AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369742933
Éditeur : Akata (05/07/2018)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Que le magical world aille se faire foutre, car voici venir la plantureuse Kayo, la magical girl la plus badass que le manga a jamais connu ! Foutraque jusqu'au bout des nichons, addict à la nicotine et à l'alcool, cette voyou irrécupérable va devoir défendre l'Humanité contre l'invasion des terribles streumons...
Quand l'Humanité est en danger, elles sont le dernier rempart pour nous sauver... Les adorables et pures Magical Girls, de tout temps, ont veillé ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Lunartic
  07 juillet 2019
Tout d'abord, je tiens à remercier du fond du coeur les éditions Akata pour l'envoi de ce titre décapant qui mène la vie dure aux clichés enrobés de sucre candi des mangas shôjo dits "magical girl". En effet, ce seinen qui inaugure à la perfection la nouvelle collection WTF?!, qui ne pouvait mieux porter son nom dans le cas présent, de chez Akata les détruit un par un en leur crachant à chaque fois une bouffée de cigarette Cherry à la figure. Moi qui a été bercée par les animes typiques du magical girl à la Sakura ou à la Tokyo Mew Mew durant toute mon enfance et qui continue de les chérir tendrement même adulte (I'M NOT ASHAMED GUYS, NOT ONE BIT), autant vous dire que mon genre de manga/anime favori en prend pour son grade, et se fait même franchement piétiner dès le tome un, mon enfance est massacrée avec une telle force... Et pourtant, qu'est-ce que j'ai kiffé ça ! ♥ HOLY SHIT, c'est le cas de le dire !
L'histoire de ce manga à l'humour trash imparable débute avec Myu, qui incarne l'animal/créature de compagnie typique du manga Magical girl. du moins, au départ et en apparences : Myu se prénomme ainsi car c'est l'onomatopée qui ponctue chacune de ses fins de phrase ; il a un physique de petite créature enrobée avec des ailes trop craquante (je me le suis imaginée de la même couleur que Kero-chan dans CardCaptor) ; il est serviable et essaye d'être de bon conseil et de se rendre utile comme tout bon compagnon de super-héroïne qui se respecte, ou dans le cas de ce manga, comme tout ieud qui se respecte. Les ieuds sont ici les divinités chargées de dénicher les Magical girl pour les former à combattre les stremons et à sauver leur monde. Je mourrais d'envie d'entrer dans le manga et de serrer tout fort mon petit Myu dans mes bras dès que je le voyais, c'est-à-dire à chaque planche, tant il est trop choupinours. Sur 192 pages, ça fait beaucoup de câlins, je sais, surtout que Myu se révélera être plein de surprises, humhum, mais je ressentais le besoin de le consoler et de l'inonder de tout mon amour car il est constamment malmené par Kayo, pauvre ! Il a eu le don pour choisir sa Magical girl, ça, c'est certain !
Kayo est en effet la super-héroïne qu'il choisit pour sauver l'humanité des ignobles stremons, des démons gigantesques attirés comme des aimants par les émotions négatives. Il faut croire que la Terre est le monde qui en concentre le plus (non, tu crois ?)... J'ai failli, comme Myu, me faire avoir par les apparences : Kayo semble de prime abord être une jeune fille fragile et délicate, avec sa petite taille, ses sublimes boucles anglaises, que la mangaka dessine à la perfection, sa jupe de lycéenne trop courte façon Sailor Moon et ses yeux de biche. En réalité, que de violence en elle, mes aïeux ! Accro à la nicotine comme à l'air qu'on respire, amatrice des jeux vidéos de combat tels que Mortal Kombat ou Street Fighter dont elle a tout appris selon ses dires, Kayo ne demande qu'une bonne baston et à faire pisser le sang de son adversaire pour être heureuse. Que les stremons tremblent devant elle, fuyez, pauvres fous ! Elle me fait carrément flipper, je n'aimerais pas me la mettre à dos ! Néanmoins, on sent également que Kayo cache une part de sensibilité en elle, et qu'elle souffre grandement de la solitude. En effet, elle vit seule dans le bunker à la domotique de haute pointe créé par son génie de père, et ses parents ne sont jamais à la maison. Kayo, c'est un peu la Tsundere de high level : on ne peut que s'attacher à elle, même si son inclination pour la violence, la cigarette (merci papa d'avoir constitué le stock !) et pour la vulgarité la rendent angoissante. Cette fille n'a même pas besoin de se transformer en Magical girl pour se battre. Et le peu de fois où elle le fait, eh bien... Disons que son costume ne cache pas grand chose, et que cela en fait réagit certains de façon visible. Je pense que, sous ses boucles de princesse et son je-m'en-foutisme légendaire, Kayo est une fille qui a le coeur sur la main, même si elle préférerait vomir (pour ne pas employer le verbe en c très grossier) des arcs-en-ciel plutôt que de l'avouer, et qui ferait n'importe quoi pour ses amis. Ça, en revanche, elle l'affirme haut et fort, et c'est beau. Aussi, pour montrer à quel point le détail est poussé dans ce manga, la contrepèterie de son nom et prénom Kayo Majiba, Maji Bakayo, signifie "vraiment ridicule". Or, le titre japonais de mon dessin animé préféré de tous les temps, Ojamajo Doremi, signifie, approximativement, "la ridicule petite sorcière Dorémi". Coïncidence ? I DON'T THINK SO. (I DON'T HOPE SO, AT LEAST) Ainsi, chaque personnage humain de l'histoire se voit gratifier d'une signification de son nom et prénom par contrepèterie, qui définit assez bien et clairement la personnalité de chacun. Un autre exemple : Nako Shûsai, "Shûsai Na Ko", soit enfant intelligent. J'ai trouvé cela excellent, et j'ai hâte de découvrir les autres contrepèteries dans les prochains tomes !
Si les stremons nous offrent quelques scènes gores (bon appétit) comme dans tous les classiques de Magical girl, ils ne sont pas si méchants que ça et attendent juste de se faire laminer par la super-héroïne histoire de faire leur taf. En tout cas, les grands méchants loups de Magical Girl Holy Shit ! manquent particulièrement de décence, les sales pervers ! Heureusement que Kayo leur botte proprement, façon de parler hein, parce que les effusions de sang font presque autant kiffer notre héroïne que la cigarette, le derrière, tiens ! Parmi les autres personnages, j'ai également adoré le parfait esclave de Kayo (c'est la signification de sa contrepèterie d'ailleurs), qui m'a fait, tout comme elle, si ce n'est plus, mourir de rire. Sous ses airs de racaille macho se cache un garçon bosseur, très sympathique, doté de beaucoup de bonne volonté et touchant, dont j'ai envie d'en savoir plus, tout comme concernant la brillante et imprévisible Nako Shûsai. Et puis j'ai A-DO-RÉ le duo que ce dernier forme avec Myu ! SO CUTE AND FUNNY ! ;) Quant à Mya, l'équivalent féminin à gros nichons de Myu, je l'ai trouvé trop choupette, mais alors, à chaque fois qu'elle ouvrait la bouche pour faire une remarque, j'éclatais de rire nerveusement en mode "Non mais tu es sérieuse, là ?!". M'enfin, je dois lui reconnaître qu'elle a une bien meilleure pédagogie (ça se discute mais elle la rend plus docile) avec Kayo que Myu, le pauvre ! (AGAIN)
Pour conclure, je ne peux que vous recommander ce manga qui vous rendra aussi accro que Kayo l'est à la nicotine. Barres de fous rires, bastons et cynisme et sarcasmes garantis. Je suis impatiente de lire la suite !
Lien : https://lunartic.skyrock.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AlouquaLecture
  05 juillet 2018
Depuis un petit moment maintenant, et grâce à un de mes fils qui adore ce genre de lecture, j'ai commencé à m'intéresser aux mangas, au départ, plus par curiosité, pour voir ce qu'il aimait avec ce genre de lecture. Après en avoir lu quelques uns de ses livres, j'avais envie de me lancer moi aussi, peut-être pas au même rythme que lui, mais j'étais une adepte des BD en étant jeune donc le manga me tentait depuis quelques années, il fallait juste que je me décide à me lancer.
Tout comme pour mes autres lectures, j'aime lorsque les héros ou héroïnes sortent du lot, que les personnages ne soient pas sortis d'un moule et qu'ils ne ressemblent pas aux autres. de ceux que j'ai déjà pu découvrir avec mon fils, je peux vous certifier que Kayo est totalement différente, déjà elle a un sacré foutu caractère, faut surtout pas l'emmerder si vous tenez à vos dents !
Lorsque Myu l'a choisie comme Magical Girl, il ne se doutait pas de la suite, ni du satané caractère de son élue. On peut dire sans hésiter qu'elle envoie du lourd, elle est adepte des jeux vidéos de combat où elle est imbattable, elle fume comme un pompier et ne soyez pas sur son chemin quand elle ressent l'envie de se griller une clope, vous risqueriez de le regretter pendant longtemps. A partir du moment où Myu a fait son apparition dans sa vie, celle-ci a radicalement changé, elle est sans cesse assaillie par les stremons, qui eux sont attirés par son énergie négative.
Kayo va t'elle devenir la cible favorite des stremons ? Vu son caractère, je n'en doutes pas, mais si elle avait été différente, je ne pense pas que je l'aurais autant appréciée, moi j'aime les personnages différents, alors elle est pile dans le genre que j'aime. Avec ce premier tome, nous faisons donc sa connaissance, quant à elle, eh bien elle fait connaissance avec Myu qui l'a désignée comme Magical Girl, elle va devoir apprendre à maîtriser ses nouvelles compétences, même si elle se débrouille déjà bien sans, cela va lui prendre un moment pour les maîtriser parce que Kayo n'est pas du genre à écouter ce qu'on lui dit, alors Myu et ses explications … Fait ensuite son apparition, Rei, un jeune homme d'apparence charmante, qui lorsqu'il a vu la jeune fille en action, a voulu devenir son chevalier servant, ou son esclave en quelque sorte. Je n'ai pas forcément eu une bonne première impression sur lui, peut-être que je me trompe, mais il me donne plutôt l'impression de cacher quelque chose, de cacher celui qu'il est réellement.
Une chose est certaine, impossible de s'ennuyer avec ce premier tome, le rythme est hyper soutenu jusqu'à la fin. J'espère malgré tout que Kayo aura quelques moments de répits, bien qu'elle soit toujours en quête d'action, il arrive un moment où le corps ne suit plus. Mais je ne doutes pas d'elle, elle a une volonté de fer et son caractère lui donnera la force nécessaire pour venir à bout de tout les obstacles qui se dresseront devant elle. Alors que je termine le premier tome, je n'ai qu'une envie, pouvoir me plonger dans la suite. Si vous chercher une héroïne manga qui sort du lot, ne cherchez pas plus loin, il faut que vous fassiez connaissance avec Kayo, elle devrait vous plaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nenvyal
  05 février 2019
J'avais vu la couverture mais je ne savais pas vraiment de quoi ça parlait. À part de Magical Girl. Lors de la Japan Expo, j'ai décidé de l'acheter. Ça avait l'air complètement déjanté et sanglant. Deux mots très prometteurs. *air innocent*
C'est avec un plaisir non dissimulé que je me plonge dans ce premier tome surtout après avoir vu des avis très positifs et quelques images. Maille, ça n'a pas raté.
Kayo, une lycéenne, adorant la baston et la nicotine, se voit proposer un jour d'être la sauveuse du monde, une Magical Girl. Elle n'en a rien à foutre et préfère péter la gueule des personnes.
En commençant je savais que ça n'allait pas être doux. C'est vraiment fun, frais et WTF. J'ai ri mais ri ! Les répliques sont absolument exquises. Les dessins nous transportent et sont « vivants », je les trouve super bien réalisés, que ça soit le côté mignontitude et le côté baston/sanguinaire. C'est violent tant dans les gestes que dans les répliques. C'est vraiment un univers intéressant. Nous sommes dans notre monde et des créatures sont cachés au commun des mortels (enfin pas pour longtemps…). Une intrigue en fond se met en place et en même temps, j'ai l'impression que ce n'est pas le cas. J'essais de m'expliquer. MOUHAHAHA. Nous avons toute cette atmosphère, aura autour de Kayo négative, ainsi que les êtres qui choisissent les Magical Girl.
Les « offkayo » sont vraiment un plus, une sorte de bêtisier, qu'on ne se lasse pas.
Kayo est le genre de personnage que j'adore. Elle aime la bagarre, est touchante (ne lui dites pas que j'ai dit ça !), et son regard brillant quand elle aime quelque chose. Magique. Je n'arrive pas à la décrire. Elle est juste complètement déjantée. C'est vraiment un personnage travaillé. Elle fait ce qu'elle veut. Kayo veut. Kayo a.
D'ailleurs, nous avons d'autres personnages plus ou moins drôles. Ces personnages renforcent l'intrigue, l'univers (deux mascottes tellement kawaii, Pokemon ? =P) et entourent notre protagoniste. Dans un sens ils la complètent et montrent sa personnalité.
C'est vraiment un premier tome prometteur. Magical Girl Holy Shit manie humour, la violence et les bastons avec brio. Des personnages tout autant déjantés que cet univers. Kayo, la protagoniste, est délicieusement sanglante.
KAYO, chérinette, DÉFONCE TOUT !!!
Lien : https://de-fil-en-histoire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Syl1984
  04 août 2018
Wouaw c'est du lourd là.... du très lourd même. Si vous êtes allergiques à la violence, aux vulgarités et à la morale douteuse, surtout passez votre chemin.
J'ai découvert ce manga suite à la distribution gratuite du premier chapitre à la Japan Expo 2018. J'ai tout de suite accroché au style décalé et irrévérencieux du titre mais attention, sa plus grande force pourrait devenir une énorme faiblesse si ce n'est pas bien dosé à l'avenir.
J'ai plus de mal en revanche avec les dessins, surtout lors des combats. Je les trouve relativement brouillons et quelquefois même illisibles. Ce volume était un 1er tome, on peut toujours s'attendre à voir le style évoluer légèrement par la suite.
Commenter  J’apprécie          00
Paauliine
  24 novembre 2018
J'ai de suite été charmée par les dessins que j'ai trouvés S P l'E N d'I d'E S. Très contrastés, dynamiques, c'est un plaisir pour les yeux ! Même s'ils étaient parfois peu compréhensibles, notamment dans l'action, je me suis laissée porter par un récit totalement… what the fuck !
La collection porte en effet très bien son nom, et j'ai plongé dans une histoire où tout est excessif, poussé à l'extrême, vulgaire et très drôle. La parodie des magical girls est juste excellente ! Entre le petit animal/petite peluche kawaii qui les accompagne (et leur donne souvent leurs pouvoirs), les costumes qui ne couvrent pas grand-chose, la jeune fille à l'air innocent, avec couettes et jupe trop courte, sans oublier le fan service… Rien n'est laissé au hasard dans ce manga décoiffant !
Ça ne s'arrête jamais, c'est addictif, et si j'avais eu la suite, j'aurais enchaîné directement ! Les personnages sont beaux, l'héroïne atypique, la couverture magnifique, et ce seinen est un coup de coeur, également pour ses combats et son originalité.
Lien : http://healingwords.fr/magic..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Bedeo   01 octobre 2018
Satirique dans son déroulé, avec pourtant un synopsis pour l’instant assez basique, ce premier tome dispose d’atouts fermes pour devenir un bon succès, violemment drôle et méchamment sardonique.
Lire la critique sur le site : Bedeo
autres livres classés : surnaturelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15062 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre