AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782747054089
150 pages
Bayard Jeunesse (19/02/2015)
3.84/5   50 notes
Résumé :
Maliki est une jeune fille de 13 ans, qui se sent différente des autres. Et à juste titre. Avec ses cheveux roses et ses oreilles pointues, elle est aussi plus mature et lucide que ses camarades. Jeune collégienne, Maliki traine un lourd secret. Son corps sert d’abri à une créature surnaturelle nommé Lady : fusion de l’esprit de son défunt chat et de l’esprit de Maliki, cette fille féline, s’éveille doucement et aimerait bien sortir et découvrir le monde...
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,84

sur 50 notes
5
5 avis
4
5 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis

deidamie
  07 mars 2019
« Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, j'ajoute une couverture rose de plus à ma collection avec ce roman ado de Maliki/David Souillon, L'autre fille dans le miroir.
Or donc Maliki a treize ans, des oreilles et des canines pointues, des cheveux roses. Vous pensez que cela rend la vie difficile au collège, milieu hostile ? Vous avez raison, mais ce n'est pas son plus gros problème. Maliki est possédée. Une créature étrange se tapit en elle, prête à tout casser si elle en perd le contrôle…
-Quel début prometteur ! J'adore ce genre d'histoire !
-Tu m'étonnes… Bref, quand j'ai ouvert ce livre, j'ai eu la surprise de ma vie. Je n'avais jamais vu ça dans un roman jeunesse. Ou alors je n'avais pas fait attention, c'est possible aussi. Mais là, ça m'a sauté aux yeux.
-Quoi donc ?
-Quelque chose d'incroyable, à laquelle je ne m'attendais vraiment pas. Quel choc ! Je ne sais pas si je peux le dire. Vous seriez soufflés, vous aussi.
-Ca va spoiler ?
-Non.
-Alors tu peux le dire ! C'est quoi, c'est quoi, c'est quoi ?
-J'hésite…
-Alleeeeeez, dis-nous ! Je veux savoir !
-Bon, d'accord. Mais attention, hein, c'est du scoop littéraire de folie. C'est…
-C'est ?
-… la typographie !
-… Pardon ?
-La typographie !
-C'était un « pardon » rhétorique, Déidamie ! Sérieusement, c'est quoi ce scoop de m… euh, débile ? La typographie ? C'est écrit petit, en gris et puis c'est tout !
-Mais non, ce n'est pas tout ! Regarde mieux cette police. Note donc tous ces gracieux empattements à chaque caractère ! Ils donnent un aspect délicat et raffiné au texte. Point de brut, madame, de l'élégance.
-C'est quoi, un empattement ?
-C'est l'encre que tu ajoutes aux extrémités des caractères pour les rendre plus agréables à regarder. Tu as des polices où le dessin reste sobre et brut, avec la lettre et rien de plus, et d'autres où tu décores un peu les barres des t, des k… pour obtenir un texte plus joli. La page Wikipedia l'explique très bien, va donc voir.
-Bon, le dessin des lettres est joli, et après ? Ca ne suffit pas pour faire un bon bouquin ! En plus, j'ai lu que l'histoire contient des extraits de journal intime. Ca promet d'être niaiseux.
-Non, pas du tout ! ‘Fin, si, un peu, mais rien que de très normal pour une petiote de treize ans, les déclarations d'amour à son journal… J'ai trouvé le ton de Maliki plutôt réaliste. Ben oui, c'est comme ça qu'on écrit à son journal quand on a treize ans.
Ces passages restent intéressants parce qu'ils présentent les sentiments de la jeune fille de façon directe, sans filtre. Ils déclinent d'autres formes d'humour que celles de la narration : Maliki à la première personne est très drôle sans le vouloir. D'ailleurs, à mon sens, le principal atout de ce roman, c'est…
-Oh non, pas encore le coup du suspense pour une réponse naze, pitiééé…
-… L'humour !
-Ah, ça va.
-L'humour est omniprésent dans l'histoire. Tout le texte ou presque baigne dans l'humour noir, le sarcasme, l'ironie. J'ai mis en citation une de mes blagues préférées. Tu craignais de la niaiserie plus haut, non ? Grâce à ce regard désabusé, le roman ne tombe jamais dans le gnan-gnan.
-Non, mais alors, non. Si c'est rempli de sarcasmes gratuits, je ne suis pas d'accord. C'est facile de se moquer de tout !
-Certes, mais ce n'est pas le cas ! La noirceur, l'amertume, la tristesse sont équilibrées par une profonde affection : pour les proches, les chats, la nourriture, les arbres… J'ai beaucoup aimé le travail sur l'environnement de Maliki : les objets et les choses sont souvent personnifiés. le vieil hôpital « attend paisiblement », la latte « s'étire langoureusement », les toasts jaillissent du grille-pain « au garde-à-vous »…
Cela donne un effet surprenant et poétique, comme si tout vivait et sentait autour de l'héroïne, comme si le décor jouait son propre rôle dans l'intrigue et vivait indépendamment de Maliki. le texte accorde également une grande importance à ce qu'on sent, voit et entend, le bruit des pas sur le pont de bois, la douceur de l'eau…
Bref, le gris morose alterne avec le rose de la tendresse, la douleur, le mal-être avec la satisfaction et les plaisirs simples de la vie quotidienne. Ce roman parle de tristesse et aussi de joie. La vie, quoi !
-Bon, tout ça est bien joli, mais t'as pensé aux lecteurs qui veulent lire une chouette histoire et pas un film Arte contemplativo-philosophique sur la beauté qui est partout dans nos vies à condition d'ouvrir les yeux pour la voir ?
-Ne t'inquiète pas, l'action n'est pas en reste pour résoudre le mystère ; l'âge et le passé des protagonistes occasionnent maintes poussées émotionnelles*.
-Et bien moi, je vais pas me montrer aussi élogieuse que toi, Déidamie ! J'ai des reproches à faire à ce roman. Pour commencer, je trouve que certains détails ne reflètent pas la rigueur scientifique dont pourtant se réclame Maliki : la bipolarité, par exemple, ce n'est pas la même chose que le trouble de la personnalité multiple !
-Depuis quand tu t'y connais en psychiatrie ?
-J'y connais rien, mais quand je cherche les définitions, elles ne collent pas du tout !
-Moui, bon, c'est un roman jeunesse, ils vont pas se rendre compte, les mômes…
-Déidamie !!! « Il ne faut jamais… »
-Pffff…
-Ah si, si, si ! Avec moi : « Il ne faut jamais…
*toutes les deux ensemble*-… rater une occasion de s'instruire**. »

-Et c'est justement parce qu'il s'adresse à la jeunesse qu'il ne faut pas se tromper et vérifier ses informations. Pour continuer, je me demande s'il a été bien relu. J'ai trouvé des fautes, et surtout, une grosse incohérence ! Rhôlâlâââ !
-Cela m'étonne un peu… je croyais que Bayard était une boîte fiable… je me demande comment s'est passée la genèse éditoriale…
-Pas assez bien, visiblement.
-Quoi qu'il en soit, L'autre fille dans le miroir reste un roman d'excellente facture pour tous les amateurs de l'humour de Daria et de fantastique. Il aborde des thématiques variées et sensibles que je ne vais pas détailler pour ne point divulgâcher. Je me demande bien comment l'histoire va se développer par la suite, même si j'ai ma petite idée pour certains personnages... »
*Expression lâchement copiée du roman.
**Joseph Pagnol, père d'un certain Marcel, in La Gloire de mon père.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          268
ReveursEtMangeursDePapier
  18 avril 2015
Un univers unique et mystérieux!

Maliki est loin d'être une jeune fille ordinaire. Son apparence particulière intrigue puisqu'elle a les cheveux rose et les oreilles pointues. Mais ce n'est pas tout, elle a aussi une créature qui vit en elle. Une créature qui lui pompe son énergie, qui voudrait bien sortir et qui se manifeste surtout lorsque Maliki ressent des émotions fortes. Pour n'avoir lu aucun résumé du livre, j'avoue avoir eu une agréable surprise concernant ce qui habite Maliki. C'est très original, j'adore! Grâce (ou à cause) de cette créature, Maliki développe d'étranges pouvoirs. Et pour couronner le tout la cohabitation cause bien des soucis à Maliki, qui a du mal à comprendre et contrôler la créature.

Maliki est une héroïne pleine d'énergie, et qui a un fort caractère. C'est une jeune fille plus mûre que ces camarades de classe et très indépendante. J'ai très vite accroché avec son personnage. Sa différence touche, tout comme son parcours en tant que jeune fille qui a un truc qui cloche ^^. J'ai trouvé que c'était une lecture jeunesse vraiment agréable. Maliki doit grandir avec une créature en elle et j'ai aimé suivre son évolution, savoir si elle allait réussir à s'affirmer.
On découvre quelques passages de son journal intime de temps en temps. Elle s'y confie et explique ce qui lui arrive, comment elle se sent et ce qui l'effraie, comme une adolescente normale le ferait. C'est un phénomène étrange qu'elle ne peut expliquer, c'est donc très dur pour elle d'en parler autour d'elle, et ça se comprend! L'aide du docteur Pilven va donc être précieuse pour Maliki. Il va l'aider à découvrir ce qu'il y a en elle, et lui faire comprendre qu'elle n'est pas folle, qu'il ne s'agit pas d'une maladie mentale, tout en pratiquant sur elle diverses expériences étranges. le plus intéressant (et perturbant puisque le traumatisme est là) c'est que Maliki fait des rêves fréquents avec des proches qui ont perdu la vie quelques années auparavant, et plus on avance dans la lecture plus on fait doucement le lien avec sa spécificité. Mais j'ai surtout aimé que les réponses évoluent tranquillement en fonction de son acceptation. C'est donc une histoire qui a une belle touche de fantastique et de mystère. Et les personnages qui entourent Maliki ne sont pas en reste. Sarah, Ranjit, Rafael, le docteur Pilven... on a l'impression que certains pourrait bien avoir un peu de magie en eux, comme Maliki.

A coté de ça, Maliki rencontre les mêmes problèmes qu'une ado ordinaire alors je pense que de jeunes lecteurs pourront très facilement s'identifier. le collège et les relations avec les élèves de sa classe ne sont pas toujours faciles. C'est donc un roman où il est aussi question d'amitié, de premier amour, et du regard des autres lorsqu'on est différente. Vous prenez donc les préoccupations et petits soucis d'adolescents, puis les crises, les cauchemars fréquents, et les capacités extraordinaires de Maliki, et vous avez un roman jeunesse bien entraînant et spécial entre les mains.

Je ne connaissais pas du tout l'univers et l'histoire de Maliki, déjà publiée sous forme de bandes dessinées. C'est donc une totale surprise et je ne suis pas déçue. Je pense même me pencher sur les bandes dessinées très rapidement. le roman met en scène Maliki à l'âge de treize ans, et les bandes dessinées lorsqu'elle en a quinze. Ce serait tout de même très sympa d'avoir une suite en format roman puisque la fin de ce premier tome nous dévoile un élément assez inattendu qui donne furieusement envie de continuer à suivre Maliki.

Verdict : Une belle découverte! Maliki est une petite héroïne originale et très attachante, qui promet encore bien des aventures. Et je pense que cette présence dans le corps de Maliki n'a pas fini de nous surprendre!
Lien : http://revesurpapier.blog4ev..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cristalya
  02 janvier 2017
Maliki est une jeune fille de treize pas comme les autres : comme le résumé l'indique, elle a les cheveux roses et des oreilles pointues. Mais, de plus, lorsqu'elle était petite, d'étranges événements la rendant violente et agressive la menèrent à consulter un spécialiste. Celui-ci réussit à arrêter ces événements, seulement, ces derniers resurgissent au début de l'adolescence. Nous suivons alors le personnage de Maliki dans sa vie quotidienne, alternant entre récit à la première personne lorsque celle-ci écrit dans son journal intime, et la troisième personne lorsqu'elle se sépare de ce dernier. Nous vivons alors son premier amour, ses premiers émois, disputes, ... c'est-à-dire l'adolescence, avec toutes les émotions qu'elle pourvoit.
L'auteur nous raconte de manière réaliste cette période de la vie, avec un style d'écriture approprié pour cette histoire, que cela soit à la première ou à la troisième personne. D'ailleurs, le récit se déroule dans les années 1990, et cela se retrouve dans l'environnement de Maliki, avec les anciennes voitures, ... On suit le personnage dans ses problèmes, sans trop savoir à quoi s'attendre dans l'avenir. Tout semble compliqué pour la jeune fille, qui voudrait juste être normale et avoir ses quelques amis avec elle. On oscille alors entre normalité et surnaturel, deux univers entre lesquels Maliki avance péniblement.
Les personnages de Maliki, Ranjit et Sarah sont attachants, tout comme Sabrina que nous ne connaissons finalement peu, tandis que certains personnages nous donne envie de les frapper. On a donc un ensemble homogène de personnages, qui entoure la vie de Maliki.
Si on connaît la bande dessinée, on retrouve avec plaisir Maliki dont on découvre une partie de l'enfance et de l'adolescence dans ce roman. Cela permet aussi de mieux percevoir certaines descriptions, notamment celle de Lady, ou encore celles qui nous annoncent l'arrivée prochaine d'Electro dans l'histoire. Plusieurs liens qu'on associe alors facilement avec la bande dessinée si on l'a déjà lu.
En résumé, on passe un très bon moment avec cette histoire, qui comporte des personnages attachants, et où le naturel et le surnaturel se côtoient. On retrouve plusieurs personnages déjà connus pour certains dans la bande dessinée, dont on retrouve quelques éléments dans le roman, qui chronologiquement se situe avant la bande dessinée. le roman ne nécessite pas d'avoir déjà lu la bande dessinée, mais l'avoir déjà lu permet de tout de suite reconnaître certaines choses qui apparaissent dans la bande dessinée. La fin met en haleine, et nous laisse deviner une suite, qui est déjà sortie au moment où j'ai lu ce premier tome, qu'on a envie de connaître afin d'en savoir plus sur la vie qui sort de l'ordinaire de Maliki.
Note de 3,5/5 sur le blog
http://reverdebouquinsenlivres.blogspot.com/2016/12/chronique-maliki-tome-1-lautre-fille.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Prose-Cafe
  13 juillet 2019
Maliki Tome 1 L'autre fille dans le miroir est un roman fantastique que le père Noël à ramener à ma nièce. Ma cousine (sa mère lol) vous donne son avis sur cette lecture.
J'ai bien aimé cette jolie histoire, mi fantastique, mi réelle, de cette jeune collégienne de 13 ans, Maliki, qui a du mal à gérer ses émotions, qui s'isole et se sent différente, et qui, en plus, se croit posséder par un monstre.
Les souvenirs d'enfance de Maliki l'obsèdent, elle rêve chaque nuit de sa meilleure amie qui est décédée, et de sa petite chatte qui s'est faite écrasée. 🙁
Elle a parfois des pertes de conscience inattendues et incompréhensibles, et à son réveil se retrouve affamée comme un ogre, dans un environnement totalement ravagé à coup de griffes.
Au fil du roman, et grâce à l'aide d'un drôle de Docteur/savant fou, et de son énigmatique ami Hindou, Ranjit, elle va apprendre à se libérer de ses angoisses, et en même temps à dompter et mieux connaître ce « monstre » en elle, qui n'est autre que sa petite chatte Lady aux pouvoirs surnaturels.
Selon moi le roman recèle aussi un double sens sur le passage de l'enfance à l'adolescence et à l'acceptation de « grandir », la difficulté à comprendre et à gérer les colères et les désirs qu'on a en nous, et qui sortent de façon incontrôlables.
Une fois que Maliki accepte de ne plus vivre dans les souvenirs du passé, c'est à ce moment qu'elles réussissent à cohabiter dans le même corps sans se dominer l'une l'autre.
C'est aussi un roman sur les amitiés, les premiers amours de collège, et les premières déceptions qui vont avec. C'est adapté de la BD du même nom, et je craignais que le style soit bâclé comme bien souvent dans les romans du genre Chica Vampiro ou autre. Mais au contraire, c'est vraiment très bien écrit, avec de jolies tournures de phrases, des descriptions détaillées et soignées. Les chapitres alternent entre récit narratif et pages extraites du journal intime de Maliki ce qui ajoute une sorte d'intimité supplémentaire avec l'héroïne et nous la rend d'emblée très attachante. En plus, les pages sont agrémentées de mignons petits croquis illustrant certains passages de l'histoire.
N'ayant plus 13 ans depuis longtemps (!), je n'ai pas lu l'histoire avec les mêmes yeux que ceux qu'auraient eu ma fille, et j'ai peut être trop analyser les choses. Néanmoins, j'ai passé un agréable moment.
PS : j'ai retourné le livre dans tous les sens, et il n'y aucun nom d'auteur ?
P.P.S : L'auteur est noté en titre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Perlune
  11 septembre 2015
Maliki, héroïne éponyme de bandes dessinées a ici 13 ans et son adolescence n'est pas chose aisée. En plus de se sentir différente avec ses oreilles et ses longues canines pointues, ses cheveux roses, et le fait qu'elle soit plus mûre que les enfants de son âge, elle a un problème bien plus grave. Suite au choc de la perte de sa chatte Lady, l'âme de celle-ci a fusionnée avec la sienne, créant une créature étrange qui cohabite avec elle dans son corps et qui aimerait bien en sortir. Cette présence surnaturelle lui provoque, avec la tristesse et la colère, de violentes crises au cours desquelles elle déploie une force surhumaine et dangereuse. Avec l'aide du fameux docteur Pilven, elle devra apprendre à la laisser sortir pour ne pas se perdre…
Si vous aimez les bandes dessinées Maliki, vous adorerez ce roman et si vous ne les connaissez pas encore, il vous en fera découvrir le fantastique univers ! L'auteur nous offre ici un super livre, moitié journal intime et moitié roman, pour nous confier l’adolescence de notre héroïne. En une sympathique et prenante intrigue fantastique tout en suspens, aventure et émotions, ce roman lève ainsi le voile sur une période difficile de la vie de Maliki, due à l'adolescence et aux blessures douloureuses et vives de son enfance : la perte de son chat, de sa meilleure amie et du chat de celle-ci, le divorce de ses parents et toute la solitude qui en découle. L’on retrouve le style de l'auteur, ses dessins et la personnalité de la Maliki que l'on connait si bien en un roman très émouvant nous peignant une tendre métaphore, d’abord sur le fait que les êtres que l'on perd sont toujours en nous : ils ne s'évanouissent jamais complétement et contribuent à ce que nous sommes, mais aussi sur celui qu’il faut accepter le départ de l’être aimé pour vivre en paix et ne pas risquer de se laisser détruire. Vivement le deuxième tome qui se fait attendre avec impatience !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
lilouptitelfelilouptitelfe   04 juin 2016
- Bah, pas grand-chose. Hier j'ai découpé plusieurs arbres et quelques rochers avec mes ongles, et cette nuit, mon amie d'enfance décédée m'a expliqué que mon chat, Lady, était encore vivant à l'intérieur de moi. Quand je me suis réveillée - après avoir déchiré mes vêtements et mes draps ici présents -, je me suis regardée dans le miroir, et j'avais deux yeux jeunes. Rien d'extraordinaire quoi.
Commenter  J’apprécie          70
PegLutinePegLutine   26 novembre 2015
Lorsque toute la classe avait entonné à la flûte une stridente interprétation de L'Hymne à la joie, elle avait aussitôt renommé mentalement ce morceau "Concerto moisi en postillons pour flûtes qu'on égorge". Le visage bouffi et les joues gonflées de Gros Maxime, soufflant de toutes ses forces dans sa flûte sans penser à bouger les doigts, lui firent changer ce titre pourtant prometteur en "Hymne à l'euthanasie de masse".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PegLutinePegLutine   26 novembre 2015
- Ecoute-moi bien, Benoît, mon cher nouvel ami. Il y a bien un endroit où j'aimerais sortir avec toi. Ça s'appelle le vide intersidéral. J'aurais une combinaison spatiale, et toi non, et je te regarderais attentivement devenir tout bleu. Puis, je te donnerais une pichenette, pour t'envoyer dériver sans fin vers une nébuleuse, jusqu'à ce que tu ne fasses plus qu'un avec le vide qui règne déjà dans le caillou aride qui te sert de coeur. Puis je rentrerais me laver les mains et boire un chocolat chaud. Qu'en dis-tu?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
deidamiedeidamie   27 février 2019
Maliki se demanda si elle arriverait à noyer Benoît dans les toilettes et à faire passer ça pour un accident.
Commenter  J’apprécie          112
ArkeaneArkeane   16 novembre 2018
J’étais largement en avance, et j'ai attendu le début du cours sous le préau. Sarah était censée revenir aujourd'hui, et je voulais l'intercepter avant qu'elle rentre en classe, et tout lui expliquer. Je guettais les arrivées, quand, dans mon dos, j'ai entendu une voix crier mon nom. Je me suis retournée, et j'ai reçu une Sarah tout émue dans les bras. Elle m'a serrée de toutes ses forces. Elle pleurait en disant : « Je suis désolé ! » J'ai pleuré un peu aussi et on s'est assises sur un banc pour discuter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Souillon (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Souillon
Bande annonce du roman Maliki tome 2 : L'esprit empoisonné
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Maliki tome 1

Quel âge a Maliki ?

15
13
17
19

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Maliki, tome 1 : Maliki broie la vie en rose de SouillonCréer un quiz sur ce livre