AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213605722
308 pages
Fayard (16/02/2000)
3/5   2 notes
Résumé :

L'Inde hante l'imagination de l'Occident. Il y a deux mille ans y surgirent la charité et la croyance en l'immortalité de l'âme ; le christianisme en fut l'héritier. Au siècle des Lumières, nos philosophes y découvrirent la tolérance religieuse. Dans les années 20, le Mahatma Gandhi révéla au monde l'efficacité de la non-violence dans l'Histoire. En 1968, l'écologie et le féminisme nous... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
YvesParis
  19 décembre 2012
Dans toute son oeuvre, Guy Sorman s'est essayé à un genre périlleux : la réflexion comparatiste, à mi-chemin du récit de voyages et de l'essai politique. A la manière d'un Tocqueville, dans le sillage duquel il ne craint pas de s'inscrire, Guy Sorman dont « le monde est [l]a tribu » (Fayard, 1997), parcourt la planète pour mieux comprendre sa foisonnante diversité et tirer des leçons utiles des expériences étrangères. Autant cette démarche se comprenait-elle en leur temps de la part d'un Stendhal visitant l'Italie, d'un Chateaubriand en Terre Sainte, d'un Tocqueville ou même d'un André Maurois en Amérique, autant elle semble prétentieuse, en ce début de XXIème siècle, où il est peu d'objets de savoir, peu d'espaces géographiques qui n'aient déjà leurs spécialistes patentés.
Une lecture sévère de la dernière «promenade géopolitique» de Guy Sorman l'opposera inévitablement aux travaux, plus mûris, des Christophe Jaffrelot, Max-Jean Zins, Christiane Hurtig ou Jean-Alphonse Bernard, pour ne citer que quelques Français qui ont fait de l'étude de l'Inde leur spécialité. Guy Sorman ne joue pas dans la même catégorie. Il a l'honnêteté de le reconnaître. Il n'est qu'un simple voyageur, certes lucide, qui entreprend en voyageant en Inde « une remontée vers la différence absolue » (p. 17). Il y cherche, de son propre aveu, non seulement à découvrir l'Inde, mais surtout « à nous découvrir révélés par l'Inde » (id.).
Du coup, deux lectures de cette entraînante promenade sont possibles. La première est celle, toujours instructive et paradoxale, qui nous présente l'Inde moderne. Un pays qui vient de dépasser le milliard d'habitants et où se côtoient, sans se contredire, démocratie et castéisme : une preuve, inspirée du célèbre "Homo hierarchicus" de Louis Dumont que l'assimilation entre l'égalité et la démocratie est un concept strictement occidental, nous dit Guy Sorman. Un pays que la confrontation soudaine à la modernité a conduit à embrasser avec le BJP un nationalisme ombrageux, l'Hindutva. Un pays dont l'économie a été libéralisée en 1991 et qui voit tout à la fois l'émergence d'une classe moyenne et la misère de près de 500 millions d'individus qui vivent encore en-dessous du seuil de pauvreté.

A cette première lecture, strictement indienne, on pourra en préférer une seconde qui vise à intégrer l'Inde dans ce qu'il faut bien appeler le «système Sorman». Dans les années 80, Guy Sorman s'était fait le chantre de l'ultra-libéralisme par ses premiers ouvrages sur l'Amérique reaganienne (La Révolution conservatrice américaine, La Solution libérale). Sa pensée a évolué et la confrontation à la réalité indienne semble y avoir contribué. Depuis la chute du Mur et la disparition de la seule alternative expérimentée au marché, il n'est plus utile de promouvoir le libéralisme ; mais, alors que se profile une Fin de l'Histoire toute « fukuyamesque », Guy Sorman va chercher en Inde un « supplément d'âme » (p. 290) que l'Occident n'offre plus. Dans un style que ne désavouerait pas une Viviane Forrester, l'ultra-libéral Sorman cherche en Inde «un autre rapport à l'économie dont la finalité ne serait plus un pur exhibitionnisme de la consommation devenue folle, mais l'accès pour tous à une équivalente dignité» (p. 291). La troisième partie de son essai est consacrée précisément à la défense d'une « économie de la dignité » qui combine «l'innovation scientifique ... avec la morale du Mahatma Gandhi » (p. 172) : cocktail futuriste de « Netoyens » (p. 41, 177) câblés gérant des « biovillages » (p. 179) grâce à une agriculture high-tech.
On peut ne pas être d'accord avec cette vision de l'Inde et du message qu'elle est censée nous envoyer. Mais, il faut s'accorder à reconnaître la valeur d'une démarche qui invite à chercher en Orient « mille manières ... d'être des frères humains » (p. 291).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
gauloisrefractairegauloisrefractaire   08 février 2022
Les faits ont illustré le succès des sociétés ouvertes qui ont participé au système mondial et l'échec des sociétés fermées qui ont été pillées par leurs kleptomanes nationaux.
Commenter  J’apprécie          00
gauloisrefractairegauloisrefractaire   07 février 2022
Si Tocqueville accordait une grande importance aux religions, c'est parce qu'il y voyait un garde fou contre l'égalitarisme.
Commenter  J’apprécie          00
gauloisrefractairegauloisrefractaire   08 février 2022
Contrairement au communisme qui n'envisage qu'un modèle universel, le libéralisme, lui, est toujours sur mesure.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Guy Sorman (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guy Sorman
Dans "Mon dictionnaire du Bullshit", Guy Sorman développe sa propre pensée, loin de vouloir imposer une vérité contrairement aux idées reçues. Une invitation à la contradiction. Les différentes entrées de ce dictionnaire, aussi variées que "Sainte Greta", "Reagan Ronal", "fin de l'histoire" ou "Post-libéralisme" sont autant de fils du parcours personnel de l'auteur qu'il traite d'un point de vue théorique mais également personnel.
"Mon dictionnaire du Bullshit" est un livre à l'image de son auteur : impertinent. Guy Sorman a pour habitude de renouveler sa pensée sans tomber dans la polémique. À travers son parcours à "L'Express" ou encore aux côtés des hommes politiques comme Jacques Chirac ou Alain Juppé, Guy Sorman est passé d'un discours libéral à un post-libéralisme défendant le Revenu Minimum Universel. Une façon de défendre la véritable pensée, à l'inverse des idées reçues qui mènent à une pensée unique.
+ Lire la suite
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
94 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre