce soit le mot approprié. En effet, la narratrice se pose la question des genres, qu'est-ce qu'être fille, qu'est-ce qu'être garçon. Elle analyse chaque sexe, mais aussi les couples et le rôle de chaque individu au sein d'une relation.

Ses réflexions sont parfois intéressantes et justifiées, autant parfois j'ai été un peu agacée par cette fille qui pour ne pas rentrer dans le moule du cliché de la « fille » se force à tout faire comme les « garçons ». J'ai trouvé le roman trop axé sur les clichés. Peut-être parce qu'il ne s'agit pas de la même époque, que l'histoire se déroule dans les années 70, et que moi, de mon point de vue en 2015, je trouve ça trop surjoué. On peut aujourd'hui discuter d'autres choses que de vernis à paillettes et de régimes avec ses amies. De même, nous pouvons tenir une conversation avec un garçon sans paraître ridicule. Nous n'avons plus besoin de faire « comme les hommes » pour se faire entendre.

Concernant l'écriture, il faut vraiment être concentré pendant sa lecture car l'auteur utilise beaucoup d'énumérations. Elle fait de longues phrases d'une page parfois, et change régulièrement de pronom. Parfois c'est « elle », parfois « je ». On ne sait plus vraiment qui parle à la fin.

Je suis assez mitigée sur ce roman. Même si l'idée me paraît intéressante, j'ai l'impression que l'auteur ne l'a pas exploité à sa juste valeur.
Lien : http://mangeonsleslivres.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3560 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre