AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de diamelee


diamelee
  13 avril 2019
Des mots. Des vers. Posés avec légèreté. Posés avec force. Sur une page blanche d'insomnie. Une page blanche de sentiments forts. Vrais. Des mots de solitude. Des mots d'amour. Des vers embrassés par la ferveur du questionnement de soi. Ces mots qui jaillissent du fond d'un coeur en souffrance. du fond d'une âme en devenir. Des mots ressentis.
Parler poésie n'est jamais facile car c'est décoder une âme. Un coeur. Des sentiments. Parler du "je" d'un poète qui est lu en "nous". "Ce je nous transporte dans un voyage à travers le temps [...] (Fatou Yelly Faye - Préface). Ce "je" qui inclut un être. Une famille. Un clan. Des Ancêtres. Une lignée. Ce "je" qui, éternellement, représente l'autre soi que l'on garde profondément secret et qui est trahi, dévoilé dans les vers. Vers d'une grande beauté. D'une superbe profondeur.
Ressentis. Un mot qui est un poème à lui tout seul car il parle du fond de l'âme. du fond de l'être. de sa nudité émotionnelle. de sa force. de sa faiblesse. de son talon d'Achille. Un mot redouté et adulé des hommes qui chantent la joie, la vie, la douleur dans des vers. Dans des rimes, des esquisses qui illustrent ses poèmes, Moussa Sow nous invite à un voyage. Un voyage-découverte. Un voyage-renaissance. Un voyage-humilité. Il nous interpelle. Il nous apostrophe à travers ses états d'âme. A travers ses cris et ses douleurs muets. A travers ses ressentis.
Commenter  J’apprécie          40



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura