AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782259023641
372 pages
Plon (01/03/1991)
4.1/5   15 notes
Résumé :
Depuis son premier séjour au Mexique, de 1932 à 1934, Jacques Soustelle n'a cessé d'étudier les civilisations indiennes du présent et du passé sous tous leurs aspects. A maintes reprises, il a partagé l'existence quotidienne des Indiens d'aujourd'hui.
Après ses ouvrages sur les Otomi, les Lacandons, la vie des Aztèques et l'art ancien du Mexique, les Quatre Soleils résument donc trente-cinq ans de recherches et de réflexions. Tout en décrivant avec sympathie ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
raton-liseur
  21 août 2012
Bien difficile de rédiger une note de lecture pour ce livre qui n'est pas du tout ce que j'attendais. Je l'ai commencé en espérant comprendre un peu mieux les sociétés indiennes du passé et du présent au Mexique, sociétés que Jacques Soustelle, ethnologue aujourd'hui un peu oublié, a étudiées pendant une grande partie de sa vie. En réalité, il s'agit plutôt, de l'aveu même de l'auteur, d'un livre de souvenirs et de méditations que d'une monographie sur un groupe culturel ou un autre.
Passant en revue les différentes cultures auprès desquelles il a travaillé, Jacques Soustelle en révèle, avec une plume littéraire qui nous guide d'une main sûre le long de sa pensée lorsque l'on croirait se perdre, les faits saillants qui l'ont amené à développer sa propre conception de l'ethnologie. Il passe plus de temps à critiquer des théories ethnologiques (en particulier les tentatives de classification et de comparaison) qu'à proposer des alternatives, car selon lui, l'ethnologie est une science bien trop jeune pour élaborer une théorie globale.
Il propose cependant une vision qui pour moi est assez nouvelle et originale, et qui lui a été inspirée par le cas d'école que représente l'évolution des cultures et des civilisations sur le continent sud-américain avant et après la Conquista, une vision qui introduit deux nouvelles dimensions à l'étude ethnographique : on s'éloigne de l'étude en deux dimensions des monographies ethnologiques, les deux dimensions de la photo scientifique ou de la feuille de papier sur laquelle est écrite la thèse, pour introduire une troisième et une quatrième dimension. Celle du temps d'abord qui bat en brèche la notion des cultures « primitives », en plaidant pour la prise en compte de la formation d'une société et de l'évolution de ses structures. Les Lacandons et le relâchement de leurs règles matrimoniales en sont un exemple. Celle de la distance ensuite, avec la circulation de traditions et de concepts entre des sociétés que l'on considère souvent comme « pures », fonctionnant en vase clos et exemptes de toute contamination externe. La diffusion des sacrifices humains depuis la civilisation aztèque vers toutes ses voisines et jusqu'à la civilisation yucatèque (plus connue comme civilisation maya post-classique) après le Xème siècle de notre ère est là tout à fait parlante.
De nombreux autres aspects des travaux de Jacques Soustelle sont abordés, toujours pour appuyer sa construction d'une vision dynamique (dans le temps et dans l'espace) des cultures et de la science qui les étudie, l'ethnologie. Il est bien sûr aussi question de l'affrontement des civilisations avec la Conquista, et comment la civilisation Mexica (plus communément appelée aztèque) et les cultures alentour ont réagi pour aboutir à la synthèse particulière que l'on connait aujourd'hui.
Enfin, le livre se finit sur une note plus philosophique, sur le sens de l'histoire des civilisations et des cultures, sur le sens de la vie des hommes qui constituent ces cultures, et sur le sens du métier d'ethnologue. Une pensée qui m'a parue très proche de la philosophie de l'absurde développée par Camus, ce à quoi je ne peux rester insensible.
Jacques Soustelle est aujourd'hui peu connu, probablement en partie du fait de ses engagements politiques sans compromission et contestables durant les évènements qui ont précédé l'indépendance de l'Algérie, mais ce livre n'a rien à voir avec cela (même si je me suis demandé à un moment comment il réconciliait sa vision de l'ethnologie et sa prise de position en faveur de l'Algérie française, probablement par sa volonté d'enrayer le déclin de la civilisation européenne qu'il prophétise probablement à juste titre), et je pense qu'il est important de pouvoir dissocier l'appréciation de l'oeuvre d'un auteur de l'auteur lui-même.
Je conclurai donc en disant que j'ai trouvé ce livre très stimulant, me faisant voir l'ethnologie, une science qui m'intéresse mais que je connais mal, de façon plus dynamique et plus riche. Je n'ai pas toujours été convaincue par des arguments qui m'ont paru à certains endroits plus faibles qu'à d'autres (comme sur l'apport de l'ethnologie pour mieux vivre notre société), mais je ressors de ce livre avec une pensée plus riche, plus étoffée, et, si je ne m'attendais pas à cela au début, j'ai pris un plaisir tout intellectuel d'un bout à l'autre de cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
briqueloup
  12 avril 2021
Ce livre d'un ethnologue un peu oublié est écrit avec un style qui se lit très agréablement. Comme l'indique le sous-titre : « Souvenirs et réflexions d'un ethnologue au Mexique », Jacques Soustelle raconte son terrain de trente-cinq ans de recherche au Mexique. Il partage son expérience personnelle, avec sa culture étendue pour mettre dans une perspective ethnohistorique les Indiens du Mexique : Otomis, Lacandons et Aztèques qu'il a bien étudiés.
Il s'interroge sur l'avenir des civilisations. Cette réflexion philosophique, parue à la fin du XXe siècle, demeure d'actualité, à l'heure où les Indiens disparaissent dans la mondialisation et l'exploitation de leurs territoires.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
briqueloupbriqueloup   12 avril 2021
Notre civilisation, qui se veut et se croit triomphante, n’en est-elle pas arrivée aujourd’hui, face aux périls que suscite sa propre maîtrise sur la nature conjuguée avec son impuissance à se dominer elle-même, à ressentir cette insécurité profonde qui rongeait, derrière le décor de la puissance et du luxe, l’âme du Mexique ancien ?
(1967)
Commenter  J’apprécie          30
briqueloupbriqueloup   12 avril 2021
Mais quelle que soit la cause de la mort de telle ou telle civilisation, une chose est certaine : c’est que, jusqu’à présent, depuis cinq ou six mille ans qu’il existe des civilisations, toutes, sans exception, ont péri. Par quel miracle la nôtre échapperait-elle au sort commun ?
Commenter  J’apprécie          00

Video de Jacques Soustelle (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Soustelle
Jacques Soustelle, l'homme de l'intégration.
Dans la catégorie : Sociologie des françaisVoir plus
>Groupes sociaux>Groupes raciaux, ethniques, nationaux>Sociologie des français (135)
autres livres classés : ethnologieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
64 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre