AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369560509
Éditeur : Editions Intervalles (22/02/2017)

Note moyenne : 2.88/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Un journaliste d'une petite ville de Nouvelle-Zélande fait naufrage et échoue sur une île déserte au milieu du Pacifique. Très vite, ce Robinson du xxie siècle voit dans cette péripétie l'occasion rêvée de donner libre cours à ses aspirations profondes. Mû autant par l'obsession de la réussite que par une naïveté à toute épreuve, déterminé à atteindre à tout prix le bonheur et la reconnaissance, il décide d'édifier… un supermarché.
Une comédie désopilante su... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
DocteurVeggie
  31 janvier 2017
Tout d'abord merci à Babelio et aux éditions Intervalles. La critique de ce livre entrant dans le masse critique.
Alors que dire ... A vrai dire je ne sais pas trop par quoi commencer. Je n'ai pas spécialement été embarqué dans l'histoire, j'ai même eu des envies furieuses de maintenir la tête du protagoniste sous l'eau tant bien que celui-ci est totalement focalisé sur la construction de son magasin sur une île déserte. Construire un château de sable en Espagne. Voilà à quoi m'a fait penser cette histoire. Pourtant au fond, on y retrouve de manière omniprésente les questions relatives à la vanité, l'ego, de reconnaissance des pairs et du bonheur, le tout emballé dans la naïveté mais cela ne va pas, car c'est redondant.
Le protagoniste de l'histoire me semble déjà souffrir de séquelles psychologiques que la vie sur une île déserte n'aura fait qu'accentuer sans parler des soliloques névrotiques qui jonchent cette fable des temps modernes.
Les dix chapitres du bouquin se lisent assez vite et je vais avouer que je me suis posé pas mal de questions quant à l'utilité de vouloir construire un magasin au lieu de chercher un moyen de s'échapper de là sans parler de la santé mentale qui me semble aussi être un élément de l'histoire. Aussi, on y parle très peu de survie au niveau des conditions climatiques  même si ce n'est pas le but de l'histoire, mais cela aura surement donner plus d'intérêt à l'histoire.
Au final, j'ai été assez déçu par le bouquin même s'il faut reconnaître que l'auteur nous met face à notre soif de reconnaissance et de consommations futiles et inutiles, mais cela n'a pas suffi à m'emporter face à cette « désopilante comédie » comme indiquée sur l'épitomé. Personnellement au prix du livre 19;90 cela ne les vaut pas mais cela n'est qu'un avis purement personnel qui n'engage que moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
michel.carlier15
  09 février 2017
Voilà une fable moderne et pleine d'humour sur notre société de consommation . L'auteur nous embarque dans une histoire farfelue où le rescapé d'un naufrage se retrouve seul sur une île déserte quelque part dans le Pacifique au large de la Nouvelle-Zélande , dont Robert Lhomme , le héros (la symbolique du patronyme) est originaire .
C'est une adaptation originale du Robinson Crusoe de Daniel Defoe , où les thèmes de la solitude et de la survie sont abordés avec une certaine désinvolture , beaucoup d'ironie et d'auto-dérision .
On a souvent l'impression de nager en plein délire : le naufragé décide , pour s'occuper , de construire un supermarché sur une île déserte , son entreprise semble tellement dérisoire et loufoque que l'on se demande parfois s'il faut en rire ou en pleurer . Au lieu de rencontrer Vendredi , il tombe fou amoureux d'une ourse de mer (une nouvelle race de mammifère) , nommée Nancie et parlant couramment l'anglais .
L'invraisemblance est évidemment délibérée , on imagine mal un naufragé ne pas avoir le mal du pays et faire autre chose que construire un radeau pour retrouver la civilisation . Difficile de croire également que Lhomme survit en buvant l'eau de mer et n'est pas gêné par l'absence de vêtements pour se protéger du froid .
Derrière cette loufoquerie intentionnelle se cachent de toute évidence des thèmes plus profonds : la réussite professionnelle , la vanité et le besoin d'être reconnu par ses pairs (d'être aimé , peut-être pour son inventivité et sa faculté d'adaptation ) . Et puis il y a la volonté de l'auteur de saper la société de consommation où toutes les denrées doivent être disponibles en abondance quitte à en balancer une partie importante à la poubelle quand elles sont périmées .
Soyons honnête , je subodorais que ce roman , avant même d'en commencer la lecture , n'avait aucune chance d'avoir un prix littéraire . Bon , là , maintenant , c'est confirmé ! Toutefois , les premières pages m'avaient plutôt fait bonne impression , l'écriture était fluide , il y avait cette ironie permanente qui me plaisait bien .
Mais , au bout d'un certain temps , la lassitude a fini par s'installer , l'obsession du héros pour son magasin était par trop redondante .
En définitive , l'impression générale sur ce roman est assez morose .
Je remercie néanmoins Babelio et les éditions Intervalles de m'avoir fait profiter de cette lecture .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
yv1
  16 mars 2017
Désopilant et déroutant ce roman. Il alterne le meilleur et le moins bon. Parlons tout de suite des choses qui fâchent : le roman traîne un peu en longueur, un homme seul sur une île se répète beaucoup tant dans ses propos que dans ses réflexions et cela se ressent. C'est parfois long, répétitif, à la limite de la logorrhée. Mais, dans tout ce fatras, on trouve de très belles pages et on ressort du roman avec une étrange sensation, celle d'avoir fait la connaissance d'un fou, d'un doux-dingue ou d'un homme qui pouvant enfin laisser libre cour à son ambition se retrouve dépassé par icelle.
La solitude ne pèse pas trop à Robert, tant qu'il est occupé, pour rien au monde il ne reviendrait dans la petite ville néo-zélandaise dans laquelle il vivait, mais il se verrait bien avec femmes et enfants après sa réussite professionnelle. Pendant les moments de pause, il accède à certaines réflexions philosophiques, à des remarques intéressantes : "La vie pourrait être tellement plus belle si, au lieu de la vivre vraiment, nous nous contentions d'attendre un avenir parfait, puisque l'attente renferme une jouissance indescriptible, elle est la ligne imaginaire entre l'existence et le non-existant ; lorsqu'on attend, on ne vit pas, on attend, on attend, et ce point zéro de l'attente nous rend presque infirme, nous maintenant dans une incapacité mentale à agir ou entreprendre quoi que ce soit." (p.82)
Globalement mon appréciation est positive parce que je trouve que l'auteur pousse son raisonnement au bout, jusqu'à l'absurde ; dans certains passages, on est carrément dans ce genre tant le propos devient irréel. Il peut devenir également drôle, franchement. D'ailleurs tout le roman est écrit sur un ton humoristique, désopilant comme dit en quatrième de couverture, ironique. Je ne suis pas un garçon ambitieux, je n'aime pas la compétition, je suis donc assez loin du monde que se crée Robert Lhomme, mais il faut bien reconnaître que nous avons tous en nous des envies, des désirs lesquels, poussés à l'extrême, peuvent nous envahir, surtout si l'on se retrouve seul sur une île. le mien par exemple serait que mon blog devienne le blog cité en exemple, le truc incontournable que tout le monde de la littérature -et plus large- viendrait consulter et dont on parlerait dans les soirées auxquelles je n'irais pas ma claustro-asociabilité m'en empêchant... enfin, THE blog quoi ! Mais bon, entretenir un blog sur une île déserte..., sans électricité et sans ordinateur...
Qu'en penserait Robert Lhomme, sans doute trouverait-il une solution ?
Lien : http://www.lyvres.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Rion06
  22 février 2017
Robert Lhomme, un jeune journaliste néo-zélandais fait naufrage sur une île déserte du Pacifique. Après avoir visité ce nouveau territoire et rencontré les différentes espèces qui peuplent ce bout de terre, le jeune homme réfléchit à sa vie et surtout à ce qu'il veut en faire. Peu à peu son rêve prend forme : ouvrir un supermarché sur cette île !
Robert est touchant, attachant, amusant même si parfois j'ai eu du mal à suivre ses raisonnements et à comprendre l'entêtement du jeune homme à vouloir ouvrir un supermarché dans un endroit désert mais bon, au fond, on peut se dire que son projet est ambitieux !!
A travers ce personnage, l'auteur aborde des thèmes centraux de notre société : réussite professionnelle, reconnaissance sociale, recherche du bonheur et bien évidemment, société de consommation. 
J'ai un peu été déçue par la fin car je ne l'imaginais pas comme ça mais bon, pourquoi pas... Globalement, j'ai bien apprécié ce livre que j'ai trouvé divertissant. Certains passages sont touchants et par moments, je me suis un peu retrouvée dans le personnage de Robert Lhomme et dans ses questionnements. 
Merci à Babelio et aux éditions Intervalles pour cet envoi dans le cadre de la dernière masse critique. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
DocteurVeggieDocteurVeggie   12 octobre 2017
Mon attitude de refuser d'adopter une attitude amicale envers la partie recouverte de la forêt était stupide. Depuis que j'avais posé le pied sur ce sol, je ne voulais pas admettre que cette espace relevait de ma juridiction et que j'en étais le maître. Il fallait que cela change.

Page 79.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : société de consommationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Dimitris Sotakis (1)Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
12998 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre