AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,95

sur 193 notes
5
7 avis
4
8 avis
3
7 avis
2
3 avis
1
0 avis
Nastasia-B
  15 août 2018
Je me souviens d'avoir débuté, il y a longtemps, mon commentaire de Sur la Route par : « Ceci n'est pas un livre, c'est un état d'esprit. » Eh bien je crois que je pourrais débuter celui-ci par une formule exactement similaire, tant l'impression laissée sur moi est du même type (mais non pas comparable).

Ici, l'auteur Natsume Sôseki écrit le roman d'une quête. Mais est-ce un roman ? Est-ce une quête ? Je ne sais… Car c'est si différent des écrits à l'occidentale, c'est si chargé de codes, qui me sont, pour bon nombre, inconnus, que je n'arrive guère à me prononcer. Bref, c'est spécial.

Au départ, j'ai vraiment adoré l'entrée en matière du roman, pleine de réflexion et de philosophie, le tout délicatement recouvert d'une fine couche de lyrisme. Et puis, est venue la narration, au sens le plus classique du terme, avec des personnages, des événements, si bien que l'impression première — très positive — est un peu retombée comme un soufflet, car, avons-le, l'auteur n'est pas franchement un as de l'intrigue.

Oui, c'est cela qui m'a un peu déroutée, cette espèce de mélange entre une introspection de haut vol teintée de poésie comme sut en faire Fernando Pessoa avec son Livre de l'Intranquillité et cette soupe narrative, plus prétexte qu'autre chose. Et puis, par moments, ça revenait, les phases méditatives, apaisantes et lyriques à la fois, mais sans le charme des débuts.

L'auteur, donc, nous fait prendre part à la quête personnelle du narrateur, un peintre japonais de Tokyo (Edo) qui souhaite se rendre dans la montagne la plus reculée pour toucher aux racines vraies de l'art, de la poésie tout particulièrement bien qu'il fût peintre, je le rappelle. C'est en cela que ce livre n'est peut-être pas si éloigné du roman de Jack Kerouac sus-mentionné, l'idée d'une quête d'un objet immatériel. Il appartient peut-être également à la catégorie de ceux qu'a signés Hermann Hesse, son Siddhartha, son Loup de Steppes, par exemple, mais avec des tonalités bien à lui, très extrême-orientales, plus proches à certains égards de celles d'auteurs nippons du XXème tels que Kawabata ou Mishima.

Vous voyez, c'est assez étrange comme objet littéraire. Pas désagréable, de mon point de vue, mais pas non plus à m'y sentir totalement à l'aise : un rythme lent, réflexif, méditatif et contemplatif, mais pas que, des épisodes narratifs où l'on suit des personnages, mais pas que, et puis surtout, une gageure insurmontable, à savoir, essayer désespérément de pister, de s'approcher de manière asymptotique de ce que pourrait être un être poétique, le tout sur fond de séparation entre un homme et une femme couplé à un arrière-plan de guerre sino-russe.

Vous admettrez que ce n'est pas évident à définir un machin pareil, ça résiste à toute forme de catégorisation et je me demande encore, plusieurs semaines après en avoir terminé la lecture ce que je dois en penser. Peut-être est-ce cela finalement, l'accession à la poésie vraie, ne plus penser, lâcher prise, dériver sur l'onde, laisser glisser les lignes et les impressions sous nos yeux de lectrices et de lecteurs inconséquents… Quoi qu'il en soit, de cet avis comme de beaucoup d'autres choses, cela ne signifie pas grand-chose, et si le coeur vous en dit, allongez-vous sous les nuages, la nuque posée sur un oreiller d'herbes et laissez-vous porter…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1282
andman
  27 septembre 2013
Séduit la semaine dernière par le roman satirique de Natsume Sôseki, « Je suis un chat », l'envie était grande d'explorer sur-le-champ l'univers de cet auteur japonais disparu voici près d'un siècle.
Est-ce le besoin de goûter à un quelconque repos ? Mon choix s'est porté sur un titre on ne peut plus évocateur et qui fleure bon la campagne : « Oreiller d'herbes ».

Le repos de l'esprit, c'est précisément ce qu'espère trouver le narrateur sur ce chemin montagneux où le conduisent ses pas.
Ce peintre trentenaire est en recherche d'impassibilité, d'inspiration. Ce voyage en altitude loin de Tokyo, lui permettra peut-être de fuir quelques temps le monde d'ici-bas, de s'affranchir des passions terrestres, de s'élever au-dessus de la mêlée, de trouver la sérénité propice à la création.

Poète à ses heures il aime composer des haïkus, ces poèmes qui en seulement dix-sept syllabes traduisent si justement l'évanescence des choses.
Une chanson à peine audible et une silhouette féminine, brièvement entraperçue au clair de lune, inspirent son âme poétique lors de sa première nuit dans une auberge située près d'une source thermale.
Mais transcrire le lendemain sur la toile sa sensation de plénitude n'est pas chose aisée et l'artiste, perdu dans ses pensées vagabondes sur l'art, reste improductif devant son chevalet.

Avec une sensibilité toute japonaise, Sôseki décrit le processus fait d'introspection, de tâtonnements, de doutes, par lequel l'artiste arrive après un long cheminement à matérialiser son état d'esprit, ses sensations.
Les réflexions sur l'art, par petites touches au fil des chapitres, ne sont jamais rébarbatives. Fin connaisseur de l'Occident, sa préférence pour la culture orientale est cependant manifeste et argumentée avec pertinence et mesure.

Loin des sentiers battus, ce roman poétique dégage une grande bouffée d'oxygène. Sa lecture permet de s'élever pendant quelques heures au-dessus des standards occidentaux, « d'errer dans l'univers impassible ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          853
Fortuna
  16 juillet 2017
Un peintre vient passer quelques jours dans la montagne, dans une station thermale désertée depuis que la guerre russo-japonaise a débuté en 1904. Il y apprécie le calme pour se consacrer à son art et réfléchir à la condition de l'artiste, ne plus exister que comme peintre. Il recherche l'impassibilité mais bientôt il est troublé par une jeune femme étrange, Nami, qui semble perturbée après son divorce.

Un très beau texte, très poétique, nourri de réflexion sur la littérature et la peinture, illustré de haïkus, petits poèmes japonais de dix-sept syllabes. Il ne s'y passe pas grand chose mais tout est dans la subtilité des relations entre les personnages qui glissent comme des ombres, des paysages sublimes, et la guerre en arrière plan qui menace les jeunes appelés comme la folie qui guette les amours contrariées. Car l'artiste, recherchant la beauté, saisissant l'instantanéité de la perception, se nourrit aussi de cette désespérance...

L'auteur, Natsumé Soseki, a disparu il y a un siècle mais son roman est d'une grande modernité. Ses réflexions sur la destinée de l'homme contemporain, le rôle de l'artiste et l'art abstrait, les dangers de la civilisation moderne sont très actuelles.

" J'ai par hasard obtenu une journée de sérénité
J'ai compris cent ans d'agitation
Où pourrai-je garder cette nostalgie lointaine ?
Sinon dans le ciel vaste où règnent les nuages blancs ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
alouett
  30 août 2012
« Un peintre se retire dans les montagnes, pour peindre, pour se reposer, mais surtout pour faire le point sur son art. Qu'est-ce que la sensibilité artistique ? Qu'est-ce que la création ? Qu'est-ce qu'une sensation ? Comment distinguer l'art japonais de l'art occidental ? le peintre observe la nature mais aussi les êtres humains. Dans l'auberge où il loge, il est le témoin silencieux d'un curieux manège. Une femme exceptionnellement belle paraît chargée d'un passé mystérieux qu'il essaie de mettre au jour. Les légendes du lieu, les commérages s'entremêlent et, à travers l'observation de cet être qui est à la fois le modèle idéal du peintre et le personnage du roman en train de s'écrire, l'auteur tente de définir son art, dans l'attente de la crise qui lui donnera son sens » (extrait présentation éditeur).

-

Difficile exercice dans lequel je me lance car il est ardu d'expliquer le cheminement par lequel nous fait passer ce roman. J'ai tout d'abord cru que je ne parviendrais pas au terme de l'ouvrage tant la lecture des premières pages est laborieuse.

Pourtant, en apparence, la « prise de contact » est agréable. le récit se développe à la première personne et nous permet d'accéder au monologue intérieur du narrateur. Lorsqu'on fait la connaissance de cet homme – un peintre – il est train de gravir les sentiers rocailleux d'une montagne. A mesure qu'il progresse dans son ascension, ses pensées cheminent sur la démarche qu'il est en train d'entreprendre. On comprend que son intention est de se soustraire de l'agitation de la Cité (de la société) pour être au plus près de la nature et y mener une réflexion sur le sens de la vie, des valeurs. Il souhaite trouver un lieu propice pour vivre en adéquation avec l'art de vivre qu'il s'est fixé. Sôseki Natsumé ne raconte pas l'histoire d'un homme en quête d'inspiration mais propose une réflexion plus large sur la création artistique et l'importance de l'Art dans nos sociétés (orientales et occidentales).

Dès la première page, le narrateur est entièrement consacré à sa quête spirituelle et chaque élément (un caillou, une fleur, le relief d'une montagne…) est prétexte à la réflexion et à l'introspection. Cependant, pour le lecteur, ce n'est pas simple de lui emboiter le pas aussi promptement.

Oreiller d'herbes est une oeuvre poétique. La contemplation est un élément central du récit, le rythme narratif est au service des cheminements intérieurs du personnage principal. La présence de quelques personnages secondaires permet de le relier à des considérations plus matérielles ; leurs agissements et leurs propos interpellent le narrateur, le surprennent, l'incitent à approfondir sa démarche et à l'ancrer dans la réalité.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Hebephrenie
  20 mars 2011
Il est difficile de critiquer Oreiller d'herbes, tant l'impression et la réflexion sur lesquelles ce roman nous laisse sont intérieures, grandioses mais intérieures. Loin d'être accrocheur (passer le stade des premières pages peut s'avérer difficile), ce roman est un long crescendo, entremêlant réflexion sur l'art, la société, l'homme, les sentiments, la mort...
Un peintre (qui dit je) choisit de se retirer dans une auberge montagnarde à la recherche de la scène qui donnera à son tableau la perfection. Entourée de la nature, puissante et éternelle, il écrit plus qu'il ne peint. Il rencontre des villageois, qui pour quelques uns relèvent dans la description plus des fantômes (kami?) que des êtres humains, qui le poussent dans sa réflexion sur la société et les relations humaines. Combien vaut mieux la contemplation de la nature, des lacs à la lune (tsukimi) à la contamination des hommes...
Un roman vraiment nourrissant, enrichissant, sur l'importance de l'art dans nos vies, un art salvateur même si parfois blessant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
IreneAdler
  06 août 2012
Le narrateur est un peintre et un poète ; il n'est pas à la recherche d'inspiration, mais de l'état d'esprit propice à la création. L'impassibilité. Il se retire dans une auberge de montagne, où il espère être à l'abri des passions humaines.
Roman de réflexion sur l'art oriental (chinois et japonais) et occidental, sur la condition d'artiste. Et surtout sur la création, sur ce qui fait qu'une oeuvre est réussie.
Une lecture belle, pas forcément facile (c'est souvent ce qui en fait la valeur), à lire plusieurs fois pour s'en imprégner complètement.
Commenter  J’apprécie          290
littlecat
  27 juillet 2015
Un peintre poète quitte Tokyo pour réfléchir sur son art et chercher l'inspiration dans les montagnes, au plus près de la nature.
De magnifiques descriptions de paysages et de jolis haïkus ponctuent cette histoire.
Pas très facile à lire au début, mais au fil des pages, on est traversé par de multiples émotions et sentiments.
Un roman original, subtile et poétique qui nous laisse dans un état de sérénité, de contemplation et de tranquillité.
"J'ai posé mes paisibles fesses sur un coussin d'herbes. Ici, on pourrait rester immobile pendant cinq à six jours sans que personne s'en plaigne. C'est ici que la nature est chose précieuse."

Commenter  J’apprécie          274
dvall
  01 juin 2021
Sérénité. C'est le mot qui me semble définir le mieux ce récit empreint d'une douce poésie contemplative. Car entre ses lignes, c'est toute la sensibilité et l'art de la contemplation à la japonaise qui transparaissent comme un rayon de lune à travers le feuillage d'un arbre. Arpenter ces pages, c'est accompagner le narrateur de cette histoire dans son lent cheminement en quête de la tranquillité et de l'inspiration. Toute l'intrigue de cette oeuvre repose justement sur la manière dont naît l'inspiration du peintre ou du poète, sur la mécanique délectable de l'image poétique se formant dans l'esprit de celui qui compose en syllabes ou en couleurs sur le papier.

Un peintre trentenaire quitte le fracas urbain de Tokyo pour s'abstraire dans une station thermale de montagne, désertée depuis le début de la guerre russo-japonaise. C'est dans une auberge traditionnelle, un ryokan, qu'il va trouver refuge afin d'y nourrir son inspiration. Seul client de l'établissement, il va y faire la rencontre d'une belle et mystérieuse jeune femme ayant quitté son époux pour retourner vivre auprès de son vieux père, le propriétaire des lieux. Sur cette femme qui porte le nom de Nami, le peintre narrateur va apprendre diverses choses par le biais de légendes ou de ragots. Et cette femme, que l'on dit folle ou même dangereuse, va exercer sur lui la fascination du modèle idéal pour un tableau, d'autant plus qu'elle ne manque pas d'espièglerie ni d'élégance d'esprit.

Le terme Kusamakura (草枕), littéralement « oreiller d'herbes », porte en japonais une signification symbolique, suggérant un voyage sans destination particulière. Derrière une réflexion sur la créativité, et notamment sur ce qui distingue la peinture orientale de la peinture occidentale, Sôseki fait l'éloge de la sensibilité. Il décrivait lui-même son récit de roman-haïku, le haïku étant un poème japonais très bref (dix-sept syllabes) célébrant l'évanescence des choses. Cette expression illustre à merveille l'impermanence du monde et la manière dont les instants peuvent être saisis à travers l'art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          216
ManouB
  18 décembre 2016
Ce livre, d'une rare poésie, est comme un rêve éveillé. C'est un véritable voyage au coeur de la création artistique et de la beauté, à lire à petite dose pour en apprécier toute la douceur et la légèreté.
Le narrateur est peintre et poète. Il n'est pas en manque d'inspiration mais veut se plonger dans l'ambiance propice à la création.
Pour cela, une fois arrivé le printemps, il quitte la ville et s'enfonce à pied dans la montagne, avec son matériel de peintre.
Il va s'installer dans une auberge perdue où, il est l'unique voyageur et où, il espère, qu'aucune passion humaine ne viendra plus le déranger, ni l'agitation de la ville le perturber.
Mais c'est sans compter sur la mystérieuse jeune femme qui occupe les lieux et dont la vie semble pleine de mystère. Les découvrir va hanter son esprit...
Réussira-t-il à peindre le tableau de ses rêves ?
Ce roman est un texte subtil sur l'art et la création, sur la place de l'artiste dans le monde moderne, sur le regard que l'artiste porte sur les êtres humains ou la nature environnante...
Une belle lecture, mais pas du tout facile malgré les apparences car déjà, entrer dans l'histoire est assez laborieux et puis, c'est un livre impossible à lire d'une seule traite.
Mais une fois imprégné de cette poésie, vous le quitterez à regret car c'est aussi un livre empli de légendes et de mystères...
Le lecteur met du temps à suivre ce poète artiste, mais il sortira de ce chemin, grandi et capable de trouver réflexion et beauté, dans la nature et dans sa vie quotidienne, en chacun des cailloux du sentier, en chaque petite fleur ou coin de ciel, en chaque être croisé...
Sôseki l'appelait son roman-haïkus car le texte est interrompu par de magnifiques haïkus...
L'édition que j'ai emprunté en médiathèque, est étayée de nombreux tableaux tous magnifiques, dont la couverture déjà vous donne un aperçu, et d'une grande délicatesse, issus d'une édition japonaise de 1926 en trois rouleaux où figurait le texte calligraphié de Sôseki et les peintures intégralement reproduites dans ce magnifique livre.
...
Lien : http://www.bulledemanou.com/-4
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
LN
  24 août 2015
"Un village d'eaux isolé... l'ombre de fleurs par un soir de printemps... un chant à mi-voix au clair de lune... une silhouette dans une nuit de pénombre... ce sont des thèmes de prédilection des artistes."

Un peintre se retire dans une auberge de montagne pour peindre et réfléchir sur son art. Il y rencontre une jeune femme Nami, fille du patron des lieux. Son histoire recoupe le destin de la Belle de Nagara, légende de la région : aimée par deux garçons, elle ne choisit aucun des deux, compose un poème et se noie dans la rivière. Nami quant à elle était aussi aimée de deux garçons, mais "n'a heureusement pas recouru à la solution de la rivière." Elle choisit un des hommes, mais étant malheuruese, le quitte er revient vivre chez ses parents. Elle hante les lieux et est depuis soupçonnée de s'enliser dans la folie.

Le narrateur est envoûté par la jeune femme et cherche son inspiration dans son chant. Son esprit erre dans des brumes oniriques, entre rêve et réalité, la poésie s'installe au delà du sentiment, provoqué et reconstruit par le poète.

"Dans un pareil moment, comment retrouver un point de vue poétique ? Eh bien, il suffit de placer devant soi un sentiment, de reculer de quelques pas et de l'examiner avec calme comme s'il s'agissait de celui d'un autre. le poète a le devoir de disséquer lui-même son propre cadavre et de rendre publics les résultats de son autopsie." p. 53

Des silhouettes fantômatiques peuplent son monde, telle la belle Ophélie de Millais.



Si la peinture le fascine, le narrateur rédige aussi des haïkus, artiste complet il est happé par le besoin de créer et ressent profondément les affres et doutes de la création artistique. Ses cheminements poétiques empruntent quelquefois des méandres difficiles à suivre pour un lecteur occidental qui doit se laisser bercer par le rythme lancinant de la littérature japonaise pour être touché.
Lien : http://www.lecturissime.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
957 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

.. ..