AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2353712967
Éditeur : Champ Social Editions (17/01/2013)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Il s'appelle Fulbert Roty. Il est rentier, asocial et complexé par la sonorité du patronyme dont l'a étrangement affublé sa mère, pianiste virtuose. Il se sent aussi très seul et déteste les vieilles peaux. Peut-être parce que sa mère n a pas eu l'occasion d'en devenir une. Elle est décédée un matin il avait dix ans juste après l'éclosion d un perce-neige, une brève coupure d'électricité et la toilette matinale de son père. Depuis, Fulbert affiche une véritable pass... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
blandine5674
  19 août 2017
Du déjanté comme j'aime ! Un mélange de ‘Mon chien stupide' de Fanté, de la nouvelle ‘La sirène baiseuse de Venice' de Bukowski. On peut y ajouter, Vian, Duras, Gary, et encore d'autres, ainsi que des références à Gainsbourg et Verlaine.
Des personnages atypiques entourent Fulbert (rentier, solitaire, asocial), obsédé par la mort et les fleurs, d'où le titre si bien choisi.
Un premier roman pour un style à l'humour noir prometteur.
J'ai adooooooooooorééééééé.
Commenter  J’apprécie          101
Madamedub
  28 janvier 2013
Seconde et nouvelle parution de la jeune et féconde association DuB Editions, Les cadavres en fleurs est un court roman très agréable à lire.
Après le premier texte mexicain de Carmen Boullosa publié en septembre 2012, nous avons cette fois à faire à un roman français d'une jeune auteur très prometteuse : Elodie Soury-Lavergne, lauréate du concours du jeune écrivain 2011. Sa soif d'écriture a visiblement payé puisque l'essai est, selon moi, transformé.
Le roman, écrit à la première personne, relate la vie d'un personnage un peu particulier : Fulbert Roty. Avec un nom pareil (élément clé du récit puisque notre ami s'en plaint constamment) vous imaginez bien que le héros est légèrement tourmenté et je dirais même « bizarre » ! Comment ne pas s'interroger sur la provenance et l'attribution d'un tel patronyme, nom musical et loufoque au possible qui choque littéralement l'intéressé, qui espérait beaucoup mieux de la part d'une maman pianiste…
Il est très difficile de résumer le texte et d'en parler, car je pense que l'intrigue n'est pas l'essentiel et revêt finalement assez peu d'importance. le récit est très aérien et je me suis vraiment laissé entrainer dans sa lecture, seul avec Fulbert, partageant son univers. Je vous invite à faire pareil !
Fulbert est un être qui vit dans sa bulle, replié dans une grande maison de province et sans ami. Il est un peu misogyne, très renfermé sur lui-même et regrette amèrement la disparition prématurée de sa virtuose de mère. Il semble, pour couronner le tout, qu'il déteste particulièrement les « vieilles peaux » et le démontrera tout le long de son histoire avec humour et férocité.
Riche (l'héritage de sa défunte mère est conséquent), il vit reclus et tente, pour la forme, de travailler mais ne parvient pas à s'insérer durablement dans la communauté de son village.
Il rencontre Cindy qu'il épouse (presque contre sa volonté, qui voudrait vivre avec un piaf ?) et se fascine progressivement pour les fleurs qui sont capables de sécher et d'être gardées à vie auprès de soi. Les aventures de Fulbert sont peuplées de personnages hauts en couleurs et de rencontres improbables.
Le ton est très léger, très agréable à lire, les chapitres sont courts et vraiment percutants, je n'ai pas vu le temps passer en me plongeant dans ce livre.
L'ouvrage décrit plus un monde légèrement mystérieux, un univers singulier et très particulier ; en effet le héros fait de drôles de rencontres et on sent que les enjeux se passent à l'intérieur de son crâne : le Stewart cannibale, le chien juif circoncis…
Si je devais conseiller l'auteur pour une transposition sur les écrans et donner des pistes aux futurs lecteurs, je penserais au tandem Caro / Jeunet qui dépeint toujours des univers bien particuliers et personnels sortis de leurs imaginations : Amélie poulain, Mics Macs à tire la rigot ou encore mieux : Délicatessen.
Vous l'aurez compris, aucun livre ne ressemble à celui-ci et je ne peux que vous encourager à entrer dans le monde, à la fois merveilleux et terrifiant, de Monsieur Roty.

Lien : http://dubeditions.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Borian
  27 mars 2013
Un premier roman assez décalé. Des personnages loufoques, qu'il s'agisse de Fulbert, le personnage principal, de Rabbin, son chien juif circoncis, du piaf qui lui sert de compagne... C'est aussi une jolie réflexion sur la mort, la vieillesse, la solitude et le deuil.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   19 août 2017
La seule chose immuable en ce monde, c’est l’argent. Et tout l’intérêt qu’il suscite.
Commenter  J’apprécie          92
blandine5674blandine5674   19 août 2017
Des tas de vieilles peaux ont cherché à me consoler de la mort de maman. En m’affirmant que les artistes s’immortalisent par leurs oeuvres. Faut pas être très malin pour y croire. Même à l’âge de dix ans, je ne me suis pas laissé avoir.
Si c’était vrai, tout le monde chercherait à écrire des bouquins, des chansons, se mettrait à peindre ou à danser, au lieu de consacrer toute une vie à un boulot ingrat, à l’éducation de quelques marmots qui, soit dit en passant, conduisent plus à la folie qu’à l’immortalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : humour noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15063 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre