AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 235592578X
Éditeur : Editions Ki-oon (12/09/2013)

Note moyenne : 4.36/5 (sur 44 notes)
Résumé :
Un soir de tempête, alors que la manufacture est quasiment prête à être livrée, Angelo décide d'effectuer une ronde et tombe nez à nez avec un groupe d'hommes vêtus comme des dominicains, qui mettent le feu à la fabrique ! Quelques jours plus tard, un cadavre porteur d'un compas dérobé sur le chantier par l'un des auteurs de l'incendie est repêché clans le fleuve... Le seul autre indice susceptible de mener aux coupables est une brûlure qui aurait marqué l'un d'eux ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Relax67
  02 mars 2017
Un tome 5 de haute volée.
Deux moments forts.
D'abord la fin de la fugue d'enfant gâté de Cesare au milieu des vrais gens de Pise, en compagnie d'Angelo. Une démonstration de drague suivi d'une scène plutôt dramatique en liaison avec le conflit Rodrigo Borgia / Giuliano Della Rovere.
Puis l'organisation publique de la Bataille des Armées, où les représentants de l'université venus des pays d'Europe du nord affrontent ceux des pays du sud, à cheval et en armure. Evidemment on reproduit la rivalité franco-espagnole, ne serait-ce qu'à propos de la domination du royaume de Naples ; Cesare le malin contre Henri la brute. Ce long passage d'action bienvenu est mené de main de maître par Fuyumi Soryo. Des scènes spectaculaires, des prises de vue étonnantes (comme celle montrant l'armée du sud vue entre les sabots du cheval d'un cavalier du nord) et un duel final phénoménal. Applaudissements !
J'apprécie beaucoup l'évolution des relations entre Angelo et Cesare. le premier commence sérieusement à se méfier de son « ami ». Toute action de Cesare en faveur d'Angelo présente une facette de manipulation et Angelo s'en rend compte (avec l'aide de Miguel il est vrai, dont je ne saisis pas vraiment le but quand il met Angelo en garde vis-à-vis de Cesare). Bref, la camaraderie évolue en amitié/méfiance et je pense que c'est la meilleure voie à prendre quand on a affaire à un Borgia.
Un dessin toujours aussi génial à tous les niveaux. Et un petit dossier sur la vie étudiante durant la Renaissance complète l'histoire. Que demander de plus ?
Le tome suivant bien sûr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          306
Alfaric
  03 décembre 2015
Et bien, si on m’avait dit un jour que j’allais autant kiffer un manga plutôt orienté shojo… ^^


Dans ce tome 5 Cesare sous son déguisement de roturier continue de s’amuser, mais isolé il doit faire face à un sicaire missionné pour l’assassiner… Tel est pris qui croyait prendre, puisque toute son escapade n’avait servi que d’appât pour obliger ses ennemis à sortir du bois ! Mais au final la belle stratégie tombe à l’eau puisque ce dernier meurt avant d’être passé à confesse…
Le reste du tome est consacré à la bataille de l’Armée du Nord contre l’Armée du sud, une simulation de combat entre les étudiants de la Sapienza répartis en deux camps selon leur origine géographique par rapport à la ville de Pise. C’est l’occasion rêvée pour le bouillant Henri, leader du cercle français, de prendre sa revanche sur Cesare… Et force est de constater que l’affrontement est très viril et pas très correct ! Epuisé mais victorieux, notre ambivalent antihéros se met une fois de plus en danger et doit s’en remettre à Dieu avant affronter dans un duel plus que désavantageux Henri plus revanchard que jamais… Nekketsu !!!
Rhââ Lovely, c’était trop bon ! La tension est palpable, les dessins magnifiques, le découpage hollywoodien… bref, la mise en scène sublime fait la part plus que belle à l’action à l’état pur et c’était presque mieux que dans l’arc de « L’Âge d’Or » du "Berserk" de Kentaro Miura (OMG j’ai blasphémé…).
Guerrier et stratège né, Cesare est destiné à l’évêché faute d’empire à conquérir… Roi sans royaume, révolutionnaire sans idéaux, Cesare n’a donc d’autre cause à défendre que la sienne et celle de son clan… Après l’arta et le dharma vient fatalement l’heure du karma !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Eve-Yeshe
  08 mai 2014
On retrouve Cesare faisant une escapade dans les rues de Pise en compagnie d'Angelo et contant fleurette à des jeunes filles lorsqu'arrivent Giovani et d'autres étudiants de la Fiorentina et l'incendie criminel de la manufacture provoque une discussion où Angelo est accusé par l'un d'eux.
Cesare continue sa promenade seul et se fait attaqué par un homme armé d'un poignard. Il arrive à neutraliser l'individu tandis que Miguel finit pas le tuer d'un coup de poignard dans le dos au grand dam de Cesare qui pensait tenir la personne chargé de le tuer et savoir ainsi qui est le commanditaire.
C'est un grand jour qui commence, pour Pise : les étudiants doivent se livrer à une joute organisée par Monseigneur RIARIO, devant toute la population locale. Il s'agit d'une reproduction de scène de guerre pour défendre le pont, donc la ville. Ils s'organisent en deux équipes : l'Italie du Nord dans laquelle se trouvent les Français avec à leur tête Henri et son frère et l'Italie du Sud menée par Cesare et les Espagnols
Ceci va permettre à chacun de montrer son courage, son sens de la stratégie….

Ce que j'en pense :
Ce 5e tome est tout aussi intéressant que les autres, mais on s'éloigne du destin individuel de chacun et de l'intrigue.
Certes, il y a toujours, la recherche de l'auteur de l'incendie de la manufacture, et en tant que lecteur, on cherche à deviner qui a pour mission d'assassiner Cesare. Mais, dans ce tome, l'accent est mis à nouveau sur les rivalités entre les différents clans dans l'université de Pise, et cette fois-ci elles vont s'exprimer au travers de la joute.
Les scènes d'affrontement entre les équipes, les cavaliers sont très belles. Les h hommes sont en armures et côtes de maille, ils ont des armes factices mais peuvent se faire mal quand même, et on oppose toujours les deux races de chevaux (Cesare se remarque facilement avec son cheval arabe). L'art de la guerre est très bien évoqué, la stratégie s'oppose à la force. de ce fait, cela m'a moins intéressée. le travail est toujours aussi brillant et précis, mais j'ai eu un peu de mal à m'intéresser au combat.
Tout d'abord, la technique du combat est particulière, la stratégie d'Henri tenant en un en seul point mettre Cesare à terre par la force, alors que Cesare manoeuvre avec ruse et finesse, on oppose donc la brutalité à la vraie stratégie. L'auteure dépeint vraiment les Français comme des coqs gaulois, des grosses brutes comme je l'ai déjà dit pour un des tomes précédents (est-elle influencée par Astérix et Obélix ????
Je trouve également qu'il y a un contraste important entre la première partie où tout le monde est détendu, l'ambiance de fête dans le village Cesare contant fleurette même s'il est victime d'une agression, les jolies filles et la joute plutôt bestiale qui va suivre même si on retrouve quelques jeunes filles et des supporters qui se déchaînent. J'ai hâte de retrouver l'intrigue…
Ce tome 3 ne m'a pas tellement emballée car les joutes, même bien représentées graphiquement, ne me passionnent pas. Donc, à la limite de l'ennui dans la deuxième partie.
Je maintiens une bonne note car le travail demeure de très bonne qualité et la précision historique aussi.
Note : 7,5/10

Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Under_The_Moon
  10 avril 2016
Cinquième tome des aventures de Cesare Borgia, Angelo & Cie dans l'Italie de la Renaissance entre complots d'assassinats, manipulations et alliances.

Ouf ! Cesare échappe à la tentative d'assassinat prévu dans le scénario de ce tome, mais ne réussit pas à savoir qui l'a commandité : suspense oblige !
En dehors d'une ou deux scènes où le coeur du jeune Borgia s'enflamme pour une jolie jeune fille rencontré à la foire, qui n'ont pas vraiment retenues mon attention d'ailleurs... Ce sont surtout les scènes d'affrontements des différentes "maisons" de l'université de Pise (en particulier entre les français arrogants et la Fiorentina) qui, à mon sens, ont amené de la nouveauté dans le graphisme. Pour ce qui est de l'histoire, on avance assez peu, à mon grand regret.
Il ne reste plus qu'à poursuivre l'aventure...
Commenter  J’apprécie          150
MissG
  01 février 2014
"La soif de savoir aide l'homme à avancer. L'avidité ne sait que le faire trébucher.", telle pourrait être la morale de cinquième tome des aventures du jeune Angelo découvrant Pise et surtout l'intrigant Cesare Borgia.
Le basculement qui s'opérait dans les précédents volumes est ici définitif, il est question en grande partie de la guerre, même si celle n'est que fictive car opposant des clans d'étudiants.
Il n'empêche que c'est le prétexte pour les français d'essayer de régler leurs comptes avec les Borgia.
D'innocence, il n'en est plus vraiment question, la petite escapade de Cesare dans le peuple a failli coûter chère et an entraîné le mécontentement non caché de Miguel : "Ta vie ne t'appartient plus Cesare. Notre avenir à tous dépend du tien ! J'espère que tu en as bien conscience.", n'ayant pour retour que l'arrogance décidément plus présente de Cesare : "Vous avez choisi de me suivre. N'est-il pas naturel que vous donniez vos vies pour ma cause ?".
Il n'est plus question de parler d'amitié entre Cesare et Miguel, c'est un autre type de relation qui existe entre ces deux personnages : "Miguel est venu au monde pour réaliser à ma place tout ce qu'il m'est impossible de faire.", l'un comme l'autre intéressent pourtant toujours autant le jeune et bien naïf Angelo.
Mais lui aussi, à l'image des autres personnages, change et s'affirme plus : "Je jure devant Dieu que je dis la vérité ! Mon seul crime est de ne pas avoir réussi à empêcher ces hommes d'arriver à leurs fins !".
Il faut dire que Cesare Borgia lu ia fait un beau cadeau en lui proposant la supervision de son chantier, Angelo est dans son élément et cela se ressent : il est plus sûr de lui, moins gaffeur, il n'empêche qu'il n'a rien écouté ou presque des conseils qui lui ont été donnés et il est toujours un pantin entre les mains de Cesare.
L'intrigue dans ce tome prend une autre dimension en s'internationalisant du fait de la présence de français à l'université de Pise et de la haine qu'ils entretiennent à l'égard des Borgia.
La majorité de ce cinquième tome est consacrée au tournoi d'étudiants à Pise, dans la Place des Miracles, et donne lieu à de très belles planches et dessins à travers lesquels le lecteur ressent toute la force et la vie de son combat ainsi que les enjeux inhérents.
Pise y est, à mon sens, littéralement sublimée et j'ai pris beaucoup de plaisir à revoir ce lieu connu et devenu depuis mythique de l'Italie avec sa tour penchée.
La plume de Fuyumi Soryo y prend également une nouvelle dimension car jamais auparavant elle n'avait autant mis en scène des luttes, des bagarres, sur une durée aussi longue.
Non seulement elle a reconstitué fidèlement les lieux, mais également les différentes armures et ses traits de crayon ont donné vie à cette scène importante qui occupe une place importante dans ce tome.
Encore une fois, ce volume est documenté et contient une annexe intéressante consacrée à un entretien avec Motoaki Hara sur la vie étudiante à l'époque De La Renaissance ainsi qu'un lexique sur l'armée et la guerre.
Je dois reconnaître que j'ai dû m'arrêter là dans la découverte de ce manga car la bibliothèque que je fréquente ne dispose pas encore des volumes suivants et c'est avec regret que j'ai laissé, pour l'instant, Angelo, Cesare, Miguel et tous les personnages de cette formidable aventure que je ne peux que vous inviter à découvrir.
"Cesare", un manga qui a du panache et de la fougue sur fond historique richement documenté, à découvrir de toute urgence !
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Les critiques presse (1)
Bedeo   23 octobre 2013
Cesare s’impose comme un manga historique de référence grâce à un très grand travail de documentation et à un scénario riche enrobé dans de très belles planches. Ce tome-ci est également accompagné de pages bonus très intéressantes pour mieux comprendre la série.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations & extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   21 décembre 2015
A Rome, les roturiers occupent une place bien moins enviable qu’en Toscane… Là-bas, le pouvoir appartient aux aristocrates et ecclésiastiques ! Le reste de la société ne fait que se plier à son bon vouloir… La place du Vatican est devenue le lieu de rassemblement des mendiants et des laissés pour-compte… Cesare a grandi avec cette image de misère pour seule idée du peuple. Sa vision de la réalité en a forcément été quelque peu affectée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AlfaricAlfaric   17 décembre 2015
Les Français sont célébrés pour leur rudesse au combat… Si le cercle des Lombards, qui regroupe les Italiens du Nord originaires de Milan ou de Mantoue, a à cœur ne pas trahir l’idéal chevaleresque… Les Gaulois eux, n’ont que faire de cet idéal ! Ils tuent, volent et brûlent, quel que soit leur adversaire ! A leur décharge, il faut reconnaître que la solde des mercenaires de l’armée de France est si faible que le pillage des territoires conquis devient presque une nécessité… A tel point que nombre d’eux n’hésitent pas à s’en prendre aux civils sans la moindre pitié, ce qui leur a valu la réputation de démons !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AlfaricAlfaric   05 décembre 2015
De nos jours, on attaque surtout des forteresses… Il suffit qu’elles tombent pour que la victoire soit acquise ! Le peuple ignore presque tout de ces batailles, il se contente de voir son souverain changer… Pour le meilleur et pour le pire ! Mais au fond, ce genre de conflit ne profite à personne…
Commenter  J’apprécie          130
AlfaricAlfaric   25 novembre 2015
- Sur le champ de bataille, la mort est le lot de chacun !
- A la différence près qu’en temps de guerre, rechercher la paix peut être une option !
- Négocier dépasse le cadre de mes attributions… Ça, c’est le rôle de Cesare !
Commenter  J’apprécie          80
AlfaricAlfaric   26 novembre 2015
- A-t-il une chance de gagner ?
- Vu la différence de corpulence… Pas la moindre ! Ce n’est pas dans l’espoir de vaincre qu’il a relevé le gant, mais simplement par fierté… En tant qu’Espagnol !
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Fuyumi Soryo (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fuyumi Soryo
"Marie-Antoinette, la jeunesse d'une reine" - Bande annonce
autres livres classés : borgiaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
664 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre