AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marie-Thérèse Cuny (Collaborateur)
EAN : 9782266137928
224 pages
Pocket (03/06/2004)
4.09/5   654 notes
Résumé :
Brûlée vive parce qu’"on" l’avait vue parler à un garçon !
Souad est née en Cisjordanie. Très tôt elle a appris que la vie des filles ne comptait pas. Sa mère a mis au monde un seul garçon, au milieu de plein de filles. Dès qu’une fille naissait, elle la tuait.
Avec une couverture en laine, elle l’étouffait. Je l’ai vu de mes propres yeux, murmure Souad. Cela se faisait devant tout le monde »
Cette mère mariée à 14 ans avec un homme de 40, il ne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (112) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 654 notes
5
53 avis
4
32 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
1 avis

SNaumiak
  27 octobre 2012
Contrairement à ce que dit Glow le 11/10/2010, Souad n'a pas été brûlée à l'acide, mais à l'essence. On lui a versé de l'essence et on l'a enflammée.
La pratique de la brûlure par l'acide existe cependant, notamment au Pakistan ou en Inde où une loi a été votée récemment pour l'interdire, après une bonne dizaine d'années de mises en application pour les mêmes raisons qu'on a pu vouloir tuer Souad : déshonneur, refus de se soumettre, improductivité...
Naziran témoigne d'avoir été brûlée à l'acide et rendue aveugle dans son livre "Brûlée à l'acide". Pour avoir refusé de coucher avec un voisin, celui-ci s'est vengé.
Dans ces pays musulmans où la femme est considérée comme moins qu'une bête et dominée par l'homme, où l'homme est en conséquence systématiquement immature, capricieux, orgueilleux et violent, une femme, quoi qu'elle fasse, qu'elle trouve le courage de préserver l'honneur de sa famille en refusant les avances d'un étranger ou qu'elle ne le trouve pas, de toute façon elle sera toujours au service des hommes de son pays pour deux choses : lui donner son plaisir, et payer à sa place pour ses faiblesses.
Dans ces pays, la femme est un punshing-ball, un défouloir, un outil de soulagement.
L'homme est aux commandes simplement parce qu'il a la force physique, que la femme n'a pas. Dans ces pays, il manque l'intelligence, qui n'est jamais cultivée ; donc la force physique de l'homme gagne toujours.
Ces témoignages ne sont pas des romans, comme quelqu'un l'a dit au sujet du livre de Souad (un magnifique "roman inspiré d'une histoire vraie").
Elles n'ont pas enduré leurs souffrances et pris la peine de raconter leur histoire à un écrivain, avec l'épuisement moral que ça implique, pour qu'on dise que leurs livres sont des romans tristes, et qu'il faut que les âmes sensibles s'abstiennent.
Personne ne doit s'abstenir. Il y a des témoignages qu'il faut lire, c'est un devoir de le faire pour nous, parce que la télévision ne peut pas tout nous montrer.
Si vous voulez vraiment que les mauvais traitements de ces femmes cessent, si elles sont des soeurs pour vous, et non des étrangères qui habitent loin et qui ont écrit un livre qui vous a diverti pendant quelques jours, alors il faut clairement recommander leur lecture, avec énergie.
Il faut arrêter la guimauve, la mièvrerie et l'à peu près. Elles souffrent : cela aurait pu être nous, à leur place. Montrons-nous dignes de la place de chanceuses européennes que nous occupons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
PiertyM
  14 juin 2015
Vraiment bouleversant! On reste coi, stupéfié, perplexe, on se croirait au moyen âge au moment de la chasse aux sorcières! Quelles coutumes! Si pour un rien, les femmes doivent être brulées vives, et les hommes? Ah si seulement, on pouvait leur bruler leur zizi...
Commenter  J’apprécie          514
florene1408
  24 mars 2021
Bouleversant et poignant témoignage d'une femme brûlée vive par son beau frère parce qu'elle a parlé à un homme puis s'est laissée convaincre de vivre une histoire avec lui car il lui avait promis le mariage. Naïve, elle a succombé à son charme mais quel va être sa vie ensuite, un enfer. Pour elle et pour son fils Marouan.
Les traditions ancestrales dans certains pays où communautés sont bien ancrées.
Si chacun ne voit pas plus loin que le bout de son nez, on peut trouver ça "normal" et accepter ces traditions en étant fataliste de sa propre condition... À lire absolument. On découvre un monde insoupçonné, caché et pourtant bien réel.
Commenter  J’apprécie          265
ELODIE88
  02 juillet 2016
J'ai été très touchée par le livre de Souad. Comment rester insensible à toutes ces horreurs gratuites?
Tellement révoltée aussi par ces crimes d'honneur qui sont impunis, tout à fait normaux alors que ce sont les hommes, les fautifs. Ah mais non ce sont les femmes qui salissent l'honneur de la famille même si elles se font violer ! Il faut s'en débarrasser.
Pauvres femmes qui sont considérées comme des moins que rien, des esclaves qui servent juste à donner naissance à des "FILS". Leurs animaux sont mieux traités qu'elles et c'est normal !!
Une grande leçon de courage donnée par Souad et qui je l'espère va permettre de sauver des vies humaines au Moyen-Orient grâce aux associations.
Commenter  J’apprécie          250
Ccelia
  20 août 2015
Souad nous raconte sa propre existence aidé de Jacqueline, la personne qui lui a sauvé la vie.
C'est un récit simple, sincère et plein d'émotion. Au fil des pages, on s'imagine autour d'un verre avec elle, en l'écoutant nous raconter sa vie. La sincérité mise en avant dans ce livre permet réellement de s'identifier à elle, à compatir, à avoir peur, à pleurer pour elle. Elle nous communique un immense sentiment de tristesse et d'indignation vis à vis de l'acceptation qu'ont ces femmes de n'être rien, un grain de poussière, uniquement par manque de savoir qui est bien sûre là justement cet "emprisonnement" aux coutumes de ces villages et de penser que c'est ainsi sur la terre entière et qu'il ne peut pas en être autrement.
Une première partie prenante sur sa vie là bas, en Cisjordanie, et une suivante sur son "renaissance" que j'ai un peu moins apprécier non par le manque de détails et d'intéressement car tout en sachant qu'il s'agit d'une histoire vraie, on ne peux que se réjouir de sa nouvelle vie et de voir la prise en charge médicale pour l'aider à s'en sortir) mais plutôt car je ne suis pas une adepte des histoires vrais et j'ai tendance à chercher des chutes, intrigues ou autres choses dans mes romans.
Un bon livre que tout le monde devrait lire pour avoir conscience de se qui peut se passer ailleurs et à l'inverse, de la vision que les gens venant d'ailleurs peuvent avoir sur nous, occidentaux libres de pensées et d'actes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
patachinhapatachinha   25 juin 2010
Préface

Je vivais dans l' anonymat et la souffrance d' une injustice que je pensais incommunicable. Les femmes victimes de " crimes d' honneur " meurent ou se taisent à jamais.
Lorsque j' ai pu enfin l' exprimer dans ce livre, et ensuite dans les médias, mon existence a été transformée. J' ai survécu par miracle et retrouvé mon fils perdu dans les souffrances de ce drame. J' ai refait ma vie alors que d' autres meurent ou se terrent même jusqu' en prison pour garantir une survie toute relative. Les associations humanitaires se battent dans certains pays contre cette coutume masculine et barbare et je veux encore redire que sans la fondation Surgir, je serais morte. Seule, une femme n' a aucun espoir d' échapper à la vengeance d' une famille qui considère sa virginité comme l' honneur de tout un clan. Des fondations et associations locales se battent toujours dans l' anonymat, car sans cet anonymat, celles qui osent braver le clan sont condamnées à vie, recherchées, et parfois exécutées froidement. Il faut continuer à aider la fondation Surgir car c' est la vie de jeunes innocentes qui est en jeu. C' est essentiel.
Jeune fille illetrée, premier témoin vivant parlant de " crimes d' honneur ", j' ai découvert non seulement la liberté d' expression, mais l' acceptation d' un corps que je croyais meurtri à jamais. Je me dois d' utiliser cette chance qui m' a été offerte.
Je parle au nom de toutes celles qui en souffrent aujourd' hui dans le monde et je ne cesserai d' en parler le reste de mes jours, jusqu' à mon dernier souffle.
Ce récit a été traduit dans plus de vingt pays, mon témoignage a donc entrepris de parcourir les librairies du monde entier, à la portée de toutes les femmes et de tous les hommes.
Ce livre est mon plus grand espoir, je souhaite qu' il redonne à d' autres femmes la liberté de vie, qu' il pénètre dans le coeur des hommes et les arrache enfin à cette barbarie d' un autre âge.
Au nom de toutes mes soeurs victimes et en mon nom personnel, je remercie tous ceux et celles qui ont permis d' abord ma survie, puis ma nouvelle vie, et qui m' ont donner le pouvoir d' informer. Je rêve d' un monde dans lequel les hommes auront pris conscience de l' atrocité de la coutume des " crimes d' honneur ", d' un monde où les femmes ne seront plus soumises.
Souad, Janvier 2004

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
katiStorieskatiStories   05 octobre 2012
Je suis sur un lit d'hôpital, recroquevillée en chien de fusil sous un drap. Une infirmière est venue arracher ma robe. Elle a tiré méchamment sur le tissu, la souffrance m'a paralysée. Je ne vois presque rien, mon menton est collé sur ma poitrine, je ne peux pas le relever. Je ne peux pas bouger les bras non plus. La douleur est sur ma tête, sur mes épaules, dans mon dos, sur ma poitrine. Je sens mauvais. Cette infirmière est si méchante qu'elle me fait peur quand je la vois entrer. Elle ne me parle pas. Elle vient arracher des morceaux de moi, elle met une compresse et elle s'en va. Si elle pouvait
me faire mourir, elle le ferait, j'en suis sûre. Je suis une sale fille, si on m'a brûlée c'est que je le méritais puisque je ne suis pas mariée et que je suis enceinte. Je sais bien ce qu'elle pense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
CindolCindol   15 juin 2016
Je ne veux pas qu'on entre dans la tête de mes enfants ce qu'on a mis dans la mienne, et que j'ai tellement de difficulté à en faire sortir. J'essaie d'y réfléchir, et je me rends compte que, si on m'avais dit que j'avais les yeux bleus sans me donner de miroir, toute ma vie j'aurais cru que j'avais les yeux bleus. Le miroir représente la culture, l'éducation, la connaissance de soi-même et des autres. Si je me regarde dans un miroir par exemple, je me dis :
"Qu'est ce que tu es petite!"
Sans miroir, je marcherai sans m'en rendre compte, sauf si je suis à côté d'un grand. Et je penserai quoi, du grand, s'il marche aussi sans savoir qu'il est grand?
Je commence à réaliser que je ne connais rien aux juifs, que je n'ai pas appris leur histoire, et que, si je continue comme ça, moi aussi je dirais à mes enfants que le juif est un halouf! Je leur transmettrai une bêtise au lieu du savoir et de la possibilité de penser par elles-mêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
darkmoondarkmoon   17 mars 2014
Aujourd’hui encore, il m’arrive d’y penser. J’aurais préféré mourir, c’est vrai, que d’affronter cette deuxième vie que l’on m’offrait si généreusement. Mais survivre dans mon cas, c’est un miracle. Il me permet maintenant de témoigner au nom de toutes celles qui n’ont pas eu cette chance, qui meurent encore de nos jours pour cette seule raison : être une femme.
Commenter  J’apprécie          280
PiertyMPiertyM   14 juin 2015
Est-ce que mon frère aimait sa femme? L'amour est un mystère pour moi à ce moment-là. Chez nous, on parle de mariage, pas d'amour. D'obéissance et de soumission totale, pas de relations d'amour entre homme et femme. Seulement d'une relation sexuelle obligatoire entre une fille vierge achetée pour son mari. Sinon l'oubli ou la mort. Alors où est l'amour?
Commenter  J’apprécie          230

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : cisjordanieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1246 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..