AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226109842
203 pages
Éditeur : Albin Michel (02/09/1999)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 10 notes)
Résumé :
De tout temps, juifs et chrétiens - et, en ce siècle, des psychologues comme Carl Gustav Jung - se sont interrogés sur le Livre de Job. Cette œuvre troublante aborde si directement l'absurdité du Mal que l'on a pu remettre en cause son origine, voire sa place dans le canon biblique.

Annick de Souzenelle éclaire ce récit d'un jour nouveau, avec les outils qui font toute l'originalité de sa démarche : racines des mots hébraïques, psychologie des profon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
colimasson
  14 juillet 2015
Le Livre de Job avait appris à Job à se taire pour permettre à la parole divine de se manifester en lui. Après ça, difficile de continuer le verbiage autour de ce livre. Annick de Souzenelle prend toutefois le risque et nous raconte ce qu'elle a lu à travers l'histoire de Job. On peut en faire surgir des interprétations très différentes, c'est ce qui est intéressant, c'est sans doute ce qui amusera Dieu. Job fut peut-être puni de n'avoir pas vécu pendant longtemps avec ses idées personnelles, on va essayer de ne pas faire comme lui.

La ligne de lecture d'Annick de Souzenelle découle d'une interprétation innovante du mythe d'Adam et Eve. Selon elle, Eve n'est pas la femme biologique mais le féminin intérieur de tout homme, figure qui se rapproche du Yin chinois ou de l'anima jungien. Adam doit reconnaître cette part inconnue de lui-même pour accomplir l'union qui lui permettra de construire « l'enfant divin ». La compréhension donnée par Annick de Souzenelle nous invite donc à lire le Livre de Job dans sa portée psychanalytique comme récit de l'homme découvrant son âme derrière les peaux d'hypocrisie.

Annick de Souzenelle nous donne tous les éléments pour comprendre le récit au plus proche de sa signification originale à travers l'analyse de l'étymologie hébraïque. On découvre ainsi que les éléments du Livre de Job sont riches d'un large éventail de nuances. le Satan, bien loin de représenter le monstre monomorphe de notre imagerie populaire, représente certes l'adversaire intérieur qu'il faut surmonter, mais il ne faut pas négliger non plus son pouvoir de susciter la force d'intégration des énergies chez celui qui fait le chemin (vers Dieu). Annick de Souzenelle établit fréquemment des liens avec d'autres épisodes de l'Ancien Testament, rappelant Noé mais aussi, et surtout, l'épisode de la Tentation. le Livre de Job peut ainsi être lu comme une répétition de cette scène, une tentative donnée à Job de retrouver la connaissance ontologique pour s'accomplir (et découvrir sa liberté ?).

On peut être gêné par les explications parfois ronflantes d'Annick de Souzenelle mais il faut reconnaître que son ouvrage donne des pistes intéressantes pour renouveler la lecture du Livre de Job et invite en général à porter un regard plus nuancé et curieux sur l'ensemble des textes de la Bible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          166
fklevesque
  04 septembre 2018
Annick de SOUZENELLE reste égale à elle-même, c'est à dire brillante. Elle nous retrace dans cet ouvrage la démarche introspective qu'il nous appartient de mettre en oeuvre pour nous inscrire dans la réalisation de nous même par rapport à la voie de Lumière des desseins de Dieu. A l'exemple de Job, homme matériellement comblé et respectueux de la Loi, mais qui s'échappait à lui-même par la non-réalisation de son Etre. L'action du Mal l'engagera à muter car le contraignant à s'engager sur la voie initiatique et par voie de conséquence à s'accomplir non dans le sens du Mal mais dans celui de l'Eternel.
Il importe toutefois de souligner le fait que cet ouvrage est réservé à un public averti maîtrisant, entre autre, l'approche guématrique des Sainte Écritures et celle du symbolisme, domaines où l'auteur excelle.
Commenter  J’apprécie          70
frandj
  17 juin 2017
Un grand ami à moi, connaisseur de l'oeuvre d'Annick de Souzenelle, m'a incité à découvrir ses livres. Autrefois, j'ai déjà tenté "La parole au coeur du corps" (entretiens avec J. Mouttapa), qui ne m'avait absolument pas convaincu. A présent, je viens de lire "Job sur le chemin de la Lumière", sans plus de succès. Pourtant, j'apprécie généralement les ouvrages qui permettent de "revisiter" une partie de la Bible, par un regard neuf et érudit. Mais ce commentaire très détaillé du livre de Job me parait à la fois hasardeux et fastidieux. Il y a trop de spéculations évoquant la Kabbale, trop d'interprétations linguistiques complexes, trop de vaticinations sentencieuses. J'ai l'impression que, sur le sujet, l'auteure a une idée préconçue en tête et que, s'appuyant sur sa compétence biblique (que je ne suis pas en mesure de contester !), elle s'arrange toujours pour "retomber sur ses pattes"... Cette fois encore, je ferme un livre d'A. de Souzenelle avec un sentiment de déception et même une impression d'agacement...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Tatooa
  18 juin 2013
Ou comment une "histoire de la bible" devient, à la lumière des explications d'Annick de Souzenelle, la révélation d'un parcours intérieur initiatique.
Plus abordable et compréhensible que la plupart des livres de l'auteur, il se lit facilement...
Quand on se souvient de la complexité des "Alliance de feu", on se dit que cet auteur aurait mieux fait de n'aborder que quelques épisodes précis de la bible, comme ici, pour être un peu plus dans la "vulgarisation" de sa pensée et davantage appréciée par le commun des mortels...
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   18 juin 2013
L'Histoire n'a pas encore fait sa première pâque.
Que peut-elle dire des ténèbres avec lesquelles elle est encore confondue, et de la lumière dont elle n'a pas fait l'expérience ?
Lorsqu'elle entrera dans le volume d'un nouvel espace-temps, l'Histoire n'usera plus des critères qui sont aujourd'hui les siens pour donner son verdict. Elle verra sourire le texte biblique, scintiller chaque mot, danser chaque lettre pour offrir une nouvelle figure du mot qui commencera de livrer le secret de son coeur ; elle entendra s'élever du récit de Job un chant d'allégresse. D'une allégresse assourdie par l'épreuve, mais qui va conduire le juste jusqu'au fou qui se cache en lui, le fou de Dieu !
L'histoire de Job est une grande histoire d'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
colimassoncolimasson   31 juillet 2015
Dans le secret de l’Arbre de la connaissance, Job est devenu son NOM ; en celui de l’Arbre de vie, il devient l’Elohim épousé de Dieu, de Celui qui, amoureux fou de l’Homme, sans cesse frappe à sa porte, l’appelle, et auquel l’homme Job a répondu.
Commenter  J’apprécie          200
colimassoncolimasson   23 juillet 2015
Job est dit parfait.
Qui dit perfection dit statisme.
Dans l’arbre qu’il est, l’Homme est appelé à faire croître en lui la connaissance dont nous savons qu’elle est lumière et non encore lumière, qu’elle est « parfaite » à un niveau de connaissance et reste « imparfaite » dans les ténèbres, parce que non encore révélée.
Job ne se connaît pas.
Commenter  J’apprécie          120
colimassoncolimasson   15 juillet 2015
Dans la terre de ‘Outs, Job est présenté dès le début du récit comme étant dans son arbre, centré en lui-même, dans l’axe de son devenir, et cependant dans un état de totale inconscience. […]
Job est juste, mais dans une situation de sixième jour que la loi a profondément sculptée sans l’en libérer. Le stérilisera-t-elle définitivement dans sa prégnance réductrice ou l’acheminera-t-elle vers l’éveil ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
colimassoncolimasson   25 juillet 2015
Au plan moral, dans les catégories de la dualité bien-mal, se détourner du mal et faire le bien, cela fait partie de la perfection. Mais au plan ontologique, nous sommes en droit de lire qu’ « il se détourne de l’inaccompli », il fuit son inconscient, il n’a pas de regard vers sa ‘Adamah, son ‘Ishah ; il méconnaît sa terre, « humus » des profondeurs, sans laquelle il est « seul de lui » et ne peut faire le chemin des épousailles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Annick de Souzenelle (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annick de Souzenelle

Annick de Souzenelle - L'initiation
Annick de Souzenelle vient de faire paraître un nouvel ouvrage aux éditions du Relié à nouveau co-signé avec Pierre-Yves Albrecht : L'initiation joliment sous-titré : Ouvrir les portes de notre cité intérieure. Dans l'entretien vidéo ci-après, elle répond à quelques questions de Marc de Smedt sur les thèmes traités dans ce livre concernant l'urgence de la prise de conscience et le besoin de rites initiatiques nouveaux à tous les âges de la vie.
>Religion>Bible>Livres poétiques de l'Ancien Testament (29)
autres livres classés : spiritualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1355 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre