AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le cycle des âmes déchues tome 2 sur 2
EAN : 9782919550029
186 pages
Editions du Petit Caveau (01/11/2011)
4.24/5   17 notes
Résumé :
Fin du XIXe siècle. Paul de Lacarme, l'héritier d'un clan dévoué à la chasse aux vampires, regagne la demeure familiale après une longue errance. Sur place, il ne découvre que mort et désolation. Les résidents du domaine mis à sac ont été assassinés, mais surtout sa sœur est portée disparue. Léonore de Lacarme couve en son sein un terrible enfant convoité par un groupe de fanatiques. La jeune femme enceinte pourra-t-elle échapper à ces individus prêts à tout pour ac... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
4,24

sur 17 notes
5
5 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Melisende
  21 mai 2014
Stéphane Soutoul fait partie de ces auteurs français connus pour leur extrême gentillesse mais également et surtout pour la qualité de leurs textes et l'originalité de ceux-ci. le premier tome de ce cycle m'avait marquée par son atmosphère et son style désuet extrêmement bien maîtrisés. J'attendais aussi bien de cette deuxième intrigue, sinon mieux, et je ne suis pas déçue. L'effet de « surprise » lié à l'aspect fantastique n'est plus de mise mais j'ai retrouvé, avec plaisir, le romantisme exacerbé de cette fin de XIXe siècle.
Un deuxième tome qui peut se découvrir séparément mais qui prend toute son ampleur après la découverte du premier… et qui, à mon goût, le surpasse !
Après avoir découvert l'aventure de Gérald de Larcame, aîné de la famille, dans le premier tome, c'est au tour des deux autres membres de la fratrie, notamment Léonore, la soeur adoptive. Isolée dans la demeure familiale, la jeune femme s'éprend de Norman, l'un des anciens apprentis chasseurs de vampires du père Lacarme. Leur histoire d'amour s'annonce sous les meilleurs auspices mais c'est sans compter sur la malchance et la malédiction qui semblent peser sur le couple. Les jours heureux s'éteignent bien vite, les deux amants doivent fuir les projets d'un groupe de fanatiques qui tentent d'invoquer une présence démoniaque au moyen de rituels et sacrifices magiques. La famille Lacarme semble maudite, rien est épargné à ses membres.
Les personnages principaux souffrent à nouveau et la mort n'est jamais loin ; amours contrariées et destins tragiques sont de la partie. Alors bien sûr, si le genre vous rebute, il vaut peut-être mieux éviter de vous lancer. Cela dit, Stéphane Soutoul maîtrise parfaitement cet aspect du récit, il vous fera peut-être changer d'avis.
Encore une fois, on ne peut pas dire que je me sois beaucoup attachée aux figures principales, une certaine distance demeure entre elles et le lecteur. Malgré tout, j'ai pris plaisir à suivre Léonore et son compagnon Norman, et je souhaitais connaître leur avenir. En revanche, la mini intrigue dévolue à Paul, le frère Lacarme toujours en vie, m'a moins intéressée. Même si son aventure personnelle enrichit un peu le contexte général, elle n'est pas indispensable et ne m'a que moyennement marquée.
Les ennemis de la famille sont quant à eux assez bien croqués et plutôt crédibles : la brute épaisse au comportement vraiment inquiétant, l'érudit borné, l'ennemi générationnel... Pas mal de figures différentes pour contenter le maximum de lecteurs.
Si le premier tome amenait doucement le vampirisme, le concept est ici bien admis et laisse plutôt la place à la magie. le rythme plus lent et descriptif du premier tome est partiellement remplacé par une intrigue un peu plus dynamique… après l'ambiance huis clos, voilà la course-poursuite. J'ai vraiment beaucoup apprécié ce changement d'atmosphère qui offre un nouveau souffle à la série et renouvelle l'intrigue. On ne s'ennuie pas !
Et même si l'on peut regretter un schéma narratif général un peu linéaire, on parcoure avec plaisir les derniers chapitres, surpris par l'une des révélations. Je n'ai, pour ma part, rien vu venir, la surprise a donc été totale et efficace. Je l'avais déjà noté précédemment, mais j'apprécie les dernières pages proposées par l'auteur, dédiées à un nouveau personnage, celui qu'on suivra dans le tome suivant (en l'occurrence le troisième et dernier). La transition est plus douce et la curiosité est forcément réveillée... surtout que l'héroïne mise en avant semble très prometteuse, encore plus spéciale et donc intéressante que les autres !
Beaucoup de bonnes choses dans ce deuxième tome donc, et c'est sans compter sur la forme. Stéphane Soutoul a vraiment un don pour conter ses histoires : il parvient avec une très grande facilité à transporter son lecteur dans une époque, un contexte particulier. Un voile sombre semble s'être glissé sous nos yeux, chaque scène gagne une ambiance gothique romantique et raffinée.
Le côté un peu désuet du vocabulaire et des tournures de phrases choisis accentue l'immersion du lecteur. Mais n'ayez crainte, l'auteur maîtrise son style et n'en fait jamais ni trop peu ni pas assez ; l'ensemble est fluide et très abordable, aucune difficulté particulière à relever. Quelques coquilles persistent dans l'édition, mais rien de grave.
En revanche, j'avoue que je ne suis définitivement pas fan des illustrations de cette trilogie signées Cécile Guillot. J'aime généralement ce qu'elle propose mais là… je n'accroche pas trop. Ne vous arrêtez pas à ce visuel car si vous êtes sceptiques, le contenu vous fera vite changer d'avis, j'en suis sûre !
Stéphane Soutoul s'est fait un nom chez les lecteurs français grâce à son style très particulier et l'ambiance très sombre et romantique qui se dégagent de ses écrits. Les deux premiers opus de ce cycle sont de petites pépites dans leur genre et je ne doute pas que le troisième et dernier tome suit ses prédécesseurs. Je le saurai vite car je compte bien l'acheter aux Imaginales… dès demain !
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
idevrieze
  12 novembre 2013
le pari risqué mais réussi du changement de style
Ah ! Stéphane Soutoul, mon héros qui m'embarque en moins de 300 pages... Mais reprenons, je vais vous expliquer tout de même pourquoi c'était trop bien. Souvenez vous du premier tome : le mal en la demeure où nous suivions un héritier Lacarme dans une chasse aux vampires. Pour nous raconter tout cela, il utilisait la bonne méthode du journal intime ou de la lettre à l'image de Dracula de Bram Stocker. Il envoyait tout ceci à sa soeur, Léonore car son frère, Paul, était en vadrouille.
Nouveau tome, nouveaux personnages, vous allez me dire. Nous utiliserons ici un style narratif très différent car nous aurons les points de vue alternatifs de Léonore et de Paul, les deux membres de la famille Lacarme restante. le changement de schéma narratif était assez osé, je dois dire, car personnellement, tomber sur les lettres de Paul et de Léonore après l'action ne m'aurait pas dérangée plus que cela. Mais l'auteur a choisi le changement de style avec brio pour servir l'intrigue. Sur ce, je n'ai qu'une question à vous poser : qu'avons nous là?
le second Opus d'une destinée familiale qui va vous plonger dans l'occulte.
Si le tome précédent n'était consacré uniquement qu'au vampirisme, Stéphane Soutoul a élargi les intrigues de la saga familiale à la sorcellerie. Je vous vois venir : mais sur quoi s'est il basé cette fois-ci ? de manière très présomptueuse, je vais vous ressortir ma panoplie littéraire fantastique pour vous sortir non pas une mais deux sagas d'Anne Rice. La saga des vampires et celle des sorcières. Et là je vous vois venir encore plus vite en me disant qu'il n'y a pas la sensualité des écrits d'Anne Rice. En même temps, je ne pense pas que Stéphane Soutoul voulait s'attarder sur des scènes de sexe ici, mais sur les prophéties, l'âme, les spectres et les complots des organisations contre les vampires. Et cela dit, c'est déjà pas mal, de une,et de deux, les ingrédients sont là (et de trois, vous ne m'enleverez pas de la tête que lire une saga d'Anne Rice, il faut un peu de coffre et un esprit plutôt libéral).
Alors, qu'est ce qui me permet d'avancer que Stéphane Soutoul s'est un petit peu inspiré de ces deux sagas ? (surtout que je ne lui ai même pas demandé?) le fiance de Léonore, tout d'abord, a été transformé en vampire, contre son gré, mais garde une âme humaine grâce à l'amour qu'il porte à Léonore. Des vampires gardant une âme sensible et s'alliant d'un certain côté avec des humains, à la recherche de rédemption. Moi, je vais chez les chroniques des vampires d'Anne Rice surtout qu'ici nous avons, comme dans la Reine des Damnés, la recherche de l'origine du vampirisme. Qui plus est, nous avons là aussi une espèce de possession - rite de sorcellerie qui me fait penser à la saga des sorcières Mayfair. Tout ceci avec une organisation contre les vampires qui apparaît un peu gangrenée. Et bien oui, je pense au Talamasca avec ses transferts d'âme.
Alors oui, je m'avance énormémemnt, mais si c'est le cas, ce clin d'oeil reste magnifique à toute une génération de livres sur les vampires. D'où ma question : mais que va-t-il nous offrir pour le troisième opus ? Quelle surprise vais-je découvrir ? Dans tous les cas, vous avez ici un second opus haletant, romantique et occulte qui vous fait dire fièrement : j'aime la littérature vampirique, et surtout, j'aime lire du Stéphane Soutoul
Lien : http://labibliodekoko.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DawnG
  09 mars 2014
Une excellente lecture !
J'ai retrouvé avec plaisir la plume magnifique de Stéphane Soutoul, c'est à chaque fois un plaisir de lire un de ses textes, tant il a l'art de nous transporter dans un univers sombre et différent, ici au 19ème siècle. J'avais adoré le premier tome du cycle et je suis toujours autant emballée !
L'action se déroule un peu plus d'un an après le mal en la demeure. Les deux textes pourraient se lire indépendamment mais c'est quand même plus sympa de lire le cycle en entier ! Toute fin 1899, le style d'écriture est toujours adapté à l'époque contée. Même si cette fois-ci, l'atmosphère n'est pas aussi marquée et que l'histoire se prête un peu moins à la description des us et coutumes de cette époque. Parce qu'il s'agit d'un tome, où l'action prime par rapport au précédent.
L'histoire et la trame est différente du premier, j'apprécie énormément quand on nous évite les répétitions. Quand on referme un tome d'une saga et qu'on se dit "voilà je n'ai pas eu l'impression de relire la même chose" et là c'est vraiment chouette ! Alors bien sur on reste dans le thème vampirique mais les personnages et ce qui leur arrive changent et ça renouvelle totalement le récit tout en gardant une continuité, des liens et l'esprit du premier tome.
J'ai beaucoup apprécié retrouver Léonore de Larcame, ce personnage m'avait déjà bien plu dans la nouvelle qui finissait le mal en la demeure. Elle a changé, elle attend un enfant et a un homme dans sa vie. On tremble pour elle dans ce tome, pour elle, pour la famille Larcame. J'ai beaucoup apprécié Norman, son fiancé, surtout la psychologie de ce personnage qui lutte contre la fatalité. Il doit lutter contre des instincts qu'il exècre et son amour pour Léonore. La dualité qui se fait jour en lui est vraiment bien écrite, bien décrite. On ne peux qu'être révolté parce qu'il lui arrive et compatir à sa souffrance. le lecteur également découvrira Paul, le demi-frère de Léonore, le grand absent du tome 1, que l'on apprend enfin à connaitre.
Dans ce tome, j'admire la façon dont Stéphane Soutoul surprend son lectorat en malmenant ses personnages. Oui, ce cycle, la destinée des Larcames est dramatique et je m'y attends, il n'empêche que je suis quand même surprise par la tournure des événements ! Les personnages de ce tome sont attachants, courageux, humains, avec des points fort et des faiblesses. Les ennemis de ce tome, font froid dans le dos. Trahison, vendetta, ambition, folie, cruauté,… un panel qu'on nous réserve certainement dans la suite, je pense. En tout cas, il est probable qu'on retrouve un personnage que je sais déjà détester au plus haut point !!!!
A la fin de ce récit, comme pour le premier, le lecteur découvrira une nouvelle qui prendra comme personnage un nouveau membre de la famille Larcame. On découvre donc quelqu'un qu'il sera plus que très intéressant de suivre dans le tome 3 ! Cette nouvelle donne sans soute le ton de la suite et je suis impatiente de la lire ! Entre ténèbres et lumière, entre espoir et désolation, je sens que je dévorerai le tome 3 autant que les deux premiers opus de ce cycle !
Le sacrifice des damnés est une digne suite du mal en la demeure, différente mais qui compète à merveille le cycle. C'est très bien écrit, délicat et cruel à la fois. le style est un peu moins "victorien" que le premier tome mais on excuse bien volontiers l'auteur car il nous réserve de l'action, des surprises et des retournements de situation !
Cette chronique est assez courte mais ça serait gâcher votre plaisir que d'en raconter trop !
Lien : http://lesdecouvertesdedawn...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sourisetdeslivres
  04 mai 2012
Nous entamons ce second opus, dix mois plus tard, Paul de Lacarme (frère de Gérald) a disparu depuis quelques temps fuyant son foyer et la tristesse après les deuils qui avaient frappés les de Lacarme. Quand il revient sur les terres familiales, au prieuré de Sainte Rosière en France il retrouve une maison dévastée et sa soeur Léonore introuvable.
Paul devra tout mettre tout en oeuvre afin de la retrouver.
Le sort semble s'acharner sur la famille de Lacarme… .
Si dans le tome précédent le personnage central était Gérald de Lacarme celui-ci est dédié à Eléonore, sa soeur adoptive en proie à de douloureux tourments.
Dans ce deuxième opus le rythme change, très cadencée on plonge avec Paul dans sa recherche effrénée pour trouver sa soeur bien aimée, quête qui le mènera au coeur du danger, là où il ne l'attend pas forcément. La perfidie peut prendre le plus doux des visages… .
L'ambiance sombre et angoissante succède à des atmosphères plus feutrées, c'est sans nul doute un des points forts de Stéphane Soutoul : rendre exactement par l'écriture les atmosphères du récit, certaines scènes m'ont provoquées frissons et peur d'autres m'ont affectées voire ébranlées.
Il sait aussi choisir parfaitement le nombre de pages de ses romans, l'intrigue est concentrée sur 180 pages, on n'en a ni trop ni trop peu. (Quoique la lectrice gourmande que je fais n'aurait rien eu contre une centaine de pages supplémentaires, l'adage est bien connu, quand on aime on ne compte pas ;).) Bien que l'action soit différente par rapport au tome un (ce second tome peut par ailleurs se lire indépendamment du premier, les flashbacks disséminés dans le texte guide le lecteur), elle est efficacement conçue, on est tenu en haleine dès la première page jusqu'à la fin, l'auteur nous embarque dans son récit sans subterfuge, on va à l'essentiel.
Si pour le premier tome je me sentais narratrice, ici je me suis sentie spectatrice, une sensation différente mais tout autant agréable.
Les personnages bien que plus nombreux que dans le précédent opus, qui se déroulait presque à huit-clos, sont tous bien construits autant dans leurs fragilités que dans leurs cruautés. Nous avons Paul, personnage torturé, on le sent en souffrance, on devine que ses expériences passées ont laissé quelques cicatrices, Léonore qui, quant à elle, est une jeune femme au caractère ambivalent, à la fois forte et tout en délicatesse. le personnage de Sélène m'a lui aussi convaincue ; l'auteur aborde grâce à elle entre autre d'autres créatures fantastiques. Nous n'avons plus seulement affaire aux vampires, sorcière et démon les côtoient.
Dans ce tome la différence entre le bien et le mal n'est pas évidente, la damnation n'est pas forcément là où on l'attend. Il nous représente les hommes dans leurs aspects sombres, individus abjectes qu'ils peuvent être quand ils s'acharnent sur quelqu'un.
Stéphane Soutoul à ce talent d'écriture où les mots sont choisis méticuleusement, une écriture travaillée et recherchée, agréable et romantique. Tout est bien défini, autant pour les sentiments que pour les faits. Une plume qui me séduit toujours autant ! On ne sait pas rester insensible face à une telle écriture.
L'exercice de chroniquer un récit que j'ai aimé à ce point a été une manoeuvre délicate, éviter de spoiler tout en essayant de vous rendre l'atmosphère qu'il s'en dégage, vous raconter le pourquoi de mon engouement pour l'auteur et son univers n'a pas été tâche facile.
Je suis maintenant une lectrice frustrée qui devra attendre 2013 pour pouvoir lire le troisième et dernier tome de « le cycle des âmes déchues »
Fort heureusement Stéphane Soutoul a plusieurs projets en cours dont un verra bientôt le jour, « Troubles songes » est actuellement en pré-commande, recueil de treize nouvelles, sa sortie est prévue aux alentours du 10 mai 2012
Lien : http://luciebook.blogspot.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Dautresplumes
  07 novembre 2012
Léonore de Lacarme, fille adoptive de la famille Lacarme, reconnue pour sa lutte contre le vampirisme de générations en générations, affronte le deuil de son père et de son frère, Gérald, ayant mis fin à ses jours suite à sa première mission sur le terrain. Son autre frère, Paul, s'est quant à lui exilé loin du domaine familial. C'est dans les bras de Norman qu'elle trouve le réconfort et la tendresse qui lui avait manqué jusque là. Mais une nuit sombre, leur sommeil est rompu par l'attaque du domaine par une horde d'hommes usant d'une violence inouïe. Léonore, sur le point de donner la vie, et Norman, sont faits prisonniers et subissent les pires abominations qu'ils soient. Leur vie bascule alors en plein cauchemar où la vie et la mort ne font plus qu'un.
La suite de ce cycle des âmes déchues est encore plus palpitante que le premier tome. Nous sommes immédiatement plongés dans l'angoisse et la violence suite à la capture de Léonore et son fiancé, et la tension est maintenue jusque la dernière page. Un livre qu'on ne peut pas lâcher !
La première chose que j'ai particulièrement apprécié, c'est de rester au sein de la famille Lacarme que je trouve fascinante, en suivant cette fois-ci Léonore et son frère Paul, nous permettant d'en découvrir beaucoup plus sur cette famille courageuse et si liée.
Quant à l'histoire, j'ai été subjuguée du début à la fin. Nous passons au-delà du seul mythe du vampire pour entrer un peu plus dans le démonisme, la magie, la sorcellerie, venant laisser une empreinte lourde et oppressante à l'ensemble du récit.
Les événements se suivent à un rythme effréné ne laissant aucun répit au lecteur, nous faisant découvrir l'histoire sous différents angles.
Et au milieu de la noirceur de l'histoire dont je ne peux malheureusement pas vous parler pour ne pas trop en dire, il reste ce côté charmant et envoutant des sentiments forts et indestructibles pouvant lier les êtres entre eux : Léonore et Norman s'aimant sans conditions, à la vie et à la mort, Léonore et Paul liés par un amour fraternel émouvant, Léonore et Séléne, cette femme mystérieuse se portant à son secours à qui elle offre son amitié sans retenue, Paul et Sofia, les anciens amants unis par le désir et bien plus encore.. Tous ces liens sont magnifiquement mis en avant par l'auteur, et nous pouvons les ressentir à chaque instant, ce qui amène un côté mélodramatique des plus intenses.
Pour moi ce récit est une preuve des sacrifices dont l'homme est capable par amour pour l'autre, contrastant avec la cruauté dont il est également capable dans ses pires aspects.
Le personnage qui m'a le plus touchée est Norman, le fiancé de Léonore. Son attachement incomparable à sa fiancée, et la puissance de son amour sont tout simplement émouvants. Il est alors capable du meilleur, comme du pire, dans le seul but d'honorer ses promesses et de rendre hommage à celle sans qui il ne se voit pas vivre. Même empoisonné jusqu'au plus profond de son âme, son amour reste sa seule motivation.
L'écriture de Stéphane Soutoul est toujours aussi agréable et fluide, ce fut un réel plaisir de me replonger dans cet univers sombre et romantique qu'il a su créer. J'ai beaucoup apprécié l'alternance des différents points de vue, donnant une vue d'ensemble précise de l'histoire se déroulant sous nos yeux. Et une nouvelle fois, je souligne cette minutie apportée à la description des sentiments et liens entre les personnages, qui donne tout son charme à la lecture.
Je recommande ce livre à un public adulte aimant les histoires sombres et romantiques dans un décor enveloppé de mystères.
Lien : http://dautresplumes.eklablo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaoui
rkhettaoui  
Elle parlait peu, faisait preuve d'une courtoisie stricte et dépourvue de chaleur. Puis, de sourires chastes en œillades complices, les discussions entre les deux jeunes gens devinrent plus fréquentes. Leurs sentiments s'affinèrent et une complicité naturelle naquit bientôt de cette proximité. Norman écoutait les confidences lâchées du bout des lèvres par la maîtresse de maison, avec toujours un mot pour la réconforter lorsque les tracas de son quotidien la submergeaient. Parfois même à force d'insistance, le chasseur de vampires parvenait à convaincre la demoiselle de l'accompagner au théâtre. Le but inavoué était alors de passer un peu de temps ensemble plus que d'assister à une représentation sur scène. De l'ébauche de cette relation tumultueuse, émergea une amitié providentielle qui ne tarda pas à se muer en un amour sincère au fil des semaines.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui  
De sa vie, elle n'avait jamais baissé les bras ! Elle tenterait l'impossible pour leur filer entre les doigts ou en dernier recours, perdrait la vie en affrontant ses tortionnaires. Relevant les jupons en coton de sa chemise de nuit, elle tira sur le bras de Norman afin de se replier le plus possible à l'arrière du cimetière. Les cryptes massives et ouvragées pourraient peut-être leur faire gagner de précieuses minutes. Néanmoins, la jeune femme eut toutes les peines du monde à faire réagir son compagnon. Ce dernier se tenait immobile, sans trahir la moindre réaction.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui  
En quelques mois, elle ne tarda pas à se bâtir une solide réputation dans le milieu. Sa beauté et ses formes plantureuses étaient des leurres qui dissimulaient une tueuse de créatures tacticienne à l'intelligence hors pair.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui
rkhettaoui  
L'automne est réputé pour sa douceur apaisante, avec ses arbres chamarrés de feuillages flamboyants et ses brises mélancoliques. Minuit était passé et la ville de Saint Martyr tout entière se laissait aller à la quiétude nocturne. Pas un bruit dans les rues pavées, nulle âme pour troubler la sérénité des lieux. Le silence de minuit et son voile de ténèbres régnaient en maître en cette saison propice aux rêveries.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui  
Paul avait tout d'un aventurier : il était d'une nature impétueuse, avide de sensations fortes. Partir à la découverte de nouveaux peuples, de contrées aux splendeurs insoupçonnées représentait la raison de son existence. Le contraire de Gérald. Celui-ci aimait lire, apprendre et comprendre. L'expression « rat de bibliothèque » dont il aimait l'affubler par pure taquinerie prenait avec lui toute sa dimension.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : chasseur de vampiresVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1956 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre